Rejoignez-nous

Virus COVID-19

Coronavirus - La Suisse atteint la barre des 2700 cas positifs

Publié

,

le

(@UNSPLASH/BRET KAVANAUGH)
Le nombre de cas de COVID-19 en Suisse et au Liechtenstein continue de progresser à un rythme soutenu. Mardi à la mi-journée, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) faisait état d'environ 2700 cas, contre environ 2300 la veille.

"Actuellement 2269 cas ont été confirmés, 162 sont encore en cours d’analyse après un premier résultat positif. Environ 270 déclarations n’ont pas encore été saisies", a indiqué mardi l'OFSP dans un communiqué.

"Ce n'est que le début de la vague", a avancé Daniel Koch responsable de la division des maladies transmissibles de l'OFSP lors d'un point de presse. Les chiffres continueront à grimper dans les prochains jours. Les mesures ne devraient montrer leurs effets que d'ici une semaine.

Tout le territoire est désormais touché. L'OFSP fait état de 19 décès des suites de la maladie. La Confédération, qui renonce désormais à une présentation détaillée des données, relève que les chiffres du jour se basent sur les déclarations reçues jusqu’à mardi matin. C’est pourquoi ils peuvent diverger de ceux communiqués par les cantons.

Selon un décompte de Keystone-ATS, le coronavirus a déjà fait au moins 26 victimes en Suisse depuis le 5 mars. Il s'agit principalement de personnes âgées ou souffrant déjà d'autres maladies. L'OFSP peine à suivre l'évolution chiffrée des cas. Et cela dit beaucoup sur l'épidémie, selon M. Koch. "C'est pourquoi il est important de prendre toutes les mesures pour la freiner."

Pas arrêter le virus

"Nous ne pouvons pas arrêter le virus", a rappelé le responsable. "Mais nous pouvons influencer la courbe des infections", si la population respecte les règles édictées par le Conseil fédéral.

"Chacun doit faire attention pour ne pas s'infecter et n'infecter personne". Si nous n'y parvenons pas, "les hôpitaux seront surchargés et le nombre de décès sera plus élevé que nécessaire", a averti M. Koch.

La Suisse devrait disposer entre 1000 et 1200 lits en soins intensifs, sachant que 800 sont opérationnels aujourd'hui. Mais il faut surtout que le personnel soit en mesure de travailler dans ces infrastructures, a indiqué le responsable de l'OFSP. Dans 10 jours, on aura une vue plus précise de la situation.

Dans ce cadre, le Syndicat des services publics (SSP) exige de nouvelles mesures pour le personnel de santé, sans quoi le système pourrait s'écrouler. Il demande une meilleure protection. Le droit aux pauses et aux périodes de repos doit être respecté pour garantir des conditions sécurisées au personnel de santé.

Tests ciblés

Les personnes sans symptômes liés au coronavirus n'ont pas besoin d'être testées. Le virus n'est pas visible durant la phase d'incubation, a rappelé M. Koch. Le test sera donc négatif et n'apportera aucune sécurité. Et d'ajouter que les personnes qui présentent des symptômes doivent rester chez elles.

Les tests sont réalisés de manière plus large qu'au début de l'épidémie, puisque le virus se répand dans la population, mais aussi de manière plus ciblée. Les tests ne sont pas en recul, a assuré le responsable. Actuellement, 2500 tests peuvent être réalisés par jour. Mais cette limite évolue chaque jour.

Enfants peu vecteurs

Interrogé sur le rôle des enfants dans la propagation du virus, M. Koch a encore rappelé qu'ils ne sont pas les vecteurs principaux. Ils ne sont infectés que dans de rares cas et ne sont généralement pas hospitalisés. Les véritables vecteurs sont les adultes.

Une isolation n'est pas nécessaire. "Ils doivent avoir une vie aussi normale que possible. Une sortie sur la place de jeux n'est pas un problème."

"Le problème vient des parents qui se regroupent autour de ces lieux pour discuter et ensuite amènent les courses à leurs parents", a-t-il poursuivi. La séparation des générations est essentielle. Le comportement de la population fera la différence, et pas la fermeture des structures.

Distance sociale

Les pharmacies et les magasins encore ouverts l'ont bien compris et prennent des précautions. Des cloisons de plexiglas sont ainsi mises en place dans les Migros et dans les pharmacies.

Pour la Migros, la protection des collaborateurs est la première priorité, indique son porte-parole Marcel Schlatter à Keystone-ATS. Les règles d'hygiène de l'Office fédéral de la santé sont strictement suivies.

Certaines pharmacies assurent aussi d'autres services comme des livraisons à domicile ou mettent à disposition des casiers de livraison à l'extérieur des pharmacies.

Continuer la lecture
6 Commentaires

6 Comments

  1. Notification automatique: Coronavirus – Switzerland reaches 2,700 positive cases | En24 News

  2. Furnar

    17 mars 2020 à 18:56

    Alons nous enfin faire comme les chinois les italiens les français stop stop stop tous à la maison il est déjà trop tard !!!!

    • Jami

      17 mars 2020 à 20:32

      La faute vient du gouvernement pas des parents, ni des enfants. Fermer les frontières tout le monde A LA MAISON. n°1;la santé; n°2 la famille; n°3 le travail
      La plupart des personnes ne ce respectent pas eu même,comment voulais vous que ça fonctionne.

  3. Maréchal

    18 mars 2020 à 00:10

    Rien n'a été pris au sérieux.
    1. Bloquer à terre toute l'aviation civile (tourisme inutile mais propagateur)et ce dans le monde entier.Fermer les transports publics.
    2. Fabrication de vrais masques protecteurs, aussi pour la population.
    3. Inciter la population à la prudence moyennent des heures d'information, ex.tv., en faisant un peu peur.
    4. Le confinement n'est que l'aboutissement de l'insouciance des uns, de irresponsabilités des autres et c'est amusant, chers écologistes, c'est beau les transports publics, la promiscuité...?
    5. Il y a des gens qui se retrouvent à terre sans aucun revenu ni ressource, et dans l'incapacité de payer leur
    loyer et frais et rien dans l’assiette. Et lorsque vous faites des x tél. on vous dit zut.
    Merci la Suisse. Plus il y aura de morts âgés, ce sera autant de retraites de moins à payer.

  4. SOLANGE SEYDOUX

    18 mars 2020 à 09:32

    Bonjour
    une question pour les concierges que doivent il faire,

  5. Danielle Economou

    19 mars 2020 à 10:59

    Les enfants peuvent être porteurs du virus sans tomber malade .Ils peuvent transmettre le virus .
    Il faut absolument les garder à la maison .Chaque personne porteuse infecte ceux qu'elle approche de moins de 1m1/2 à 2 m. ( les instructions diffèrent un peu sur ce point )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Les Vaudois peuvent désormais se faire vacciner dès 16 ans

Publié

le

Depuis lundi 17 mai, les adolescents ont droit au vaccin dès leur 16e année. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Conseil d'Etat vaudois ouvre la vaccination aux jeunes dès 16 ans. Les personnes nées en 2004 et 2005 peuvent désormais recevoir leur première dose dans quatre centres du canton.

Fin avril, Vaud avait été le premier canton de Suisse à autoriser la vaccination aux personnes de 18 ans et plus. Depuis lundi 17 mai, les adolescents y ont droit dès leur 16e année, a annoncé lundi le canton dans un communiqué.

Les intéressés peuvent se rendre dans quatre centres situés dans quatre régions du canton, à savoir au CHUV à Lausanne ou aux hôpitaux de Rennaz, Morges ou Yverdon-les-Bains. Ces derniers jours, plusieurs cantons, dont le Valais, Neuchâtel, Fribourg, Genève et le Jura, ont décidé de proposer la vaccination aux jeunes dès 16 ans.

Continuer la lecture

Virus COVID-19

Des chercheurs de l'EPFZ découvrent le talon d'Achille du virus

Publié

le

L'ARN (en jaune) du virus SRAS-CoV-2 forme une structure nodulaire (multicolore en bas à droite) qui entraîne un décalage du cadre de lecture (brun). (©Said Sannuga, Cellscape.co.uk / ETH Zürich, The Ban Lab).

Des chercheurs de l'EPFZ ont mis au jour un point faible important du coronavirus, qui permet d'inhiber la multiplication de l'agent pathogène. Cette découverte pourrait permettre le développement d'un médicament efficace contre tous les variants.

Le décalage du cadre de lecture est au coeur des recherches menées par des chercheurs de l'EPFZ et les universités de Berne, Lausanne et Cork (Irlande). Dans ce phénomène génétique, le ribosome - l'usine à protéines de la cellule - se trompe et omet des lettres lorsqu'il lit la séquence de l'ARN messager.

Cette situation arrive rarement dans les cellules saines car cela entraînerait un dysfonctionnement des protéines. Mais certains virus, comme le coronavirus ou le VIH, dépendent au contraire de ce décalage pour réguler la production de leurs protéines.

Le SARS-CoV-2, à l'origine du Covid-19, induit un décalage du cadre de lecture en repliant son ARN d'une manière inhabituelle et complexe, écrit l'équipe de recherche dans un communiqué vendredi. "Les composés chimiques ciblant cet ARN viral spécialement replié pourraient être utilisés comme médicaments antiviraux".

Ribosome gelé

Mais jusqu'à présent, il y avait trop peu d'informations précises sur cet ARN viral. Les chercheurs ont réussi à observer ce processus, est-il indiqué dans le dernier numéro de la revue scientifique "Science".

Ils ont pu, grâce à des expériences biochimiques sophistiquées, "geler" le ribosome au niveau du site de décalage du cadre de lecture de l'ARN du coronavirus. Les scientifiques ont ensuite pu étudier le complexe moléculaire à l'aide de la microscopie cryo-électronique.

Ils sont aussi allés plus loin en essayant d'influer sur le processus avec des substances chimiques. Résultat: deux composés chimiques réduisent la réplication virale de mille à dix mille fois, sans être toxiques pour les cellules traitées.

Efficace contre les variants

Comme tous les types de coronavirus reposent sur le décalage du cadre de lecture, un médicament ciblant ce processus pourrait permettre de traiter les infections causées par des variants.

Les futurs travaux de l'équipe se concentreront sur la compréhension des mécanismes de défense cellulaire qui suppriment ce décalage dans les cas de virus. Cela pourrait être utile pour développer des médicaments basés sur ce phénomène, a expliqué Nenad Ban, professeur de biologie moléculaire à l'EPFZ et co-auteur de l'étude.

Continuer la lecture

Genève

Genève: Accès à la vaccination dès 16 ans à partir de mercredi

Publié

le

La population genevoise dès 16 ans aura accès à la vaccination dès mercredi, a annoncé la médecin cantonale Aglaé Tardin. (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI - Image d'archives).

Genève va ouvrir l'accès à la vaccination contre le Covid-19 à toute la population dès 16 ans à partir de mercredi. Les autorités sanitaires, qui se réjouissent d'une certaine détente sur le plan épidémiologique, encouragent toutes les catégories d'âge à s'inscrire dès à présent pour se faire vacciner.

"La vaccination qui est très efficace est au rendez-vous pour nous faire sortir de cette crise", a indiqué vendredi Adrien Bron, directeur général de la santé. Grâce à d'importantes livraisons de doses, le canton pourra ouvrir plus tôt que prévu la vaccination à toute la population. La semaine dernière, le canton misait sur la fin du mois.

Les 62'000 personnes de moins de 45 ans qui sont déjà inscrites sur le site https://ge.covid-vaccin.ch/ recevront des rendez-vous ces prochains jours. Le dispositif de vaccination mis en place par le canton est prêt et robuste pour une montée en charge, a assuré M.Bron. Actuellement, 15% de la population bénéficie d'une couverture vaccinale complète.

Avec en moyenne moins de 100 nouveaux cas par jour, la situation se détend dans le canton. Mais le variant indien, identifié à Genève la semaine dernière chez deux personnes revenant de voyage, préoccupe les autorités. Une quinzaine de cas ont été répertoriés cette semaine chez des personnes qui n'ont pas voyagé, a relevé Aglaé Tardin, médecin cantonale.

Ce variant, qui est plus contagieux, circule donc à Genève. La surveillance des contacts ainsi que des contacts des contacts a été renforcée. Des questions sur l'efficacité du vaccin contre ce variant demeurent. Toutefois, la médecin cantonale relève que le vaccin protège efficacement contre les formes graves de la maladie même pour le variant indien.

Continuer la lecture

International

La Grèce rouvre aux touristes, les Américains tombent le masque

Publié

le

L'Inde continue à combattre la flambée de Covid-19, mais est confrontée à une pénurie de vaccin. (©KEYSTONE/AP/BEHROUZ MEHR).

La Grèce a levé vendredi toutes ses restrictions de circulation après sept mois de confinement pour lancer une saison touristique très attendue, tandis que Washington permet désormais aux Américains vaccinés de ne plus porter de masque.

La pandémie de Covid-19 a fait au moins 3,3 millions de morts dans le monde depuis fin décembre 2019 et l'apparition de variants ainsi que la progression inégale des campagnes de vaccination selon les pays continue d'inquiéter.

Forts de résultats jugés encourageants, plusieurs pays, notamment en Europe, rouvrent néanmoins leurs économies affaiblies.

En Grèce, finie l'interdiction de quitter son département ou de se rendre sur une île sans en être résident, finies les autorisations de sortie par SMS, finis les contrôles de police... Le pays, qui était confiné depuis le 7 novembre, a levé vendredi ses restrictions de circulation.

Seule condition désormais pour voyager en Grèce, pays dont l'économie est très dépendante du tourisme: être vacciné ou présenter un test Covid négatif.

"Les restaurants sont ouverts, on peut aller à la plage, on peut profiter du beau temps, on peut faire un peu de shopping, c'est merveilleux de pouvoir sortir à nouveau", s'exclame en Crète une touriste allemande de 28 ans, Caroline Falk.

Iles protégées

Le gouvernement grec a lancé une grande campagne de vaccination, notamment dans les îles. "L'ensemble de nos îles seront entièrement protégées d'ici fin juin", a annoncé le ministre du Tourisme.

Au total, plus de 3,8 millions de personnes ont reçu au moins une dose de vaccin dans un pays de 11 millions d'habitants.

En vue de la saison touristique, l'Italie a de son côté annoncé qu'elle levait à partir de dimanche la mini-quarantaine de cinq jours pour les touristes européens. La pandémie a entraîné la pire récession de l'après-guerre dans la péninsule, dont le PIB dépend à hauteur de 13% du secteur touristique.

L'Angleterre se prépare elle aussi à franchir une étape majeure, avec la réouverture lundi des musées, hôtels et stades, grâce à un net recul du coronavirus, après un long confinement et des vaccinations menées tambour battant.

Mais une poussée préoccupante du variant indien dans le nord-ouest de l'Angleterrre et à Londres inquiète les autorités, qui ont décidé de lancer une campagne de dépistage accéléré.

Vaccinés sans masques

La France a pour sa part annoncé que les voyageurs de quatre nouveaux pays (Colombie, Bahreïn, Costa Rica, Uruguay), sur une liste qui en comptait douze, seraient soumis à une quarantaine de dix jours à partir de dimanche.

Aux Etats-Unis, la campagne d'immunisation va permettre de lever l'obligation du port du masque pour les personnes entièrement vaccinées, soit environ 35% de la population. Plus de 117 millions de personnes ont reçu soit la dose unique du vaccin de Johnson & Johnson, soit les deux doses des vaccins de Moderna ou de Pfizer/BioNTech.

"Si vous êtes complètement vacciné, vous n'avez plus besoin de porter un masque!", s'est réjoui jeudi le président américain Joe Biden, alors même que huit joueurs du club de baseball des New York Yankees, pourtant vaccinés, viennent d'être testés positifs.

Seule exception: les autorités sanitaires recommandent toujours aux personnes vaccinées de continuer à porter un masque dans les transports (avions, bus, trains...) ainsi que dans les aéroports et les gares.

Les Etats-Unis (plus de 584'000 décès) restent le pays le plus endeuillé par la pandémie, devant le Brésil (plus de 430'000), l'Inde (plus de 258'000), le Mexique (219'590) et le Royaume-Uni (127'640).

Pénurie de vaccins en Inde

En Inde, en proie à une flambée épidémique dévastatrice, nombre d'Etats sont aux prises avec des pénuries de vaccins, limitant les créneaux disponibles pour les 600 millions d'adultes de 18-44 ans qui peuvent désormais se faire vacciner.

Certains "geeks" ont mis au point des outils pour aider les candidats à la vaccination dans certaines villes à trouver des créneaux dès qu'ils sont disponibles.

A l'instar de Berty Thomas, 35 ans, programmeur amateur et analyste commercial basé à Chennai (l'ancienne Madras), qui a créé un outil d'alerte via la messagerie Telegram et compte déjà plus de 400'000 abonnés.

"Il faut qu'il y ait un système de vaccination de porte-à-porte. Ceux qui n'ont pas de smartphone, que vont-ils faire ?", s'inquiète Mohendra Sharma, marchand de lait à Delhi, qui ne possède pas de téléphone portable.

Autre problème pour les pays en développement comme l'Inde: la levée des brevets est une mesure qu'ils réclament pour accroître l'accès aux vaccins. Bonne nouvelle sur ce front: la Chine s'est déclarée jeudi favorable à une levée des brevets.

Le Japon a pour sa part étendu vendredi son état d'urgence, concernant déjà six départements dont celui de Tokyo, à trois départements supplémentaires face à la recrudescence de la pandémie, à dix semaines seulement de l'ouverture des Jeux olympiques dans la capitale.

A Singapour, un nouveau tour de vis s'est aussi imposé face à une hausse des cas.

Continuer la lecture

Suisse

La Suisse compte 2300 nouveaux cas de coronavirus en 48 heures

Publié

le

La Suisse compte vendredi 2300 nouveaux cas de coronavirus en deux jours. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT - Image d'archives).

La Suisse compte vendredi 2300 cas supplémentaires de coronavirus en 48 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 42 décès supplémentaires et 101 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 48 heures, les résultats de 57'422 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,01%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 18'893, soit 218,55 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,90. Les patients Covid-19 occupent 21,00% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 67,80%.

Au total 3'511'492 doses de vaccin ont été administrées et 1'184'138 personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 3'956'025 doses de vaccins

Quant aux variants du coronavirus, 43'189 cas ont été détectés en Suisse jusqu'à ce jour, dont 17'508 cas ont été attribués au variant britannique (B.1.1.7), 246 au variant sud-africain (B.1.351) et 17 au variant brésilien (P.1). Dans 25'418 cas, une mutation était présente, mais la lignée n'était pas claire.

Depuis le début de la pandémie, 679'510 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 7'273'942 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'179 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 28'144.

Le pays dénombre par ailleurs 3091 personnes en isolement et 4957 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 1235 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Vierge

Avec tout ce que vous abattez comme travail, vous méritez une récompense. Patience ! Vos efforts vont payer !

Publicité

Les Sujets à la Une

X