Rejoignez-nous

Football

Le spectre de la Ligue Europa fait trembler le Barça

Publié

,

le

Malgré l'arrivée de Robert Lewandowski, Barcelone pourrait manquer la phase par élimination directe de la Ligue des champions. (© KEYSTONE/AP/Emilio Morenatti)

Rattrapé par sa fragilité défensive en Ligue des champions et en plein doute avant un clasico au sommet dimanche, Barcelone craint d'être reversé vers la modeste Ligue Europa, comme l'an dernier.

Un résultat qui plomberait son fragile équilibre budgétaire.

Robert Lewandowski, deuxième du Ballon d'Or 2021 et troisième meilleur buteur de l'histoire de la Ligue des champions, devra-t-il se résigner à disputer la Ligue Europa dès janvier ? Ce sera, sans doute, bientôt une réalité.

Après le match nul 3-3 concédé mercredi soir contre l'Inter Milan, il faudrait un miracle pour que le Barça évite l'éviction dès la phase de groupes de la Ligue des champions. Une élimination aussi catastrophique qu'historique: le Barça n'a pas manqué la phase à élimination directe de la Ligue des champions deux fois d'affilée depuis la saison 1998-1999, soit 24 ans.

Dans deux semaines, les Catalans connaîtront leur sort avant le coup d'envoi de leur duel face au Bayern Munich au Camp Nou: si le mercredi 26 octobre à 18h45, l'Inter bat le peu redoutable Viktoria Plzen à San Siro, le Barça débutera son match à 21h00 en étant déjà mathématiquement éliminé de la Ligue des champions.

La troisième place du groupe, synonyme de Ligue Europa, semble, elle, presque acquise, mais c'est une maigre consolation au regard des ambitions du Barça, qui a dépensé sans compter pour se renforcer à l'intersaison.

"Aspirer à mieux"

"Au bord du désastre", se sont accordés les journaux sportifs madrilènes Marca et As à leurs unes respectives jeudi. "Vivants par miracle", a positivé à sa une le quotidien catalan Sport, tandis que son concurrent Mundo Deportivo s'est montré plus radical, en titrant: "k.-o. virtuel".

"C'est cruel", s'est lamenté Xavi en conférence de presse d'après-match, se disant "fâché, déçu, triste, contrarié, et un peu enragé". "Nos erreurs nous ont tués", a résumé l'entraîneur catalan.

"Avec le recrutement que l'on a fait, on devait aspirer à mieux", a abondé le capitaine Sergio Busquets après le match.

La saison dernière, l'élimination de la C1 avait achevé le Barça, déjà sonné par le départ de son emblème Lionel Messi au Paris SG et affaibli par de multiples séismes économiques et institutionnels.

Battu (3-2, 1-1) en quart de finale de C3 par l'Eintracht Francfort, futur vainqueur de la compétition, le Barça avait alors tout tenté pour retrouver le devant de la scène européenne.

Il a activé plusieurs leviers économiques, signé un nouveau contrat de sponsoring colossal avec Spotify et hypothéqué des parts de ses actifs pour dépenser 143 M EUR et attirer sept joueurs durant le mercato estival.

Des noms ronflants, comme Raphinha, Jules Koundé ou Lewandowski, qui ne seront pas amortis tout de suite.

Désastre économique

Dimanche, lors de l'assemblée générale ordinaire du Barça, les dirigeants ont présenté un budget prévisionnel record de 1,255 milliard d'euros... en assumant que leur équipe atteindrait au moins le stade des quarts de finale de la Ligue des champions.

En chutant dès la phase de groupes, le Barça passe donc à côté des primes au mérite versées par l'UEFA: 9,6 M EUR pour une qualification pour les 8es de finale et 10,6 M EUR pour une qualification pour les quarts.

Soit, au total, un manque à gagner d'au moins 20,2 M d'EUR... qui ne pourra être comblé même en cas de sacre en Ligue Europa (l'intégralité de leur parcours jusqu'à la victoire leur rapporterait 14,4 M d'EUR).

Sans parler du manque à gagner en billetterie et produits dérivés, étant donné que les oppositions en C3 risquent de susciter moins d'intérêt que les grandes affiches de C1.

Ce cuisant échec peut s'expliquer sportivement: des blessures en cascade, une défense rafistolée et aux abois, des cadres coupables, comme Busquets ou Gerard Piqué...

"On a commis des erreurs qu'on n'a pas le droit de commettre à ce niveau. C'est un coup dur, mais il faut essayer de s'en remettre vite mentalement, pour aller au Bernabéu avec confiance", a suggéré Eric Garcia au coup de sifflet final.

Car la prochaine échéance arrive dès dimanche (16h15) pour les Blaugranas, avec le premier clasico de la saison en Liga. Et le Real Madrid s'imagine volontiers fossoyeur d'un Barça au bord de l'abîme.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

La France s'en contentera

Publié

le

Mike Maignan a effectué une parade décisive devant Christoph Baumgartner, juste avant que la France ne prenne les devants grâce à un autogoal autrichien. (© KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHER NEUNDORF)

Loin de convaincre pleinement, la France a entamé l’Euro par le bon bout. Elle s’est imposée 1-0 à Düsseldorf devant l’Autriche sur un autogoal du malheureux Maximilian Wöber (38e).

Le sort est bien cruel pour les Autrichiens. Deux minutes seulement avant la déviation fatale dans sa propre cage du défenseur du Borussia Mönchengladbach, Mike Maignan avait sauvé son camp. Le gardien a eu le bon réflexe devant Christoph Baumgartner. Buteur contre la Suisse à St. Gall neuf jours plus tôt, l’attaquant de Leipzig a sans doute manqué de conviction dans son dernier geste.

Mais sans la parade de Maignan, l’histoire de ce match n’aurait pas été la même avec des Français trop souvent bousculés dans l’impact physique. Les Bleus doivent impérativement élever le curseur pour être au rendez-vous de la finale de Berlin le 14 juillet.

Au lendemain de sa prise de position contre les extrêmes en France, Kylian Mbappé fut l’acteur majeur de cette rencontre. Le capitaine des Bleus a tout d’abord sonné la charge avec une première occasion à la 8e minute avant d’être à l’origine de l’autogoal de Wöber grâce à un débordement imparable. Sa fin de match fut plus rocambolesque avec une sortie sous les sifflets des supporters autrichiens pour une réaction trop théâtrale après un choc dans un duel aérien avec le Lensois Kevin Danso

Didier Deschamps a vraiment donné les clés de l’équipe à Kylian Mbappéavec un système de jeu tourné exclusivement pour lui avec l’espoir que le retour de l’extraordinaire Ngolo Kanté veillera à l’équilibre de l’équipe. Le calcul est risqué. Mais pour l’instant il est gagnant.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

La Belgique trébuche face à la Slovaquie

Publié

le

Amadou Onana (en rouge) et la Belgique sont tombés sur un os pour leur premier match de l'Euro. (© KEYSTONE/AP/Themba Hadebe)

Deuxième surprise dans le groupe E de l'Euro. Après la victoire de la Roumanie contre l'Ukraine (3-0), la Slovaquie a battu la Belgique à Francfort lundi (1-0).

Ce sont pourtant les Belges qui ont réalisé un départ canon, emmené par un Jérémy Doku bien décidé à faire des différences sur son côté droit. Romelu Lukaku a toutefois raté la balle du 1-0 après une percée décisive de l'ailier de Manchester City.

Un peu trop en confiance, Doku a ensuite tenté un dribble dangereux près de son poteau de corner. Juraj Kucka a hérité du cuir dans la surface et son tir, renvoyé par Koen Casteels, le suppléant de Thibaut Courtois devant le but belge, est tombé dans les pieds d'Ivan Schranz. L'attaquant slovaque, du plat du pied, a plongé les Diables Rouges en plein doute (7e).

La VAR contre Lukaku

Muet lors de la phase de groupes du dernier Mondial qui avait vu la Belgique sortir prématurément, Romelu Lukaku ne s'est pas remis en confiance. Après son raté initial, il a perdu un face-à-face avec Martin Dubrovka (42e), avant de voir son but égalisateur être annulé par la VAR pour une position de hors-jeu (56e).

Et lorsque le buteur de l'AS Rome a repris victorieusement un bon service de l'entrant Loïs Openda en fin de match (86e), la VAR est à nouveau intervenue pour sanctionner une main du passeur décisif. Si elle veut éviter un nouveau camouflet dans une grande compétition, la Belgique devra se ressaisir samedi contre la Roumanie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

La furia roumaine assomme l'Ukraine

Publié

le

Les joueurs roumains ont régalé leurs supporters venus en nombre à Munich. (© KEYSTONE/AP/Antonio Calanni)

La Roumanie a déjoué les pronostics lundi à Munich face à une équipe d'Ukraine pourtant séduisante sur le papier. Les "Tricolori" l'ont emporté 3-0 au terme d'une partie qu'ils ont largement dominée.

Très solides défensivement pendant une demi-heure, les Roumains ont ensuite accentué leur pressing jusqu'à forcer une mauvaise relance d'Andriy Lunin. Le capitaine Nicolae Stanciu ne s'est pas fait prier pour punir cette erreur du portier du Real Madrid (29e).

Décevant, le trident offensif ukrainien composé de Mudryk (Chelsea), Dovbyk et Tsygankov (Girona) n'a tout simplement rien pu faire face au bloc mis en place par le sélectionneur roumain Edward Iordanescu.

La Roumanie a même mis K.O. son adversaire en deuxième mi-temps en quatre minutes. Une frappe lointaine de Razvan Marin (53e), sur laquelle Lunin n'a de loin pas été irréprochable, et une déviation de Denis Dragus (57e) après un corner joué à deux ont permis aux Roumains d'assurer leur première victoire dans ce groupe E.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

"On devrait laisser la politique aux autres", estime Unai Simon

Publié

le

Le gardien espagnol Unai Simon estime que les footballeurs n'ont pas à s'occuper de politique (© KEYSTONE/EPA EFE/MIGUEL ANGEL MOLINA)

Interrogé sur la prise de position de Kylian Mbappé "contre les extrêmes" dimanche, le gardien espagnol Unai Simon a estimé lundi que les joueurs "devraient laisser la politique aux autres".

"Kylian est un joueur qui a beaucoup d'influence dans le monde et dans la société. Les joueurs en général, nous avons beaucoup d'influence. Mais c'est un sujet politique, et je crois que nous avons la tendance à parler de certains sujets dont je ne sais pas si on devrait parler" a déclaré le gardien de l'Athletic Bilbao en conférence de presse au camp de base de l'Espagne pour l'Euro 2024.

"Moi je suis un joueur de football, et je pense que c'est la seule chose dont je devrais parler et laisser les sujets politiques aux autres", a-t-il ajouté en réponse à une question sur la prise de position de Kylian Mbappé dimanche à propos des élections législatives anticipées en France.

Le capitaine des Bleus a appelé "les jeunes à aller voter" car "les extrêmes sont aux portes du pouvoir", estimant que la jeune génération avait "l'opportunité de choisir l'avenir de notre pays". Il a défendu son coéquipier Marcus Thuram qui "n'a pas été trop loin" en expliquant samedi qu'il fallait "se battre pour que le RN ne passe pas", en assurant se "ranger" de son côté.

"Je suis contre les idées qui divisent. (...) J'espère qu'on sera encore fier de porter ce maillot le 7 juillet", a ajouté Mbappé.

Cette prise de position, largement commentée dans les médias français, fait aussi parler en Espagne. Le journal AS titrait ainsi lundi matin "Mbappé contre l'extrême droite", avant l'entrée en lice des Bleus contre l'Autriche (21h).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Cancer

Portez, sur vous-même, un regard plus bienveillant ! Rien peut s’accomplir sans une foi solide en vos capacités. Aussi, prenez l'initiative et lancez-vous !

Les Sujets à la Une

X