Rejoignez-nous

Virus COVID-19

Le Valais passe en état de situation extraordinaire

Publié

,

le

(image prétexte).

Le canton du Valais prend à son tour des mesures supplémentaires pour lutter contre le coronavirus. Décrétant l'état de situation extraordinaire, le Conseil d'Etat annonce lundi la fermeture de tous les établissements publics ne fournissant pas de services essentiels.

Dans un communiqué rendu public lundi à 11h50, le gouvernement "estime nécessaire de prendre des mesures complémentaires et rapides pour assurer la protection de la population et retarder le mieux possible la propagation du virus."

Concrètement, tous les restaurants, bars, cantines et la majorité des commerces seront fermés dès lundi 18h30. Unique exception: les magasins qui vendent des produits alimentaires et/ou de premières nécessité resteront accessibles à la population.

Hôtels fermés dès mardi

Les manifestations et rassemblements publics et privés sont désormais interdits. Les cours publics et privés sont suspendus jusqu’à nouvel ordre, de même que les activités liées aux services personnels. Les hôtels du canton fermeront, eux, à partir de mardi soir.

En matière religieuse, les cultes de toutes les religions sont désormais prohibés. Les enterrements ne pourront avoir lieu que dans la stricte intimité et ce en tenant compte des normes d’hygiène en vigueur (distance sociale appropriée).

Ces décisions complètent celles annoncées dès vendredi, dont la fermeture des écoles, des structures d’accueil pour la petite enfance et des lieux de divertissement. Les visites dans les établissements et institutions sanitaires, tels les EMS, sont bannies, sauf exception justifiée.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Le canton de Vaud enregistre 11 nouveaux décès

Publié

le

Le CHUV, à Lausanne, accueille une grande partie des malades vaudois du Covid-19. (KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)
Le canton de Vaud déplore onze nouveaux décès liés au Covid-19, selon un nouveau point de situation publié mardi en fin de journée. Au total, 77 personnes ont désormais perdu la vie depuis le début de la pandémie.

Le canton de Vaud, qui est l'un des plus touchés de Suisse, a passé en début de semaine le cap des 3000 cas testés positifs, avec 3272 cas annoncés mardi contre 3168 lundi. Le nombre d'hospitalisations en cours est stable à 386 (-2). Le canton tient aussi le décompte des sorties d'hôpitaux. Désormais, 223 personnes ont pu quitter un établissement de soins, soit 20 personnes de plus que la veille.

Continuer la lecture

Suisse

Un retour à la normale le 20 avril est "illusoire"

Publié

le

Seul point de repère concédé par les autorités fédérales, cette vague de cas de coronavirus devrait appartenir au passé au début de l'été, a estimé Daniel Koch (gauche), responsable des maladies transmissibles à l'Office fédéral de la santé publique (©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)
Un retour à la normale après le 19 avril, date butoir des mesures actuelles prises en Suisse contre le coronavirus, est "illusoire". Le conseiller fédéral Alain Berset appelle la population à se montrer "endurante dans sa solidarité", malgré l'arrivée des beaux jours.

"Ce mois d'avril sera inhabituel cette année", a déclaré le ministre de la santé mardi aux médias après avoir visité un "drive-in" de tests à Lucerne. Conscient que la venue de températures clémentes donne envie de sortir de chez soi pour profiter ensemble du beau temps, il a appelé la population à résister à la tentation: "Nous devons nous montrer endurants dans la solidarité."

Rappelant que le nombre de cas de coronavirus continue d'augmenter en Suisse, Alain Berset a souligné que la situation demandait de la flexibilité. Dire quelles mesures pourraient être prises après Pâques n'est ainsi pas encore possible. "Les mesures peuvent être adaptées à tout moment. Nous devons rester flexibles", a-t-il déclaré. Il en va de même pour les écoles.

Vivre au ralenti

Seule certitude, il n'y aura pas de retour à la normale en Suisse dès le 20 avril, au lendemain de la période de fermeture des établissements publics et privés décrétée à la mi-mars par Conseil fédéral. C'est "illusoire", a souligné le chef du département de l'intérieur.

"La Suisse continue de vivre, mais elle vit au ralenti, aussi dans le domaine de la vie sociale", a commenté Alain Berset. "Nous verrons quelles mesures feront sens à l'avenir. Chaque pays décide des mesures qui lui semblent les plus adaptées", a-t-il répondu à une journaliste évoquant le cas de la Suède, dont les mesures sont moins contraignantes tout en restant efficaces.

Pour le Conseil fédéral, il est primordial que les mesures qu'il décide soient susceptibles d'être acceptées par la population, a répété une nouvelle fois le Fribourgeois.

Vague passée au début de l'été

La Confédération concède tout de même un point de repère à l'horizon: la vague de cas de coronavirus devrait appartenir au passé au début de l'été, estime Daniel Koch, responsable des maladies transmissibles à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), présent lui aussi à Lucerne. Les mesures contraignantes seront assouplies "dès que la situation le permettra".

Le coronavirus n'aura alors pas disparu du radar pour autant. Certaines mesures de protection devront être maintenues à plus long terme.

Le "drive-in", exemple de fédéralisme

Concernant sa visite, Alain Berset s'est montré impressionné par l'installation lucernoise permettant de se faire tester au coronavirus sans descendre de sa voiture. Situé en marge de la ville, sur les plaines de l'Allmend, elle accueille toute personne envoyée par son médecin. De cette manière, "on soulage les hôpitaux et on économise du matériel", s'est réjoui le conseiller fédéral.

A l'image de ce "drive-in", la multiplicité des solutions trouvées par les cantons pour faire face à la crise du coronavirus est "une qualité de la Suisse", a salué le ministre socialiste. "Une situation exceptionnelle ne signifie pas le centralisme, mais avec des décisions rapides de la Confédération et une collaboration étroite avec les cantons." Et Alain Berset d'ajouter: "Le fédéralisme et la solidarité fonctionnent en Suisse."

Continuer la lecture

Suisse

L'UDC présente sa stratégie économique

Publié

le

L'UDC réclame le port du masque obligatoire pour tous. La conseillère nationale Magdalena Martullo-Blocher, ici en compagnie du chef du groupe parlementaire UDC Thomas Aeschi, a montré l'exemple durant la dernière session (archives). (©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)
La pandémie de coronavirus sera beaucoup plus dévastatrice pour l'économie que pour la santé des Suisses, anticipe l'UDC. Le parti demande au Conseil fédéral de préparer le redémarrage au plus vite de l'économie et prône le port du masque obligatoire pour tous.

Il a présenté mardi à la presse en conférence téléphonique la stratégie de sortie de crise soutenue à l'unanimité par son groupe parlementaire. Le Conseil fédéral a pris des mesures qui protègent les personnes à risque, mais qui provoquent aussi des dégâts massifs sur l'économie et pour toute la population. D'autres mesures sont nécessaires après le 19 avril.

Selon la Banque nationale suisse, la Suisse perd actuellement 15 milliards de francs par mois. L'effet du paquet d'aide de 42 milliards sera épuisé au bout de deux mois et demi et ne suffira pas à revitaliser l'économie, juste à limiter les dégâts, a expliqué le conseiller national Franz Grüter (LU).

Continuer avec de nouveaux paquets d'aide ne ferait que léguer des dettes aux générations futures. Il faut protéger les groupes à risque et les isoler autant que possible. Mais les personnes qui ne sont pas malades doivent retourner au travail. C'est à ce prix que l'économie et la société pourront à nouveau fonctionner.

Masques obligatoires

Le parti ne veut mettre personne en danger. Les actuelles consignes en matière d'hygiène doivent absolument être respectées. Mais contrairement à ce que disent les autorités suisses, les masques d'hygiène sont un complément utile pour éviter la propagation de la maladie et il faut en imposer l'usage obligatoire.

De nombreux pays ont généralisé l'usage des masques. L'Autriche a déclaré le port obligatoire lundi et contrairement à ce que disent les autorités suisses, des études prouvent l'efficacité des masques, selon l'UDC.

"Ils ne sont pas si difficiles à utiliser: 1,4 milliard de Chinois y arrivent et c'est plus facile que respecter une distance de 2 mètres entre les personnes", a relevé Magdalena Martullo-Blocher.

Le parti invite la Confédération à se procurer des masques pour l'ensemble de la population, si nécessaire en Chine. L'UDC appelle aussi le Conseil fédéral à prendre exemple sur le pays pour préparer concrètement le redémarrage de l'économie.

Rouvrir les écoles

Pour que l'économie puisse à nouveau fonctionner, l'interdiction de travailler doit être abolie pour les métiers pour lesquels le travail à domicile est impossible. Le travail et les écoles doivent reprendre par étapes.

Les restaurants et les magasins devraient rouvrir en respectant les mesures d'hygiène, sous réserve d'une interdiction pour les clients appartenant à un groupe à risque. L'interdiction de se rassembler doit être assouplie. Les besoins des régions doivent être pris en compte. Il faut permettre des solutions particulières pour les cantons frontaliers, a justifié Christoph Blocher.

Protection des frontières

L'UDC prône encore le renforcement des restrictions d'entrée aux frontières. Il faut éviter que les groupes à risques immigrent en Suisse et transmettent le virus, a expliqué l'ancien conseiller fédéral.

Même les Suisses qui voudraient revenir au pays devront être mis en quarantaine le cas échéant, a précisé le Zurichois. Les personnes testées positives au Covid-19 devront elles aussi être placées dans une quarantaine stricte.

Il n'est pas exclu que le Conseil fédéral prolonge l'état de situation extraordinaire après le 19 avril. L'UDC en est consciente, elle appelle le gouvernement à ne pas prolonger le régime d'urgence au-delà de fin mai et à préparer concrètement la sortie de crise.

Continuer la lecture

Genève

Les SIG font une fleur à leurs clients en difficulté

Publié

le

Pour le directeur général des SIG Christian Brunier, les délais de paiement accordés aux clients en difficulté vont peser sur la trésorerie de l'entreprise. (Archives - ©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Environ 16'500 clients des SIG disposeront d'un délai supplémentaire de 60 jours pour régler leurs factures de gaz, d'eau, d'électricité et d'énergie thermique. Cette mesure vise à soulager les artisans, les indépendants, les commerçants et les PME qui souffrent des répercussions économiques liées à la pandémie de Covid-19.

Les Services industriels genevois (SIG) continueront aussi d'étudier au cas par car, comme ils le font en temps normal, les demandes de particuliers en difficulté, et de leur proposer, selon la situation, des échelonnements de paiement, ont-ils indiqué mardi. L'entreprise accélérera par ailleurs le paiement des factures auprès de ses fournisseurs qui en feront la demande.

Ces mesures auront un effet non négligeable sur la trésorerie des SIG. L'entreprise veut cependant prendre ses responsabilités durant la crise et participer à l'effort de solidarité. L'arrêt pur et simple de la facturation des prestations n'a pas été retenu, car cette solution était d'une "extrême lourdeur".

Les SIG ont aussi décidé d'anticiper la baisse de ses tarifs de gaz naturel de 1 centime par kWh. Le nouveau prix, qui représente une diminution moyenne de 11%, entrera en vigueur le 1er mai et non pas à l'automne, comme prévu initialement. Cette réduction est liée à la tendance baissière observée sur le marché du gaz.

Continuer la lecture

Culture

Les concerts de l'Orchestre de la Suisse romande en streaming

Publié

le

A Genève, la salle du Victoria Hall reste vide en raison de la pandémie de Covid-19. En partenariat avec la Radio Télévision Suisse, l'Orchestre de la Suisse romande diffuse en streaming une série de concerts préenregistrés (Archives - ©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Dans l'impossibilité de se produire en raison de la pandémie de Covid-19, l'Orchestre de la Suisse romande (OSR) souhaite soutenir son public. En partenariat avec la Radio Télévision Suisse, il diffuse en streaming ses concerts préenregistrés.

Les streamings sont programmés sur la chaîne YouTube de l'OSR les mardi, jeudi et samedi à 20h00, a annoncé mardi la formation. Ils peuvent être visionnés jusqu'au 31 juillet. Pour l'heure, trois concerts hebdomadaires sont prévus jusqu'au 11 avril. Les programmations supplémentaires seront annoncées sur le site Internet de l'OSR.

Le premier concert en ligne mardi est "La Mer", de Claude Debussy. Enregistré le 9 décembre 2015, au Victoria Hall de Genève, avant l'entrée en fonction du futur directeur musical et artistique de l'OSR en 2017, il dévoile la promesse d'une magnifique entente entre la formation et Jonathan Nott, relève le communiqué.

www.youtube.com/user/OSR1918/featured

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Poisson

Un de vos concepts a toutes les chances d’aboutir. Tenez bon, ne vous découragez pas, Neptune et Mercure sont dans votre camp !

Publicité

Les Sujets à la Une

X