Rejoignez-nous

International

Poutine a annoncé se présenter à la présidentielle russe de mars

Publié

,

le

Le mandat pour lequel Vladimir Poutine se présente serait le cinquième du septuagénaire. (© KEYSTONE/EPA/SERGEI KARPUKHIN / SPUTNIK / KREMLIN POOL)

Pas "d'autre choix" : Vladimir Poutine a annoncé être candidat à un cinquième mandat lors de la présidentielle du 17 mars en Russie. Sa réélection fait peu de doute après près d'un quart de siècle au pouvoir et la répression de l'opposition.

Le président russe, qu'une réforme constitutionnelle de 2020 autorise à être candidat encore en 2024 et 2030, peut théoriquement se maintenir au Kremlin jusqu'en 2036, année de ses 84 ans.

"A une autre époque, j'ai eu d'autres pensées concernant cette question. Mais je comprends qu'aujourd'hui il n'y a pas d'autre choix possible. Je vais donc me présenter au poste de président de la Russie", a déclaré l'intéressé, âgé de 71 ans.

M. Poutine s'exprimait au Kremlin, selon des images diffusées par la télévision d'Etat, et répondait à une question posée lors d'un échange avec plusieurs personnes, dont des combattants, venant de recevoir des décorations officielles.

Le président a estimé que "le temps de prendre une décision (était) venu", selon un autre extrait de l'échange diffusé à la télévision.

L'annonce avait été rapportée quelques minutes plus tôt par un participant de l'échange, Artiom Joga, combattant et membre du Parlement local russe à Donetsk, ville occupée dans l'Est de l'Ukraine.

"Notre président n'a jamais fui et ne fuira jamais ses responsabilités. Aujourd'hui, il l'a de nouveau prouvé", a réagi sur Telegram Valentina Matvienko, la présidente de la chambre haute du Parlement.

Répression de l'opposition

Aucun détracteur du Kremlin ne devrait être en mesure de se présenter au scrutin, alors que les autorités écrasent depuis des années l'opposition. Cette répression s'est accélérée avec l'offensive en Ukraine.

Le scrutin se tiendra le 17 mars, peu après le deuxième anniversaire du lancement de "l'opération militaire spéciale" en Ukraine, toujours en cours, et à la veille du dixième anniversaire de l'annexion par la Russie, en 2014, d'un premier territoire ukrainien, la péninsule de Crimée.

Après une année 2022 marquée par des revers sur le front et une volée de sanctions occidentales, Vladimir Poutine apparaît fin 2023 en meilleure posture avec l'échec de la contre-offensive lancée cet été par l'Ukraine, l'effritement du soutien européen et américain à Kiev et le redressement de l'économie nationale.

La quasi-totalité des opposants d'envergure, à l'exemple du militant anticorruption Alexeï Navalny, ont été jetés en prison ou poussés à l'exil et toute critique de l'assaut contre l'Ukraine est sévèrement punie.

Aucun concurrent

La Commission électorale russe a annoncé vendredi que le scrutin se tiendra sur trois jours, du 15 au 17 mars, une pratique instaurée pendant la pandémie de Covid-19, mais dénoncée par l'opposition comme un moyen de faciliter les fraudes.

M. Poutine a été président de 2000 à 2008 et l'est de nouveau depuis 2012. Touché par la limite de mandat, il avait cédé le Kremlin de 2008 à 2012 à un allié, Dmitri Medvedev, mais était resté en tant que Premier ministre l'homme fort de la Russie.

Né en 1952 à Léningrad (actuelle Saint-Pétersbourg), il a d'abord mené une carrière d'agent du KGB, les services secrets soviétiques, notamment en Allemagne de l'Est, avant de rentrer en Russie après la dislocation de l'URSS.

Il a débuté son parcours politique à la mairie de Saint-Pétersbourg, avant de rejoindre rapidement le Kremlin et d'y gravir les échelons en cultivant l'image d'un homme ferme et efficace, en plein tumulte des années 1990 en Russie.

Désigné Premier ministre, puis succédant à Boris Eltsine après sa démission le 31 décembre 1999, Vladimir Poutine a progressivement mis au pas le pays, en démontant les acquis démocratiques des années 1990 et prônant une politique de puissance nostalgique de l'URSS et de plus en plus conservatrice.

Il a lancé ou soutenu quatre guerres depuis son arrivée au pouvoir : la seconde guerre de Tchétchénie (1999-2009), l'invasion de la Géorgie (2008), l'intervention en Syrie (2015) et les attaques contre l'Ukraine d'abord en 2014 puis en 2022.

Depuis une réforme constitutionnelle controversée adoptée en pleine pandémie en 2020, il a la possibilité de se maintenir au Kremlin jusqu'en 2036.

Son porte-parole, Dmitri Peskov, avait indiqué mi-novembre que M. Poutine n'avait aucun concurrent crédible.

Le travail des médias lors de ce scrutin sera compliqué par un durcissement des conditions de couverture décidé par les autorités en novembre, notamment sur l'accès au vote ou aux dépouillements.

L'élection se déroulera également dans les régions ukrainiennes occupées par la Russie, où la loi martiale est actuellement en vigueur.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

Gaza: le président brésilien persiste à accuser Israël de génocide

Publié

le

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a utilisé à plusieurs reprises le terme de "génocide". (© KEYSTONE/EPA/Andre Coelho)

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a persisté vendredi à accuser Israël de "génocide" envers les Palestiniens à Gaza. Il a récemment déclenché une crise diplomatique en comparant l'offensive israélienne contre le Hamas à la Shoah.

"Ce que l'Etat d'Israël est en train de faire, ce n'est pas une guerre, c'est un génocide, car il est en train de tuer des femmes et des enfants", a lancé Lula lors d'une cérémonie à Rio de Janeiro. Il a été déclaré lundi "persona non grata" par Israël pour avoir tenu ces mêmes propos.

Le dirigeant brésilien, qui réagissait pour la première fois depuis la polémique lancée par sa comparaison de l'offensive israélienne à la Shoah, a maintenu sa position, soulignant à plusieurs reprises le terme de "génocide".

"C'est un génocide. Ce sont des milliers d'enfants morts et des milliers de disparus. Ce ne sont pas des soldats qui meurent, ce sont des femmes et des enfants à l'hôpital. Si cela n'est pas un génocide, je ne sais pas ce qu'est un génocide", a martelé Lula.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Le soutien de la France à l'Ukraine ne "faiblira pas", lance Macron

Publié

le

Après deux ans de guerre, la situation est "extrêmement difficile" pour l'armée ukrainienne sur le front est, selon Kiev (archives). (© KEYSTONE/AP 10th Mountain Assault Brigade "Edelweiss"/SHANDYBA MYKY)

Le président français Emmanuel Macron a averti samedi son homologue russe Vladimir Poutine que le soutien de la France auprès de l'Ukraine ne "faiblira pas". Il ne faut "pas compter" sur une "lassitude des Européens", a-t-il lancé.

"Deux ans de guerre. Frappée et meurtrie, mais toujours debout. L'Ukraine se bat pour elle, pour ses idéaux, pour notre Europe. Notre engagement à ses côtés ne faiblira pas", a écrit M. Macron, dans un message posté par l'Elysée sur le réseau social X (ex-Twitter) à l'occasion du deuxième anniversaire de l'invasion russe.

"La Russie du président Poutine ne doit pas compter sur une quelconque lassitude des Européens", prévient également la présidence française dans un communiqué sur X.

"L'issue de cette guerre sera décisive pour les intérêts, les valeurs et la sécurité européenne. La France est et restera aux côtés de l'Ukraine et du peuple ukrainien", ajoute encore le communiqué de l'Elysée.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

La sonde lunaire américaine a probablement aluni sur le côté

Publié

le

Selon Steve Altemus, Odysseus s'est "pris le pied sur la surface de la Lune et l'alunisseur s'est renversé" sur le côté en s'appuyant sur un rocher. (© KEYSTONE/AP)

Intuitive Machines, la première société privée à avoir réussi à alunir, a annoncé vendredi que sa sonde était probablement allongée sur un côté. "Nous pensons" qu'Odysseus s'est "pris le pied sur la surface de la Lune et que l'alunisseur s'est renversé".

La sonde Odysseus de l'entreprise américaine s'est posée sur la Lune vendredi à 00h23 (heure en Suisse), au terme d'une descente finale pleine de rebondissements, après une défaillance de son système de navigation et une communication compliquée juste après l'alunissage.

A l'aide d'une maquette de la sonde, Steve Altemus, le directeur et le co-fondateur d'Intuitive Machines a montré lors d'une conférence de presse l'appareil sur un côté, mais avec sa partie supérieure probablement appuyée sur "une roche", lui permettant d'être partiellement "surélevée", selon les analyses.

La société, fondée en 2013 et basée à Houston, au Texas, avait déclaré jeudi soir que l'appareil avait atterri "debout", mais ces données étaient erronées, a-t-il ajouté.

L'alunisseur peut malgré tout produire de l'énergie grâce à ses panneaux solaires et donc fonctionner, a-t-il dit. Des photographies sont attendues "ce week-end", qui devraient confirmer la position d'Odysseus.

Une première depuis plus de 50 ans

Cette sonde est le premier appareil américain à avoir atterri sur la Lune depuis plus de 50 ans. L'appareil transporte notamment des instruments scientifiques de la NASA, qui souhaite explorer le pôle Sud de la Lune avant d'y envoyer ses astronautes dans le cadre de ses missions Artémis.

Outre les images prises par Odysseus lui-même, un petit engin équipé de caméras et appelé EagleCam, développé par l'université d'aéronautique Embry-Riddle, devait être éjecté de l'alunisseur au dernier moment pour capturer de l'extérieur l'atterrissage.

Malheureusement, à cause des complications rencontrées durant cette phase, le déploiement d'EagleCam a été reporté, a déclaré l'université vendredi. Celui-ci est désormais prévu durant la mission au sol, ce qui permettrait malgré tout d'obtenir une vue externe de l'alunisseur.

Intuitive Machines a d'ores et déjà reçu des félicitations du monde entier, y compris de sociétés concurrentes ayant elles-mêmes tenté la manoeuvre récemment, sans succès: la start-up japonaise ispace, qui s'était écrasée sur la Lune l'année dernière, et la société américaine Astrobotic, qui n'était pas parvenue à atteindre l'astre en janvier.

Solution de secours

L'alunissage marque également une réussite pour la NASA, qui avait passé un contrat à 118 millions de dollars avec Intuitive Machines pour qu'elle transporte six instruments scientifiques lors de cette mission, nommée IM-1.

L'un d'entre eux a d'ailleurs vraisemblablement sauvé le voyage. Le système de navigation de l'alunisseur n'ayant pas fonctionné comme prévu, l'entreprise a dû improviser. Durant un tour de Lune supplémentaire ajouté juste avant la descente tant redoutée, des employés ont programmé in extremis un système de lasers de la NASA pour qu'il guide l'alunisseur.

Ce système, qui a pour but d'améliorer la précision des atterrissages, devait être activé pour la première fois dans l'espace durant cette mission, lors d'un test. Mais il a finalement été utilisé avec succès comme système de navigation principal.

Odysseus doit désormais fonctionner durant sept jours environ, avant que la nuit ne s'installe sur le pôle Sud lunaire.

Economie lunaire

Cette mission est la première pour Intuitive Machines, mais la deuxième du nouveau programme de livraisons lunaires de la NASA, nommé CLPS. Une première mission, celle d'Astrobotic, avait échoué le mois dernier.

Au lieu d'envoyer des instruments scientifiques sur la Lune à l'aide de véhicules lui appartenant, l'agence spatiale publique américaine a décidé de commander ce service à des entreprises privées.

Cette stratégie doit lui permettre de faire le voyage plus souvent et pour moins cher, mais aussi de stimuler le développement d'une économie lunaire, capable de soutenir une présence humaine durable sur la Lune, ce qui est l'un des buts du programme Artémis de la NASA.

Au total, quatre missions lunaires américaines supplémentaires sont officiellement prévues cette année dans le cadre du programme CLPS, dont deux autres d'Intuitive Machines.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Serie A: Bologne dans le top 4 avec un but de Freuler

Publié

le

Remo Freuler célèbre son but (© KEYSTONE/AP/Massimo Paolone)

Remo Freuler a signé sa première réussite de l'exercice en Serie A. L'international suisse a marqué le 2-0 lors du succès de Bologne contre Hellas Vérone lors de la 26e journée.

Ce cinquième succès consécutif en championnat permet à Bologne d'occuper le quatrième rang provisoire du classement. Le club dans lequel évoluent aussi Dan Ndoye (remplacé à la 82e) et Michel Aebischer (entré à la 82e pour relayer Freuler) peut vraiment rêver à un top 4 synonyme de Ligue des champions.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X