Rejoignez-nous

International

L'Iran commence à enrichir l'uranium à 60% dans l'usine de Fordo

Publié

,

le

Site nucléaire souterrain de Fordo: En avril 2021, l'Iran avait déjà annoncé avoir commencé à produire de l'uranium enrichi à 60% dans le site de Natanz (centre), se rapprochant des 90% nécessaires à la confection d'une bombe atomique. (© KEYSTONE/AP Planet Labs Inc.)

L'Iran a commencé à produire de l'uranium enrichi à 60% dans son usine de Fordo, une nouvelle entorse à ses engagements décidée après une résolution critique adoptée à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Déjà, l'an dernier, l'Iran avait annoncé avoir commencé à produire de l'uranium enrichi à 60% sur le site de Natanz (centre), se rapprochant des 90% nécessaires pour produire une bombe atomique.

Ce seuil de 60% dépasse largement celui de 3,67% fixé par l'accord de 2015 entre Téhéran et les grandes puissances visant à empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire.

L'Iran avait accepté de geler ses activités d'enrichissement à Fordo, une usine souterraine située à 180 kilomètres au sud de Téhéran. Le site avait pourtant été remis en service en 2019 et récemment modifié en vue d'obtenir une meilleure efficacité.

"La production d'uranium enrichi à 60% à Fordo a commencé lundi", a annoncé mardi le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Mohammad Eslami, cité par l'agence de presse Isna.

"Nous avons dit que les pressions politiques ne changent rien et que l'adoption d'une résolution (à l'AIEA) suscitera une réaction sérieuse" de la part de l'Iran, a-t-il ajouté.

L'AIEA a confirmé cette nouvelle activité à Fordo et "informera l'Iran de son intention d'augmenter la fréquence et l'intensité de ses activités de vérification", a affirmé son directeur général Rafael Grossi dans une déclaration transmise à l'AFP.

"L'Iran prévoit également une expansion significative de la production d'uranium faiblement enrichi" jusqu'à 20% "à Fordo", a ajouté l'organisme onusien, et a installé "un second bâtiment de production" à Natanz.

Mesures de rétorsion

Le pacte de 2015 (JCPOA) offrait à l'Iran un allègement des sanctions internationales en échange de garanties que Téhéran ne se doterait pas de l'arme atomique, un objectif que la République islamique a toujours nié poursuivre.

Cependant, après le retrait des Etats-Unis du JCPOA en 2018 et du rétablissement des sanctions américaines qui étouffent son économie, Téhéran s'est progressivement affranchi de ses obligations.

L'Iran a ainsi enclenché en janvier 2021 le processus destiné à produire de l'uranium enrichi à 20% dans l'usine de Fordo. Puis en avril 2021, il a annoncé avoir commencé à produire de l'uranium enrichi à 60% à Natanz.

Dimanche, l'Iran a annoncé avoir pris des mesures de rétorsion contre l'AIEA à la suite d'une résolution critiquant le manque de coopération de Téhéran, présentée par les Etats-Unis et trois pays européens (Royaume-Uni, France et Allemagne).

Cette résolution votée jeudi dernier par le Conseil des gouverneurs de l'agence est la deuxième cette année, après celle de juin.

Le motif de discorde à l'origine des deux résolutions est le même : l'absence de réponses "techniquement crédibles"concernant des traces d'uranium enrichi retrouvées sur trois sites non déclarés.

Ce dossier est un des principaux points sur lesquels butent les négociations démarrées en avril 2021 à Vienne pour ranimer l'accord de 2015. Téhéran réclame une clôture de l'enquête de l'AIEA pour parvenir à un compromis.

"Profonde préoccupation"

Mardi, un porte-parole de la Maison Blanche, John Kirby, a exprimé la "profonde préoccupation" des Etats-Unis face "à la progression du programme nucléaire" iranien.

Dans une déclaration commune, La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni en ont condamné l'extension qui "vide" l'accord sur le nucléaire iranien de 2015 "de son contenu".

L'Iran avait annoncé dimanche que les mesures avaient été mises en oeuvre le jour même "en présence d'inspecteurs de l'AIEA" sur les sites de Natanz et Fordo.

"Dans une deuxième action en réponse à la résolution, l'Iran a injecté du gaz dans deux autres cascades (de centrifugeuses) IR-2m et IR-4 sur le site de Natanz", a indiqué mardi l'agence Isna.

L'Iran enrichit toujours plus à des niveaux élevés, loin de la limite fixée de 3,67% : il dispose ainsi de 386,4 kgs à 20% (contre 331,9 kgs auparavant) et de 62,3 kgs à 60% (contre 55,6 kgs).

Cette montée en puissance se produit en outre alors que l'AIEA est confrontée à une nette restriction de ses inspections.

Une reprise du dialogue semble d'autant plus difficile que l'Iran est secoué par une contestation populaire depuis la mort le 16 septembre d'une jeune femme de 22 ans, Mahsa Amini, décédée après son arrestation par la police des moeurs.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

International

Foule immense à Téhéran pour les funérailles du président Raïssi

Publié

le

La foule est immense, mais aucune estimation indépendante n'est disponible. (© KEYSTONE/EPA/ABEDIN TAHERKENAREH)

Une foule immense s'est rassemblée mercredi dans le centre de Téhéran pour rendre un dernier hommage à Ebrahim Raïssi. Le président iranien est célébré comme un "martyr" après son décès dans le crash d'un hélicoptère.

"Un million d'adieux", a affirmé la télévision d'Etat en saluant le nombre de personnes réunies dans le centre de la capitale. Aucune estimation indépendante n'était disponible.

"Je suis triste. Je suis venue pour apaiser mon coeur", a témoigné Maryam, une enseignante de 41 ans portant le tchador et arrivée avec son mari et son fils d'une ville située au sud de Téhéran.

En ce jour déclaré férié, les cérémonies ont débuté par une prière dirigée par le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, qui s'est prosterné devant les cercueils des huit hommes tués dans le crash, dont le chef de la diplomatie Hossein Amir-Abdollahian.

Avec M. Raïssi, "nous avons perdu une personnalité marquante. C'était un très bon frère. Un fonctionnaire efficace, compétent, sincère et sérieux", a-t-il ensuite déclaré, en recevant le Premier ministre irakien Mohamed Shia al-Sudani, l'une des personnalités étrangères venues pour l'occasion.

A la prière, la plus haute autorité de la République islamique était entourée par les principaux membres du clergé chiite, les membres du gouvernement parmi lesquels le président par intérim Mohammad Mokhber, et les hauts gradés de l'armée et des Gardiens de la révolution.

Etaient également présents le chef politique du mouvement islamiste palestinien Hamas, Ismaïl Haniyeh, et le numéro deux du Hezbollah libanais, Naïm Qassem.

Malgré la disparition de Raïssi, "nous sommes persuadés que la République islamique d'Iran poursuivra son soutien au peuple palestinien", a déclaré M. Haniyeh, qui s'est brièvement exprimé juste avant que trois pays européens - l'Espagne, l'Irlande et la Norvège- ne reconnaissent l'Etat palestinien.

Le Hamas et le Hezbollah font partie de "l'axe de la résistance" qui, notamment avec les rebelles yéménites houthis, est soutenu par Téhéran dans le contexte de la guerre dans la bande de Gaza entre le Hamas et Israël.

"Martyrs"

Après la prière, la foule s'est dirigée lentement vers la place Azadi, l'une des plus grandes de la ville désertée par les voitures et où les magasins avaient baissé le rideau.

De nombreuses personnes brandissaient des portraits, parfois stylisés et colorés, du président défunt et des drapeaux iraniens, ont constaté des journalistes de l'AFP. Les habitants de Téhéran avaient reçu des messages sur leur téléphone les appelant à "assister aux funérailles du martyr".

Ces cérémonies se déroulent selon la tradition des grands rassemblements ayant marqué les 45 premières années de la République islamique, comme celui ayant suivi la mort du général Qassem Soleimani, un haut responsable militaire tué par une frappe américaine en Irak en 2020.

De nombreux et immenses portraits du "martyr" Ebrahim Raïssi ont été suspendus et accrochés dans les lieux publics des principales villes.

Une cinquantaine de délégations étrangères, notamment russe et turque, devaient être présentes à un hommage organisé dans l'après-midi, la plupart de niveau ministériel. Les funérailles se termineront jeudi avec l'enterrement du président défunt à Machhad (nord-est), sa ville natale.

Pendant ce temps, les autorités s'activaient pour organiser le processus de remplacement de M. Raïssi, qui présidait l'Iran depuis 2021.

L'une des tâches du président Mokhber, 68 ans, est ainsi de préparer l'élection présidentielle, qui se tiendra le 28 juin. A ce stade, aucune personnalité politique n'a publiquement déclaré sa candidature.

Drones iraniens

Ebrahim Raïssi est décédé dans le crash de l'hélicoptère qui l'amenait dimanche vers Tabriz (nord-ouest) après avoir assisté à l'inauguration conjointe d'un barrage avec son homologue azerbaïdjanais, Ilham Aliev, à leur frontière commune.

De difficiles opérations de recherche ont été menées durant une douzaine d'heures dans une région escarpée et boisée avant que les débris de l'hélicoptère ne soient découverts lundi à l'aube.

Les forces armées, qui ont ordonné une enquête sur les causes du drame, ont indiqué mercredi que des drones nationaux avaient été utilisés pour localiser l'hélicoptère, ce que n'a pas réussi à faire un drone doté d'équipements de vision nocturne dépêché par la Turquie.

Présent dans un hélicoptère accompagnant celui du président, le chef de cabinet de M. Raïssi, Gholam Hossein Esmaili, a raconté que l'appareil avait brutalement disparu sans lancer aucun signal d'alerte.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Tornade meurtrière dans l'Iowa

Publié

le

Une tornade a dévasté la localité de Greenfield dans l'Iowa. (© KEYSTONE/AP/Charlie Neibergall)

Une "tornade dévastatrice" a frappé une ville de l'Etat américain de l'Iowa mardi, faisant des morts et des blessés, a annoncé la police, sans fournir de décompte des victimes.

Cette énorme tempête a "dévasté une bonne partie de" Greenfield, une ville d'environ 2000 habitants située à 70 km au sud-ouest de Des Moines, la capitale de l'Etat, a déclaré le sergent Alex Dinkla, de la patrouille de l'Etat de l'Iowa, lors d'une conférence de presse. "Les services d'urgence locaux, du comté et de l'Etat ont rapidement lancé des opérations de recherche".

"Malheureusement, nous pouvons confirmer que cette tornade a fait des morts et des blessés parmi les habitants de la région de Greenfield", a-t-il ajouté. Il n'a pas indiqué le nombre de morts, mais a précisé qu'une douzaine de personnes avaient été transportées à l'hôpital.

La ville sera soumise à un couvre-feu de 22 heures à 7 heures mercredi, a indiqué M. Dinkla, ajoutant que le couvre-feu devrait "durer un certain temps". La gouverneure de l'Iowa, Kim Reynolds, a déclaré l'état d'urgence dans 15 comtés, dont celui d'Adair qui englobe Greenfield, en raison des intempéries.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Dix-neuf arrestations dans une opération contre la mafia turque en Italie

Publié

le

Les forces de l'ordre italiennes ont arrêté Baris Bayun dans une maison de Viterbe, au nord de Rome (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP/ANDREW MEDICHINI)

La police italienne a démantelé un réseau criminel dirigé par le chef présumé de la mafia turque, Baris Boyun. Dix-neuf personnes, dont le "boss" présumé, ont été arrêtées en Italie, en Suisse, en Allemagne et en Turquie. La Confédération a participé à l'opération.

Interrogé par Keystone-ATS, l'Office fédéral de la police (Fedpol) a confirmé avoir pris part à l'opération. Les suspects sont accusés notamment d'être membres d'une association criminelle à visée terroriste, selon les agences de presse transalpines.

Ils sont aussi soupçonnés de possession d'armes et d'explosifs, de trafic de drogue international, de meurtre et d'encouragement à l'immigration illégale. Baris Bayun a été arrêté dans une maison de Viterbe, au nord de Rome, par une task force conjointe des forces de l'ordre italiennes et d'Interpol.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / ans

Continuer la lecture

International

Espagne, Irlande et Norvège vont reconnaître un Etat palestinien

Publié

le

Le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Støre a été le premier à annoncer cette reconnaissance à la date du 28 mai. (© KEYSTONE/EPA/ERIK FLAARIS JOHANSEN)

Israël a fustigé mercredi l'annonce de trois pays européens de reconnaître l'Etat de Palestine. Cela au moment où les frappes israéliennes et les combats ne connaissent pas de répit dans la bande de Gaza dans la guerre avec le mouvement islamiste Hamas.

L'Irlande et la Norvège, qui avec l'Espagne ont reconnu l'Etat de Palestine, veulent envoyer "un message aux Palestiniens et au monde entier: le terrorisme paie", a réagi le chef de la diplomatie israélienne, Israël Katz.

"Après que l'organisation terroriste Hamas a perpétré le plus grand massacre de Juifs depuis la Shoah, après avoir commis les crimes sexuels les plus horribles que le monde ait connus, ces pays ont choisi de récompenser le Hamas et l'Iran et de reconnaître un Etat palestinien", a-t-il ajouté.

"Moments historiques"

L'Organisation de libération de la Palestine (OLP) a elle salué des "moments historiques".

L'Espagne, l'Irlande et la Norvège ont annoncé mercredi leur décision coordonnée de reconnaître un Etat palestinien dans l'espoir d'entraîner d'autres pays à faire de même. Le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Støre a été le premier à annoncer cette reconnaissance à la date du 28 mai.

Saluant un "jour historique", son homologue irlandais Simon Harris a suivi peu de temps après, tout comme le Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, l'une des voix les plus critiques envers l'opération militaire à Gaza.

En réaction, Israël a rappelé mercredi "pour consultation" ses ambassadeurs en Irlande et en Norvège. Le mouvement islamiste, qui a pris le pouvoir en 2007 à Gaza, a lui jugé que la "résistance palestinienne" avait permis ces reconnaissances, saluant une "étape importante".

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a lui salué la décision des trois pays européens, appelant sur X tous les pays à "suivre l'exemple des trois pays dans leur démarche courageuse".

De nouvelles frappes

Sur le terrain, des frappes aériennes israéliennes ont été menées mercredi à travers la bande de Gaza, notamment à Rafah (sud), Jabalia, Zeitoun et Gaza-ville (nord), selon des témoins.

Tôt mercredi, une équipe de l'AFP a également fait état de tirs d'artillerie dans et autour de Rafah (sud), ville surpeuplée dont certains secteurs sont le théâtre d'opérations au sol depuis le début du mois malgré l'opposition de la communauté internationale. Des explosions ont aussi été entendues par des témoins.

Avant son incursion au sol, l'armée israélienne avait ordonné des évacuations massives de Rafah où elle dit vouloir détruire les derniers bataillons du Hamas, son réseau de tunnels, et sauver les otages.

Dix personnes ont été tuées et plusieurs blessées à Al-Zawaida (centre) lors de frappes nocturnes, selon l'hôpital des martyrs d'Al-Aqsa Martyrs.

Depuis qu'Israël a pris le 7 mai le contrôle du côté palestinien du poste-frontière de Rafah avec l'Egypte, l'acheminement de l'aide humanitaire est quasiment à l'arrêt, notamment le carburant, indispensable aux hôpitaux et à la logistique humanitaire.

Selon l'ONU, 1,1 million de personnes dans le territoire palestinien font face à des "niveaux de faim catastrophiques". L'agence onusienne chargée des réfugiés palestiniens, l'Unrwa, a annoncé suspendre ses distributions de nourriture à Rafah "en raison du manque de fournitures et de l'insécurité".

Coup dur

Face aux sévères restrictions imposées à l'aide par voie terrestre, les Etats-Unis avaient annoncé en mars la mise en place d'un port temporaire à Gaza, initiative jugée insuffisante par l'ONU, les ONG et par les dirigeants américains eux-mêmes.

Depuis son entrée en fonction vendredi, environ 569 tonnes d'aide ont été acheminées à Gaza, selon l'armée américaine. Mais cette aide n'a toujours pas été distribuée à la population, a annoncé mardi soir le ministère américain de la Défense.

Les annonces européennes constituent un nouveau coup dur pour Israël après que le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Karim Khan a déclaré lundi avoir demandé des mandats d'arrêt contre Benjamin Netanyahu et son ministre de la Défense Yoav Gallant pour des crimes tels que "le fait d'affamer délibérément des civils", "homicide intentionnel" et "extermination et/ou meurtre".

Des dirigeants du Hamas sont également visés par cette demande de mandats d'arrêt, pour "extermination", "viol et autres formes de violence sexuelle" et "prise d'otages en tant que crime de guerre".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X