Rejoignez-nous

International

Les espèces endémiques sauvages menacées par le réchauffement

Publié

,

le

Les lémuriens de Madagascar figurent parmi les espèces endémiques, qui vivent uniquement dans un territoire donné, qui seront les plus touchées par le réchauffement. (© KEYSTONE/EPA MTI/ATTILA BALAZS)

Les régions les plus riches du globe en faune et en flore sauvages seront irrémédiablement endommagées par le réchauffement climatique si rien n'est fait pour le limiter. Cet avertissement a été émis par des scientifiques vendredi.

Une analyse de 8000 évaluations de risque portant sur différentes espèces montre que le danger d'extinction est grand dans presque 300 lieux où la biodiversité est importante, sur terre et dans les océans, si les températures augmentent de plus de 3°C comparé à la période pré-industrielle, selon cette étude parue dans Biological Conservation.

La surface de la Terre s'est déjà réchauffée de 1°C. Les engagements pris selon l'Accord de Paris prévoient de limiter ce réchauffement bien en-dessous de 2°C, voire à 1,5°C, mais les engagements actuels des Etats mettent le monde sur la voie d'un réchauffement bien supérieur à 3°C d'ici à la fin du siècle. Voire avant.

Léopards des neiges, lémuriens, éléphants

Les espèces endémiques, qui vivent uniquement dans un territoire donné, seront les plus touchées. Les léopards des neiges dans l'Himalaya, les marsouins du golfe de Californie, les lémuriens de Madagascar ou les éléphants de forêt d'Afrique risquent de disparaître si l'humanité ne réduit pas ses émissions de gaz à effet de serre, avertit cette étude.

Les espèces endémiques dans ces hauts lieux de biodiversité ont près de trois fois plus de risque de souffrir du changement climatique que la faune et la flore plus commune et dix fois plus que les espèces invasives.

Risque décuplé si objectifs pas respectés

"Le changement climatique menace des zones remplies d'espèces qui ne peuvent être trouvées nul part ailleurs au monde", résume l'auteure principale de l'étude, Stella Manes, chercheuse à l'université fédérale de Rio de Janeiro.

"Le risque de voir ces espèces disparaître à tout jamais est plus que décuplé si nous ratons les objectifs de l'Accord de Paris", ajoute la chercheuse.

De plus en plus de scientifiques estiment que l'objectif de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C est probablement hors d'atteinte. Mais chaque dixième de degré compte pour en limiter les impacts, insistent-ils.

Montagnes et îles plus vulnérables

Et certaines régions concentrant la vie sauvage sont plus vulnérables que d'autres. En montagne, 84% des espèces endémiques risquent de disparaître dans un monde à 3°C, quand dans les îles, où la faune et la flore sont déjà mises à mal par les espèces invasives, ce chiffre grimpe à 100%.

"Ces espèces ne peuvent pas facilement se déplacer dans des environnements plus favorables", explique Mark Costello, co-auteur du rapport et biologiste marin à l'université d'Auckland. Les espèces marines de Méditerranée sont particulièrement menacées car elles vivent dans une mer fermée, souligne-t-il.

Plus de 90% des espèces affectées

Au total, plus de 90% des espèces endémiques terrestres et 95% des espèces marines seront affectées par le réchauffement climatique, indiquent les chercheurs. Sous les tropiques, les deux-tiers des espèces pourraient disparaître.

Ces conclusions posent aussi la question des mesures les plus adaptées pour protéger la faune et la flore sauvage. Jusqu'à présent, les principales menaces ont été la perte d'habitat liée à l'expansion urbaine, à l'exploitation minière et à l'agriculture et la chasse.

Aires protégées peu utiles dans ce cas

La création d'aires protégées, mises en place jusqu'à présent pour lutter contre ces menaces, pourrait se révéler peu utile face au réchauffement de la planète.

"Malheureusement, notre étude montre que ces endroits riches en biodiversité ne pourront pas servir de refuge face au changement climatique", dit Mariana Vale, co-auteure de l'étude, de l'université fédérale de Rio.

La Terre est déjà confrontée à une "extinction massive", la première depuis la disparition des dinosaures il y a environ 65 millions d'années, la sixième en 500 millions d'années, sous le poids des activités humaines.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Europcar va se remarier à Volkswagen

Publié

le

Le conseil d'administration d'Europcar a annoncé avoir approuvé l'offre de rachat d'un consortium mené par Volkswagen (Photo prétexte © KEYSTONE/AP/DAVID ZALUBOWSKI)

Un an après avoir frôlé la faillite, le loueur de voitures Europcar va être de nouveau racheté par Volkswagen 15 ans après leur séparation en bons termes. Le groupe allemand souhaite se renforcer dans les services de mobilité.

Le conseil d'administration d'Europcar a approuvé mercredi l'offre de rachat d'un consortium mené par Volkswagen, qui valoriserait le loueur à 2,9 milliards d'euros, dette incluse.

Europcar serait racheté par le N°2 mondial de l'automobile, le fonds britannique Attestor Limited, déjà actionnaire du groupe et propriétaire de la compagnie aérienne allemande Condor, et le groupe Pon, importateur du groupe Volkswagen aux Pays-Bas et aux Etats-Unis, mais aussi fabricant et loueur de vélos.

L'offre publique d'achat, à 0,50 euro par titre, devrait être menée à son terme entre la fin 2021 et début 2022, a précisé Europcar. Les autres principaux actionnaires d'Europcar, représentant environ 68% du capital avec Attestor, ont déjà pris des "engagements fermes" d'apporter leurs actions à l'offre, selon le loueur.

En juin, les propriétaires d'Europcar avaient refusé une première offre de rachat par Volkswagen qui le valorisait à 2,2 milliards d'euros.

73 milliards d'euros d'investissement

Le PDG de Volkswagen Herbert Diess a indiqué mercredi dans un communiqué distinct que "construire une plateforme de mobilité leader" était "un pilier important" de sa stratégie "New Auto". Ce plan, qui prévoit 73 milliards d'euros d'investissement d'ici 2025, doit faire du groupe allemand le N°1 mondial de la voiture électrique.

Europcar appartenait jusqu'en 2006 à Volkswagen, qui l'avait vendu pour 3,32 milliards d'euros à la société française d'investissements Eurazeo. Les conséquences de la crise sanitaire ont conduit Eurazeo à se retirer du capital début 2021 au profit des créanciers du groupe, cinq fonds américains et britanniques, dont les new-yorkais Anchorage (propriétaire des studios MGM) et Marathon.

En termes d'emploi, ce nouveau rachat "devrait pas avoir d'impact significatif" sur les 10'000 salariés actuels d'Europcar, selon Europcar.

Continuer la lecture

International

Petit à petit, Biden fait avancer son programme économique

Publié

le

Dix-sept sénateurs républicains se sont joints aux 50 démocrates lors d'un vote préliminaire sur le plan d'investissement de Joe Biden (archives). CREDIT: KEYSTONE/AP/J. Scott Applewhite

Après de longues tractations, le plan de rénovation et de développement des infrastructures du président américain Joe Biden a été mis sur les rails mercredi. Il a franchi une étape au Sénat lors d'un vote préliminaire, 17 républicains s'étant joints aux démocrates.

Cela signifie que les élus pourront commencer à débattre, mais le texte est encore loin d'être définitivement adopté. Ce n'est rien de moins qu'un programme d'investissements "comme on n'en voit qu'une fois par génération", a annoncé la Maison-Blanche.

Le plan prévoit 550 milliards de dollars d'argent fédéral frais et atteint les 1200 milliards de dollars - l'équivalent du produit intérieur brut 2020 de l'Espagne - si l'on prend en compte la réorientation d'autres financements publics existants.

"Transformer l'Amérique"

Ce montant pharaonique doit "créer des emplois bien rémunérés et syndiqués, répondre à la crise climatique, rendre l'économie [américaine] plus durable et plus juste pour les décennies à venir", selon un communiqué de la Maison-Blanche.

Le gouvernement annonce des investissements "historiques" dans les transports en commun, les routes, les ponts, l'eau potable, l'Internet à haut débit. Ils sont financés par la réorientation de certains financements d'urgence, par des contributions ciblées des entreprises, par une taxation plus efficace des cryptomonnaies et par d'"autres mesures" soutenues par les deux partis.

"Cet accord montre au monde que notre démocratie fonctionne, produit des résultats et fait de grandes choses", a déclaré Joe Biden dans un communiqué, faisant l'article d'un programme qui peut "transformer l'Amérique et nous propulser dans l'avenir".

Continuer la lecture

Hockey

Pius Suter à Detroit, Sven Bärtschi à Las Vegas

Publié

le

Pius Suter a signé à Detroit pour deux ans (© KEYSTONE/FR171008 AP/JEFF HAYNES)

L'ouverture du marché des agents libres en NHL a vu plusieurs joueurs changer d'équipe. Dont Pius Suter et Sven Bärtschi qui ont signé aux Detroit Red Wings et aux Vegas Golden Knights.

Après une première saison prometteuse avec les Chicago Blackhawks (27 points en 55 matches), Pius Suter a préféré aller voir ailleurs. Le Zurichois de 25 ans a signé pour deux ans avec les Detroit Red Wings.

Suter sera le deuxième Helvète à porter le fameux maillot des Red Wings après Damien Brunner, brillant en 2013 en sortie de lock-out. Au vu du contingent actuel à Motor City, Pius Suter devrait bénéficier d'un temps de jeu conséquent. On ne connaît pas encore les termes exacts du contrat.

Bärtschi à Vegas

Le Bernois de 29 ans a de son côté signé une entente d'une saison avec la franchise américaine. Il s'agit d'un pacte à deux volets d'une valeur de 750'000 dollars.

Choix de première ronde (13e choix) lors de la draft 2011, Bärtschi va connaître sa troisième organisation de NHL après les Calgary Flames et les Vancouver Canucks. Le Bernois ne s'est jamais véritablement imposé en Colombie-Britannique et il a surtout joué en AHL à Utica lors des deux dernières saisons.

Il a inscrit 14 points (5 buts) en 24 matches lors du dernier exercice.

A noter que l'ex-attaquant de Lausanne, Charles Hudon, a retrouvé de l'embauche outre-Atlantique. Il a signé un contrat à deux volets d'un an avec Tampa Bay, double champion en titre. Ce bail va lui rapporter 750'000 dollars s'il joue en NHL. 350'000 dollars sont garantis.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Top 15 Pour Gischard, Yusof 16e

Publié

le

Benjamin Gischard, le plus complet des gymnastes suisses à Tokyo. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Benjamin Gischard et Eddy Yusof ont bien défendu leurs chances en se classant respectivement 13e et 16e de la finale du concours général à Tokyo. Le Japonais Daiki Hashimoto est le nouveau roi.

Benjamin Gischard a confirmé la très bonne impression laissée en qualifications. Le Bernois n'a quasiment pas commis d'erreur, lui qui était pourtant considéré comme le moins fort du quatuor suisse (composé encore de Pablo Brägger et Christian Baumann, pas qualifiés pour cette finale) avant ces Jeux.

Eddy Yusof a été un peu moins convaincant qu'à Rio en 2016, où il avait fini 12e. Le Zurichois a pâti d'une chute au saut, en début de concours. Avec 81,732 points, il a concédé un dixième de point de son compatriote.

Couronné devant son (très maigre) public, Daiki Hashimoto, 19 ans, succède au palmarès au meilleur gymnaste de la décennie, Kohei Ushimura. Le double champion olympique avait chuté à la barre fixe en qualifications, signe de la fin de son règne.

Au terme d'un concours passionnant jusqu'au bout, Hashimoto a fait la différence grâce à une fantastique dernière prestation, à la barre fixe, pour devancer le Chinois Xiao Ruoteng et le Russe Nikita Nagornyy.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Biden accuse Moscou de vouloir perturber les législatives de 2022

Publié

le

La situation militaro-économique de la Russie "rend encore plus dangereux" Vladimir Poutine, estime Joe Biden. (© KEYSTONE/AP/Susan Walsh)

Le président américain Joe Biden a reproché mardi à la Russie de chercher à perturber les élections législatives de 2022 aux Etats-Unis en répandant la "désinformation". Il s'en est également pris à son homologue russe Vladimir Poutine, qui "a un vrai problème".

"Regardez ce que la Russie fait déjà avec les élections de 2022 et la désinformation. C'est une violation pure et simple de notre souveraineté", a lancé Joe Biden lors d'un déplacement au bureau de la direction du renseignement national, près de Washington, faisant référence à des informations qu'il reçoit à ce sujet lors d'un briefing quotidien.

Le président américain s'en est aussi pris à son homologue russe Vladimir Poutine. Le président russe "a un vrai problème. Il est à la tête d'une économie qui a des armes nucléaires et des puits de pétrole et rien d'autre", a-t-il ajouté. "Cela le rend encore plus dangereux, selon moi."

"Rançongiciels" évoqués

Le président américain a aussi exprimé sa préoccupation face à l'intensification des cyberattaques, y compris via des "rançongiciels", qui consistent à s'introduire dans les réseaux d'une entité pour crypter ses données, puis à réclamer une rançon, le plus souvent en bitcoins, en échange de la clé de déchiffrement.

"Si nous nous retrouvons en guerre, dans une véritable guerre armée, avec une autre grande puissance, ce sera à cause d'une cyberattaque", a-t-il assuré.

A l'automne 2022 doivent se tenir aux Etats-Unis les élections dites "de mi-mandat", au cours desquelles tous les sièges de la chambre des représentants et un tiers des sièges du Sénat sont renouvelés.

Les Etats-Unis ont récemment imputé à la Chine le piratage massif mené en mars contre les services de messagerie Exchange du groupe Microsoft. La Maison-Blanche a par ailleurs sommé à plusieurs reprises la Russie d'agir contre les attaques au "rançongiciel" menées depuis son sol.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Sagittaire

Vos chances de progression sont excellentes si vous ne cherchez pas à aller trop vite et ne décidez rien sur un coup de tête !!!

Les Sujets à la Une

X