Rejoignez-nous

Coronavirus

L'inefficacité de l’hydroxychloroquine confirmée

Publié

,

le

Une étude vient confirmer l'inefficacité de l'hydroxychloroquine pour traiter le Covid-19 (photo prétexte). (EPA/SASCHA STEINBACH)

Les traitements impliquant l’hydroxychloroquine ne fonctionnent pas pour lutter contre le Covid-19. C’est ce que confirme une nouvelle méta-analyse, la plus robuste à ce jour sur ce sujet. Parmi ses six coauteurs figurent trois chercheurs des universités de Neuchâtel et de Lausanne.

Peu après le début de la crise sanitaire, un médicament anti-malaria à base d’hydroxychloroquine (HCQ) a été prescrit à des patients atteints par le SARS-CoV-2, avec des effets supposément positifs, a indiqué l'Université de Neuchâtel (UniNE) dans un communiqué.

Rapidement toutefois, des doutes ont émergé au sein de la communauté médicale et scientifique. D’autres analyses comprenant des cohortes plus nombreuses aboutissaient à des conclusions contradictoires.

Après avoir passé au crible plus de 800 articles scientifiques, publiés dans des revues à comité de relecture ou mis à disposition en préprint, les auteurs de la présente étude en ont retenu 29. Le tout porte au final sur un total de plus de 33'000 patients.

Les six scientifiques en concluent que les prises de HCQ seule n’ont pas d’effet sur la mortalité des personnes hospitalisées, quel que soit leur âge. Le traitement ne réduit pas le risque de décès, mais n’entraîne pas non plus de surmortalité chez les personnes hospitalisées. En revanche, l’administration conjointe d’HCQ et d’azithromycine, un antibiotique, provoque une augmentation du risque de décès de 27%.

Létalité faible

"L’HCQ a été administrée au début de façon massive, avec ou sans azithromycine, alors que la létalité liée au Covid-19 est faible (de l'ordre de 0,5%, voire moins); donc le ratio bénéfice/risque était difficilement perceptible", observe Matthieu Mulot, l’un des coauteurs, biologiste et statisticien à l’UniNE, cité dans le communiqué.

De plus, dans le protocole proposé par le controversé professeur français Didier Raoult, "la posologie de HCQ est bien supérieure à ce qu'on a l'habitude de prescrire contre le paludisme ou les autres maladies. On a donc fatalement davantage d'effets secondaires, parmi lesquels on compte des problèmes cardiaques, ce qui est aussi le cas pour l’azithromycine", ajoute le chercheur.

"Au final, on avait une maladie très peu mortelle, avec un traitement aux effets secondaires potentiellement graves, et donc il fallait essayer d’analyser objectivement si ce traitement permettait de réduire la mortalité liée au Covid ou si, au contraire, il entraînait une surmortalité", précise-t-il.

"Un peu de temps à tuer"

Maintenant, on le sait: l’HCQ seule est inutile, et elle entraîne une surmortalité lorsqu’elle est combinée à l’azithromycine, selon ces résultats publiés dans la revue Clinical Microbiology and Infection.

L'initiative de cette étude est partie d'un doctorant de l’Inserm en France, Thibault Fiolet. "Quand il m'a proposé de participer à cette méta-analyse, j'ai trouvé que c'était une excellente idée et je l'ai suivi dans cette aventure. On avait un gros job à faire pour démêler le vrai du faux. Et tout cela sans directeur de recherche ni fonds alloués", raconte Matthieu Mulot.

Ironie du sort, le semi-confinement a plutôt joué un rôle positif dans la démarche. "On avait un peu de temps à tuer à la maison. C'était donc l'occasion de produire quelque chose d'utile pour la société. Des gens ont cousu des masques, d'autres ont imprimé des visières en 3D. Chacun a aidé comme il pouvait. Nous avons fait une méta-analyse", conclut le chercheur.

La plupart des essais cliniques testant l'hydroxychloroquine ont été stoppés fin mai, après la publication d'une étude négative dans la revue médicale The Lancet (rétractée par la suite après des soupçons de fraude), puis après les résultats début juin d'un vaste essai britannique, Recovery, selon lesquels l'hydroxychloroquine ne montre "pas d'effet bénéfique" pour les malades du Covid-19.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

La Suisse compte 1632 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

La Suisse compte jeudi 1632 nouveaux cas de Covid-19 (image d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Suisse compte jeudi 1632 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore cinq décès supplémentaires et 35 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 37'534 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,35%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 25'152, soit 290,95 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,83. Les patients Covid-19 occupent 27% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 77,20%.

Au total 10'276'380 doses de vaccin ont été administrées et 54,39% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 11'687'400 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 6'099'641 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 831'880 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 10'577'644 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'650 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 32'570.

Le pays dénombre par ailleurs 13'859 personnes en isolement et 14'852 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

L'importateur rappelle ses masques: protection insuffisante

Publié

le

Les masques N95/FFP2 de la marque "myfixmask" offrent une protection insuffisante. (© WBF)

Des masques de la marque "myfixmask" N95/FFP2 offrent une protection insuffisante. Comme cela représente un danger pour la santé, l'importateur Yoobopo rappelle le produit, en collaboration avec le Bureau de prévention des accidents (BPA).

Leur effet filtrant n'est pas suffisant. Le fabricant du masque est la société Elis SHPK au Kosovo. Le produit ne doit pas être utilisé car il existe un risque de "dommages irréversibles pour la santé".

Seul est concerné le produit N95 Disposable Respirator / Protective Mask de la marque "myfixmask", fabriqué par Elis SHPK. Ces masques ont été mis en vente sur le site internet www.myfixmask.ch. Ne sont pas concernés des boites/produits, marqués avec "modèle 002", "modèle 003" ou suivants.

Les consommateurs concernés sont priés de ne pas utiliser les masques de la marque "myfixmask" portant le nom "N95 Disposable Respirator/Protective Mask", et de contacter Yoobopo SA pour échanger gratuitement ces masques contre des masques conformes aux normes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Le patron de Moderna voit la fin de la pandémie de Covid dans un an

Publié

le

Moderna étudie la mise au point d'un vaccin contre la grippe et le coronavirus (archives). (© KEYSTONE/EPA/BAGUS INDAHONO)

La pandémie de Covid-19 sera terminée dans un an, estime le directeur de la société biotechnologique Moderna, Stéphane Bancel. Selon lui, les personnes âgées et à risque ayant été vaccinées contre le coronavirus au début de la crise doivent recevoir un rappel.

A la mi-2022, "il y aura suffisamment de doses pour vacciner tous les habitants de la planète", déclare M. Bancel dans un entretien diffusé mercredi par la Neue Zuercher Zeitung. Moderna planche sur le développement "d'un rappel annuel qui couvre toutes les maladies respiratoires d'origine virale", précise-t-il dans Le Temps.

La technique de l'ARN messager a un potentiel énorme, ajoute-t-il au Blick. Des combinaisons de vaccins contre le coronavirus et les virus de la grippe devraient être possibles, affirme-t-il. "Les patients recevraient une seule injection et seraient vaccinés contre plusieurs virus".

"Des mises à jour annuelles"

La vision de Moderna est de faire "comme avec l'iPhone, un produit aux applications multiples avec des mises à jour annuelles", explique M. Bancel dans Le Temps. "Chaque année, on s'adaptera aux souches de l'année" et "chaque année, on veut ajouter plus de virus comme on ajoute une application à un iPhone".

Les vaccins combinés devraient être sur le marché en 2023, précise le patron de Moderna dans le Blick. L'essai clinique de ces vaccins débutera avant la fin de l'année. L'essai pour la partie du vaccin contre la grippe est déjà en cours, ajoute-t-il.

Moderna veut renforcer son siège européen à Bâle, poursuit M. Bancel dans la NZZ. Actuellement, 50 personnes y sont employées. Les effectifs devraient doubler à la fin de l'année et tripler dans le courant de l'année prochaine. "Il n'est pas facile de recruter rapidement du personnel qualifié en Europe", déplore-t-il, soulignant qu'aux États-Unis, c'est plus rapide.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

7000 Vaudois invités à détecter chez eux les anticorps Covid-19

Publié

le

Il sera possible de prélever soi-même une goutte de sang à domicile. (Image prétexte - ©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Unisanté à Lausanne invite 7000 Vaudois à se prélever à domicile une goutte de sang au bout du doigt pour détecter la présence d'anticorps contre le Covid-19. Le prélèvement sera ensuite analysé à l'EPFL, dans le cadre de l'étude SérocoViD.

Les 7000 Vaudois tirés au sort ont reçu le 17 septembre dernier un courrier postal les invitant à participer à ce nouveau volet de l'étude. Menée depuis mai 2020, SérocoViD fait partie du programme national de recherche Corona Immunitas. L'objectif est d'estimer la proportion de la population qui a développé des défenses immunitaires, que ce soit par vaccination ou par infection.

L'étude a permis de déterminer qu'en juin 2020, environ 7% de la population vaudoise avait été infectée par le coronavirus. Ce chiffre est passé à 17% en novembre, puis 25% en février 2021.

Aussi les enfants

La nouvelle évaluation doit permettre de connaître la proportion de la population vaudoise qui a des défenses contre le virus, et ceci dans chaque groupe d'âge, y compris les enfants de plus de six mois, explique mercredi Unisanté dans un communiqué. Les résultats préliminaires seront publiés fin novembre.

La méthode de prélèvement est inédite: les participants recevront par la poste un kit d'autoprélèvement. Il ne sera plus nécessaire de se déplacer à Unisanté, sauf pour ceux qui le souhaitent.

Le Groupement des pédiatres vaudois apporte son soutien à l'opération. Les parents qui ont reçu une invitation pour leur enfant pourront se rendre avec leur kit chez leur pédiatre, où une assistante médicale procèdera gratuitement au prélèvement.

Pas de volontaires

S'il est pratiqué à l'étranger, le prélèvement d'une goutte de sang à domicile est inédit en Suisse pour l'étude Corona Immunitas, explique un communiqué. Le Département vaudois de la santé (DSAS) espère ainsi favoriser la participation à l'étude. Les personnes testées seront informées du résultat de manière individuelle. Pour des raisons de méthodologie scientifique, il n'est pas possible d'ouvrir l'étude à des participants volontaires.

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 1894 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Les appels à la vaccination sont maintenus au coeur de la 4e vague. (© KEYSTONE/AP/Armando Franca)

La Suisse compte mercredi 1894 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore cinq décès supplémentaires et 63 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 39'096 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,84%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 26'588, soit 307,56 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,82. Les patients Covid-19 occupent 26,9% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 75,70%.

Au total 10'236'498 doses de vaccin ont été administrées et 53,88% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 11'687'400 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 6'069'782 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 830'251 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 10'540'033 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'643 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 32'470.

Le pays dénombre par ailleurs 13'874 personnes en isolement et 14'822 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent NA autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Lion

Votre façon d'être en recul déstabilise votre partenaire. Affirmer vos sentiments améliorerait le climat affectif de la relation.

Les Sujets à la Une

X