Rejoignez-nous

International

Combats acharnés à Gaza, Washington appelle à une pause humanitaire

Publié

,

le

Les combats se sont intensifiés dans la bande de Gaza. Ici, des fusées éclairantes de l'armée israélienne illuminent le ciel au-dessus du camp de réfugiés d'Al Shatea lors d'un échange de tirs entre l'armée israélienne et les combattants du Hamas. (© KEYSTONE/EPA/MOHAMMED SABER)

Les combats entre les soldats israéliens et les combattants du Hamas ont fait rage samedi dans la bande de Gaza. Le mouvement islamiste palestinien a annoncé la suspension des évacuations d'étrangers et de binationaux vers l'Egypte.

Le président américain Joe Biden a fait état samedi de progrès dans l'obtention d'une pause humanitaire dans la guerre déclenchée par une attaque sans précédent du Hamas sur le sol israélien le 7 octobre. Interrogé sur l'existence de progrès à ce sujet, Joe Biden a répondu "oui" en levant le pouce, à sa sortie de l'église.

Son chef de la diplomatie Antony Blinken a rencontré ses homologues de pays arabes à Amman, après une visite en Israël, et réitéré son appel à des "pauses humanitaires", censées aider à protéger les civils et à acheminer davantage d'aide vers la bande de Gaza assiégée.

Il a néanmoins redit que son pays considérait qu'un cessez-le-feu ne ferait que "garder en place le Hamas", considéré comme un groupe "terroriste" par les Etats-Unis, l'Union européenne et Israël. M. Blinken doit se rendre dimanche en Turquie qui a rappelé son ambassadeur en Israël pour consultations.

"Eliminer" le chef du Hamas

Israël a rejeté vendredi les appels à des "pauses humanitaires", exigeant une libération des otages emmenés à Gaza le 7 octobre par le mouvement palestinien Hamas lors de son attaque, d'une ampleur inédite depuis la création d'Israël en 1948. Outre les combats au sol, les bombardements aériens et à l'artillerie israéliens contre le territoire palestinien contrôlé par le Hamas n'ont pas cessé, au 29e jour de la guerre, qui a fait des milliers de morts.

Le chef d'état-major israélien, le général Herzi Halevi, a inspecté les troupes dans la bande de Gaza, une première depuis le début de la guerre, et le ministre de la Défense Yoav Gallant a juré de "trouver" et "d'éliminer" le chef du Hamas dans la bande de Gaza, Yahya Sinouar. M. Gallant a fait état de "combats difficiles à l'intérieur de la bande de Gaza" et affirmé que des troupes étaient entrées dans des "zones résidentielles".

"Nous sommes épuisés"

Samedi, l'un des bombardements israéliens a touché selon le Hamas une école de l'ONU où s'abritaient des déplacés palestiniens dans le camp de réfugiés de Jabaliya, faisant 15 morts. "Les bombes tombaient sur nous, les gens étaient coupés en morceaux, ils sont tous morts ou blessés, nous voulons une trêve, s'il vous plaît, nous sommes épuisés", a raconté Sajda Maarouf, une Palestinienne qui a trouvé refuge dans l'une des écoles.

Après l'évacuation ces derniers jours de Gaza vers l'Egypte de plusieurs centaines de blessés, d'étrangers et de binationaux via le point de passage de Rafah, le gouvernement du Hamas a suspendu les évacuations en raison du refus d'Israël de laisser partir des blessés palestiniens.

"Aucun détenteur de passeport étranger ne pourra partir avant que les blessés qui doivent être évacués des hôpitaux du nord de la bande de Gaza ne puissent être transportés vers le terminal de Rafah", a indiqué à l'AFP un responsable de l'administration des points de passage. Vendredi, l'armée israélienne a annoncé avoir frappé une ambulance devant l'hôpital al-Shifa affirmant qu'elle était "utilisée" par le Hamas. Ce bombardement a fait 15 morts, selon le mouvement palestinien.

Le véhicule visé faisait partie d'un convoi d'ambulances qui s'apprêtait à transporter des blessés vers Rafah, d'après le Hamas. Le patron de l'ONU Antonio Guterres s'est dit "horrifié" après ce bombardement.

"Maman sauve-moi"

Selon un bilan publié samedi par le gouvernement du Hamas, 9488 personnes, essentiellement des civils dont 3900 enfants, ont été tuées par les frappes israéliennes dans la bande de Gaza. En Israël, au moins 1400 personnes ont été tuées selon les autorités depuis le 7 octobre, en majorité des civils massacrés le jour de l'attaque du Hamas. Le Hamas détient en outre 241 otages, selon l'armée.

Rassemblés à Tel-Aviv samedi soir, des familles d'otages ont réclamé leur libération. "Cinq membres de ma famille ont été kidnappés, enlevés de leur lit", dont sa fille de 16 ans et son fils de 12 ans, raconte Hadas Kalderon. "J'entends mon fils tous les jours qui me crie dans l'oreille 'Maman sauve-moi', c'est ce que j'entends tous les jours et j'ai le coeur brisé." Après l'attaque du 7 octobre, Israël a juré "d'anéantir" le Hamas.

Sur le terrain, les soldats ont intensifié leurs opérations, cherchant à détruire le "centre" du Hamas à Gaza-ville, selon l'armée. Ils ont subi plusieurs attaques et tué "des dizaines de terroristes" dans le nord du territoire. Ils ont mené un "raid ciblé" dans le sud de la bande de Gaza tuant des combattants ennemis "qui sortaient d'un tunnel".

Au moins 29 soldats ont été tués depuis le début de l'opération terrestre à Gaza le 27 octobre, d'après l'armée. Le Hamas a affirmé avoir ciblé un convoi militaire israélien avec des obus et infligé des "pertes à l'ennemi". En Israël, notamment dans le sud limitrophe de la bande de Gaza, des sirènes d'alerte aux roquettes ont retenti plusieurs fois, a indiqué l'armée.

Manifestations de soutien

En quatre semaines, les bombardements israéliens ont provoqué d'immenses destructions à Gaza et entraîné selon l'ONU le déplacement de 1,4 million de personnes. D'après un responsable américain, 350'000 à 400'000 personnes se trouveraient encore dans le nord, où se concentre l'essentiel des combats.

La bande Gaza, 362 kilomètres carrés et 2,4 millions d'habitants, est placée depuis le 9 octobre en état de "siège complet" par Israël qui y a coupé les approvisionnements en eau, électricité et nourriture. Ce territoire était déjà soumis à un blocus israélien depuis plus de 16 ans.

Samedi, des milliers de personnes ont manifesté notamment en Europe et aux Etats-Unis, en soutien aux Palestiniens. A Londres, 30'000 personnes selon la police ont manifesté à Trafalgar Square pour réclamer un "cessez-le-feu immédiat". A Berne, plusieurs milliers de personnes ont exigé la fin de la violence dans la bande de Gaza. A la frontière israélo-libanaise, plusieurs échanges de tirs ont eu lieu, l'armée lançant des raids contre des cibles du Hezbollah et le mouvement libanais tirant en direction de positions israéliennes.

Depuis le 7 octobre, 72 personnes ont péri côté libanais, selon un décompte de l'AFP, dont 54 combattants du Hezbollah. Six soldats et un civil ont été tués côté israélien. En Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967, plus de 140 Palestiniens ont été tués par des tirs de soldats ou de colons israéliens depuis le 7 octobre, selon l'Autorité palestinienne.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

Trafic d'espèces protégées entre la Guyane et l'Alsace

Publié

le

Plus de 1000 araignées ont été découvertes, avant tout des veuves noires (Photo d'illustration). (© KEYSTONE/AP/ALEX BRANDON)

Un trafic d'espèces protégées entre la Guyane et l'Alsace a été démantelé et plus d'un millier de veuves noires - des araignées venimeuses - et de reptiles ont été saisis, a annoncé vendredi le parquet de Strasbourg.

De nombreuses espèces protégées détenues illégalement, parfois dans des lieux "hébergeant des enfants", ont été découvertes lors de 14 perquisitions menées en différents endroits du territoire français.

Au total 97 mygales, 1000 veuves noires au venin potentiellement mortel, ainsi que des reptiles (5 boas, 4 pythons), 22 scorpions, des tortues et deux grenouilles à flèche empoisonnée.

Les enquêteurs ont découvert que quatre personnes habitant en Alsace se rendaient régulièrement en Guyane ou dans des pays étrangers pour chercher des arachnides et des reptiles afin de les vendre illégalement en France pour un montant total estimé à plusieurs milliers d'euros.

Ces quatre personnes ont été déférées vendredi au parquet de Strasbourg en vue de leur placement sous contrôle judiciaire. Elles seront jugées en septembre et trois autres convocations à la même audience ont été transmises à des acheteurs, a indiqué le parquet.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

"Les batteries sont rechargées", prévient Van der Poel

Publié

le

Mathieu van der Poel affirme avoir pu recharger ses batteries avant la Doyenne des classiques (© KEYSTONE/EPA/TERESA SUAREZ)

"Les batteries sont rechargées", prévient Mathieu van der Poel qui pense que "la victoire est possible" dimanche sur Liège-Bastogne-Liège.

La contre-performance à l'Amstel Gold Race (22e) après deux triomphes sur le Tour des Flandres et Paris-Roubaix n'a "pas mis le doute" dans l'esprit du champion du monde, qui colle néanmoins volontiers l'étiquette de grand favori à Tadej Pogacar.

"Je n'avais pas de super jambes mais ce n'était pas si mal non plus. Les batteries sont rechargées. La forme est toujours suffisante pour jouer un rôle significatif à Liège-Bastogne-Liège", a-t-il déclaré vendredi après avoir renoncé à la reconnaissance du parcours à cause du mauvais temps en Ardenne.

"Master class"

Pour le Néerlandais, Pogacar est le favori évident. "Tadej a montré sur les Strade Bianche qu'il n'avait pas besoin de compétition pour être tout de suite au top. C'est un coureur +master class+ qui sera sur son terrain de jeu avec une équipe très forte autour de lui."

Van der Poel cite également des coureurs comme Tom Pidcock, Richard Carapaz, Tiesj Benoot, Mattias Skjelmose, Maxim Van Gils et Dylan Teuns qui "sur le papier grimpent tous mieux que moi", alors que la Doyenne est une classique beaucoup plus montagneuse que les Monuments pavés.

"Mais la victoire est possible, sinon je ne participerais même pas. Après, il faut que toutes les pièces s'assemblent, plus que sur les Flandriennes où j'étais le grand favori", a ajouté celui qui avait terminé 6e à Liège en 2020 lors de sa seule participation à ce jour.

Pogacar s'attend "à un beau combat"

Favori désigné, Tadej Pogacar s'attend "à un beau combat face à Van der Poel" avant de se consacrer à son grand défi, conquérir la même année le Tour d'Italie et le Tour de France. "Mon ambition est de gagner toutes ces courses. Mais j'y vais pas à pas", a déclaré le Slovène en conférence de presse vendredi près de Liège.

"Face à Mathieu (van der Poel), cela va être un beau combat. Mais la course sera très ouverte car il n'y aura pas que nous deux. Mattias Skjelmose et Stevy (Stephen) Williams, entre autres, s'ils se remettent de l'enfer de la Flèche (Wallonne), seront aussi redoutables", a expliqué le leader de la formation UAE.

A propos du scénario de la Doyenne des classiques, Pogacar s'est amusé à prédire "une attaque avec Mathieu à 100 kilomètres de la ligne", plaisantant sur les dernières performances "titanesques" du Néerlandais, vainqueur ces dernières semaines du Tour des Flandres (attaque à 44 km de la ligne) et de Paris-Roubaix (après un raid solitaire de 60 km) et que "Pogi" juge "dans la forme de sa vie".

"Plus sérieusement, je pense qu'un tel effort solitaire est du domaine de l'impossible sur une course comme Liège", avance le Slovène, qui a remporté en début de saison les Strade bianche en attaquant à plus de 80 km de l'arrivée. "C'est le coureur des grands rendez-vous. Même si je grimpe sans doute mieux que lui, je le sens capable de gagner dimanche", a estimé Pogacar.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Vaste zone de l'Alaska protégée: limiter l'exploitation pétrolière

Publié

le

La zone en question fait partie de ce qui est appelé la réserve nationale de pétrole, dans le nord-ouest de l'Alaska. La mesure permet d'interdire l'attribution future de nouveau bail d'exploitation sur des millions d'hectares. (© KEYSTONE/AP/David W. Houseknecht)

Le gouvernement de Joe Biden a annoncé vendredi le classement en zone protégée d'une vaste région dans l'ouest de l'Alaska, afin de limiter son utilisation pour l'exploitation pétrolière ou gazière.

"Je suis fier d'annonce que mon administration agit pour préserver plus de 13 millions d'acres (environ 5,3 millions d'hectares ou l'équivalent du territoire de la Bosnie-Herzégovine NDLR) dans l'ouest de l'Arctique", a déclaré dans un communiqué le président américain.

"Mon administration continuera à prendre des mesures ambitieuses pour répondre à l'urgence de la crise climatique, protéger les terres et eaux de l'Amérique, et remplir notre responsabilité vis-à-vis de la prochaine génération d'Américains", a ajouté Joe Biden.

La zone en question fait partie de ce qui est appelé la réserve nationale de pétrole, dans le nord-ouest de l'Alaska. La mesure permet d'interdire l'attribution future de nouveau bail d'exploitation sur des millions d'hectares.

Cette région abrite des ours polaires et grizzlis, des caribous, et des centaines de milliers d'oiseaux migrateurs, a souligné le ministère de l'Intérieur, chargé des terres fédérales aux Etats-Unis. Les populations locales chassent ou pêchent ces ressources pour leur subsistance.

Equilibre entre protection et développement

L'année dernière, le gouvernement Biden avait approuvé un grand projet pétrolier en Alaska, le projet Willow du géant américain ConocoPhillips, déclenchant la colère des défenseurs de l'environnement aux Etats-Unis.

Depuis l'arrivée au pouvoir du président démocrate, le gouvernement "a maintenu son engagement à restaurer un équilibre approprié entre protection et développement", a déclaré dans un communiqué vendredi sa ministre de l'Intérieur Deb Haaland.

La mesure, qui intervient à quelques jours du Jour de la Terre et en pleine année électorale, pourrait aider le président Joe Biden a mettre en avant son bilan en termes de mesures climatiques, notamment auprès des jeunes.

L'annonce a cette fois immédiatement été applaudie par les organisations environnementales.

"Nous saluons cette avancée nécessaire", a réagi dans un communiqué Mattea Mrkusic, de l'organisation Evergreen, en rappelant que l'Arctique se réchauffe quatre fois plus vite que le reste de la planète.

"Nous applaudissons cette étape et appelons à des mesures encore plus courageuses pour faire en sorte de tenir l'industrie fossile à l'écart de l'Arctique, pour le bien du climat et des générations futures", a déclaré Jeremy Lieb, avocat pour l'organisation Earthjustice.

Le gouvernement Biden a également annoncé vendredi vouloir bloquer la construction d'une route en Alaska qui permettrait de mener à de nouvelles mines.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Rune trop solide pour Hüsler

Publié

le

Hüsler a logiquement échoué en quart de finale à Munich (© KEYSTONE/EPA ANP/SANDER KONING)

Marc-Andrea Hüsler (ATP 223) a logiquement connu l'élimination en quart de finale de l'ATP 250 de Munich.

Issu des qualifications le gaucher zurichois s'est incliné 6-4 7-6 (7/3) devant la tête de série no 2 du tableau, Holger Rune (ATP 12).

Hüsler a offert une belle résistance au Norvégien, double tenant du titre sur la terre battue bavaroise. Il s'est même procuré une balle d'égalisation à un set partout, à la relance, à 5-4. Mais Holger Rune a écarté le danger avant de dominer nettement les débats dans le jeu décisif.

Marc-Andrea Hüsler, qui a concédé son seul break dans le premier jeu du match, effectuera son retour parmi les 200 premiers du classement ATP grâce à cette place de quart de finaliste. Il espère avoir enfin retrouvé la confiance, lui qui n'avait pas gagné deux matches de suite dans un même tournoi depuis qu'il avait cueilli le titre à Sofia en septembre 2022. Il avait alors battu Rune en finale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Capricorne

Vos projets son prêt et commencent même à se concrétiser. Vous êtes en train de jeter les bases d'un nouvel équilibre de vie véritablement positif.

Les Sujets à la Une

X