Rejoignez-nous

Climat

Six morts dans de violentes tempêtes de sable au Brésil

Publié

,

le

Un gigantesque nuage de poussière orange s'abat et recouvre le paysage en quelques minutes (archives). (© KEYSTONE/AP/HASSAN AMMAR)

Au moins six personnes sont mortes au Brésil dans de fortes tempêtes de sable qui ont touché le sud-est de son territoire ces derniers jours. Le phénomène naturel a été amplifié par une sécheresse extrême.

Les images sont impressionnantes: un gigantesque nuage de poussière orange s'abat et recouvre le paysage en quelques minutes.

Les tempêtes, avec des rafales de vent pouvant aller jusqu'à 100 km/heure, ont provoqué des dégâts sur des habitations et fait tomber des arbres ou des poteaux électriques dans des villes à l'intérieur des terres, dans les Etats de São Paulo ou de Minas Gerais.

Parmi les six personnes qui ont perdu la vie, certaines sont mortes noyées, comme un pêcheur d'un village sur les rives du Paran. Les autres ont été victimes de chutes d'arbres, de l'effondrement d'habitations ou d'incendies, selon la presse.

"Rarement aussi intenses"

"Ce sont des phénomènes climatiques plutôt communs, mais ils sont rarement aussi intenses que ceux que nous avons eus cette année", a expliqué la météorologue Estael Sias, de la société de prévisions Metsul. "C'est la conséquence d'une longue période sans précipitations, avec des températures élevées et une faible humidité", a-t-elle ajouté.

Les tempêtes de sable qui "soulèvent les particules de sable et de poussière" se forment à l'issue de la saison sèche, qui se termine en septembre avant le retour des pluies.

Autre facteur déterminant: ces régions concentrent un grand nombre de plantations de cannes à sucre, avec d'importantes surfaces sans végétation donc un plus grand nombre de particules susceptibles de s'envoler avec les rafales de vent.

Ces tempêtes, habituelles dans les régions désertiques, peuvent atteindre un rayon de 160 km et durer plusieurs heures, selon Mme Sias. "On ne peut pas dissocier ce phénomène du changement climatique, avec des températures plus élevées qui provoquent des événements extrêmes", affirme la météorologue, le Brésil vivant sa pire sécheresse en 91 ans.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Climat

La Floride dévastée par l'ouragan Ian, qui atteint la Caroline

Publié

le

L'ouragan a frappé de plein fouet la Floride, après avoir dévasté de nombreuses infrastructures à Cuba. (© KEYSTONE/AP/Phelan M. Ebenhack)

L'ouragan Ian a touché terre vendredi en Caroline du Sud où il provoquait déjà des vents violents, de fortes pluies et une dangereuse montée des eaux après avoir dévasté des régions de Floride.

L'ouragan de catégorie 1 est arrivé près de Georgetown, en Caroline du Sud, en début d'après-midi, accompagné par des vents soufflant jusqu'à 140 km/h, selon le Centre national des ouragans basé à Miami.

Pluies et vents avaient commencé à s'abattre avant son arrivée sur Charleston, ville historique de cet Etat du Sud, et des vidéos de la cité de Myrtle Beach inondée circulaient sur les réseaux sociaux.

Le président Joe Biden a exhorté les habitants à écouter les appels à la prudence des autorités locales. Ces dernières ont notamment pressé la population de ne pas conduire sur les routes envahies par les eaux.

"C'est une tempête dangereuse qui apportera des vents violents et beaucoup d'eau, mais le plus dangereux, ce sera l'erreur humaine. Soyez intelligents, prenez de bonnes décisions, prenez des nouvelles de vos proches et restez en sécurité", avait tweeté le gouverneur, Henry McMaster.

L'ouragan doit "rapidement s'affaiblir" en progressant dans les terres entre vendredi et samedi, selon le Centre des ouragans.

Au moins 20 morts en Floride

En Floride, le bilan humain du passage d'Ian était encore très préliminaire, les autorités faisant état de 21 décès dont 20 "non confirmés", à savoir qu'il n'avait pas encore été établi s'ils ont été directement causés par l'ouragan.

Quant au bilan matériel, il est "historique" pour la Floride, le niveau atteint par la montée des eaux étant sans précédent, selon le gouverneur de cet Etat du sud-est du pays, Ron DeSantis.

Des rues et des maisons ont été envahies par les eaux et des bateaux amarrés dans des marinas ont été projetés sur la terre ferme par la tempête. Vendredi, à Kissimmee, non loin d'Orlando, les autorités traversaient les zones inondées dans des embarcations pour secourir les résidents piégés chez eux.

En Floride, "nous commençons tout juste à voir l'étendue des destructions", a dit lors d'une allocution le président Biden. "Elle est susceptible de se classer parmi les pires (...) de l'histoire de la nation".

Coût pour l'économie

"Vous l'avez tous vu à la télévision, des maisons et des biens anéantis. Il va falloir des mois, des années pour reconstruire. Et nos pensées vont vers tous ces gens dont la vie a été absolument dévastée par la tempête", a dit M. Biden. "Nous allons faire tout notre possible pour vous", a-t-il lancé à l'adresse des Floridiens.

Vendredi après-midi, environ 1,8 million de clients restaient privés d'électricité, selon le site PowerOutage.

Malgré tout, offrant un semblant de normalité aux habitants entre les arbres cassés et les façades détruites, une poignée de restaurants et de bars avaient rouvert dans le centre de Fort Myers.

Des dizaines de personnes étaient assises en terrasse sous un soleil désormais radieux.

Selon de premières estimations, le passage de l'ouragan Ian pourrait coûter aux assureurs jusqu'à 47 milliards de dollars et va peser sur la croissance américaine, en raison notamment des coupures d'électricité, des annulations de vols et des dégâts sur la production agricole.

Joe Biden a indiqué vouloir se rendre dès que possible en Floride mais aussi sur le territoire américain de Porto Rico, dévasté récemment par l'ouragan Fiona.

Changement climatique

Parallèlement, les recherches se poursuivaient pour retrouver 17 passagers d'un bateau de migrants qui a chaviré mercredi près de l'archipel des Keys.

Selon une première étude rapide de scientifiques américains rendue publique vendredi, les pluies liées à l'ouragan Ian ont été accrues d'au moins 10% en raison du changement climatique.

"Le changement climatique n'a pas causé l'ouragan, mais il l'a rendu plus humide," a expliqué Michael Wehner, du Laboratoire National Lawrence Berkeley, dépendant du département fédéral américain de l'énergie, un des scientifiques ayant participé à cette étude.

Avant la Floride, Ian avait frappé Cuba, y faisant trois morts et d'importants dégâts et laissant de nombreux foyers sans électricité.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

L'ouragan Ian pourrait avoir coûté un nombre "susbtantiel" de vies

Publié

le

L'ouragan pourrait être le plus meurtrier de l'histoire de Floride, selon Joe Biden. (© KEYSTONE/EPA/Petty Officer 3rd Class Kruz Sanders HANDOUT)

Des villes dévastées, des millions de personnes sans électricité mais surtout un bilan humain qui pourrait être "substantiel": la Floride commençait tout juste jeudi à prendre la mesure des considérables dégâts provoqués par l'ouragan Ian.

"Cela pourrait être l'ouragan le plus meurtrier de l'histoire de la Floride", a dit le président américain Joe Biden lors d'une visite des locaux de l'agence fédérale qui lutte contre les catastrophes naturelles, la FEMA.

"Les chiffres (...) ne sont pas encore clairs mais nous recevons de premières informations faisant état de pertes humaines qui pourraient être substantielles", a-t-il ajouté, assurant vouloir se rendre dès que possible dans l'Etat du sud, mais aussi sur l'île de Porto Rico, meurtrie récemment par l'ouragan Fiona.

Alors que se multiplient les images de rues transformées en canaux d'eau trouble, de bateaux projetés à terre comme de simples jouets, de maisons fracassées, le dernier bilan en Floride fait état d'au moins huit morts.

Un responsable du comté de Charlotte, dans l'ouest de l'Etat, a confirmé à la chaîne CNN la mort de six personnes, sans donner plus de détails.

Un porte-parole du comté de Volusia, sur la côte est, a annoncé avoir recensé "un premier décès lié à l'ouragan Ian", un homme de 72 ans, "sorti vider sa piscine pendant la tempête".

Un responsable du comté d'Osceola, dans le centre-est de l'Etat, a lui indiqué à CNN la mort d'un résident d'une maison de retraite.

Parallèlement, les recherches se poursuivaient pour retrouver 18 passagers d'un bateau de migrants qui a chaviré mercredi près de l'archipel des Keys, neuf autres ayant pu être secourus.

Bateau échoué

"Nous n'avons jamais vu des inondations pareilles", a assuré le gouverneur républicain de Floride Ron DeSantis.

"Certaines de ces zones, Cape Coral, la ville de Fort Myers, ont été vraiment inondées et vraiment dévastées par cette tempête", a-t-il poursuivi, qualifiant les dégâts d'"historiques".

Ian, depuis rétrogradé en tempête tropicale, a touché terre mercredi après-midi en tant qu'ouragan de catégorie 4 (sur une échelle de 5) dans le sud-ouest de la Floride, avant de continuer son passage à travers l'Etat, charriant des vents violents et des pluies torrentielles.

Dans le port de Fort Myers, certains bateaux étaient en partie submergés, un autre s'étant échoué sur le rivage.

Jeudi matin, plus de 2,6 millions de foyers ou commerces restaient privés d'électricité, sur un total de 11 millions, selon le site spécialisé PowerOutage.

Renforcement

Face à l'ampleur des dégâts, le président américain Joe Biden avait déclaré jeudi matin l'état de catastrophe naturelle majeure, une décision permettant de débloquer des fonds fédéraux additionnels pour les régions touchées.

Bien qu'affaiblie, la tempête Ian poursuivait jeudi sa route destructrice vers la Caroline du Sud.

Elle devrait se renforcer, retrouvant la puissance d'un ouragan quand elle touchera terre en Caroline du Sud vendredi, avant de s'affaiblir rapidement de nouveau.

Avec le réchauffement de la surface des océans, la fréquence des ouragans les plus intenses, avec des vents plus violents et des précipitations plus importantes, augmente, mais pas le nombre total d'ouragans.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Le bilan des inondations passe à 10 morts et 3 disparus

Publié

le

Le Venezuela subit régulièrement de fortes intempéries (archives). (© KEYSTONE/EPA/HO)

Le corps d'un jeune homme emporté par le courant d'une rivière en crue et retrouvé mercredi porte à 10 morts et trois disparus le bilan des pluies torrentielles. Celles-ci s'abattent sur le Venezuela depuis deux semaines.

La victime de 18 ans a été extraite des eaux boueuses de la rivière La Vega, dans l'Etat de Lara, dans l'ouest du Venezuela, où un autre jeune est porté disparu, selon la protection civile locale qui n'a pas donné de détails au sujet des dégâts sur les infrastructures. Les autorités n'ont pas fourni de bilan national officiel, mais selon la presse locale, les pluies incessantes ont causé de graves inondations dans au moins sept des 23 Etats du pays.

Le corps d'un garçon de 11 ans, disparu depuis le 11 septembre près d'une rivière à Caracas, a été retrouvé dimanche, a indiqué lundi sur Twitter le vice-ministre de la gestion des risques et de la protection civile Carlos Pérez Ampueda. Le week-end dernier, les fortes pluies ont fait au moins huit morts et deux disparus lors d'un rassemblement religieux dans l'Etat de Tachira, à la frontière avec la Colombie.

Précipitations records

Une partie des trente-six membres de l'Eglise méthodiste, un groupe religieux protestant, se baignaient dans une rivière quand une brusque montée des eaux a emporté plusieurs personnes. Quatre des victimes sont âgées de 12 à 17 ans, quatre autres de 19 à 25 ans.

Depuis le début de l'année, le Venezuela a enregistré des précipitations supérieures aux moyennes historiques, attribuées au phénomène météorologique de La Niña. L'équivalent froid d'El Niño provoque un refroidissement d'une partie des eaux de surface du Pacifique, influençant le cycle des précipitations et le climat de certaines régions du globe.

Selon l'ONU, La Niña, notamment responsable de l'aggravation de la sécheresse dans la Corne de l'Afrique, devrait avoir une durée sans précédent pour ce siècle et persister au moins jusqu'à la fin de l'année. Il s'agirait au 21e siècle du premier épisode de La Niña s'étendant sur trois hivers consécutifs dans l'hémisphère Nord (ou trois étés consécutifs dans l'hémisphère Sud), selon le bulletin Info-Niño/Niña publié par l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

L'ouragan Ian, "extrêmement dangereux", touche terre en Floride

Publié

le

L'ouragan Ian, considéré comme "extrêmement dangereux", a touché terre mercredi après-midi en Floride. (© KEYSTONE/AP)

L'ouragan Ian, considéré comme "extrêmement dangereux", a touché terre mercredi après-midi en Floride, selon le Centre national des ouragans américain (NHC). Il a déjà provoqué des inondations "catastrophiques".

En mer, les mauvaises conditions ont fait chavirer un bateau transportant des migrants, et les gardes-côtes recherchent encore 20 personnes portées disparues, trois ayant été sauvées et quatre autres étant parvenues à nager jusqu'au rivage.

Charriant des vents soutenus allant jusqu'à 240 km/h, Ian a touché terre le long de la côte de Cayo Costa, dans le sud-ouest de l'Etat, à 15h05 locale (21h05 en Suisse), selon le NHC. L'ouragan causait mercredi "des submersions marines, des vents, et des inondations catastrophiques dans la péninsule de Floride", selon le bulletin précédent du centre.

Plus d'un million de foyers étaient privés d'électricité à 16h30 (22h30 en Suisse), principalement autour de la zone dans laquelle Ian a touché terre, selon le site spécialisé PowerOutage. Dans certains comtés de la côte, la majorité des habitants étaient sans courant, selon le site.

Ian a déjà dévasté l'ouest de Cuba ces derniers jours, et doit ensuite se déplacer dans les terres au cours de la journée, et émerger au-dessus de l'Atlantique ouest d'ici à jeudi soir, d'après le NHC.

"Anxiété"

Les rues de Punta Gorda, dans le sud de l'Etat, où quelques passants marchaient encore à midi, s'étaient soudainement vidées mercredi après-midi, alors que le ciel tournait au grisâtre et que les averses s'intensifiaient, ont constaté des journalistes de l'AFP.

De forts vents arrachaient les branches de nombreux palmiers du centre, faisant même vaciller les poteaux électriques, le cyclone se trouvant encore à une quarantaine de kilomètres de la ville.

"Plus il approche, plus l'anxiété grimpe évidemment avec l'inconnu", avait observé plus tôt Chelsea Thompson, 30 ans, qui aidait ses parents à protéger leur maison mardi dans une zone d'évacuation au sud-ouest de Tampa. A Naples, dans le sud-ouest de la Floride, des images de la chaîne MSNBC montraient des rues complètement inondées et les voitures flottant au gré du courant.

Les phénomènes de submersion marine pourraient atteindre plus de cinq mètres sur les côtes, selon le NHC, tandis qu'entre 30 et 45 cm de précipitations sont attendus dans le centre et le nord-est de la Floride, et jusqu'à 60 cm par endroits.

"Historique"

"C'est une tempête dont on parlera pendant de nombreuses années", a affirmé le directeur des services météo américains (NWS), Ken Graham, lors d'une conférence de presse.

Dans la matinée, le gouverneur de Floride Ron DeSantis avait averti que Ian pourrait arriver sur les terres en tant qu'ouragan de catégorie 5, la catégorie la plus élevée sur l'échelle Saffir-Simpson. "Clairement, c'est un ouragan très puissant qui aura des conséquences considérables", a-t-il soutenu. Des ordres d'évacuation ont été donnés dans la nuit pour une dizaine de comtés sur la côte.

La directrice de la Fema (l'agence fédérale chargée de la prise en charge des catastrophes naturelles) a affirmé que Ian continuerait d'être une tempête "très dangereuse" pour "les jours à venir". Les autorités se préparent "pour les effets historiques et catastrophiques que nous commençons déjà à constater", avait souligné Deanne Criswell avant même qu'Ian ne touche terre.

Coupures de courant

Selon le site poweroutage.us, plus de 810'000 foyers étaient déjà privés d'électricité en Floride à 15h20 (21h20 en Suisse). En amont de l'arrivée de Ian, l'aéroport de Tampa a suspendu ses opérations mardi en fin d'après-midi, tandis que celui d'Orlando a fait de même à 10h30 mercredi.

L'ouragan Ian, alors en catégorie 3, avait auparavant frappé Cuba mardi. Deux personnes ont été tuées dans la province occidentale de Pinar del Rio, selon un média d'Etat cubain. L'île et ses 11,2 millions d'habitants ont été plongés entièrement dans le noir.

Avec le réchauffement de la surface des océans, la fréquence des ouragans les plus intenses, avec des vents plus violents et des précipitations plus importantes, augmente, mais pas le nombre total d'ouragans.

Selon Gary Lackmann, professeur de sciences atmosphériques à l'université d'Etat de Caroline du Nord, aux Etats-Unis, plusieurs études ont démontré un "lien possible" entre le changement climatique, et un phénomène connu sous le nom "d'intensification rapide" - quand une tempête tropicale relativement faible se renforce en ouragan de catégorie 3 ou plus en l'espace de 24 heures, comme ce fut le cas avec Ian.

"Un consensus demeure qu'il y aura à l'avenir moins de tempêtes, mais que les plus importantes seront plus intenses", a déclaré le scientifique à l'AFP.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Cuba plongé dans le noir après le passage de l'ouragan Ian

Publié

le

L'ouragan a causé de nombreux dégâts matériels. (© KEYSTONE/EPA/Yander Zamora)

Cuba était plongé dans le noir mardi soir en raison d'une coupure de courant généralisée due aux dégâts sur son réseau électrique occasionnés par l'ouragan Ian, qui n'a pas fait de victimes. Il menace désormais la Floride.

Le pays se trouve "sans service électrique", a tweeté la compagnie d'électricité étatique Union Eléctrica, expliquant cette panne nationale par le passage de l'ouragan de catégorie 3 qui a ravagé l'ouest de l'île. "Il n'y a actuellement aucun service d'électricité nulle part dans le pays", a abondé Lázaro Guerra, directeur technique d'Union Eléctrica, sur la télévision cubaine.

Seules les quelques personnes disposant d'un générateur à essence à domicile ou au bureau avaient accès au courant, dans ce pays de 11,2 millions d'habitants. Alors que les effets de l'ouragan se faisaient encore sentir sur la côte, dans la nuit, les habitants marchaient dans les rues en se guidant avec leur téléphone portable, et certaines maisons étaient éclairées par des bougies ou des lampes de poche.

"L'#HuracanIan s'éloigne du territoire national, mais ses effets destructeurs persistent", a tweeté la Défense civile cubaine, dans un appel à la prudence, après le passage de l'ouragan. Son centre a quitté le territoire cubain à 09h50 (15h50 en suisse) aux environs de Puerto Esperanza, selon l'Institut de météorologie de Cuba (Insmet).

"Vagues potentiellement mortelles"

Le "centre de Ian devrait se déplacer sur le sud-est du golfe du Mexique dans quelques heures, passer à l'ouest de l'archipel des Keys" au sud de la Floride, "puis s'approcher de la côte ouest de la Floride (...) mercredi et mercredi soir", a précisé le Centre national des ouragans (NHC) américain. Il avait auparavant prévenu que le phénomène était considéré comme un "ouragan intense extrêmement dangereux".

Il faut se préparer à des "vagues potentiellement mortelles, des vents catastrophiques et des inondations" dans la péninsule de Floride, a aussi averti le NHC. A Cuba, aucune victime n'est pour l'heure à déplorer, selon les autorités, mais les vents violents et les pluies intenses persistaient dans l'ouest de l'île où l'ouragan a semé la désolation dans plusieurs localités, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Sur la route de San Juan y Martinez, à 190 km de La Havane, la province de Pinar del Rio, où se trouvent la plupart des plantations de tabac du pays, a été durement touchée. Les cultures ont été inondées, des arbres déracinés et des fils électriques jonchaient le sol. "Je ne sais pas ce que nous allons faire cette saison", se lamente Yuslan Rodriguez, un cultivateur de tabac de 37 ans, dont la plantation, tout comme d'autres, a été détruite.

"Dégâts considérables"

Des rafales de vent ont atteint 208 km/h à San Juan y Martinez. Le président Miguel Diaz-Canel a visité mardi la zone la plus touchée à Pinar del Rio. "Les dégâts sont importants", a-t-il déclaré sur Twitter, assurant que de l'aide avait été envoyée.

Quelque 40'000 personnes ont été évacuées dans la province de Pinar del Rio et "les dégâts sont considérables", a indiqué la responsable du Parti communiste local, Yamilé Ramos. Dans la capitale, où vivent 2,1 millions de personnes, deux maisons se sont partiellement effondrées, selon Alexis Acosta, l'intendant du quartier de la vieille Havane.

Préparatifs en Floride

L'état d'urgence a été décrété dans toute la Floride et les autorités multipliaient les préparatifs. Certaines des modélisations effectuées prévoient maintenant un atterrissage au sud de la baie de Tampa (...) Dans certaines zones, il y aura des inondations catastrophiques et des vagues de tempête mortelles", a prévenu le gouverneur Ron DeSantis.

Il a demandé aux habitants de faire des provisions et se préparer à des coupures de courant, tout en mobilisant 7000 membres de la Garde nationale.

Le président américain Joe Biden, qui a approuvé une aide d'urgence fédérale pour 24 des 67 comtés de Floride, a déclaré que Ian "pourrait être un ouragan très violent, dont l'impact serait dévastateur et mettrait des vies en danger". Des moyens aériens tels que des hélicoptères sont notamment prêts à intervenir, a précisé le porte-parole du Pentagone, le général Pat Ryder.

La porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a précisé que M. Biden s'était entretenu mardi soir avec M. DeSantis - potentiel rival aux élections de 2024 - pour parler préparatifs. A Tampa, des employés de la mairie remplissaient mardi des sacs de sable qu'ils distribuaient gratuitement à travers la ville. Les autorités ont ordonné des évacuations dans les zones les plus vulnérables, situés à proximité de l'océan.

La Nasa, l'agence spatiale américaine, a renoncé au décollage prévu mardi de sa nouvelle méga-fusée pour la Lune, depuis le centre spatial Kennedy situé dans cet Etat du sud des Etats-Unis. Ian succède à l'ouragan Fiona, qui a ravagé samedi la côte atlantique du Canada, faisant trois morts, après les Caraïbes la semaine dernière où sept personnes avaient péri.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X