Rejoignez-nous

International

Vague de chaleur précoce en Californie: des feux et des évacuations

Publié

,

le

Plus de 10'000 km2 de végétation ont brûlé l'an dernier en Californie, la deuxième pire année de l'histoire (archives). (© KEYSTONE/AP/Kent Porter)

Une vague de chaleur hivernale régnait jeudi sur une partie de la Californie, risquant d'aggraver une sécheresse déjà chronique. Elle fait redouter une saison des incendies particulièrement précoce cette année.

Attisé par des vents chauds et un taux d'humidité très bas, un feu s'est déclaré avant l'aube dans les collines surplombant la ville balnéaire chic de Laguna Beach, au sud de Los Angeles. Des ordres d'évacuation ont été donnés dans certains quartiers.

L'incendie, combattu par plus de 200 pompiers aidés d'engins bombardiers d'eau, avait déjà parcouru près de 60 hectares à la mi-journée, mais ne progressait pas vers les habitations.

En Californie du Sud, les services météorologiques avaient lancé une alerte concernant ces chaleurs inhabituelles, avec des températures qui pourraient dépasser 32 degrés Celsius en différents points de la région.

Ces températures hors de saison, supérieures en moyenne de 10 degrés par rapport aux normales saisonnières, devraient perdurer jusqu'à dimanche, jour de la finale du championnat de football américain organisée à Los Angeles.

28,3 degrés près de San Francisco

"En ce moment, vous avez ce système de hautes pressions et des conditions plus sèches à la surface [...] Et aussi nous vivons sur une planète dont nous avons réchauffé le climat. Donc, rien que d'un point de vue purement statistique, nous allons assister à une augmentation des records", relève Justin Mankin, spécialiste du climat à l'université américaine de Darmouth.

Cette chaleur hors de saison s'étend aussi plus au nord, dans la région de San Francisco par exemple, où plusieurs records de chaleur ont été battus pour un 9 février, avec 28,3 degrés enregistrés à Salinas contre 27,2 degrés quatre ans plus tôt.

L'espoir d'enrayer un cycle de sécheresse chronique qu'avaient suscité à la fin décembre des chutes de neige spectaculaires sur les sommets californiens n'aura pas duré. Un laboratoire de l'Université de Berkeley, spécialisé dans l'étude de la neige sur la Sierra Nevada centrale, relevait mercredi un triste record: "La plus longue période hivernale sans aucune précipitation", avec 32 jours secs consécutifs.

"Ce qui empêche les incendies, c'est la pluie, les précipitations. Et ce genre de phénomène de chaleur tend à suggérer qu'il y a un risque d'avoir un début très précoce à la saison des feux de forêt en Californie", estime Justin Mankin. "C'en est presque au point où on a l'impression que cette saison ne finit jamais".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Un poète aurait tiré cinq fois sur le président slovaque

Publié

le

Le président slovaque a été opéré deux fois depuis son agression mercredi. (© Keystone/AP/LEFTERIS PITARAKIS)

L'état de santé du chef du gouvernement slovaque Robert Fico, qui a été la cible d'une tentative d'assassinat, évolue dans un sens "positif", a annoncé samedi la ministre slovaque de la Santé. Un tribunal a placé le tireur isolé en détention provisoire.

M. Fico est hospitalisé depuis mercredi, date à laquelle un homme a ouvert le feu sur lui, l'atteignant de plusieurs balles, notamment à l'abdomen. Il a subi une opération de cinq heures mercredi et une autre, plus courte, vendredi, toutes deux dans un hôpital de la ville de Banska Bystrica, dans le centre de la Slovaquie.

"L'intervention chirurgicale d'hier, qui a duré deux heures, a contribué à un pronostic positif sur l'état de santé du Premier ministre", qui "est stable mais reste grave", a déclaré samedi la ministre Zuzana Dolinkova à la presse.

Poète

L'assaillant, identifié par les médias slovaques comme étant le poète Juraj Cintula, âgé de 71 ans, a tiré cinq coups de feu sur Robert Fico, le touchant à quatre reprises. Sa détention a été ordonnée parce que "l'on craint une évasion potentielle ou que l'activité criminelle se poursuive", a dit à l'AFP Katarina Kudjakova, la porte-parole du tribunal pénal spécial de Pezinok, au nord-est de la capitale Bratislava.

La décision du tribunal suit la requête présentée vendredi par le procureur qui a inculpé le suspect de tentative de meurtre avec préméditation.

La fusillade s'est produite pendant que M. Fico saluait ses partisans après une réunion du gouvernement délocalisée à Handlova, une ville du centre de la Slovaquie. "Si le tir était parti quelques centimètres plus haut, il aurait atteint le foie du Premier ministre", a raconté le ministre de l'Intérieur Matus Sutaj Estok à la chaîne de télévision TA3.

Quatre blessures

Le ministre de la Défense et vice-Premier ministre Robert Kalinak, le plus proche allié politique de M. Fico, a affirmé devant les journalistes que ce dernier était conscient. "Je ne pense pas qu'il puisse être transporté à Bratislava dans les prochains jours car son état est encore grave", a-t-il poursuivi.

Plus tard dans la journée, M. Kalinak a déclaré à TA3 que M. Fico avait subi quatre blessures par balle, deux légères, une moyenne et une grave.

Il a ajouté que les médecins avaient retiré tout ce qui était potentiellement infectieux de ses blessures au cours de l'opération de vendredi.

"Il faudra quatre ou cinq jours à l'organisme pour commencer à surmonter de telles blessures mais nous n'en sommes pas encore là", a souligné M. Kalinak, se félicitant de la bonne forme physique du chef du gouvernement, connu pour être un adepte de la course à pied et de la musculation. M. Fico, 59 ans, occupe son poste depuis que son parti centriste, le Smer-SD, a remporté les élections législatives à l'automne dernier.

Réunion des chefs de parti

M. Fico remplit son quatrième mandat en tant que Premier ministre après avoir fait campagne sur des propositions de paix entre la Russie et l'Ukraine, un Etat voisin de la Slovaquie, et sur l'arrêt de l'aide militaire à Kiev, ce que son gouvernement a mis en oeuvre par la suite.

La tentative d'assassinat a profondément choqué la Slovaquie, un pays de 5,4 millions d'habitants, membre de l'Union européenne et de l'Otan, fortement divisé sur le plan politique depuis des années. La présidente pro-occidentale sortante, Zuzana Caputova, et son successeur, Peter Pellegrini, un allié de M. Fico qui prendra ses fonctions en juin, ont appelé leurs concitoyens à s'abstenir de toute "confrontation" après la fusillade.

Ils ont convoqué une réunion de tous les chefs de partis parlementaires pour mardi afin de faire preuve d'unité à la suite de l'attentat. M. Kalinak a toutefois suggéré samedi que le Smer-SD ne participerait pas à cette rencontre. Certains hommes politiques slovaques ont déjà porté des accusations contre leurs adversaires, les accusant d'avoir été à l'origine de l'attentat.

M. Kalinak a lui-même critiqué vendredi les hommes politiques de l'opposition et certains médias pour avoir qualifié avant la tentative d'assassinat M. Fico de criminel, de dictateur ou de serviteur du président russe Vladimir Poutine.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Le Nord de l'Europe frappé par des inondations

Publié

le

Le chancelier allemand Olaf Scholz (à gauche) s'est rendu samedi en Sarre, région du pays la plus touchée par les crues. Il était accompagné de la dirigeante du gouvernement régional, Anke Rehlinger. (© KEYSTONE/dpa/Harald Tittel)

Inondations, pluies torrentielles: plusieurs régions du Nord de l'Europe en Allemagne, Belgique, France ou Pays-Bas se sont retrouvées samedi les pieds dans l'eau du fait d'intempéries. Les dégâts s'annoncent déjà par endroits "considérables".

Le chancelier Olaf Scholz s'est rendu dans la journée en Sarre, région allemande frontalière de la France et du Luxembourg, la plus touchée dans le pays par les crues de plusieurs cours d'eau à la suite de pluies très abondantes vendredi et dans la nuit de vendredi à samedi.

"Nous pouvons observer ici la violence que peut causer la nature et à quel point nous devons nous préparer à de tels événements", a-t-il dit à la presse, en marge d'une visite en bottes de caoutchouc dans une des zones les plus inondées.

"La Sarre se trouve depuis 36 heures confrontée à une situation d'urgence", a déclaré pour sa part la dirigeante du gouvernement régional, Anke Rehlinger. Cette région n'avait pas connu de telles inondations depuis une trentaine d'années.

Après la rupture d'une digue dans la commune de Quierschied, une centrale électrique a dû être mise à l'arrêt, selon le quotidien Bild.

Centaines de secouristes

Environ 850 pompiers et membres de la protection civile, appuyés par plusieurs milliers de bénévoles, sont mobilisés en Sarre et dans les régions voisines affectées du sud-ouest de l'Allemagne (Rhénanie-Palatinat, Hesse, Bade-Wurtemberg) pour nettoyer les rues ou vider les caves inondées. Les autorités parlent de dégâts "considérables" et le chancelier Olaf Scholz a promis la "solidarité" de toute la nation.

L'Allemagne reste traumatisée par de terribles inondations en juillet 2021, dans le sud-ouest du pays déjà, notamment dans la vallée de la rivière Ahr, qui avaient fait 183 morts et des dizaines de milliards d'euros de dégâts.

Les pluies torrentielles ont aussi touché les pays frontaliers, Belgique, Pays-Bas et France, ainsi que le Luxembourg.

La région de Liège dans l'est de la Belgique a connu des inondations avec quelque 550 demandes d'intervention, notamment pour du pompage d'eau, selon le gouverneur Hervé Jamar samedi matin. Le niveau de l'eau était néanmoins en baisse partout samedi.

Dans la commune des Fourons (nord-est), l'eau est montée "jusqu'à la hauteur de la poitrine" dans certaines maisons, selon le bourgmestre Joris Gaens, cité par l'agence de presse Belga. "Ce sont les pires inondations de l'histoire des Fourons", a-t-il ajouté. Le Premier ministre belge Alexander de Croo devait s'y rendre samedi après-midi.

De l'autre côté de la frontière, dans la province du Limbourg néerlandais, deux campings ont été évacués samedi matin en raison du risque d'inondation.

"Amélioration" en France

En France, le département de la Moselle, dans le nord-est du pays, frontalier de la Sarre allemande, a aussi été affecté par des précipitations abondantes: "l'équivalent de plus d'un mois de pluie est tombé en moins de 24 heures", a indiqué la préfecture.

Plus de 1000 sapeurs-pompiers et 642 engins ont été mobilisés pour répondre à l'urgence, selon les services de l'Etat. Néanmoins, la situation "s'améliore", a dit la préfecture. L'autoroute A4, dans le sens Paris - Strasbourg, reste cependant coupée, de même que plusieurs routes départementales.

"Toutes les personnes relogées ont pu regagner leur domicile, maintenant tout le monde nettoie. Ce sont surtout les particuliers qui ont beaucoup de boue dans les caves, et nous avons aussi un petit pont qui a cédé", a dit à l'AFP la maire de Sierck-les-bains, Helen Lambard-Hammond.

Prendre les avertissements au sérieux

Le climatologue allemand Stefan Rahmstorf, qui a participé aux travaux du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), a mis en cause l'insuffisance de la mobilisation face au réchauffement.

"Si l'on ne prend pas au sérieux les avertissements des climatologues pendant des décennies et que l'on vote pour des responsables politiques qui font traîner la protection du climat, il ne faut pas s'étonner des inondations", a-t-il écrit sur son compte X (ex-Twitter).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Nouvelle-Calédonie: un sixième mort dans les émeutes

Publié

le

Depuis le début de la semaine, les violences insurrectionnelles en Nouvelle-Calédonie, les plus graves survenues dans ce territoire du Pacifique sud depuis les années 80, ont fait six morts. (© KEYSTONE/AP/Nicolas Job)

Les violences liées aux émeutes en Nouvelle-Calédonie se poursuivent samedi avec un sixième mort en six jours, selon les autorités. La situation est "loin d'un retour à l'apaisement" selon la maire de Nouméa, qui a évoqué "une ville assiégée".

Un Caldoche - nom donné à la partie de la population locale d'origine européenne - a été tué à la mi-journée et deux autres hommes ont été blessés à Kaala-Gomen (Nord) dans un échange de coups de feu sur un barrage érigé par des émeutiers.

Ces émeutes, les plus graves en Nouvelle-Calédonie depuis les années 1980, sont causées par une réforme électorale qui a provoqué la colère des indépendantistes. Il s'agit du premier mort hors de l'agglomération de Nouméa, la "capitale" calédonienne, où s'étaient concentrées jusque-là les émeutes essentiellement urbaines.

Outre les six morts - deux gendarmes et quatre civils dont trois Kanaks (d'origine autochtone mélanésienne) et un Caldoche - des centaines de blessés sont à déplorer, selon les autorités.

Vendredi en fin de soirée, l'arrivée de 1000 renforts supplémentaires, en plus des 1700 déjà déployés, a montré la détermination des autorités françaises à reprendre le contrôle de la situation.

"Tristesse infinie"

"Les deux dernières nuits, on peut dire qu'elles étaient plus calmes", mais "les jours se ressemblent" avec leur "lot d'incendies", a déclaré samedi à la chaîne BFMTV la maire de Nouméa, Sonia Lagarde, du parti "Renaissance" du président français Emmanuel Macron.

"Au moment où je vous parle, il y a des barricades qui sont montées dans un quartier Est de la ville de Nouméa, qui sont tenues (...) par les indépendantistes", a-t-elle poursuivi, assurant que la situation ne s'améliorait pas, "bien au contraire, malgré tous les appels à l'apaisement".

"Quand je vois tous ces dégâts, et que ce soit les biens privés ou les biens publics qui partent en fumée, c'est la désolation", s'est émue Mme Lagarde, parlant d'une "tristesse infinie". "Est-ce qu'on peut dire qu'on est dans une ville assiégée? Oui, je pense qu'on peut le dire", a-t-elle ajouté.

Interrogée sur le montant des dégâts, elle s'est dite dans l'"impossibilité" de les chiffrer. "Il y a des tas de structures municipales qui ont brûlé, des médiathèques, des écoles". Selon des estimations locales, le montant des dégâts atteignait jeudi 200 millions d'euros.

La vie quotidienne des Néo-Calédoniens devient de plus en plus difficile. Les dégâts compliquent le ravitaillement dans les commerces ainsi que le fonctionnement des services publics, notamment de santé.

Files d'attente

Dans le quartier de Magenta à Nouméa, la rue est jonchée de débris et de voitures calcinées, stigmates des troubles de la nuit, a constaté samedi l'AFP. Un important dispositif policier la sécurise désormais.

Une pizzeria et un traiteur japonais ont été réduits en cendres mais un supermarché juste à côté a rouvert ses portes pour quelques heures seulement, avec une file d'attente de plusieurs centaines de personnes.

Le gouvernement de Nouvelle-Calédonie a appelé à cesser barrages et barricades. "On est en train de s'entretuer et on ne peut pas continuer comme ça", a déclaré Vaimu'a Muliava, membre du gouvernement chargé de la fonction publique. "Des gens meurent déjà non pas à cause des conflits armés, mais parce qu'ils n'ont pas accès aux soins, pas accès à l'alimentation".

Les autorités françaises espèrent que l'état d'urgence en vigueur depuis jeudi va faire reculer les violences, qui ont débuté lundi après une mobilisation contre une réforme électorale contestée par les représentants du peuple autochtone kanak.

En réponse, le gouvernement a envoyé des renforts policiers, interdit TikTok - réseau social prisé des émeutiers -, et déployé des militaires. Le représentant de l'Etat français en Nouvelle-Calédonie, Louis Le Franc, a concédé vendredi que trois quartiers défavorisés de Nouméa, en majorité peuplés de Kanaks, restaient aux mains de "centaines d'émeutiers".

"Pont aérien"

Il a promis la mobilisation de l'Etat pour "organiser l'acheminement des produits de première nécessité", ainsi qu'un "pont aérien" entre l'Hexagone et son archipel, séparés de plus de 16'000 km.

Les violences ont "anéanti" 80% à 90% de la chaîne de distribution commerciale de la ville, selon la Chambre de commerce et d'industrie de Nouvelle-Calédonie, et les vols commerciaux restent suspendus.

A Paris, le ministre de la Justice a demandé au parquet "la plus grande fermeté à l'encontre des auteurs des exactions". Eric Dupond-Moretti a ajouté qu'il envisageait de transférer en métropole les "criminels" arrêtés "pour ne pas qu'il y ait de contaminations (...) des esprits les plus fragiles".

Parallèlement, la justice française a ouvert une enquête sur "les commanditaires" des émeutes, ciblant notamment le collectif CCAT (Cellule de coordination des actions de terrain), frange la plus radicale des indépendantistes, déjà mis en cause par le gouvernement. Au total, depuis dimanche, 163 personnes ont été placées en garde à vue, dont 26 ont été déférées devant la justice, selon le parquet. Jeudi, le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin avait qualifié la CCAT d'organisation "mafieuse".

Vendredi, ce collectif a demandé "un temps d'apaisement pour enrayer l'escalade de la violence". Sur la radio RFI, un de ses membres, Rock Haocas, a assuré que son organisation "n'a pas appelé à la violence", attribuant ces émeutes à une "population majoritairement kanak marginalisée".

Sur le front politique, après l'annulation d'une visioconférence avec les élus calédoniens jeudi, le président français Emmanuel Macron a entamé vendredi des échanges avec certains d'entre eux mais son service de communication a refusé d'en dire plus.

Présentée par son gouvernement, la réforme constitutionnelle vise à élargir le corps électoral aux élections provinciales, cruciales sur l'archipel. Les pro-indépendance estiment que cela risque de réduire leur poids électoral.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

EBS: "Une édition pas comme les autres pour la Suisse"

Publié

le

La conseillère fédérale Elisabeth Baume-Schneider avec le réalisateur valaisan Claude Barras, avant la projection de son nouveau film "Sauvages" au Festival de Cannes vendredi. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La conseillère fédérale Elisabeth Baume-Schneider quitte le Festival de Cannes samedi après trois jours d'échanges intenses, de rencontres et de projections. "Cette année, le festival de Cannes n'est pas une édition comme les autres pour la Suisse".

"Invité d'honneur du Marché du film, notre pays a l'occasion de faire connaître toute la variété de sa création cinématographique. Le cinéma suisse cartonne et nous en sommes fiers!", a-t-elle écrit sur le réseau social X (ex-Twitter).

Si la ministre de la culture, accompagné d'une délégation de dix personnes, a foulé le tapis rouge à Cannes jeudi soir, son déplacement sur la Croisette ne se résume pas à la montée des marches menant au Palais des Festivals. Cannes, c'est "un lieu de culture et de détente, mais aussi un lieu de travail extrêmement intense", a dit Elisabeth Baume-Schneider à Keystone-ATS.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Lion

Certes, les configurations astrales ne vous sont pas particulièrement favorables, mais cela ne justifie pas de vous laisser aller au pessimisme !

Les Sujets à la Une

X