Rejoignez-nous

International

Russie: vers un nouveau procès contre Oleg Orlov, de Memoriav

Publié

,

le

Oleg Orlov après le verdict de première instance le 11 octobre dernier à Moscou: l'opposant n'avait écopé que d'une amende mais le parquet a fait recours. (© KEYSTONE/AP/ALEXANDER ZEMLIANICHENKO)

La justice russe a ouvert la voie jeudi à un nouveau procès contre le militant Oleg Orlov, figure de l'ONG Memorial, qui devait être rejugé en appel et risquait trois ans de prison pour avoir dénoncé l'offensive en Ukraine.

Dans un communiqué, à l'issue de cette audience en appel, le tribunal municipal de Moscou a indiqué avoir renvoyé l'affaire au parquet afin d'éliminer des "obstacles" juridiques, sans préciser lesquels.

L'ONG russe Memorial a dénoncé cette décision. "Le tribunal de Moscou a annulé le verdict décidé en première instance (...) et renvoyé l'affaire au procureur, c'est précisément ce qu'avait demandé le parquet", a expliqué Memorial sur Telegram.

Le renvoi au parquet, dans le système judiciaire russe, signifie que l'accusation va pouvoir retravailler son dossier et son argumentation, avant un possible nouveau procès en première instance dont la date n'a pas encore été annoncée.

Orlov ironise

"Vu le comportement du parquet, nous avons gagné l'affaire, d'une certaine manière, parce qu'en première instance ils n'ont rien pu prouver et présenter des preuves sérieuses", a affirmé M. Orlov à l'AFP après l'audience.

"Lors de la nouvelle enquête dans mon affaire, ils n'ont qu'à prouver et présenter des preuves disant que les agissements des forces russes en Ukraine sont dans l'intérêt des citoyens russes", a-t-il ajouté, avec ironie.

Une autre figure de Memorial, Ian Ratchinski, a estimé que l'accusation cherchait à "faire traîner" le processus pour "épuiser" M. Orlov et ses soutiens. "C'est une tactique connue, mais je pense que nous gagnerons quand même", a assuré M. Ratchinski.

Contre la guerre en Ukraine

En première instance, Oleg Orlov, 70 ans, avait été jugé coupable d'avoir "discrédité" l'armée et condamné à une amende, une peine d'une rare magnanimité en Russie. Mais le parquet avait fait appel et réclamé trois ans ferme.

Ce défenseur des droits humains chevronné se voit reprocher d'avoir manifesté contre l'offensive russe en Ukraine et d'avoir signé une tribune au vitriol contre les autorités russes publiée par le média français Mediapart.

Ce texte accuse les troupes russes du meurtre de "masse" de civils ukrainiens et dénonce la "victoire" en Russie des "forces les plus sombres", celles qui "rêvaient d'une revanche totale" après la dislocation de l'URSS.

Un pilier

Actif depuis les années 1970, Oleg Orlov est devenu l'un des piliers de Memorial, la principale organisation luttant en Russie pour préserver la mémoire des répressions soviétiques et documentant celles de la Russie du président Vladimir Poutine.

L'ONG a été dissoute fin 2021 par la justice russe, mais a été ensuite récompensée par le prix Nobel de la Paix 2022.

Le 11 octobre, M. Orlov avait écopé d'une amende de 150'000 roubles (environ 1400 euros), une peine très clémente dans une Russie qui a pris l'habitude d'emprisonner les détracteurs du régime.

A la surprise générale, le parquet avait requis une peine de 250'000 roubles d'amende en la justifiant par l'âge de l'opposant et son état de santé. Avant de changer d'avis et de faire appel.

L'accusation avait justifié ce revirement en soutenant que la sanction était "excessivement légère" et ne correspondait pas au "danger public" que représenterait l'accusé.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

Quatre ONG demandent à l'ONU d'en faire davantage sur le Xinjiang

Publié

le

Des ONG demandent au haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Volker Türk de dévoiler les efforts menés par la Chine sur le Xinjiang après le rapport accablant contre les exactions dans cette région (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme doit en faire davantage pour le suivi du rapport accablant sur le Xinjiang publié il y a deux ans, selon quatre ONG. Jeudi à Genève, elles ont demandé au haut-commissaire de dévoiler les mesures prises par Pékin.

La prédécesseure de Volker Türk, Michelle Bachelet, avait publié un rapport quelques heures avant la fin de son mandat dans lequel elle parlait d'actes équivalant à des crimes contre l'humanité au Xinjiang. Plus d'un million de membres de la minorité ouïghoure sont retenus dans des camps d'internement que Pékin considère comme une approche contre le terrorisme.

Depuis, M. Türk a revendiqué un dialogue avec la Chine pour obtenir des avancées. Mais Human Rights Watch (HRW), Amnesty International (AI), le Service international pour les droits humains (ISHR) et le Congrès mondial ouïghour demandent au contraire des déclarations publiques sur le dispositif que la Chine aurait pu prendre après le rapport.

Pékin continue d'affirmer que la situation des droits humains au Xinjiang est bonne, alors que le haut-commissaire a brièvement abordé cette région mardi dans son discours devant le Conseil des droits de l'homme, sans en dire davantage. Selon les ONG, cette attitude pourrait "décrédibiliser" le Haut-Commissariat auprès des victimes et des rescapés.

Les pays membres de l'ONU sont eux appelés à davantage d'efforts pour obtenir des poursuites contre les responsables de violations. Jeudi devant le Conseil, la Suisse a demandé à la Chine de garantir les libertés fondamentales au Xinjiang.

Les ONG ont demandé à plusieurs reprises que cette entité onusienne lance une investigation internationale indépendante. Mais la Chine avait réussi à torpiller toute discussion. Les pays occidentaux ont été refroidis par cette déconvenue. Même si plusieurs continuent d'aborder le Xinjiang dans leurs discours au Conseil.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Tour de France: Vingegaard confirme sa présence

Publié

le

Jonas Vingegaard sera bien au départ du Tour de France (© KEYSTONE/AP LaPresse/FABIO FERRARI)

Jonas Vingegaard (27 ans) sera bien au départ du Tour de France le 29 juin à Florence, a indiqué son équipe Visma-Lease a bike. Le Danois, double vainqueur sortant, revient de blessure.

Vingegaard n'est plus apparu en course depuis sa lourde chute au Tour du Pays basque le 4 avril, quand il avait subi de graves blessures (pneumothorax, contusion pulmonaire et fracture de la clavicule gauche). "Je suis excité de commencer le Tour de France. Les derniers mois n'ont pas toujours été faciles, mais je remercie ma famille et mon équipe pour leur soutien inconditionnel", a dit le Danois dans le communiqué de son équipe.

"Je me sens bien et très motivé", a-t-il ajouté. Vingegaard fait partie des huit coureurs sélectionnés pour la Grande Boucle, tout comme le Belge Wout Van Aert. Lui aussi été victime d'un grave accident au printemps.

L'équipe pourra aussi notamment compter sur les Américains Sepp Kuss et Matteo Jorgenson, le Néerlandais Wilco Keldermann ou encore le Français Christophe Laporte.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

L'investissement étranger direct a diminué de 2% l'année dernière

Publié

le

La secrétaire générale d'ONU Commerce et Développement (CNUCED) Rebeca Grynspan est inquiète de la menace d'un recul de la finance durable (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

L'investissement étranger direct (IED) a reculé l'année dernière de 2% à 1300 milliards de dollars. Sans quelques exceptions positives, dont la Suisse, la diminution atteint même 10% pour la seconde année consécutive, déplore ONU Commerce et Développement (CNUCED).

Les tensions politiques et commerciales expliquent cette situation, notamment avec un maintien des flux vers les marchés principaux, estime le rapport mondial sur l'investissement publié jeudi à Genève. Pour cette année, une "croissance modeste semble possible".

Les conditions de financement s'améliorent et des efforts concertés pour la facilitation de l'investissement sont observés. Pour les pays en développement, la numérisation constitue également une avancée, affirme aussi le rapport.

"Le volume bas du commerce et les investissements peu importants sont liés", a affirmé à la presse la secrétaire générale de la CNUCED Rebeca Grynspan. "Quand on parle d'investissement, nous ne parlons pas seulement de flux de capitaux", mais aussi "d'un monde plus durable", a-t-elle également insisté.

Meilleure situation en Suisse

L'année dernière, les flux d'investissement vers les pays en développement ont reculé de 7% à 867 milliards de dollars. La diminution est plus importante encore dans ces Etats en Asie et elle atteint 3% en Afrique et 1% dans les pays latino-américains, région qui a fait preuve de solidité. Mais les investissements vers les pays pauvres, les Etats en développement sans accès à la mer ou les petits Etats insulaires ont de leur côté un peu progressé.

Les flux vers les pays riches ont eux augmenté de 9%. Mais ils ont été affectés par les transactions de multinationales, notamment en raison des efforts pour une taxe minimale sur les gains de ces entreprises. Ils ont reculé de plus de 10% vers les pays européens et de 5% dans le nord du continent américain. Notamment parce que les fusions ont été peu importantes.

Mais la situation s'est améliorée depuis la Suisse. Celle-ci était au-delà de la 150e place l'année dernière pour les flux vers d'autres pays et remonte à la quatrième place avec 105 milliards de dollars.

Inquiétude pour la finance durable

Le nombre d'accords financiers internationaux, notamment pour des infrastructures ou des dispositifs énergétiques, a reculé d'un quart. Les investissements dans des questions liées aux Objectifs de développement durable ont eux reculé de 10%.

Les annonces de projets d'investissement pour de nouvelles infrastructures dans les pays en développement ont augmenté de plus de 1000, mais surtout en Asie.

Selon le rapport, 86% des politiques d'investissement dans les pays développement lancées l'année dernière étaient favorables aux financements. Là encore, la numérisation est devenue très importante, affirme-t-il. Les obligations durables ont obtenu une petite croissance, mais les nouveaux flux d'investissements durables ont reculé de 60%. Une menace de ralentissement est importante, fait remarquer l'agence onusienne. "Inquiétant", a également ajouté la secrétaire générale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Euro 2024: les Suisses peuvent préparer les huitièmes de finale

Publié

le

Xherdan Shaqiri et Murat Yakin: mission accomplie pour la Suisse (© KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHER NEUNDORF)

La bonne nouvelle tout d’abord : la Suisse jouera les huitièmes de finale de l’Euro 2024. Elle a franchi pour la sixième fois de rang la phase de poules d’un grand tournoi.

Même si elle n’est pas acquise mathématiquement, la qualification de la Suisse ne fait aucun doute. Depuis le passage à 24 équipes en 2016, jamais une formation qui a cueilli 4 points lors du premier tour a été éliminée. "Nous avons fait un pas de plus", glisse Murat Yakin qui doit, bien sûr, conserver toutes les précautions d’usage dans son discours.

Mais mercredi soir, le sélectionneur avait, dans sa tête, validé cette qualification. "Nous n’aurons pas la pression de devoir gagner à tout prix dimanche contre l’Allemagne", lâche-t-il pour laisser penser que ce derby des voisins n’aura que le prestige comme enjeu, outre la première place du groupe que la Suisse peut obtenir avec un succès.

Ne pas jouer avec le feu

Murat Yakin n’a aucune raison de ne pas pratiquer dimanche un large turnover pour, en premier lieu, ne pas jouer avec le feu avec les quatre joueurs sous la menace d’une suspension pour le huitième de finale en cas d’un carton jaune : Silvan Widmer, Remo Freuler, Ricardo Rodriguez et Vincent Sierro. On rappellera que Vladimir Petkovic s’était brûlé les ailes lors de la Coupe du monde 2018.

Le Tessinois avait pris le risque de titulariser Fabian Schär, Stephan Lichtsteiner et Valon Behrami contre le Costa-Rica alors que la Suisse ne risquait pas vraiment sa peau dans ce dernier match de la phase de poules. Les deux premiers avaient été avertis pour suivre le funeste huitième de finale contre la Suède depuis les tribunes...

La mauvaise nouvelle ensuite : malgré le but extraordinaire de Xherdan Shaqiri, son dixième dans une phase finale, la copie rendue par l’équipe de Suisse lors de ce deuxième match ne fut pas celle espérée. Avec un Granit Xhaka pressé à chaque instant par l’admirable Scott McTominay, la Suisse n’a pas témoigné de la même maîtrise que samedi face à la Hongrie.

Comme la France deux jours plus tôt devant l’Autriche, les Suisses ont rencontré certaines difficultés dans le véritable combat proposé par les Ecossais. Fabian Schär, le plus vaillant d’entre eux, a ainsi dû jouer dès la 19e minute avec un nez cassé. Le Saint-Gallois a toutefois pu aller au bout d’une rencontre qu’il avait entamée de la pire des manières avec cet autogoal stupide à la 13e minute.

Xherdan Shaqiri irremplaçable

Célébré par le kop suisse lors de son demi-tour d’honneur déjà "traditionnel" d'avant-match, Murat Yakin a, lui, eu le nez fin avec son choix de lancer Xherdan Shaqiri dans la bataille. Si son autonomie n’a pas dépassé l’heure de jeu, le buteur a pleinement justifié la confiance de son sélectionneur.

Mais il serait étonnant que Murat Yakin persiste dans ce choix dimanche contre l’Allemagne où ses joueurs devront sans doute courir le plus souvent derrière le ballon. Après sa titularisation et son but, Xherdan Shaqiri acceptera sans doute plus volontiers le rôle de joker qui lui sera attribué pour la suite du tournoi. Mais le match de mercredi a rappelé une vérité : le seul joueur européen qui a toujours marqué au moins un but lors des six dernières phase finales disputées depuis 2014 demeure à 32 ans et demi tout simplement irremplaçable.

Murat Yakin a dix jours devant lui pour préparer ce huitième de finale que la Suisse devrait logiquement disputer à Berlin contre le deuxième du groupe B, celui de l’Espagne et de l’Italie. Le Bâlois sait que son équipe ne peut pas livrer la même performance que face à l’Ecosse pour espérer s’imposer.

Il sait aussi que ce match sera pour lui "le" match de vérité. S’il mène la Suisse vers la victoire, il aura fait oublier Vladimir Petkovic pour s’affirmer comme le plus grand sélectionneur de l’histoire. Lui le flambeur invétéré peut vraiment épouser un destin extraordinaire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

Confronté à une période d'intense activité, vous devez vous agir par anticipation pour faire face à ce qui peut arriver sans prévenir !

Les Sujets à la Une

X