Rejoignez-nous

International

Seize morts dans l'incendie d'une usine d'explosifs

Publié

,

le

Le sinistre s'est déclaré dans un atelier du site industriel Elastik situé dans la région de Riazan, à environ 200 km au sud de Moscou. (© KEYSTONE/AP)

Un incendie a ravagé vendredi une usine d'explosifs dans l'ouest de la Russie, faisant au moins 16 morts et un disparu. Le pays est régulièrement touché par ce type de catastrophes meurtrières.

Le sinistre s'est déclaré dans un atelier du site industriel Elastik, spécialisé dans la fabrication d'explosifs industriels et de munitions, et situé dans la région de Riazan, à environ 200 km au sud de Moscou. Le ministère russe des Situations d'urgence a indiqué que le feu s'est déclaré lors "d'un processus technique", sans donner plus de détails.

Les autorités régionales ont initialement fait état de 15 morts, avant d'annoncer plus tard qu'un homme hospitalisé avec de graves brûlures avait succombé à ses blessures. "Officiellement, 16 personnes sont mortes dans cet incident", a indiqué le gouvernement de la région de Riazan dans un communiqué. "Le sort d'une personne reste inconnu, les services de secours sont en train de la rechercher", a-t-il précisé.

En tout, 170 secouristes et des dizaines de véhicules de pompiers ont été dépêchés sur les lieux. Le ministre russe des Situations d'urgence par intérim, Alexandre Tchouprian, s'y est rendu également.

"Entreprise stratégique"

Selon son site internet, Elastik est considéré comme une "entreprise stratégique" par le gouvernement russe et appartient au conglomérat public Rostec, qui fournit des produits industriels et de haute technologie aux secteurs civils et militaires. Après avoir fait faillite en 2015, les ateliers d'Elastik sont utilisés depuis 2017 par d'autres entreprises actives dans le secteur des explosifs, selon l'agence de presse Interfax.

Dans un communiqué, le ministère russe de l'Industrie a précisé que la société privée Razriad avait acheté à Elastik l'atelier où a eu lieu le sinistre. L'agence civile russe de surveillance des activités industrielles, Rostekhnadzor, était en charge du suivi de l'entreprise sinitrée, selon le ministère.

L'atelier concerné a été entièrement détruit par les flammes, selon les secouristes. Ces derniers ont diffusé des images où l'on voit de la fumée flotter au-dessus d'une construction partiellement soufflée et des débris carbonisés. Le site semble être au milieu d'une forêt. Le ministère russe des Situations d'urgence a souligné que les populations des localités voisines n'étaient pas en danger.

L'incendie a pu être causé par une "violation des processus technologiques" et des "normes de sécurité", selon une source au sein des forces de l'ordre, citée par Interfax. Le Comité d'enquête russe, chargé des principaux dossiers criminels, a d'ailleurs annoncé l'ouverture d'une enquête pour "violation des règles de sécurité sur un site dangereux".

Incendies et explosions

Les explosions ou incendies accidentels sont courants en Russie du fait de la vétusté des infrastructures, souvent soviétiques, ou du non-respect des normes de sécurité. En décembre 2020, 11 personnes avaient péri lors d'un feu à l'intérieur d'une maison de retraite de la région de l'Oural. En janvier 2020, ce sont 11 et quatre personnes qui sont mortes lors d'incendies séparés à Tomsk (centre) et Moscou dans des logements pour migrants.

Le plus grave incendie de ces dernières années a eu lieu en 2018 à Kemerovo (centre), en Sibérie. 64 personnes, principalement des enfants, étaient alors mortes piégées par les flammes dans un centre commercial dont plusieurs sorties de secours étaient inopérantes.

A Saint-Petersbourg (nord-ouest), c'est une usine historique, la manufacture Nevski, qui a été détruite par le feu en avril 2021. Le bâtiment délabré et partiellement abandonné abritait notamment des ateliers industriels.

Les accidents dans les usines, les sites de stockage d'explosifs ou de feux d'artifices sont également chose courante en Russie, surtout dans les dépôts de munitions de l'armée. Ils peuvent alors durer plusieurs jours. En octobre 2020, un feu de broussailles avait provoqué un incendie et de puissantes explosions dans un tel dépôt d'armes dans la région de Riazan, entraînant l'évacuation d'environ 2000 personnes des villages voisins.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

Grippe aviaire: la France fait le vide dans de nombreux élevages

Publié

le

A l'approche des Fêtes en Europe, de nombreux pays ont détecté le virus de la grippe aviaire sur leur sol: la production de viande de volaille et d'oeufs en pâtit, et les prix s'envolent (image symbolique). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

A quelques semaines des fêtes de fin d'année, l'Etat français a enclenché vendredi une baisse de la production de volailles dans l'ouest du pays, notamment via des départs anticipés à l'abattoir, pour éviter que la grippe aviaire ne devienne incontrôlable.

A compter de lundi, des dindes et canards, "les espèces les plus sensibles" au virus, seront envoyés de manière anticipée à l'abattoir, selon le ministère de l'Agriculture.

Quant aux éleveurs de poulets et poules pondeuses, ils pourront aller au bout de leur cycle de production, mais devront patienter trois semaines avant de réintroduire des animaux dans leurs bâtiments. Ces mesures, décidées devant l'"accélération" des contaminations, seront réévaluées d'ici à trois semaines.

Le ministère n'était pas en mesure vendredi de chiffrer le nombre d'exploitations et d'animaux concernés. Il parle de "dédensification". Objectif: baisser à marche forcée le nombre de volailles présentes dans les exploitations, plutôt que risquer de les voir contaminées, euthanasiées, et donc perdues pour la consommation humaine.

En parallèle, des animaux sains sont euthanasiés dans un périmètre restreint autour des élevages infectés.

"L'Etat sera au rendez-vous" pour indemniser les manques à gagner pour les éleveurs, assure le ministère.

20 millions euthanasiés

Les autorités veulent éviter la saturation des capacités d'abattage sanitaire, dépassées au plus fort de la dernière crise (fin novembre 2021 - mi-mai 2022). D'ampleur inédite, elle avait entraîné l'euthanasie de plus de 20 millions de volailles et une facture de plus d'un milliard d'euros d'indemnisations à la charge de l'Etat.

Selon un dernier bilan, 91 élevages, dont 37 en Vendée et Deux-Sèvres, ont été contaminés depuis la résurgence précoce de l'épizootie cet été. Et près de 1,3 million de volailles ont été euthanasiées.

Selon Sylvie Coloas, du syndicat Confédération paysanne, opposé à l'agriculture intensive, il était temps que l'Etat décide de réduire la densité de volailles : "C'est une décision difficile à prendre", "personne ne veut remettre en cause le modèle ultra-industriel".

Près de 1,3 million de volailles ont été abattues en France depuis le 1er août pour endiguer la résurgence de la grippe aviaire dans les élevages français, en particulier dans l'ouest du pays.

En Europe, de nombreux pays ont détecté le virus sur leur sol. La production de viande de volaille et d'oeufs en pâtit, et les prix s'envolent.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Bloquée par la Russie, l'OSCE s'interroge sur son avenir

Publié

le

Le chef la Diplomatie polonaise Zbigniew Rau, dont le pays assure en 2022 la présidence tournante de l'OSCE, s'inquiète pour l'avenir de l'organisation face au blocage russe (archives). (© KEYSTONE/AP/DARKO VOJINOVIC)

Bloquée par la Russie, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) s'est retrouvée dans l'impasse et s'interroge sur son avenir, à l'issue d'une conférence annuelle qui s'est achevée vendredi à Lodz dans le centre de la Pologne.

"Nous devons rechercher les solutions qui permettront de maintenir l'organisation en activité", a déclaré le chef de la Diplomatie polonaise Zbigniew Rau, dont le pays assure en 2022 la présidence tournante de l'OSCE, alors que la Russie bloque plusieurs décisions concernant le fonctionnement de cette organisation.

M. Rau se prononçait à l'issue d'une conférence ministérielle de cette organisation sécuritaire de 57 membres de trois continents, crée à l'apogée de la guerre froide pour favoriser les relations entre l'Ouest et l'Est.

Année la plus difficile

"L'idée fondamentale du fonctionnement de l'organisation a été violée par le fait même de l'agression russe contre l'Ukraine", a-t-il déclaré, estimant que l'année en cours était la "plus difficile dans l'histoire de cette organisation".

Après le début de la guerre contre l'Ukraine, la Russie a bloqué le renouvellement de la mission permanente de l'OSCE dans ce pays, ainsi que l'extension de la mission qui suivait depuis 2014 le conflit entre Kiev et les séparatistes pro-russes dans l'est de son territoire.

Moscou bloque également l'adoption du budget et à la nomination des organes dirigeants de cette organisation afin d'y "installer le chaos et la paralysie", a déclaré M. Rau.

La situation de l'OSCE est "extrêmement difficile, extrêmement imprévisible", a souligné le chef de la Diplomatie polonaise.

Manque de consensus

Le ministre a reconnu que lors de cette réunion aucune déclaration générale n'avait été adoptée par les ministres "à cause du manque de consensus", principe de base de fonctionnement de cette organisation.

"Nous avons trouvé (...) des moyens de maintenir l'organisation en vie, mais ces instruments n'ont qu'un caractère temporaire", a-t-il souligné.

Le ministre des Affaires étrangères de la Macédoine du Nord, Bujar Osmani, dont le pays assurera la présidence tournante de l'OSCE en 2023, a souligné que l'organisation avait "besoin d'un consensus pour changer les règles du consensus".

"Malheureusement, il n'existe aucune base juridique permettant d'exclure un État participant de l'organisation ou de modifier les règles de fonctionnement", a-t-il ajouté se référant également à la demande de l'Ukraine d'exclure la Russie de l'OSCE.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le complotiste américain Alex Jones se déclare en faillite

Publié

le

Le complotiste américain Alex Jones, condamné à verser près de 1,5 milliard de dollars après avoir nié un massacre dans une école, s'est déclaré en faillite personnelle (archives). (© KEYSTONE/AP Pool Hearst Connecticut Media/TYLER SIZEMORE)

Le complotiste américain Alex Jones, condamné à verser près de 1,5 milliard de dollars après avoir nié un massacre dans une école, s'est déclaré en faillite personnelle vendredi, selon des documents judiciaires consultés par l'AFP.

Cette figure de l'extrême droite, qui avait déjà déposé en juillet le bilan pour sa compagnie Free Speech Systems, a transmis une requête en ce sens à un tribunal des faillites situé au Texas.

Si la justice l'avalise, la procédure gèlera ses actifs et empêchera leur saisie.

En 2012, un jeune homme armé d'un fusil semi-automatique avait tué 20 enfants et six adultes dans l'école Sandy Hook de Newton, dans le Connecticut. Alex Jones avait, contre toute évidence, affirmé sur son site Infowars que le massacre n'était qu'une mise en scène pilotée par des opposants aux armes à feu, et les parents éplorés des "acteurs".

Admission tardive

Cette théorie avait essaimé sur internet et plusieurs proches des victimes avaient porté plainte pour diffamation, expliquant être harcelés par des fans d'Alex Jones.

Le complotiste avait tardivement admis publiquement la réalité de la tuerie mais a été condamné, à l'issue de deux procès, à verser près de 1,5 milliard de dollars d'amendes ou de dommages-intérêts.

Sur les documents transmis au tribunal texan, il estime avoir des dettes situées entre un et dix milliards, et des actifs compris entre un et dix millions de dollars.

L'étendue exacte de sa fortune a fait l'objet de nombreuses spéculations, les procès ayant montré qu'il avait capitalisé sur sa notoriété dans les cercles complotistes pour vendre toutes sortes de produits sur internet.

Banni de Twitter, mais toujours présent avec Infowars, il continue de défrayer la chronique. Dernier scandale en date: son interview jeudi du rappeur Kanye West, dans laquelle la star s'est livrée à une apologie d'Adolf Hitler.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Coronavirus

Au moins 90% de la population mondiale immunisée selon l'OMS

Publié

le

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que l'urgence de la pandémie n'est pas terminée dans les différents pays. (© Keystone/MARTIAL TREZZINI)

Au moins 90% de la population mondiale a désormais "un certain degré d'immunité" contre le coronavirus, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle a aussi salué vendredi à Genève la décision chinoise d'assouplir ses restrictions.

La phase d'urgence de la pandémie n'est pas terminée. "Nous n'y sommes pas encore", a dit le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus à la presse. Mercredi soir, l'organisation avait relayé une petite augmentation du nombre de nouveaux cas la semaine dernière mais à nouveau un recul des nouvelles victimes.

Une responsable de l'OMS a à nouveau averti que les données sous-estiment la propagation du virus. Celles-ci pourraient devoir être multipliées par cinq dans certains pays. Autre problème, le manque de surveillance et de tests favorisent les conditions pour de nouveaux variants.

L'organisation avait ciblé à plusieurs reprises la politique de zéro covid de la Chine. Après les protestations récentes contre le président Xi Jinping, Pékin a annoncé la diminution de certaines restrictions. "Nous sommes ravis de voir que les autorités ajustent leur politique actuelle", a dit le chef du programme d'urgence de l'OMS Michael Ryan.

"Massacres" dénoncés

En Ethiopie, l'organisation commence à avoir un peu plus d'accès, un mois après l'accord entre le gouvernement et les séparatistes du Tigré. De la nourriture a été distribuée, mais des blocages restent observés et "il est très difficile de planifier une augmentation" du dispositif, a ajouté M. Ryan. "Il faut que cela change et rapidement", a-t-il également affirmé.

De son côté, le directeur général, qui vient de la région du nord de l'Ethiopie, appelle les parties à "appliquer entièrement" l'accord entre elles. Il a dénoncé les "massacres" des forces érythréennes contre les civils.

L'organisation est également au milieu d'un changement important autour de M. Tedros. Celui-ci a décidé de remplacer presque tous les membres de la direction. Alors que les nouveaux responsables n'ont pas encore été nommés, il a demandé à certaines personnes qui restent en fonction de prendre en charge de manière provisoire certaines responsabilités.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

La première descente de Beaver Creek annulée

Publié

le

Pas de descente pour Feuz et Cie vendredi à Beaver Creek (© KEYSTONE/AP/John Locher)

La descente messieurs de Beaver Creek agendée vendredi à 18h15 a été annulée. Le jury a pris cette décision en raison des conditions climatiques dans la station du Colorado.

De forts vents mêlés à des chutes de neige, ainsi que les prévisions assez mauvaises durant la journée ont poussé à cette annulation. Une descente reste programmée samedi à Beaver Creek, où un super-G doit avoir lieu dimanche.

Il s'agit déjà de la neuvième annulation de la saison. La descente prévue à Lake Louise le vendredi précédent avait ainsi été repoussée au samedi, où un seul des deux super-G prévus s'était déroulé. La FIS n'avait dans l'immédiat pas décidé de reprogrammer ou non cette descente.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Cancer

Entente parfaite avec vos collaborateurs ! Vous pouvez souffler et prendre soin de votre vie sentimentale.

Les Sujets à la Une

X