Rejoignez-nous

International

Nouvelles salves de missiles russes et coupures de courant

Publié

,

le

La guerre ne connait pas de trêve en Ukraine : la Russie continue de pilonner l'Ukraine à coups de bombes. (© KEYSTONE/EPA/SERGEY DOLZHENKO)

L'Ukraine a dénoncé des frappes "massives" de dizaines de missiles russes qui ont visé jeudi matin les infrastructures énergétiques du pays, entraînant de nouvelles coupures de courant massives à la veille des fêtes du Nouvel An.

Ces frappes ont fait "3 morts et 6 blessés, dont un enfant", a indiqué jeudi soir le ministre de l'Intérieur ukrainien Denys Monastyrskyi à une télévision locale.

Dans ce contexte de bombardement, le Bélarus, plus proche allié de Moscou et base arrière des forces ayant envahi l'Ukraine, a dit avoir abattu au-dessus de son territoire un missile de défense anti-aérienne S300 provenant "du territoire ukrainien". Une première depuis le début de l'invasion russe il y a plus de 10 mois.

Les autorités ont diffusé les images de fragments tombés dans un champs de la région de Brest près du village de Gorbakha, dans le sud-ouest du pays. Elles ont également convoqué l'ambassadeur d'Ukraine pour réclamer une enquête "approfondie" et de "punir les responsables".

Kiev n'a pas tardé à réagir officiellement, évoquant une possible "provocation" de la part de Moscou pour entraîner le Bélarus dans sa guerre.

"La partie ukrainienne n'exclut pas une provocation délibérée de l'État terroriste russe, qui a tracé une telle route pour ses missiles de croisière afin de provoquer leur interception dans l'espace aérien au-dessus du territoire du Bélarus", a indiqué le ministère ukrainien de la Défense dans un communiqué.

Kiev s'est aussi dit "prêt à mener une enquête objective en Ukraine sur l'incident survenu le 29 décembre dans le ciel au-dessus du territoire du Bélarus", a ajouté le ministère, précisant vouloir coopérer avec des "experts" internationaux dont "les Etats ne sont pas associés au soutien" de la Russie.

En Ukraine, le commandant en chef des forces armées, Valéry Zaloujny, a indiqué que 54 des 69 missiles russes lancés contre l'Ukraine avaient été abattus jeudi, "protégeant des éléments-clés de notre infrastructure économique", selon le ministre de la Défense Oleksiï Reznikov.

L'armée de l'air a fait état de 11 drones explosifs Shahed, de fabrication iranienne, détruits.

Sans discernement

Mais les tirs qui ont touché leurs cibles ont provoqué de nouveaux dégâts sur un réseau électrique déjà très endommagé par près de trois mois de bombardements de ce type.

"Malheureusement, en raison de dégâts importants sur le réseau, il nous est difficile de fournir de l'électricité aux régions de Kharkiv, Kiev, Odessa, Mykolaïv, Kherson et Lviv", a déploré le patron de l'opérateur Ukrenergo, Volodymyr Koudrytskiï, à la télévision ukrainienne.

Mais "l'ennemi n'a pas atteint son objectif: le système fonctionne" et "une partie a (déjà) été restaurée", a-t-il ajouté.

Les coupures de courant se sont multipliées jeudi dans le pays, alors que des millions de civils ukrainiens vivent déjà depuis des semaines avec une électricité fortement rationnée, des problèmes d'eau et de chauffage en plein hiver.

Dans la région de Kharkiv (est), "un homme de 50 ans" a été tué et une personne hospitalisée à la suite de tirs russes, selon le gouverneur Oleg Synegoubov.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, a dénoncé des frappes d'une "barbarie insensée" lancées contre "des villes ukrainiennes pacifiques juste avant le Nouvel An".

Sur Twitter, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a fustigé une attaque qui "détruit sans discernement les infrastructures et les installations médicales, cible et tue délibérément des civils".

Dans le noir

Après une série de revers militaires sur le terrain à la fin de l'été et à l'automne, le Kremlin a changé de tactique et commencé en octobre à frapper régulièrement les transformateurs et centrales électriques de l'Ukraine.

Jeudi, Lviv, la grande ville de l'ouest de l'Ukraine, était à 90% privée d'électricité. Dans la région du même nom, 282 localités étaient également sans courant.

A Kiev, à la mi-journée, 40% des habitants étaient sans électricité du fait des frappes sur des infrastructures à l'extérieur de la ville.

Selon un responsable militaire, la défense antiaérienne a pu néanmoins abattre la totalité des 16 missiles ayant visé la capitale. Mais des débris sont tombés sur des habitations et un terrain de jeu, faisant trois blessés dont une jeune fille de 14 ans, selon les autorités municipales.

Dans le quartier de Bortnytchi, une demi-douzaine de maisons ont subi des dégâts, selon un journaliste de l'AFP. Dans une rue, gisaient des amas de câbles, de planches et de briques.

Tetiana Denysenko, 62 ans, s'est précipitée dans le quartier lorsqu'on lui a dit que la maison où vivent sa fille et sa petite-fille avait été fortement endommagée.

"Ma fille aînée a été emmenée en ambulance. On est en train de l'opérer", sanglote cette dame. "Mais Dieu merci les enfants sont vivants !

A Odessa, grand port du Sud-Ouest, 21 missiles ont été abattus par la défense antiaérienne ukrainienne, selon le gouverneur Maksym Martchenko. Mais d'autres ont touché leurs cibles, si bien qu'il y a, là aussi, des coupures de courant.

La Russie déterminée

Le président russe Vladimir Poutine a justifié début décembre cette tactique des frappes massives affectant des millions de civils, par des attaques ukrainiennes contre des infrastructures russes.

Il présente en outre toujours son invasion de l'Ukraine, qui dure depuis plus de 10 mois, au prix de lourdes pertes, comme "une nécessité", assurant que l'Occident se servait de l'Ukraine comme d'une tête de pont pour menacer la Russie.

Sur le terrain, les combats continuent de faire rage, avec une bataille particulièrement sanglante pour Bakhmout, ville de l'Est que la Russie tente de conquérir depuis des mois, et Kreminna, que les forces ukrainiennes tentent de reprendre.

Kherson, grande ville du sud d'où les forces russes ont fui le 11 novembre, est désormais la cible de frappes russes presque quotidiennes.

En Russie, la défense antiaérienne a abattu jeudi un drone dans la région de la base militaire clé d'Engels, située à 500 kilomètres de la frontière ukrainienne et déjà frappée lundi par une attaque meurtrière au drone attribuée à l'Ukraine.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

BNP Paribas: le bénéfice net bondit de plus de 20% au 2e trimestre

Publié

le

La banque de financement et d'investissement a vu son chiffre d'affaires croître de 12,1% notamment grâce à une forte hausse des activités sur les marchés actions en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique et aux Amériques. (archive) (© KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT)

Le géant bancaire français BNP Paribas a annoncé mercredi un bénéfice net en hausse de 20,8% sur un an au deuxième trimestre, à 3,4 milliards d'euros. L'établisseement a notamment tiré profit d'une dynamique commerciale favorable.

D'avril à juin, le produit net bancaire du groupe (PNB), équivalent du chiffre d'affaires pour le secteur, s'élève à 12,27 milliards d'euros, "grâce à la dynamique commerciale des pôles opérationnels", a indiqué dans un communiqué le directeur général Jean-Laurent Bonnafé. Une hausse de près de 8% en comparaison avec un deuxième trimestre 2023 où il avait été freiné par l'évolution de la politique monétaire, les marchés actions et l'immobilier.

Ces résultats dépassent les attentes des analystes interrogés par le fournisseur de données Factset et l'agence financière Bloomberg, qui tablaient sur respectivement 2,9 et 2,7 milliards d'euros de résultat net, et environ 11,9 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

Sur le premier semestre, le chiffre d'affaires ressort à 24,7 milliards d'euros, en hausse de 5,8% tandis que le bénéfice net baisse de plus de 10% à 6,5 milliards, reflétant la performance exceptionnelle du groupe au premier semestre 2023 avec "l'impact de la cession de Bank of the West", mais également la contribution à la constitution du Fonds de Résolution Unique.

En données distribuables, qui permet une comparaison hors effets de périmètre, le résultat net du premier semestre reste stable, et le produit net bancaire connaît une petite hausse de 1,7%. La banque de financement et d'investissement a vu son chiffre d'affaires croître de 12,1% au deuxième trimestre à 4,5 milliards d'euros notamment grâce à une forte hausse des activités sur les marchés actions dans les régions Europe, Moyen-Orient, Afrique et Amériques, souligne le communiqué.

Les revenus de la branche banques commerciales, leasing automobile, et paiement restent stables au deuxième trimestre, mais le bénéfice net est lui en recul de 24%. La branche protection, épargne, investissement et services immobiliers voit elle son chiffre d'affaires augmenter de 3%.

Le coût du risque, c'est-à-dire les sommes provisionnées pour faire face aux éventuels impayés sur les crédits consentis, a lui connu une hausse au deuxième trimestre par rapport au premier, passant de 29 points de base des encours de crédits à la clientèle, soit 640 millions d'euros, à 33 points de base, à 752 millions, intégrant un "dossier spécifique" non divulgué.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Mattel: les ventes se tassent, mais la rentabilité s'améliore

Publié

le

Mattel espère voir ses chiffres se redresser dans les mois à venir grâce à la célébration des 65 ans de Barbie et au lancement prévu de deux nouvelles lignes de la poupée vedette. (archive) (© KEYSTONE/AP/Alan Diaz)

Le spécialiste américain du jouet Mattel a enregistré un tassement de ses ventes au deuxième trimestre. Le géant n'en est pas moins parvenu à dégager un bénéfice net en forte hausse grâce à une maîtrise de ses coûts.

Le chiffre d'affaires s'est contracté de 1% sur un an, à 1,08 milliard de dollars, selon un communiqué publié mercredi, soit moins que les 1,10 milliard attendus par les analystes. L'entreprise d'El Segundo, dans l'Etat de Californie, a souffert sur le marché des poupées (-6%), qui reste le premier secteur d'activité du groupe (34% des revenus).

Mattel détient les marques Barbie, American Girl ou Beauty Cuties. Il espère voir la catégorie se redresser dans les mois à venir grâce à la célébration des 65 ans de Barbie et au lancement prévu de deux nouvelles lignes de la poupée vedette, a expliqué le directeur général, Ynon Kreiz, lors d'une conférence téléphonique.

Mattel a aussi pâti d'un ralentissement sur ses produits destinés aux tout-petits (-4%). Sur le plan géographique, toutes les régions du groupe ont connu une baisse de ventes, à l'exception de l'Asie-Pacifique.

"Nous nous attendons à ce que l'activité jouets soit en croissance au second semestre", a néanmoins indiqué Ynon Kreiz. Depuis plusieurs années, Mattel cherche à s'appuyer sur son portefeuille de marques pour développer films et séries animées.

Plusieurs longs métrages sont en cours de préparation, notamment autour des personnages Polly Pocket, des petites voitures Hot Wheels ou du jeu de cartes Uno. Malgré le reflux de son chiffre d'affaires, Mattel a réussi à doubler son bénéfice net (+109%), à 56,9 millions de dollars.

Rapporté par action et hors éléments exceptionnels, donnée très suivie par Wall Street, il s'affiche à 19 cents, soit mieux que les 17 cents projetés par les analystes. L'entreprise a fait baisser de 8% ses coûts opérationnels.

C'est le résultat d'un plan annoncé en février, qui doit permettre de réaliser 200 millions de dollars d'économie en année pleine d'ici 2026. Les investisseurs ont mal réagi au fléchissement des ventes du groupe, en particulier pour les poupées un an seulement après la sortie du film "Barbie", qui a ramassé plus de 1,4 milliard de dollars au box-office.

Dans les échanges électroniques postérieurs à la fermeture de Wall Street, le titre cédait 7,71%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Les papillons peuvent polliniser les fleurs grâce à l'électricité

Publié

le

La plupart des lépidoptères accumulent une charge électrique positive en volant, ce qui attire les pollens chargés négativement (archives). (© KEYSTONE/EPA/BARTOLOMIEJ ZBOROWSKI)

Les papillons ne se contentent pas de convoiter le nectar des fleurs, mais peuvent aider leur pollinisation grâce à une charge d'électricité statique qu'ils emmagasinent en volant, selon une étude parue mercredi. La pollinisation se fait sans contact.

Les lépidoptères, c'est-à-dire les papillons de jour et de nuit, font partie des insectes pollinisateurs, transportant le pollen d'une plante à fleurs vers une autre pour sa reproduction.

Ce rôle a été minimisé par certaines études, qui en ont fait avant tout un "parasite", plus assoiffé de nectar qu'autre chose, remarque le biologiste Sam England, à l'institut allemand Leibniz de science de l'évolution et de la biodiversité. L'étude qu'il signe dans la revue Interface de la Royal Society britannique est la première à mesurer leur capacité de pollinisation grâce à l'électricité dont l'animal se charge en volant.

Les principaux pollinisateurs, comme le bourdon ou l'abeille, ont longtemps été réputés collecter le pollen et le libérer par contact avec les organes reproducteurs des fleurs. C'est seulement à partir des années 1980 que les biologistes ont supposé que des forces électrostatiques pouvaient aussi jouer un rôle dans ce processus indispensable à la reproduction sexuée des plantes à fleurs.

Centaine de grains

"C'est quelque chose qui n'a pas été exploré en détail en termes d'écologie", constate auprès de l'AFP Sam England. L'idée est qu'en volant, le corps de l'insecte accumule une charge électrique positive, produite par le frottement des ailes avec l'air. Or "une bonne proportion du pollen de fleurs est chargé négativement", poursuit le biologiste.

Des charges opposées s'attirant, ce pollen serait dirigé naturellement vers l'abdomen de l'insecte pollinisateur. Il prendrait alors une charge positive pendant son transport jusqu'à une autre fleur, où il serait naturellement attiré par le champ électrique négatif de cette fleur.

"On a montré que les abeilles accumulent ainsi des charges électriques conséquentes", selon lui, mais "personne ne l'avait quantifié pour les papillons".

Pour son étude, Sam England a mesuré la charge électrique nette de onze espèces de papillons, natifs de cinq continents. Résultat: "la plupart des lépidoptères accumulaient une charge électrique positive", selon le chercheur.

L'étude conclut qu'en moyenne, la charge électrique de l'insecte fournit une force électrostatique suffisante pour soulever une centaine de grains de pollens sur 6 millimètres de hauteur en moins d'une seconde, jusqu'à l'abdomen du papillon. La capacité de charge des papillons varie entre espèces étudiées.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Des ballons de déchets au siège de la présidence sud-coréenne

Publié

le

Les résultats ont confirmé qu'il n'y avait pas de danger ou de contamination des ballons nord-coréens lancés sur Séoul. (© KEYSTONE/AP/Park Dong-joo)

Des ballons lestés de déchets envoyés par la Corée du Nord ont touché mercredi le complexe présidentiel sud-coréen, ont indiqué à l'AFP des responsables de la sécurité. Des équipes d'intervention chimique ont été mobilisées.

C'est la première fois que le siège de la présidence sud-coréenne, situé dans le centre de Séoul et protégé par des dizaines de soldats et une zone d'exclusion aérienne, est directement touché par l'un des milliers de ballons d'ordures lancés par Pyongyang depuis le mois de mai dans le cadre d'une guerre de propagande entre les deux pays.

"L'équipe d'intervention en cas de guerre chimique, biologique et radiologique a récupéré les ballons-poubelles en toute sécurité", a déclaré le service de sécurité de la présidence.

"Après enquête, les résultats ont confirmé qu'il n'y avait pas de danger ou de contamination de l'objet", a-t-il ajouté. L'état-major interarmées sud-coréen avait averti d'un nouveau lancer de ballons nord-coréens et les autorités de Séoul avaient lancé une alerte mercredi matin.

Dixième lancer de ballons

"Si vous trouvez des ballons tombés au sol, ne les touchez pas et signalez-les à l'unité militaire ou au poste de police le plus proche", avaient-elles prévenu.

C'est le dixième lancer de ballons effectué par la Corée du Nord vers le Sud cette année. Pyongyang les présente comme des représailles aux envois de ballons chargés de propagande anti-régime par des militants sud-coréens.

En réponse, la Corée du Sud a repris dimanche la diffusion de propagande "à grande échelle" par des haut-parleurs le long de la frontière, à l'intention du Nord.

Séoul a également suspendu totalement un accord militaire visant à réduire les tensions et a repris les exercices de tir à balles réelles sur les îles frontalières et près de la zone démilitarisée qui divise la péninsule coréenne.

Les deux pays restent techniquement en guerre, car les combats de 1950 à 1953 s'étant terminés par un armistice et non par un traité de paix. La diffusion de propagande exaspère Pyongyang, qui a déjà menacé de lancer des attaques d'artillerie contre les haut-parleurs de Séoul.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

Malgré un climat un peu houleux, vous cherchez à stabiliser votre vie qui a connu quelques incidents. Et si vous devez vous battre pour cela, vous le ferez !

Les Sujets à la Une

X