Rejoignez-nous

International

Merkel exhorte les partis au dialogue après les élections

Publié

,

le

La chancelière Angela Merkel a prononcé une sorte de discours-bilan après 16 ans de pouvoir. (© KEYSTONE/dpa POOL/Jan Woitas)

Angela Merkel a lancé dimanche un appel implicite aux partis politiques allemands à surmonter leurs divisions après les élections législatives. De difficiles tractations sont actuellement en cours pour tenter de former un nouveau gouvernement.

Plus largement, la chancelière, qui prononçait une sorte de discours-bilan après 16 ans de pouvoir à l'occasion des célébrations annuelles de la réunification du pays en 1990, a exhorté les Allemands à davantage défendre la démocratie face aux démagogues.

"Il faut continuer à façonner notre pays. On peut se disputer sur la manière précise de le faire à l'avenir, mais nous savons que la solution nous appartient, qu'il nous faut nous écouter les uns les autres et dialoguer", a déclaré Mme Merkel qui doit prendre sa retraite politique lorsqu'une majorité aura été trouvée au Parlement. Ce qui pourrait prendre plusieurs mois.

"Soyez curieux aux autres"

"Nous avons des différences mais aussi des choses en commun. Soyez-prêts à rencontrer les autres, soyez curieux des autres (...) et ayez la capacité de supporter les différences", a-t-elle ajouté dans ce discours à Halle (Est), "c'est la leçon de 31 ans d'unité allemande".

Il s'agissait des premiers propos tenus par Angela Merkel en rapport avec la situation politique actuelle.

Ce discours survient à un moment-clé: c'est dimanche que débutent les discussions exploratoires entre partis politiques pour tenter de former un nouveau gouvernement. Et elles s'annoncent très ardues, faisant craindre une longue phase de paralysie politique de l'Allemagne.

Négociations ardues

Suite aux élections législatives, il va en effet très probablement falloir une alliance de trois partis aux programmes très différents pour former une majorité. Une première depuis les années 1950, qui pourrait aussi être un facteur d'instabilité.

L'option considérée actuellement comme la plus probable est une coalition entre d'une part le parti social-démocrate (SPD) - arrivé de peu en tête lors du scrutin, devant les conservateurs de la chancelière - et d'autre part les écologistes et le parti libéral FDP (droite). Elle est soutenue par une nette majorité (59%) de l'opinion, selon un sondage ZDF.

De premiers entretiens entre le centre gauche du SPD et ces deux mouvements sont prévus à partir de 15h30 à Berlin. Mais le centre droit de la chancelière tente aussi en parallèle de se rallier les Verts et le FDP.

Même si le parti démocrate-chrétien de la chancelière (CDU) est sorti très affaibli et divisé de sa défaite, il a prévu de rencontrer séparément les Libéraux du FDP en début de soirée, avant les "Grünen" mardi.

Laschet en sursis

Leur chef de file, Armin Laschet, rendu personnellement responsable du plus mauvais score électoral (24,1%) jamais réalisé par les conservateurs dans l'histoire de l'Allemagne moderne, apparaît toutefois de plus en plus en sursis.

Ses rivaux en interne, tels Friedrich Merz ou Jens Spahn, qui défendent une ligne plus à droite, se mettent déjà en position pour la succession. D'autres réclament un renouvellement "complet" du parti après 16 ans d'Angela Merkel.

Du coup, même les libéraux du FDP, pourtant politiquement proches des démocrates-chrétiens, semblent de plus en plus sceptiques sur une alliance.

"CDU et CSU doivent clarifier s'ils veulent vraiment diriger un gouvernement", a averti le patron des libéraux, Christian Lindner, dimanche dans le quotidien Bild.

Défendre la démocratie

Dans ce contexte tendu, la chancelière a appelé les Allemands à ne pas perdre de vue l'essentiel à ses yeux: la défense de la démocratie. "Nous prenons parfois les choses trop à la légère quand il s'agit des acquis démocratiques, comme si nous ne devions plus rien faire" pour les défendre, a-t-elle déploré.

"Mais nous assistons dans la période actuelle à un nombre croissant d'attaques", a-t-elle estimé, en citant des agressions contre les minorités religieuses ou ethniques, mais aussi les tentatives "démagogiques pour répandre sans scrupules ni honte la haine et le ressentiment".

Mme Merkel a aussi exhorté les Allemands de l'Ouest à montrer plus de "respect" à l'égard de leurs concitoyens de l'Est, alors que les élections législatives ont été marquées dans cette partie du pays - l'ex-Allemagne de l'Est communiste - par un fort vote d'extrême droite, nourri par le sentiment d'une partie de la population locale d'être laissée-pour-compte.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Sony relève légèrement ses prévisions de bénéfices annuels

Publié

le

Sony table aussi plus que jamais sur la coopération entre ses différentes divisions: il travaille actuellement sur une dizaine d'adaptations de ses licences de jeu vidéo au cinéma et à la télévision. (Photo/KEYSTONE/EPA/FRANCK ROBICHON) (© KEYSTONE/EPA/FRANCK ROBICHON)

Le géant japonais du divertissement et de l'électronique Sony a relevé jeudi ses prévisions de bénéfices pour son exercice 2022/23 qui se terminera fin mars. Le groupe mise sur l'impact positif de la faiblesse du yen pour gonfler ses revenus dans le jeu vidéo.

Pour le trimestre écoulé (octobre-décembre), l'entreprise nippone a annoncé jeudi un bénéfice net en recul de 6% sur un an à 326,8 milliards de yens (2,3 milliards d'euros) et un bénéfice opérationnel en diminution de 8%, malgré une hausse de 13% de ses ventes. Les résultats de sa division Sony Pictures ont ainsi pâti de la comparaison avec l'année précédente, qui avait vu les cartons au cinéma des films de super-héros "Spider-Man: No way Home" et "Venom: Let There Be Carnage".

Pour l'exercice 2022/23, le groupe prévoit désormais un bénéfice net annuel de 870 milliards de yens (6,1 milliards d'euros, -1,4% sur un an), un petit peu plus que la prévision de 840 milliards de yens publiée en novembre dernier. Sony a aussi légèrement relevé sa prévision de bénéfice opérationnel à 1.180 milliards de yens, contre 1.160 milliards de yens précédemment.

Le groupe a paralèllement revu en légère baisse ses objectifs de ventes, à hauteur de 11.500 milliards de yens (+15,9% sur un an), contre 11.600 milliards de yens jusque-là. Ses ventes de PlayStation 5, notamment freinées depuis la sortie de la console fin 2020 par des difficultés de production liées à la pénurie de semi-conducteurs, ont cependant nettement accéléré au troisième trimestre, flattées par ailleurs par un taux de change avantageux.

Le groupe a désormais écoulé au total plus de 32 millions de PS5, ce qui devrait continuer à soutenir ses revenus dans les services en ligne liés au jeu vidéo, avec une offre d'abonnements renforcée l'an dernier, et améliorer les ventes de jeux à venir, comme le très attendu "Final Fantasy XVI". Alors qu'un ralentissement économique mondial s'annonce à l'horizon, l'analyste Yasuo Nakane a dit ne prévoir "qu'une légère croissance des résultats (de Sony) au cours du prochain exercice", dans une note de Mizuho Securities publiée en janvier.

"Ceci dit, nous sommes optimistes" quant à la stabilité des résultats de Sony "dans le contexte d'une récession, car les bénéfices de ses activités cinéma, musique et services financiers en particulier sont peu affectés par les facteurs macroéconomiques", a-t-il ajouté. Sony table aussi plus que jamais sur la coopération entre ses différentes divisions: il travaille actuellement sur une dizaine d'adaptations de ses licences de jeu vidéo au cinéma et à la télévision.

Le groupe a par ailleurs annoncé jeudi des changements à sa tête, avec la promotion à partir du 1er avril de son directeur financier Hiroki Totoki, 58 ans, aux rôles de président et directeur des opérations. Kenichiro Yoshida restera lui président du conseil d'administration et directeur général.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Le Burkina Faso propose de créer "une fédération" avec le Mali

Publié

le

Les nouveaux dirigeants burkinabè affirment avoir été "inspirés" par la "vraie révolution" menée par le Mali depuis la prise du pouvoir par le colonel Assimi Goïta en 2020 (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP/KILAYE BATIONO)

Le Premier ministre burkinabè a proposé la création d'une "fédération" entre son pays et le Mali. Les deux Etats sont confrontés à la violence djihadiste et dirigés par des militaires putschistes qui ont exigé le départ des soldats français de leurs territoires.

"Nous pouvons constituer une fédération souple, qui peut aller en se renforçant et en respectant les aspirations des uns et des autres chez eux", a déclaré Apollinaire Kyélem de Tambela à l'issue d'une visite au Mali mardi et mercredi. Il était cité dans le compte rendu de cette visite publié par ses services.

"Nos devanciers ont tenté des regroupements, comme la Fédération du Mali qui malheureusement n'a pas duré. Mais ils ont montré la voie", a-t-il ajouté en référence à une éphémère tentative de fédération entre le Mali, le Sénégal, le Burkina Faso et le Bénin (1959-1960) au moment des indépendances de ces ex-colonies françaises.

Le chef du gouvernement de Ouagadougou estime que "c'est un chantier que nous devons essayer de tracer pendant la période de transition, parce que si les politiciens reviennent au pouvoir, ce serait difficile".

Devenir "une puissance"

"Le Mali est un grand producteur de coton, de bétail et d'or. Le Burkina Faso aussi produit du coton, du bétail, de l'or. Tant que chacun va regarder ailleurs, nous ne pesons pas tellement, mais si vous mettez ensemble la production de coton, d'or et de bétail du Mali et du Burkina Faso, ça devient une puissance", a-t-il souligné.

"L'une des raisons qui explique ma visite au Mali, c'est que nous avons constaté que pendant longtemps, nous avons passé le temps à regarder ailleurs, alors que souvent, les solutions sont juste à côté de nous" , a-t-il soutenu. Et de souligner que la "vraie révolution" menée par le Mali depuis la prise du pouvoir par le colonel Assimi Goïta en 2020 a "inspiré" les nouveaux dirigeants burkinabè.

Le Burkina Faso, théâtre de deux coups d'Etat militaires en 2022, est pris depuis 2015 dans la spirale de la violence djihadiste apparue au Mali quelques années auparavant et qui s'est étendue au-delà de ses frontières.

Le nouveau pouvoir issu du dernier coup d'Etat du 30 septembre 2022, mené par le capitaine Ibrahim Traoré, vient de demander le départ des 400 soldats français des forces spéciales de l'opération Sabre basés à Ouagadougou. Un scénario qui rappelle celui du Mali voisin où le régime issu de deux coups d'Etat en 2020 et 2021 a poussé les militaires français de la force Barkhane vers la sortie.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Moscou conspue l'UE avant un sommet européen avec l'Ukraine à Kiev

Publié

le

C'est la quatrième fois qu'Ursula von der Leyen se rend à Kiev depuis le déclenchement de l'invasion russe, le 24 février (ici en septembre dernier, archives). (© KEYSTONE/EPA/SERGEY DOLZHENKO)

Moscou a accusé l'Europe de vouloir anéantir la Russie jeudi. Elle l'a comparée aux nazis, alors que le pays célèbre les 80 ans de la victoire de Stalingrad. Au même moment, la présidente allemande de la Commission européenne Ursula von der Leyen arrivait à Kiev.

La dirigeante allemande a assuré l'Ukraine de tout le soutien de l'UE, en arrivant jeudi à Kiev accompagnée de ses commissaires, à la veille du sommet UE-Ukraine prévu vendredi dans la capitale ukrainienne en présence aussi du président du Conseil européen, Charles Michel.

"C'est bon d'être de retour à Kiev, ma quatrième fois depuis l'invasion par la Russie et cette fois-ci avec mon équipe de commissaires", a-t-elle écrit sur Twitter. "Nous sommes là ensemble pour montrer que l'UE se tient fermement au côté de l'Ukraine", a-t-elle ajouté.

"Symbole fort"

Mme von der Leyen est accompagnée du chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, et de 14 autres membres du Collège des commissaires européens qui rencontreront leurs collègues du gouvernement ukrainien. La cheffe de la Commission devrait aussi s'entretenir avec le président Volodymyr Zelensky.

La Commission a qualifié cette visite et le sommet de "symbole fort" de l'engagement européen à soutenir l'Ukraine "face à l'agression injustifiée" de la Russie. Kiev a à coeur d'accélérer le processus d'adhésion à l'UE, mais ce chemin s'annonce long, du fait de réformes difficiles à mener, surtout en pleine guerre.

"Résoudre la question russe"

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a lui profité d'un entretien accordé à la télévision russe pour se lancer dans une diatribe, accusant les Européens de vouloir mettre fin à "la question russe".

Ursula von der Leyen "a déclaré que le résultat de la guerre doit être la défaite de la Russie (...) telle qu'elle ne se relève pas pendant des décennies", a-t-il fustigé. "N'est-ce pas du racisme, du nazisme et une tentative de résoudre la question russe ?", a-t-il dit, comparant la situation à "la solution finale de la question juive", soit l'Holocauste orchestré par les nazis.

Selon lui, les Occidentaux n'utilisent "pas de chambres à gaz" mais ils font tout "pour que la Russie cesse d'exister en tant que puissance".

Le président Vladimir Poutine a le premier accusé l'Ukraine de nazisme et l'Occident de complicité pour justifier son invasion il y a près d'un an. Moscou dit vouloir "dénazifier" son voisin, inscrivant son offensive dans l'héritage de la victoire soviétique sur les nazis durant la Seconde Guerre mondiale.

M. Poutine doit d'ailleurs prendre la tête jeudi de cérémonies en grande pompe marquant le 80e anniversaire de la victoire soviétique à la bataille de Stalingrad.

Risque d'escalade

En outre, M. Lavrov a de nouveau qualifié le soutien militaire occidental à l'Ukraine d'"escalade", notamment en cas de livraison d'armements de plus longue portée.

L'Ukraine réclame des missiles de haute précision d'une portée de plus de 100 kilomètres pour détruire les lignes d'approvisionnement russes et surmonter son déficit en nombre d'hommes et en armements. Jusqu'ici, les Occidentaux ont refusé, de crainte de provoquer une nouvelle escalade russe. Le président américain Joe Biden a toutefois indiqué mardi qu'il allait en discuter avec M. Zelensky.

Après de longues tergiversations, Européens et Américains ont donné leur feu vert ce mois-ci à des livraisons de chars lourds modernes, même si leur nombre reste en deçà de ce que réclame Kiev.

Préparation à l'offensive

De nombreux observateurs jugent que Kiev comme Moscou préparent de nouvelles offensives à la fin de l'hiver et au printemps.

"Nous ne sous-estimons pas notre ennemi. Nous voyons qu'il se prépare très sérieusement à l'offensive", a indiqué le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiï Reznikov mercredi soir. "Ils vont essayer de tenter quelque chose aux alentours du 24 février", date anniversaire de l'invasion, a-t-il poursuivi.

Après une série de revers humiliants à l'automne, la Russie a mobilisé des centaines de milliers de réservistes. Ces dernières semaines, les forces russes ont intensifié leurs assauts sur le front de l'Est, notamment sur Bakhmout, ville que Moscou tente de conquérir depuis l'été, lui infligeant des destructions considérables.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

Hockey

Boston renoue avec la victoire avant le All Star Game

Publié

le

Pavel Zacha (à droite) a signé un doublé face à Toronto mercredi (© KEYSTONE/AP/Frank Gunn)

Meilleure équipe de la NHL cette saison, Boston a renoué avec la victoire mercredi lors de la dernière soirée avant la pause du All Star Game.

Les Bruins, qui restaient sur trois défaites consécutives, sont allés s'imposer 5-2 sur la glace de Toronto.

Boston a forcé la décision grâce à un doublé de Pavel Zacha, qui a été échangé à l'intersaison avec les Devils contre Erik Haula. Les Bruins virent ainsi en tête avant le week-end All Star avec 39 victoires en 51 parties pour un total de 83 points.

Deuxième meilleure équipe de la Ligue avec 7 points de retard, Carolina a pour sa part cueilli sa 7e victoire d'affilée en gagnant 5-1 à Buffalo dans le seul autre match programmé mercredi. L'attaquant finlandais des Canes Sebastian Aho a inscrit un but au cours d'un sixième match consécutif.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Atlanta obtient son plus large succès de la saison

Publié

le

Trae Young (11) et Atlanta ont battu Phoenix de 32 points (© KEYSTONE/AP/Rick Scuteri)

Atlanta a fêté mercredi son plus large succès de la saison en NBA. Les Hawks de Clint Capela ont battu les Suns de 32 points (132-100) à Phoenix, où ils n'ont jamais été menés au score.

Battu à quatre reprises dans ses quatre précédentes sorties, Atlanta aurait même pu s'imposer plus nettement encore face à une équipe privée de Devin Booker. Emmenés par leurs arrières Dejounte Murray (21 points) et Trae Young (20 points), les Hawks ont compté jusqu'à 42 longueurs d'avance à 6'01'' du terme de cette partie (122-79).

La franchise géorgienne, qui présente à nouveau un bilan équilibré (26 victoires-26 défaites), a fait la différence grâce à une adresse retrouvée: 57,1% de réussite au tir, et même 57,6% à 3 points (19/33) avec un 4/7 dans cet exercice pour Murray et pour Bogdan Bogdanovic (18 points en sortant du banc).

Clint Capela n'a forcément pas pris part à ce festival de tirs à longue distance. Mais le pivot genevois a fait son job, même s'il n'a pas signé son traditionnel double double. Il termine cette partie avec 9 points et 10 rebonds à son actif, avec un temps de jeu limité à 22', pour un différentiel de +17.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Lion

Vitalité et optimisme au top… Vous passerez ce jeudi sur un petit nuage. Dans votre travail, un imprévu bénéfique sera au rendez-vous.

Les Sujets à la Une

X