Rejoignez-nous

International

Union européenne - Les Vingt-Sept sauvent leur plan de relance

Publié

,

le

Photo d'illustration ©KEYSTONE/Martin Ruetschi)

Les dirigeants de l'UE ont ouvert la voie jeudi au plan de relance post-Covid, fondé sur un emprunt commun "historique". Un compromis a permis de rallier Pologne et Hongrie. Ils poursuivaient dans la nuit les pourparlers pour adopter un ambitieux objectif climatique.

Réunis à Bruxelles, les chefs d'Etat et de gouvernement des Vingt-Sept se sont accordés pour sanctionner la Turquie, mais peinaient encore à 04H00 du matin vendredi à s'entendre sur les modalités d'un nouvel objectif de réduction des gaz à effet de serre d'ici à 2030. Et ce alors même que le déblocage sur le budget, acté au sommet, permettra de lancer un important fonds de transition énergétique.

Grâce à l'accord sur le paquet financier, l'Europe pourra emprunter solidairement pour relancer son économie, sans sacrifier le nouveau mécanisme conditionnant l'octroi de ses fonds au respect de l'Etat de droit. "C'est un signal fort, triomphant de l'égoïsme: l'État de droit s'appliquera partout", s'est félicité le ministre allemand des Finances Olaf Scholz, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE.

Déclaration "explicative"

Adoptés en juillet, le budget européen pour la période 2021-2027 (1074 milliards) et le plan de relance (750 milliards d'euros) étaient bloqués depuis un mois par les vetos de la Hongrie et de la Pologne.

Les deux pays, accusés régulièrement de saper les valeurs démocratiques, entendaient s'opposer à un mécanisme qui pourra les priver de fonds européens en cas de violations des principes de l'Etat de droit (justice indépendante, politique anticorruption...).

Pour vaincre leurs réticences, l'Allemagne a proposé que le mécanisme soit assorti d'une déclaration "explicative", précisant notamment la possibilité de saisir la Cour de justice européenne pour examiner sa légalité avant qu'il n'entre en application, quitte à la retarder.

Un tel recours prend 18-19 mois en moyenne, selon la Cour... soit jusqu'aux prochaines élections en Hongrie. Mais une fois validé, le dispositif s'appliquera rétrospectivement à partir de janvier 2021. La déclaration a été approuvée jeudi par les Vingt-Sept.

"Sauver la face"

"Nous pouvons dire, en toute modestie, que nous avons sauvé l'unité de l'Union (...)", s'est vanté le Premier ministre hongrois Viktor Orban lors d'une conférence commune avec son homologue polonais Mateusz Morawiecki.

"Le mécanisme sera limité à des critères précis", qui excluent les questions de société (droit à l'avortement, droits LGBT) et politiques migratoires, c'est "une victoire", a lancé le Polonais.

L'hypothèse d'un plan de relance à Vingt-Cinq, qui aurait privé les deux récalcitrants d'importants fonds européens, avait été évoquée. "L'Europe avance, unie, et porte ses valeurs", a réagi le président français Emmanuel Macron, se félicitant de n'avoir "sacrifié ni la relance, ni l'Etat de droit".

La déclaration n'a "aucun effet légal" sur le mécanisme, "c'est un simple document qui permet à la Pologne et la Hongrie de sauver la face", a estimé l'eurodéputé Petri Sarvamaa (PPE, droite) rapporteur sur le texte.

Les premiers versements du fonds de relance pourraient intervenir d'ici la fin du premier trimestre 2021, selon l'Elysée.

"Equilibre difficile"

A l'issue d'âpres pourparlers, les Européens ont par ailleurs surmonté peu avant 01h00 leurs divisions pour sanctionner la Turquie en raison de ses travaux d'exploration gazière dans des zones maritimes disputées avec la Grèce et Chypre.

La menace de représailles avait été brandie en octobre, mais plusieurs Etats bloquaient l'adoption des sanctions. "L'Allemagne redoute des flux migratoires, l'Italie a des liens énergétiques avec la Turquie, les pays de l'Est voient Ankara comme un allié de l'Otan important face à la Russie", expliquait un diplomate européen.

La décision porte sur des sanctions individuelles - une liste de noms va être établie -, et des mesures supplémentaires (ajout de nouveaux noms, d'entreprises) pourront être décidées en mars lors d'un nouveau point d'étape, si la Turquie poursuit ses actions.

A la veille du cinquième anniversaire de l'Accord de Paris, les Etats membres devaient donner leur feu vert à une réduction des gaz à effet de serre d'"au moins 55%" d'ici 2030 par rapport au niveau de 1990, contre un objectif de 40% actuellement, afin d'arriver à la neutralité carbone visée pour 2050.

Mais les divergences persistaient sur les modalités et la répartition des efforts: très dépendante du charbon, la Pologne -alliée à plusieurs pays de l'Est- redoute de lourdes conséquences économiques et exige des précisions sur les aides qu'elle obtiendrait, notamment via la future réforme du marché du carbone.

L'inclusion des "puits de carbone" naturels, comme les forêts, dans le calcul des émissions -ce que redoutent les ONG environnementales- ne fait pas l'unanimité, pas plus que la mention des énergies moins émettrices de CO2 comme le gaz et le nucléaire.

Face aux Etats-Unis et à la Chine, "l''UE ne peut pas se rater sur le climat après avoir été chef de file pendant douze ans", observait une source européenne.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Ligue 1: Bordeaux s'impose à Saint-Etienne

Publié

le

Un premier succès en Ligue 1 pour Petkovic (© KEYSTONE/AP/DANIEL COLE)

Vladimir Petkovic a enfin fêté un succès en Ligue 1. Lors de la 6e journée, Bordeaux est en effet allé s'imposer 2-1 sous le déluge à Saint-Etienne.

Le réalisme de l'attaquant sud-coréen Ui-jo Hwang s'est avéré précieux pour les Girondins dirigés par l'ancien sélectionneur suisse. L'international a signé les deux buts de son équipe (7e/80e), laquelle a arraché un succès assez heureux face aux Verts. Ceux-ci avaient égalisé de manière méritée par Khazri (73e), mais ils n'ont pas su enchaîner. Saint-Etienne attend toujours sa première victoire de la saison.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Cassis inaugure une oeuvre de Saype au siège des Nations unies

Publié

le

Peinte avec de la peinture biodégradable, la fresque fait la taille d'un terrain de football et ne peut être observée qu'avec de la hauteur. (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Le conseiller fédéral Ignazio Cassis a inauguré samedi au siège des Nations unies à New York une fresque de 11'000 m2 du peintre sur herbe franco-suisse Saype. L'oeuvre "World in Progress II", éphémère, symbolise la volonté de renforcer la solidarité internationale.

La première partie avait été présentée au Palais des Nations en 2020 à Genève, à l’occasion du 75ème anniversaire de l’ONU, rappelle le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) samedi dans un communiqué.

Peinte avec de la peinture biodégradable, la fresque fait la taille d'un terrain de football et ne peut être admirée que depuis une certaine hauteur. Elle représente deux enfants attelés à construire le monde de demain. Elle illustre l’implication de la jeunesse dans la réflexion pour rendre les Nations Unies plus fortes et plus efficaces, détaille le DFAE.

Alors que la première oeuvre décrivait comment les deux enfants ont développé leur vision d'un monde nouveau, la fresque de New York montre comment ils ont voulu la réaliser, a déclaré Ignazio Cassis. Les oeuvres "World in Progress" I et II soulignent également le lien étroit qui unit les deux sièges des Nations unies, Genève et New York, a-t-il ajouté.

"Meilleure gouvernance mondiale"

"Le temps est venu de s’engager pour une meilleure gouvernance mondiale, pour plus de justice et de paix" a souligné le chef du DFAE, en inaugurant la fresque avec le secrétaire général des Nations Unies António Guterres.

Le chef de la diplomatie suisse a notamment insisté sur la nécessité de travailler davantage sur la prévention et sur le renforcement des coopérations entre les différentes parties prenantes, qu’il s’agisse des Etats, des organisations non gouvernementales, des milieux académiques ou du secteur privé.

Avec cette oeuvre éphémère, Saype (pour Say - dire - et Peace - la paix), veut exprimer son souhait de renforcer la solidarité internationale.

Cassis et Parmelin représentent la Suisse

De lundi à mercredi, le ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis et le président de la Confédération Guy Parmelin représenteront la Suisse à l'Assemblée générale de l'ONU à New-York.

Leurs priorités concernent la candidature de la Suisse au Conseil de sécurité de l'ONU, le développement durable et la gestion des conséquences du Covid-19, ainsi que les processus en cours au sein de l'ONU sur la cybersécurité et la cybercriminalité. Il s'agit également de renforcer le rôle de Genève dans les domaines cyber et de la numérisation.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Movistar se sépare de Miguel Angel Lopez

Publié

le

Le Colombien Miguel Angel Lopez quitte Movistar malgré un contrat encore valable deux saisons. (© KEYSTONE/EPA/Manuel Bruque)

L'équipe Movistar a annoncé samedi qu'elle se séparait de Miguel Angel Lopez, deux semaines après l'abandon controversé du coureur colombien au Tour d'Espagne.

Durant l'avant-dernière étape, "Superman" avait abandonné à 60 kilomètres de l'arrivée alors qu'il occupait la troisième place du classement général.

Il avait posé le pied à terre après avoir été décramponné du groupe des favoris, en dépit des réprimandes de ses dirigeants courroucés.

Lopez, vainqueur cette saison du Tour d'Andalousie et du Mont Ventoux Dénivelé, s'était ensuite excusé.

Movistar avait pourtant annoncé en août la prolongation jusqu'en 2023 du Colombien, qui compte à son palmarès trois victoires d'étapes dans la Vuelta.

La séparation, décidée "d'un commun accord" selon l'équipe, prendra effet le 1er octobre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Bundesliga: un nouveau record pour Lewandowski

Publié

le

Lewandowski n'en finit pas de battre des records (© KEYSTONE/AP/Matthias Schrader)

Le Bayern Munich s'est bien amusé lors de la 5e journée de Bundesliga. A domicile, les Bavarois ont écrasé le VfL Bochum 7-0. Auteur d'un but, Robert Lewandowski a établi un nouveau record.

L'attaquant polonais a inscrit le 5-0 à la 61e. Il a ainsi marqué à domicile pour la treizième fois consécutive, ce que personne n'avait encore réussi dans l'histoire de la Bundesliga.

Dans un derby suisse entre clubs mal classés, Augsburg a battu Borussia Mönchengladbach 1-0. Ruben Vargas a donné l'assist sur la réussite de Niederlechner (80e), qui avait relayé Andi Zeqiri à la 66e. En face, Yann Sommer, Nico Elvedi et Denis Zakaria étaient titulaires alors que Breel Embolo est entré à la 81e.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Le Parti socialiste français confirme Olivier Faure à sa tête

Publié

le

Sous les acclamations du 79e Congrès du parti, Olivier Faure a été confirmé numéro un samedi matin, après la ratification des résultats du vote tenu jeudi soir (archives). (© KEYSTONE/AP/THIBAULT CAMUS)

Olivier Faure a été officiellement réélu samedi Premier secrétaire du Parti socialiste, en prélude à la très probable investiture pour la course à l'Elysée d'Anne Hidalgo, qu'il soutient. Il a facilement battu sa seule concurrente.

Pour être investie, la maire de Paris devra remporter un vote interne qui se déroulera le 14 octobre. Il devra peut-être battre deux autres candidats putatifs, Stéphane Le Foll, maire du Mans, et l'ancien Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis.

"C'est un vote où le suspens n'est pas très grand", a reconnu Olivier Faure devant la presse, notant que Mme Hidalgo aura "vraisemblablement une majorité très large".

Sous les acclamations du 79e Congrès du parti, il a été confirmé numéro un samedi matin, après la ratification des résultats du vote tenu jeudi soir, qui l'opposait à sa seule concurrente, la maire de Vaulx-en-Velin (métropole de Lyon) Hélène Geoffroy. Il l'avait emporté par plus de 73% des quelque 22'000 suffrages.

Une semaine plus tôt, le texte d'orientation d'Olivier Faure, qui marquait clairement sa préférence pour Anne Hidalgo, avait déjà été confortablement adopté par les militants.

Hélène Geoffroy, qui critiquait la "stratégie d'effacement" du Premier secrétaire depuis qu'il a pris les rênes du parti en 2018, a félicité son adversaire vendredi sur Twitter. "Je continuerai à mener le courant réformiste au sein du parti", a-t-elle expliqué à l'AFP.

"Pauvres militants"

Anne Hidalgo, en déplacement de campagne vendredi au Creusot, s'est dite "très contente" de la victoire d'Olivier Faure, pour lequel elle avait voté. Comme les autres candidats à l'investiture, elle n'est pas présente au Congrès. "Je suis fidèle à mon parti, mais je suis libre", a-t-elle insisté. Son entourage souligne aussi qu'elle ne s'est jamais mêlée des discussions internes du parti.

"Pauvres militants": l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon a ironisé dans un tweet sur "le mépris" de la maire de Paris pour le congrès du PS. Mais cette absence est justifiée, selon la porte-parole du PS Dieynaba Diop: "c'est le temps pour définir la stratégie du parti. C'est important pour les militants de ne pas se laisser déposséder de ces choix".

"Le vent d'une alternative"

Malgré sa réélection, Olivier Faure est critiqué dans sa gestion par quelques membres du parti. Le maire de Dijon François Rebsamen a notamment dénoncé le rétrécissement du PS et a fustigé un "parti sectaire", où "nous ne pouvons plus débattre".

Mêmes banderilles de la part de Stéphane Le Foll, qui réclame un débat de fond. "C'est le congrès de la confusion", a regretté l'ex-ministre Marie-Arlette Carlotti, appelant aussi à "un débat contradictoire" entre les candidats à l'investiture.

Olivier Faure, pour sa part, s'est dit opposé à "une confrontation publique et hyper médiatisée". Il réfute aussi le procès en effacement qu'on lui fait, mettant en avant les résultats positifs du PS aux dernières élections municipales, régionales et nationale, qui en font selon lui "la force motrice à gauche". Ses partisans soulignent aussi qu'il a "redressé" un parti en pleine débâcle au début du quinquennat d'Emmanuel Macron.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Ces temps-ci, vous broyez du noir… Quel dommage ! Les conjonctures à venir s'annoncent plutôt sympas...

Les Sujets à la Une

X