Rejoignez-nous

Climat

Premiers déplacés climatiques du Panama relogés sur le continent

Publié

,

le

Une cinquantaine des 365 îles de l'archipel de la comarque indigène Guna Yala sont habitées. (© KEYSTONE/EPA/Bienvenido Velasco)

Une communauté indigène du Panama a officiellement reçu mercredi du gouvernement les logements sur le continent où elle va progressivement s'installer pour fuir son îlot menacé par la montée du niveau des mers. Ce sont les premiers déplacés climatiques au pays.

Lors d'une cérémonie, le président Laurentino Cortizo a inauguré le quartier Nuevo Carti, construit dans la région indigène de Guna Yala pour reloger les 1200 habitants de l'île Carti Sugdupu, située à environ 15 minutes en bateau des côtes.

D'une superficie de 41 m2, les maisons disposent de l'eau courante et de l'électricité et sont entourées d'un terrain de 300 m2.

Sur l'îlot surpeuplé de Carti Sugdupu, de la taille de cinq terrains de football, les habitants vivent dans des conditions très précaires, manquant d'eau potable et souvent sans électricité. Le sol des habitations est en terre battue, les murs et les toits en bois ou tôle.

"Pays développés" pointés

Et pour couronner le tout, la mer ne cesse de monter. Selon les scientifiques, le réchauffement climatique entraîne une élévation du niveau des mers, principalement en raison de la fonte des glaciers et des calottes glaciaires.

"La crise climatique que connaît le monde [...] nous a contraints, ici au Panama, à procéder à ce déménagement de l'île à ce lotissement d'environ 300 maisons", a déclaré M. Cortizo, en remettant les clés d'une maison à une famille.

Le président panaméen, qui achèvera son mandat le 1er juillet, a rendu les "pays développés" responsables de la "crise" climatique "que connaît le monde", en raison de la production de gaz à effet de serre.

"Nous devons nous conformer à l'accord de Paris, qu'ils ne respectent pas. C'est très important", a-t-il estimé, faisant état d'autres îles au Panama "dans une situation de vulnérabilité" similaire en raison de l'élévation du niveau de la mer.

Carti Sugdupu est l'une des 365 îles de l'archipel de la comarque indigène Guna Yala, dans le nord-ouest du Panama. Une cinquantaine d'entre elles, toutes situées entre 50 cm et un mètre au-dessus du niveau de la mer, sont habitées.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Climat

Plus de 900 morts lors du hadj

Publié

le

Le pèlerinage subit de plus en plus les effets du changement climatique, a averti une étude saoudienne publiée en mai, selon laquelle les températures sur les sites où se déroulent les rituels augmentent de 0,4 degré Celsius tous les dix ans. (© KEYSTONE/AP/Rafiq Maqbool)

Des proches de pèlerins portés disparus pendant le hadj en Arabie saoudite ont fouillé les hôpitaux mercredi. Ils redoutaient le pire après la mort de plus de 900 fidèles lors de ce grand pèlerinage musulman annuel, la plupart en raison de la canicule.

La majorité des pèlerins tués lors du hadj qui s'est déroulé la semaine dernière à La Mecque, la ville la plus sainte de l'Islam dans l'ouest de l'Arabie saoudite, sont de nationalité égyptienne.

Selon un diplomate arabe, le bilan des morts égyptiens au hadj est monté à au moins 600. "Tous les décès (nouvellement annoncés) sont dus à la chaleur", a-t-il dit à l'AFP, alors que les températures avaient atteint les 51,8 degrés Celsius.

Précédemment, d'autres diplomates ont fait état d'au moins 323 Egyptiens décédés pendant le hadj, auquel ont participé environ 1,8 million de personnes cette année, la plupart venus de l'étranger.

Le nouveau bilan égyptien porte à 922 le nombre total de morts comptabilisés jusqu'à présent au hadj, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données fournies par différents pays.

Septuagénaire sans permis disparue

Mabrouka bint Salem Shoushana, de Tunisie, une septuagénaire, est portée disparue depuis le temps fort du pèlerinage samedi au mont Arafat, a dit à l'AFP son mari, Mohammed.

Parce qu'elle n'était pas enregistrée et n'avait pas de permis officiel pour le hadj, elle n'a pas pu accéder aux installations climatisées qui permettent aux pèlerins de se rafraîchir après des heures de prières en plein air, a-t-il expliqué.

"Elle avait tellement chaud et elle n'avait aucun endroit où dormir. Je l'ai cherché dans tous les hôpitaux. Et jusqu'à présent je ne sais rien sur elle".

Réseaux sociaux inondés

Il est loin d'être le seul à avoir désespérément besoin d'informations. Facebook et d'autres réseaux sociaux ont été inondés de photos de personnes disparues et de demandes d'informations.

Ghada Mahmoud Dawoud, une Egyptienne est portée disparue depuis samedi. "J'ai reçu un appel de sa fille en Egypte me demandant de publier sur Facebook un message qui pourrait aider à la retrouver", a déclaré un ami de la famille basé en Arabie saoudite, qui a requis l'anonymat.

"Nous ne l'avons pas trouvée sur la liste des personnes décédées, ce qui nous donne l'espoir qu'elle est encore en vie."

La température monte inexorablement

Le hadj est l'un des cinq piliers de l'islam et tout musulman, qui en a les moyens, doit le faire au moins une fois dans sa vie.

Les dates du hadj sont déterminées selon le calendrier musulman, basé sur les cycles lunaires, et les rituels se sont déroulés ces dernières années sous des températures caniculaires.

Ce pèlerinage subit de plus en plus les effets du changement climatique, a averti une étude saoudienne publiée en mai selon laquelle les températures sur les sites où se déroulent les rituels augmentent de 0,4 degré Celsius tous les dix ans.

Voies irrégulières

Chaque année, des dizaines de milliers de pèlerins tentent d'accomplir le hadj par des voies irrégulières, car ils ne peuvent pas se permettre les permis officiels, souvent coûteux.

Outre les morts égyptiens, 60 décès de Jordaniens ont été annoncés par des diplomates arabes. Des décès ont également été confirmés en Indonésie, en Iran, au Sénégal, en Tunisie et au Kurdistan irakien. Un diplomate asiatique a fait état de "68 décès" parmi les pèlerins indiens.

Cinq cent cinquante corps à la morgue

Les diplomates ont indiqué la veille que 550 corps avaient été transportés à la morgue d'Al-Muaisem, l'une des plus importantes de La Mecque.

Les autorités saoudiennes avaient affirmé dimanche avoir traité plus de 2000 pèlerins souffrant de stress thermique, sans fournir d'informations sur des décès.

Houria Sharif, une Egyptienne de 70 ans, est portée disparue depuis qu'elle a prié samedi sur le mont Arafat. "Nous avons tapé sur plein de portes mais nous ne l'avons pas trouvée jusqu'à présent", a déclaré une amie.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

D'intenses pluies en Amérique centrale font au moins 13 morts

Publié

le

Des pluies intenses tombent depuis samedi sur San Salvador. (© KEYSTONE/EPA/Rodrigo Sura)

D'intenses pluies tombant depuis samedi sur l'Amérique centrale ont causé la mort d'au moins 13 personnes au Salvador et Guatemala, ont annoncé lundi les autorités. Les deux pays ont aussi fait état de milliers de sinistrés après des inondations et coulées de boue.

Au Salvador, pays le plus touché, cinq personnes sont mortes lundi lors d'un glissement de terrain dans le département d'Ahuachapan (sud-ouest), selon le directeur de la protection civile. Un précédent bilan faisait état de trois morts.

Il a ajouté que deux autres personnes sont décédées lundi dans un accident de la circulation après avoir percuté un arbre tombé sur la chaussée. Dimanche, un autre automobiliste a perdu la vie dans des circonstances similaires. Trois autres décès ont été enregistrés en relation directe avec les fortes pluies.

Le ministère de l'environnement a averti que les pluies allaient se poursuivre. Le président Nayib Bukele a annoncé sur son compte X (ex-Twitter) avoir demandé au parlement de déclarer mardi "jour férié" afin de "réduire le risque de tragédie" dans les déplacements de salariés. L'état d'urgence a été décrété par le gouvernement pour faciliter la mobilisation des ressources.

Vaste zone de basse pression

Au Guatemala, un couple est décédé dimanche dans la municipalité de Sacapulas (ouest), enseveli sous un mur effondré par le ravinement des eaux de pluie, a rapporté la protection civile locale.

Selon un rapport du centre national des ouragans (NHC) aux Etats-Unis, les pluies vont se poursuivre en Amérique centrale et dans le sud du Mexique, car "une vaste zone de basse pression se forme au-dessus de la baie de Campeche" et "une dépression tropicale devrait se former en milieu de semaine sur la côte ouest du golfe du Mexique".

De fortes précipitations se sont abattues également sur les régions amazonienne et andine de l'Equateur, semant la désolation dans 10 des 24 provinces du pays, où des glissements de terrain et des inondations ont été signalés. Un éboulement dimanche dans une zone touristique près du volcan Cotopaxi a fait sept morts et 22 blessés.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Lausanne: chute d'un arbre - trafic rétabli à la rue de la Borde

Publié

le

Suite à la chute d'un arbre, la circulation a été perturbée samedi toute la journée à la place du Tunnel, au bas de la rue de la Borde (photo prétexte). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Un glissement de terrain a entraîné la chute d'un arbre samedi vers la place du Tunnel en bas de la rue de la Borde à Lausanne. Les lignes aériennes des TL ont été endommagées. Perturbé une grande partie de la journée, le trafic a été rétabli vers 18h00.

La rue de la Borde a été fermée à la circulation dans le sens de la montée, a précisé Michel Gandillon, porte-parole de la police de Lausanne à Keystone-ATS. Des spécialistes des Services industriels, des TL et des sapeurs-pompiers ont oeuvré sur le terrain pour rétablir la situation. Des déviations de trafic ont été mises en place.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Les Etats-Unis se préparent à une vague de chaleur écrasante

Publié

le

Il pourrait faire jusqu'à 38 degrés celsius dans le nord-est des Etats-Unis (archives). (© KEYSTONE/AP/David Santiago)

Des régions du centre et de l'est des Etats-Unis d'Amérique se préparent à subir une vague de chaleur étouffante la semaine prochaine. Les températures, qui devraient être anormalement élevées pour un mois de juin, pourraient monter jusqu'à 38 degrés par endroits.

"Les températures vont s'envoler la semaine prochaine du Midwest vers le nord-est" du pays, a prévenu vendredi sur le réseau social X (ex-Twitter) le service météorologique national (NWS). Il s'attend à "plusieurs dizaines de records" de chaleur journaliers.

Cette vague doit commencer dimanche dans le centre puis se propager à travers le Midwest et le nord-est avant mardi. Elle durera presque toute la semaine, selon le NWS. "La chaleur est la principale cause de décès liés aux conditions météorologiques la plupart des années. Prenez-la au sérieux", a mis en garde le service.

Réchauffement climatique

La capitale Washington a d'ores et déjà activé son alerte à "l'urgence chaleur" pour ce vendredi, a indiqué la maire Muriel Bowser. "Des températures extrêmes sont prévues pour la semaine prochaine".

Le mercure pourrait ainsi monter jusqu'à 38 degrés celsius le 23 juin. Plusieurs autres grandes villes seront concernées, de Chicago à New York.

Selon les scientifiques, les canicules à répétition sont un marqueur sans équivoque du réchauffement de la planète et ces vagues de chaleur sont appelées à encore se multiplier, s'allonger et s'intensifier.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Lion

Rester attentif aux détails, vous amène à saisir des informations précieuses qui vont, ensuite, vous aider à prendre des directions éclairées.

Les Sujets à la Une

X