Rejoignez-nous

International

Un an et demi après, une école va enfin pouvoir éteindre la lumière

Publié

,

le

L'école qui accueille quelque 1200 élèves fonctionne avec 7000 ampoules (cliché symbolique/Keystone archives). (© KEYSTONE/AP/MIKE GROLL)

Contraint d'avoir les lumières allumées nuit et jour depuis un an et demi à cause d'un problème informatique, un lycée aux Etats-Unis devrait pouvoir bientôt tourner l'interrupteur. Les derniers travaux "sont reprogrammés pour février", a déclaré lundi un responsable.

Depuis que le système d'éclairage du lycée Minnechaug Regional, situé à Wilbraham dans l'Etat du Massachusetts, est tombé en panne en 2021, la lumière est restée allumée par défaut dans cet établissement fonctionnant avec 7000 ampoules et qui accueille quelque 1200 élèves.

Cette situation ubuesque s'est accompagnée de vives critiques liées à la facture d'électricité qui a logiquement explosé. Le problème s'est inscrit dans la durée à cause des difficultés de l'école pour contacter l'installateur initial du système et prendre rendez-vous avec lui afin de réaliser des réparations.

Des milliers de dollars par mois

"Après de nombreuses semaines d'efforts, nous avons reçu un devis d'environ 1,2 million de dollars pour remplacer l'ensemble du système", mais l'offre n'a pas été retenue étant donnée l'ampleur du potentiel chantier, a déclaré l'établissement dans une lettre adressée aux autorités locales en août 2022 et mise à jour en janvier.

Aucune solution pérenne n'a entre-temps été trouvée pour éteindre l'alimentation des lampes sans mettre d'autres systèmes essentiels hors tension, selon cette lettre.

Les responsables de la ville de Wilbraham s'étaient plaints en août 2022 du coût que représentaient tous ces éclairages. "L'impact net se chiffre en milliers de dollars par mois en moyenne, mais pas en dizaines de milliers", s'est défendu lundi le responsable de l'école dans une interview à la chaîne NBC.

Le nouvel équipement a été installé et devrait être mis en route à la fin du mois prochain.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Le bilan du séisme en Turquie et en Syrie dépasse les 4300 morts

Publié

le

Les opérations de sauvetage se sont poursuivies pendant la nuit, notamment à Iskenderun, en Turquie. (© KEYSTONE/EPA/ERDEM SAHIN)

La course contre la montre et le froid se poursuit mardi en Turquie et dans le nord de la Syrie pour retrouver des survivants d'un violent séisme et de ses répliques qui ont ravagé la région lundi. Selon le dernier bilan, plus de 4300 personnes ont trouvé la mort.

Près de vingt heures après la première des trois secousses, d'une magnitude de 7,8 ressentie jusqu'au Liban, à Chypre et dans le nord de l'Irak, 2921 sont mortes en Turquie, selon l'organisme public de gestion des catastrophes (AFAD), et plus de 1440 en Syrie. Le bilan risque de s'alourdir.

Les secours se sont acharnés dans la nuit de lundi à mardi dans le froid, sous la pluie battante ou la neige, parfois à mains nues, pour sauver chaque vie qui pouvait l'être, comme cette enfant de sept ans sortie des ruines à Hatay (sud), à la frontière syrienne, sous les yeux de l'AFP, après plus de 20 heures de terreur, le pyjama maculé de poussière.

Le mauvais temps qui plane sur l'Anatolie complique la tâche des secouristes et rend le sort des rescapés plus amer encore, grelottant sous des tentes ou autour de foyers improvisés.

Premières aides internationales

L'aide internationale à la Turquie doit cependant commencer à arriver mardi avec les premières équipes de secouristes, de Suisse. Huitante secouristes de la Chaîne de sauvetage, des chiens de recherche et de sauvetage et 18 tonnes de matériel se sont envolés lundi soir de Zurich à destination d'Adana.

Le président américain Joe Biden a, quant à lui, promis à son homologue turc Recep Tayyip Erdogan "toute l'aide nécessaire, quelle qu'elle soit". Deux détachements américains de 79 secouristes chacun se préparaient lundi à se rendre sur place, selon la Maison-Blanche. Selon le président turc, 45 pays ont proposé leur aide.

En revanche en Syrie, l'appel lancé par les autorités de Damas a été surtout entendu par son allié russe, promettant des équipes de secours "dans les prochaines heures", alors que, selon l'armée, plus de 300 militaires russes sont déjà sur les lieux pour aider aux secours.

Des milliers d'immeubles effondrés

L'ONU a également réagi, mais en insistant que l'aide fournie irait "à tous les Syriens sur tout le territoire", dont une partie n'est pas sous le contrôle du gouvernement. Dans ces zones tenues par les rebelles, frontalières de la Turquie au nord-ouest de la Syrie, au moins 700 morts ont été dénombrés.

Profitant du chaos créé par le tremblement de terre, une vingtaine de combattants présumés de l'Etat islamique (EI) se sont évadés d'une prison militaire à Rajo, contrôlée par des rebelles pro-turcs.

Les bilans de part et d'autre de la frontière n'ont cessé de s'alourdir et, compte tenu de l'ampleur des dégâts, ils devaient d'augmenter au fur et à mesure des recherches.

Rien qu'en Turquie, les autorités ont dénombré près de cinq mille immeubles effondrés. Et la chute radicale des températures fait courir un risque supplémentaire d'hypothermie aux blessés, coincés dans les ruines.

L'Organisation mondiale de la santé a dit elle-même s'attendre au pire et redouter "des bilans huit fois plus élevés que les nombres initiaux".

"Tout le monde a peur"

Dans la journée de lundi, pas moins de 185 répliques ont été enregistrées, consécutives aux deux premières secousses: l'une de 7,8, survenue en pleine nuit (04h17 locales), l'autre, de magnitude 7,5, à la mi-journée, les deux dans le sud-est de la Turquie.

Des dortoirs ont été ouverts par les autorités locales dans les gymnases ou les collèges ou même dans les mosquées afin d'héberger les rescapés. Mais par crainte de nouveaux séismes, nombre d'habitants ont préféré passer la nuit dehors, comme à Sanliurfa, dans le sud-est turc.

"Qui n'a pas peur? Tout le monde a peur", assurait Mustafa Koyuncu, 55 ans, entassé avec sa femme et ses cinq enfants dans la voiture familiale.

Ce séisme est le plus important en Turquie depuis le tremblement de terre du 17 août 1999, qui avait causé la mort de 17'000 personnes, dont un millier à Istanbul.

Le chef de l'Etat turc a décrété un deuil national de sept jours et la fermeture des écoles pour la semaine.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Islamabad ordonne le déblocage de Wikipédia

Publié

le

Le blocage de Wikipédia a été levé au Pakistan. (© KEYSTONE/AP/Anjum Naveed)

Le premier ministre pakistanais a ordonné lundi le déblocage de l'encyclopédie en ligne Wikipédia, trois jours après que le site a été bloqué dans le pays pour "contenu blasphématoire". Le blasphème est une question sensible au Pakistan.

Les géants d'Internet, comme Facebook et YouTube, ont déjà été interdits pour avoir publié des contenus jugés sacrilèges.

Vendredi, Wikipédia avait été bloqué dans le pays "après avoir omis de répondre à notre demande répétée concernant la suppression d'un contenu blasphématoire et n'avoir pas respecté le délai" imparti pour ce retrait, avait indiqué un porte-parole de l'autorité des télécommunications pakistanaises (PTA), sans toutefois préciser quel était ce contenu jugé blasphématoire.

Dans un communiqué, la fondation Wikimédia, qui gère Wikipédia, avait estimé que ce blocage "empêchait la cinquième nation la plus peuplée au monde d'accéder au plus grand référentiel de connaissances gratuit".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

52'000 propriétés détenues de façon opaque au Royaume-Uni

Publié

le

Transparency International a identifié plus de 6,7 milliards de livres de biens immobiliers au Royaume-Uni achetés avec des fonds suspects (archives). (© KEYSTONE/EPA/ANDY RAIN)

Près de 52'000 propriétés sont détenues de façon anonyme au Royaume-Uni, certaines par "des kleptocrates et des oligarques", a dénoncé mardi Transparency International dans un rapport. Des règles les obligeant à dévoiler leur identité sont pourtant entrées en vigueur.

L'organisation a identifié "plus de 6,7 milliards de livres de biens immobiliers au Royaume-Uni achetés avec des fonds suspects", dont une majorité détenue via des sociétés offshore opaques, en particulier des propriétés de luxe dans les quartiers chics de Londres.

Plus de 20% de cette somme provient de Russie, notamment au bénéfice de personnes "faisant l'objet de sanctions et proches du Kremlin", précise l'ONG. Elle cite aussi l'ancien vice-président angolais Manuel Domingos Vicente ou encore le couple de dirigeants azerbaïdjanais Ilham Aliev et Mehriban Alieva.

Les autorités britanniques, régulièrement accusées d'en faire trop peu contre l'afflux d'argent douteux dans le pays, avaientles avaient notamment adopté une loi pour obliger les propriétaires de biens immobiliers à se dévoiler.

"Argent sale" russe

Mais "près de la moitié des entreprises tenues de déclarer leur propriétaire ne l'ont pas fait" à la date butoir du 31 janvier dernier, dénonce Transparency International. Elles "ont soit complètement ignoré la loi, soit soumis des informations qui empêchent le public de savoir à qui elles appartiennent".

Certaines ont, par exemple, déclaré que le propriétaire était une autre société "bien que cela soit contraire aux règles dans de nombreux cas". D'autres disent être détenues via des trusts, "des structures opaques". D'autres encore ont tout simplement affirmé n'avoir aucun bénéficiaire effectif, déplore l'organisation.

Un rapport parlementaire avait étrillé l'été dernier l'échec du gouvernement britannique à lutter contre l'afflux d'"argent sale" russe au Royaume-Uni, en dépit de l'intransigeance affichée.

"La transparence sur l'identité des véritables propriétaires [au Royaume-Uni] est essentielle pour résoudre la question du rôle [du pays] en tant que plaque tournante mondiale de l'argent sale", a commenté Duncan Hames, un responsable de Transparency International, dans un communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Des glissements de terrain font au moins 15 morts au Pérou

Publié

le

Les premiers glissements de boue et de rochers sont survenus dimanche en raison de pluies torrentielles (cliché symbolique/Keystone archives). (© KEYSTONE/AP/RODRIGO ABD)

Une série de glissements de terrain dans la région méridionale d'Arequipa, au Pérou, ont fait lundi au moins 15 morts, 20 blessés et deux disparus, selon un premier bilan des autorités. Les sinistrés se comptent déjà par milliers.

"Le nombre de personnes décédées jusqu'à présent est de 15", a déclaré l'institut national de défense civile à Arequipa. Les premiers glissements de boue et de rochers sont survenus dimanche en raison de pluies torrentielles.

La zone la plus touchée est le district de Nicolas Valcarcel, dans la province de Camaná, à l'ouest d'Arequipa. Quatre localités du district et de la région voisine du Rio Grande ont été particulièrement touchées.

Mines

"La situation dans ces quatre villages est très défavorable [...] tant à Rio Grande qu'à Nicolas Valcarcel", a déclaré le gouverneur régional Rohel Sanchez à la télévision locale Canal N. Il a expliqué qu'il y a beaucoup d'activités minières dans les collines entourant ces villages. "Nous avons probablement des gens là-bas qui n'ont pas pu sortir et qui ont été emportés par les coulées de boue", a-t-il ajouté.

Le nombre total de sinistrés à Arequipa est actuellement de 12'000 personnes, selon la même source.

Les glissements de terrain à Nicolas Valcarcel ont endommagé 310 maisons et en ont détruit dix autres. Ils ont également touché un centre de santé et trois routes rurales, a fait savoir la défense civile.

Les autorités d'Arequipa ont demandé au gouvernement central de Lima de déclarer l'état d'urgence pour catastrophe naturelle dans la région.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Cancer

Période tout-à-fait faste dans le domaine des affaires… En revanche, restez bien vigilant quant aux dépenses… A part ça, tout ira bien…

Les Sujets à la Une

X