Rejoignez-nous

International

Des couloirs humanitaires vers la Russie

Publié

,

le

La moitié de la population de l'agglomération de Kiev a fui en deux semaines, a annoncé son maire Vitali Klitschko. Désormais, un peu moins de deux millions d'habitants s'y trouvent. (© KEYSTONE/EPA/ROMAN PILIPEY)

Moscou a promis jeudi l'ouverture quotidienne de couloirs humanitaires pour permettre aux Ukrainiens fuyant les combats de gagner la Russie, alors même que son armée poursuivait sa manoeuvre d'encerclement de Kiev.

L'Ukraine, où la population des villes assiégées par les troupes russes est obligée de vivre terrée en raison des bombardements, réclame pour sa part la mise en place de passages sécurisés en vue des évacuations de civils à l'intérieur de ses frontières.

"Nous annonçons officiellement que des couloirs humanitaires pour la Fédération de Russie seront désormais ouverts unilatéralement, sans coordination, chaque jour à partir de 10h00 du matin" (08h00 suisses), tandis que ceux allant "dans d'autres directions seront négociés avec la partie ukrainienne", a déclaré dans la soirée le ministère russe de la Défense.

Une décision rendue publique peu de temps après la fin des premiers pourparlers directs à haut niveau entre les belligérants depuis le début, le 24 février, de l'invasion de l'Ukraine.

Sur le terrain, après avoir auparavant atteint les faubourgs nord et ouest de Kiev, des chars russes sont arrivés jeudi à proximité de son entrée nord-est.

Des journalistes de l'AFP a ainsi vu des colonnes de fumée s'échapper du village de Skybyn, à quelques centaines de mètres du dernier barrage des forces ukrainiennes sur l'axe menant à la capitale dans cette zone.

En fin de matinée, une pluie de roquettes russes Grad s'est abattue sur la petite localité déserte de Velyka Dymerka, à environ cinq kilomètres des limites de Kiev, dont certaines ont atterri à une vingtaine de mètres de l'équipe de l'AFP.

Selon l'état-major ukrainien, les forces russes, tout en continuant leur "opération offensive" pour encercler la capitale, attaquent sur d'autres fronts, dans l'est, les villes d'Izioum, de Petrovske, de Hrouchouvakha, de Soumy et d'Okhtyrka ou dans les régions de Donetsk et de Zaparojie.

Pas de cessez-le-feu

De leur côté, les ministres russe et ukrainien des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et Dmytro Kuleba ont campé sur leurs positions au cours de leurs discussions sous les auspices de leur homologue turc Mevlut Cavusoglu à Antalya, une station balnéaire du sud de la Turquie prisée des touristes russes.

"Nous avons évoqué un cessez-le-feu, mais aucun progrès n'a été accompli en ce sens", a déclaré M. Kuleba, ajoutant cependant qu'il "espérait" pouvoir poursuivre la discussion avec son homologue.

Le chef de la diplomatie ukrainienne a révélé que Sergueï Lavrov lui avait assuré que la Russie "allait continuer (son) agression jusqu'à ce que nous acceptions sa demande de capituler".

Mais "l'Ukraine ne s'est pas rendue, ne se rend pas et ne se rendra pas", a-t-il clamé.

Le ministre russe, selon lequel la Russie ne prévoit "pas d'attaquer d'autres pays" et n'a "pas attaqué l'Ukraine", s'est quant à lui prononcé pour la poursuite du dialogue avec l'Ukraine, mais avant tout via des envoyés des deux camps au Bélarus, donc à un niveau inférieur.

Trois sessions de pourparlers entre négociateurs russes et ukrainiens ont déjà eu lieu dans cet Etat allié de Moscou, depuis le début de l'invasion, aboutissant à plusieurs cessez-le-feu locaux et à l'ouverture au compte-gouttes de couloirs humanitaires pour évacuer des civils de villes encerclées.

Mais les Russes ont été à plusieurs reprises accusés d'avoir violé ces accords.

Le chef de la diplomatie turque a quant à lui dit espérer l'organisation d'une rencontre au sommet entre les présidents russe Vladimir Poutine et ukrainien Volodymyr Zelensky.

Parallèlement, les dirigeants français et allemand Emmanuel Macron et Olaf Scholz ont, dans un entretien téléphonique avec M. Poutine, "insisté sur le fait que toute solution à cette crise devait passer par des négociations entre l'Ukraine et la Russie" et exigé "un cessez-le-feu immédiat".

L'ex-chancelier allemand Gerhard Schröder, critiqué pour ses liens étroits avec la Russie, était jeudi à Moscou pour un "effort de médiation" à la demande d'un responsable ukrainien, selon le site d'information Politico citant des "sources bien informées".

Bombardements

Pour l'heure, l'armée russe maintient son siège des grandes villes et une campagne de bombardements, à l'image de celui qui a touché mercredi un établissement abritant un hôpital pour enfants et une maternité à Marioupol, un port stratégique sur la mer d'Azov (sud-est) assiégé par les forces russes depuis neuf jours.

Trois personnes, dont une fillette, y ont péri, a annoncé dans un nouveau bilan jeudi la mairie, qui faisait état la veille de 17 blessés. Une quatrième personne a été tuée dans un raid sur cette cité jeudi matin.

L'attaque de mercredi a suscité une vague de condamnations internationales et les Etats-Unis ainsi que leurs alliés européens envisageaient, en réponse aux atrocités semblant "s'intensifier" contre les civils ukrainiens, des sanctions supplémentaires contre la Russie.

Selon un membre de l'administration militaire ukrainienne de la région, des femmes étaient en train d'accoucher dans un des bâtiments lorsque la frappe s'est produite.

"La prétendue frappe aérienne est une mise en scène totale à des fin de provocation afin d'entretenir l'agitation antirusse du public occidental", a rétorqué le ministère russe de la Défense.

Au total, depuis le début de l'invasion, 71 enfants ont été tués et plus de 100 blessés en Ukraine, a déclaré jeudi Liudmyla Denisova, chargée des droits humains auprès du Parlement ukrainien.

La moitié de la population de l'agglomération de Kiev a fui en deux semaines, a annoncé son maire, Vitali Klitschko, affirmant que, désormais, "un peu moins de deux millions d'habitants" s'y trouvaient.

Des couloirs humanitaires ont de nouveau été ouverts jeudi pour permettre l'évacuation de civils de zones durement frappées par les combats, qui ont obligé les habitants de plusieurs grandes villes à rester parfois des jours cachés dans des caves.

Plus de 80'000 personnes ont été évacuées en deux jours des villes assiégées de Soumy et des environs de Kiev, a fait savoir jeudi le gouvernement.

Le FMI pessimiste

Les dégâts provoqués par la guerre sont pour l'instant évalués à 100 milliards de dollars par l'Ukraine.

Face à cette situation, les Américains et leurs alliés s'efforcent d'aider ce pays tout en évitant l'implication militaire directe des Etats membres de l'Otan.

En Turquie, M. Lavrov a jugé "dangereuse" la fourniture d'armes par les Occidentaux aux Ukrainiens, dénonçant en particulier l'envoi de missiles sol-air portables.

Après deux semaines de conflit, les sanctions occidentales continuent de pleuvoir sur la Russie, avec notamment le gel au Royaume-Uni des avoirs de sept oligarques russes dont Roman Abramovitch, une décision qui implique la suspension de la vente du club de football de Chelsea.

Pour y faire face, Moscou a interdit l'exportation de certaines marchandises et d'équipements précédemment importés. "Toutes nos obligations en matière d'approvisionnements énergétiques" seront remplies, a néanmoins promis Vladimir Poutine.

Les Etats du G7 ont quant à eux appelé les pays producteurs de gaz et de pétrole à "augmenter leurs livraisons" pour faire face à la hausse des prix de l'énergie et aux risques de pénuries.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Hockey

"The Golden Jet" n'est plus

Publié

le

Bobby Hull: l'une des légendes d'un hockey d'un autre temps. (© KEYSTONE/AP NY/STR)

Une légende de la NHL n'est plus. Bobby Hull s'est éteint à 84 ans annonce les Chicago Blackhawks avec lesquels il avait remporté la Coupe Stanley en 1961.

Surnommé "The Golden Jet" pour son explosivité, Bobby Hull a joué pendant 15 saisons pour les Blackhawks. Il a marqué plus de 50 buts lors de cinq d'entre elles. Comme son fils Brett en 2009, il est entré dans le Hall of Fame de la NHL en 1983.

En 1972, Bobby Hull a été le premier joueur à avoir signé un contrat de plus un million de dollars, sur dix ans, pour signer à Winnipeg dans la défunte WHA.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Attaque au couteau à Bruxelles: 3 blessés, dont l'un grièvement

Publié

le

L'attaque est survenue autour de 18h00 dans la station de métro Schuman, située à quelques dizaines de mètres des sièges de la Commission européenne et du Conseil européen. (© KEYSTONE/EPA/STEPHANIE LECOCQ)

Trois personnes ont été blessées, dont une grièvement, dans une attaque au couteau lundi en fin d'après-midi à Bruxelles, dans une station de métro, selon un nouveau bilan de la police belge. Celle-ci a interpellé l'assaillant.

"Attaque au couteau dans la station Schuman: la collaboration avec les différents services de police (...) a permis l'arrestation rapide de l'auteur", a tweeté le maire de Bruxelles Philippe Close. Après avoir fait initialement état d'un seul blessé, la police fédérale a indiqué à l'AFP que trois personnes au total avaient été blessées lors de l'attaque, dont l'une se trouvant "dans un état critique".

La police ne s'est pas exprimée sur les motivations de l'assaillant. Le parquet fédéral a indiqué n'avoir pas été saisi "à ce stade". Selon une source proche du dossier, la personne interpellée "était déjà connue pour des antécédents psychiatriques".

"Émotion dans le quartier européen. Chaleureuses pensées pour les victimes. Merci aux forces de sécurité", a réagi sur Twitter le président du Conseil européen Charles Michel, par ailleurs ancien Premier ministre belge. "Mes pensées vont aux victimes (...) Merci à la police pour sa prompte intervention", a indiqué la ministre belge de l'Intérieur, Annelies Verlinden.

Trafic encore interrompu

Selon un journaliste de l'AFP présent sur les lieux, plusieurs policiers en civil ont alors accouru vers un quai de la station. Au même moment, une femme incitait les passagers qui entraient dans la station à rebrousser chemin, faisant état de la présence à l'intérieur d'une personne armée d'un couteau.

Le trafic restait interrompu en début de soirée sur une partie des deux lignes de métro passant par la station Schuman, la police poursuivant son enquête sur place, selon l'opérateur des transports bruxellois (Stib).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Messi: "La Coupe du monde m'a dit +Viens et prends-moi+"

Publié

le

Messi raconte que la Coupe du monde l'a "appelé" (© KEYSTONE/EPA/FRIEDEMANN VOGEL)

Lionel Messi, vainqueur du Mondial en décembre avec l'Argentine, s'est senti "appelé" par le trophée en or après la finale, a-t-il raconté lundi à la radio Urbana Play de Buenos Aires.

"La Coupe du monde m'a appelé, elle m'a dit +Viens et prends-moi, car maintenant tu peux me toucher.+ Je l'ai vue qui brillait dans ce magnifique stade (de Lusail) et je n'ai pas hésité (quand j'ai décidé de l'embrasser)", a raconté Messi.

Le septuple Ballon d'Or aurait préféré que la Coupe lui soit remise par son compatriote Diego Armando Maradona, mais ce dernier est décédé en 2020, sans avoir pu assister au troisième triomphe de l'Albiceleste dans la compétition reine.

"Ça m'aurait fait plaisir que Diego me remette la Coupe, a admis le champion de 35 ans, pour qu'il voie au moins l'Argentine championne. Il aimait tellement la sélection. Depuis là-haut, il m'a donné de la force, tout comme beaucoup de gens qui m'aiment."

"J'ai gagné le Mondial après tant de souffrances et de finales perdues", poursuit l'attaquant du Paris SG. "Dieu l'avait gardé pour moi."

"J'ai tout gagné"

L'Argentine a remporté la finale aux tirs au but contre la France, après avoir marqué deux buts dans le temps réglementaire (3-3). Dans sa carrière, Messi avait perdu une finale de Coupe du monde (2014) et trois finales de Copa America.

"Voilà, il ne reste rien, j'ai tout gagné avec la sélection, Barcelone, et individuellement", a ajouté l'Argentin qui, outre le Mondial, a aussi gagné la Copa America avec l'Argentine en 2021, en plus de quatre Ligues des champions en club et de multiples titres nationaux avec Barcelone et d'un championnat de France avec Paris.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Mort de Barrett Strong, chanteur américain du label Motown

Publié

le

Barrett Strong avait sorti en 1959 "Money (That's What I Want)", le premier tube de Motown (archives). (© KEYSTONE/AP/Louis Lanzano)

Le chanteur américain Barrett Strong est mort à l'âge de 81 ans, a annoncé dimanche le Motown Museum. Il était un pilier historique du label Motown pour lequel il a écrit certains de ses tubes les plus connus.

"C'est avec une immense tristesse que nous annonçons le décès du légendaire chanteur et auteur de la Motown Barrett Strong", a écrit sur Twitter le musée basé à Detroit (nord) .

Né dans le Mississippi, il grandit dans la capitale américaine de l'automobile et sort en 1959 "Money (That's What I Want)", premier tube de Motown, grande maison de disque noire qui acquerra une immense influence sur la soul, le rythms and blues et au-delà.

Avec un autre producteur de Motown Records, Norman Whitfield, il participera à l'écriture d'autres grands succès du label, dont "I Heard It Through the Grapevine", rendu célèbre par Marvin Gaye en 1968, et des morceaux des Temptations comme "Just My Imagination (Running Away with Me)" (1971).

Ses chansons écrites avec Norman Whitfield "étaient révolutionnaires par leurs sonorités et incarnaient l'esprit de cette époque", a déclaré dimanche le fondateur de Motown Berry Gordy, cité par le magasine spécialisé Billboard. "Barrett était un membre fondateur de la famille Motown, et il nous manquera beaucoup", a-t-il ajouté.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Un tableau de Caillebotte entre au musée d'Orsay

Publié

le

Le tableau "La Partie de bateau" du peintre français Gustave Caillebotte est exposé au musée d'Orsay à Paris depuis lundi. (© KEYSTONE/AP/Aurelien Morissard)

Le tableau "La Partie de bateau" de Gustave Caillebotte, classé "trésor national", a intégré lundi le musée d'Orsay. Celui-ci organisera en 2024 une grande exposition dédiée au peintre impressionniste sous-estimé et mal représenté en France.

Pour la première fois, ce tableau acquis grâce au mécénat du groupe de luxe LVMH sera également exposé dans plusieurs musées français, dans le cadre d'une célébration nationale autour des 150 ans de l'impressionnisme prévue en 2024.

A cette occasion, des prêts exceptionnels à une vingtaine de musées permettront de valoriser les chefs-d'oeuvre de ce mouvement. Une grande exposition Caillebotte viendra clore cette manifestation à Orsay à l'automne 2024, a annoncé lundi le ministère de la Culture.

"Né en France, l'impressionnisme a conquis le monde et a rencontré un immense succès populaire, qui ne cesse de se confirmer. Grâce au mécénat exclusif de LVMH, je me réjouis que ce chef-d'oeuvre vienne enrichir le patrimoine de la Nation et puisse être présenté dans plusieurs villes de France", a déclaré la ministre de la Culture Rima Abdul Malak. "C'est la première fois qu'une telle itinérance sera organisée pour un +trésor national+", a-t-elle souligné.

Jean-Paul Claverie, conseiller de Bernard Arnault, PDG de LVMH, s'est pour sa part réjoui que "l'un des derniers chefs-d'oeuvre de l'impressionnisme encore en mains privées" reste en France et vienne enrichir les collections du Musée d'Orsay.

Le peintre, passionné de nautisme, avait réalisé en 1878 ce tableau, aussi appelé "Le Canotier au chapeau haut de forme". Il représente un homme élégamment habillé ramant sur une rivière d'Ile-de-France, l'Yerres, nom également d'une commune de l'Essonne où sa famille possédait une propriété.

"Ami des impressionnistes"

L'oeuvre avait été classée "trésor national" en janvier 2020, un statut accordé aux biens culturels ayant une importance majeure pour le patrimoine national -que ce soit du point de vue de l'histoire, de l'art ou de l'archéologie- et justifiant une protection particulière notamment en matière d'exportation.

Célèbre pour ses vues de Paris, ami de Renoir et de Monet, Gustave Caillebotte (1848-1894), issu d'un milieu fortuné, a pu s'adonner sans souci d'argent à la peinture et aider ses amis.

Mort à 45 ans, l'artiste a laissé quelque 500 oeuvres personnelles et une collection de Renoir, Monet, Manet et autre Cézanne, dont il a fait don à l'Etat français.

Une autre de ses oeuvres classée trésor national, "Jeune homme à sa fenêtre" a été acheté en novembre 2021 pour 53 millions de dollars par le musée Getty de Los Angeles, pulvérisant le record pour des enchères du peintre français de plus en plus coté.

La figure de Caillebotte collectionneur et donateur a longtemps masqué l'importance de son oeuvre de peintre, progressivement oubliée à partir de la fin du XIXe siècle et reconnue seulement par l'histoire de l'art au cours de la seconde moitié du XXe siècle.

Une rétrospective organisée par le musée d'Orsay lui a été dédiée au Grand Palais en 1994 tandis que la dernière exposition à Paris, au musée Jacquemart-André en 2011, l'a présenté non plus comme l'"ami des impressionnistes" mais comme une figure centrale du mouvement artistique.

Les collections nationales françaises ne comptaient à ce jour que quatorze oeuvres de Gustave Caillebotte. Avec Berthe Morisot et Mary Cassatt, il reste l'un des artistes impressionnistes les moins bien représentés au sein des collections publiques françaises. Par comparaison, le musée d'Orsay possède onze peintures de Caillebotte, mais 33 de Manet, 39 de Degas, 45 de Pissarro, 82 de Renoir et 88 de Monet.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

Quelle pêche ! Dynamisme, rendement et efficacité seront vos mots d’ordre durant tout ce dernier lundi du mois !

Les Sujets à la Une

X