Rejoignez-nous

Suisse Romande

Cabernet-Merlot-Syrah et Veau : Le Bon Conseil de Jérôme Aké Béda

Publié

,

le

Un assemblage Cabernet Sauvignon, Cabernet Franc, Merlot et Syrah, pour sublimer une Noix de Ris de Veau piquée à la Truffe Noire.

C’est le Bon Conseil de la semaine de Jérôme Aké Béda.

Sommelier suisse de l’année 2015, Jérôme nous emmène en terre valaisanne à Chamoson chez David Carruzzo:

Jérôme Aké Béda
Sommelier suisse 2015
Jérôme Aké Béda Sommelier suisse 2015

Jérôme Aké Béda exerce sa profession de sommelier à l’Auberge de l’Onde à Saint-Saphorin (VD).

Le vin est l’assemblage rouge 2014 du Domaine de la Rameau à Chamoson (VS).

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse Romande

Le Léman Express peine à trouver son rythme

Publié

le

Les retards et les annulations de trains fâchent les utilisateurs. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Retards et suppressions sont le quotidien de la ligne du Léman Express. Si bien que certains pensent qu’il faut à nouveau séparer les réseaux suisse et français, le temps de trouver comment les faire communiquer efficacement. Si le défi du CEVA est prioritaire pour les CFF, il y en a encore beaucoup d’autres pour l’année à venir.

Plus grand réseau ferroviaire transfrontalier d’Europe, il est en service depuis deux mois. Mais retards et suppressions de trains sont le quotidien de nombreux usagers. Une mécanique qui s’est d’abord grippée à cause de la grève des cheminots en France, qui a repoussé la mise en service complète au 22 janvier dernier. Ce problème réglé, ce sont les couacs techniques de jeunesse qui ont pris le relai. Les systèmes d’exploitations suisses et français ayant de la peine s’apprivoiser. Bref, la machine n’est pas rodée et les passagers en font les frais. Les CFF font leur mea culpa. Alain Barbey, directeur des CFF pour la Suisse romande :

Alain Barbey
Directeur des CFF pour la Suisse romande
Alain Barbey Directeur des CFF pour la Suisse romande

Le personnel ferroviaire, également, est victime de ces débuts quelque peu confus. Si bien qu’un article de la Tribune de Genève affirme que d’aucuns estiment qu’il vaudrait mieux à nouveau « dissocier les réseaux suisse et français à la hauteur d’Annemasse ». Le temps que des solutions soient trouvées. Cette hypothèse, est-elle envisageable ? La réponse d’Alain Barbey :

Alain Barbey
Directeur des CFF pour la Suisse romande
Alain Barbey Directeur des CFF pour la Suisse romande

Le directeur des CFF pour la Suisse romande promet une amélioration progressive de l’offre. Il espère que les perturbations seront du passé d’ici deux mois.

Les CFF victimes de leur succès

Les trains victimes de leur succès. Le directeur des CFF pour la Suisse romande Alain Barbey ne s’en cache pas : le réseau ferroviaire romand est surchargé, notamment aux heures de pointe. A l’image de l’ensemble des services de transports publics, les trains sont de plus en plus sollicités par la population. Une croissance exponentielle particulièrement marquée ces deux dernières années. Plus 7% pour la seule année passée en Suisse romande. L’augmentation de la démographie et l’attrait généré par une offre régionale grandissante sont également responsables d’un succès parfois difficile à canaliser. Alain Barbey

Alain Barbey
Directeur des CFF pour la Suisse romande
Alain Barbey Directeur des CFF pour la Suisse romande

45’000 passagers utilisent chaque jour la ligne Lausanne-Aigle. 65’000 personnes, la ligne Lausanne-Genève. A terme, quelque 100 à 120 mille passagers sont attendus chaque jour sur cette liaison. Les CFF auront-ils la capacité d’absorber ce flux. Alain Barbey :

Alain Barbey
Directeur des CFF pour la Suisse romande
Alain Barbey Directeur des CFF pour la Suisse romande

Dans un horizon plus proche, l’année 2020 s’annonce pleine de défis pour l’ex-régie fédérale. Alain Barbey :

Alain Barbey
Directeur des CFF pour la Suisse romande
Alain Barbey Directeur des CFF pour la Suisse romande

Continuer la lecture

Suisse Romande

Semaine d’action: vivre avec un parent dépendant

Publié

le

Addiction Suisse coordonne une semaine d’action et de sensibilisation dédiée aux enfants dont les parents sont dépendants à une substance. Nos grands formats.

Près de 100’000 enfants en Suisse ont un parent dépendant à l’alcool ou à une autre substance. Un nombre qui n’est qu’une estimation tant le tabou autour du sujet est important. Pour le briser et permettre de libérer la parole, Addiction Suisse coordonne pour la deuxième fois une semaine nationale d’action. Cette année, l’accent est mis sur l’aide qui peut être apportée à ces enfants. Nos grands formats avec Lucile Ducarroz, cheffe de projet prévention chez Addiction Suisse, et Sophie Calcagno, collaboratrice psychosociale à la Croix Bleue romande.

Lucile Ducarroz et Sophie Calcagno
Grand format de mardi
Lucile Ducarroz et Sophie Calcagno Grand format de mardi

Lucile Ducarroz et Sophie Calcagno
Grand format de mercredi
Lucile Ducarroz et Sophie Calcagno Grand format de mercredi

Lucile Ducarroz et Sophie Calcagno
Grand format de jeudi
Lucile Ducarroz et Sophie Calcagno Grand format de jeudi

Pour plus d’informations:
Addiction Suisse
Croix-Bleue romande
Papaboit.ch/Mamanboit.ch

Continuer la lecture

Suisse Romande

Unia dénonce des conditions « délétères » chez Nespresso

Publié

le

Unia dénonce les conditions de travail chez Nespresso. Le syndicat rapporte que la situation s’est gravement dégradée sur les sites romands d’Orbe, Romont et Avenches. 

La faute à l’introduction d’un nouvel horaire qui entraîne une augmentation du temps de travail de 41 à 43 heures par semaine en moyenne. Pour assurer la production, les employés effectuent jusqu’à 58 heures par semaine une fois par mois et travaillent deux week-ends par mois pendant 12 heures d’affilée, selon le syndicat. Pour faire le point auprès des employés, Unia a organisé un sondage. 240 des 600 travailleurs du secteur ont répondu et, selon Nicole Vassalli, secrétaire syndicale, le résultat est alarmant :

Nicole Vassalli
Secrétaire syndicale, Unia
Nicole Vassalli Secrétaire syndicale, Unia

Face à cette situation, Unia formule plusieurs revendications :

Nicole Vassalli
Secrétaire syndicale, Unia
Nicole Vassalli Secrétaire syndicale, Unia

Le syndicat prépare aussi une plainte auprès des inspections de travail concernées :

Nicole Vassalli
Secrétaire syndicale, Unia
Nicole Vassalli Secrétaire syndicale, Unia

Une séance a eu lieu le 13 janvier dernier entre Nespresso et Unia, en vain. Les responsables de Nespresso ont proposé une nouvelle rencontre en mai prochain pour discuter. Unia a par ailleurs annoncé une série d’actions sur le terrain. La première a eu lieu en fin de matinée devant la boutique Nespresso de la place St-François, à Lausanne, avec une distribution de tracts.

Nespresso se défend

Dans une réaction écrite à Keystone-ATS, Nespresso rappelle que le projet de réaménagement des horaires de travail avait été mis en consultation auprès des employés des trois usines et leurs représentants le 23 avril 2018. Elle s’était terminée par « un accord entre Nespresso et les représentants des employés sur un projet socialement et économiquement viable prenant en compte les attentes des deux parties », écrit la filiale de Nestlé.

Elle indique par ailleurs avoir mis en place fin janvier 2020 « un ensemble d’initiatives concrètes et internes autour de l’équilibre travail et vie personnelle des employés » qui ont été « bien reçues et appréciées » par le personnel. Ces mesures ont « augmenté la flexibilité de prendre plus de temps de repos le soir et le week-end ».

Continuer la lecture

Suisse Romande

Agacés par les retards du Léman Express

Publié

le

Le réseau du Léman Express subit des perturbations depuis une semaine. Les retards et les annulations de trains fâchent les utilisateurs. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Mis en service le 15 décembre, le Léman Express subit des perturbations depuis une semaine: des trains sont retardés ou annulés. Il faudra attendre quelques semaines pour aboutir à une exploitation stabilisée.

« Conscientes des problèmes rencontrés, les entreprises ferroviaires mettent en place les mesures nécessaires pour normaliser la situation au plus vite », indiquent jeudi Lémanis SA, les CFF et la SNCF dans un communiqué commun. Une task force transfrontalière a été mise sur pied pour trouver des solutions.

Les perturbations qui ont touché le Léman Express agacent les utilisateurs. Deux pétitions, qui tournent actuellement sur les réseaux sociaux, recueillent la grogne des voyageurs. Les entreprises ferroviaires misent sur des mesures communes qui seront testées ces prochains jours pour remédier à la situation.

Dysfonctionnements

La mise en service partielle en décembre a été effectuée dans un contexte particulier lié au mouvement de grève en France, rappelle Lémanis SA. Le réseau a été complètement déployé à partir du 22 janvier seulement. Ce démarrage intégral tardif a fait émerger des dysfonctionnements, reconnaissent les sociétés exploitantes.

En cause: la disponibilité du matériel roulant. En effet, il s’agit de faire circuler deux types de trains de deux constructeurs différents sur le même réseau transfrontalier. Les pannes ont eu pour conséquence des suppressions de rames pour que d’autres trains puissent circuler normalement.

Communication difficile

L’autre difficulté rencontrée depuis le 22 janvier est liée à l’exploitation transfrontalière du réseau. Des tests ont bien été effectués en amont, mais les processus doivent encore être rodés. La communication entre entités suisses et françaises pose problème. Les mécaniciens doivent aussi s’adapter à la conduite de cette nouvelle flotte, relèvent les sociétés ferroviaires.

Elles expliquent également les retards et les annulations par des évènements particuliers. Un train de marchandises est tombé en panne, du gibier a été percuté par un convoi près de Perrignier (F) et deux accidents de personnes ont eu lieu sur le réseau. En moyenne, vingt trains ont été supprimés sur les 240 qui circulent chaque jour.

Le Léman Express a attiré en moyenne 25’000 passagers par jour, une fréquentation au-dessus des attentes. Lémanis SA s’attendait à un démarrage plus lent. A terme, il est prévu que le Léman Express transporte quotidiennement environ 50’000 personnes.

Continuer la lecture

Suisse Romande

Philip Morris veut supprimer 265 postes à Lausanne et Neuchâtel

Publié

le

Quelques 265 postes sont menacés sur les sites de Lausanne (photo) et Neuchâtel. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Le cigarettier Philip Morris dévoile l’ampleur de son plan de restructuration sur les sites de Neuchâtel et Lausanne. Quelques 265 postes sont menacés. Près de 60% de ces emplois pourraient être délocalisés à Lisbonne, Londres et Cracovie.

Philip Morris a lancé une procédure de consultation à laquelle ont été associées les autorités cantonales vaudoise et neuchâteloise, indique lundi la multinationale américaine. Les employés concernés par la restructuration devraient être informés d’ici fin mars, au plus tôt.

La réorganisation de la multinationale en Suisse devrait permettre d’adopter un fonctionnement « durable et efficace, alors que la société accélère ses efforts vers un avenir sans fumée », précise un communiqué. Le cigarettier américain transforme son modèle d’affaires, afin d’imposer ses alternatives à la cigarette, principament le tabac à chauffer.

« Nous restons attachés à la Suisse: notre centre mondial des opérations et notre siège de R&D resteront ici », assure Philip Morris.

Dans son communiqué, le groupe affirme avoir augmenté les effectifs ces dernières années et recruté des profils mieux adaptés aux nouvelles orientations stratégiques.

Le nombre de postes concernés est inférieur à celui rapporté fin décembre par les médias, qui avaient évoqué, citant une syndicaliste, 350 postes entre Neuchâtel et Lausanne.

Philip Morris International (PMI) est présent en Suisse depuis 1957 et emploie plus de 3000 personnes sur ses sites de Lausanne, Neuchâtel et Zurich. Le cigarettier est l’un des plus importants employeurs du canton de Neuchâtel.

Ces dernières années, le cigarettier s’est concentré sur le développement de son système de tabac à chauffer Iqos, présenté comme un substitut à la cigarette traditionnelle. Ce dernier rencontre un écho grandissant en Suisse. Le nombre d’adeptes a doublé en 2019 pour atteindre près de 100’000 personnes.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X