Rejoignez-nous

Coronavirus

Les marchés chutent face au COVID-19, les frontières se ferment

Publié

,

le

KEYSTONE/Ti-Press/Alessandro Crinari

Les marchés boursiers européens ont ouvert en chute libre lundi face au choc de la pandémie de Covid-19. Le bilan de l'épidémie, principalement en Europe, s'aggrave de façon exponentielle, poussant les Etats à confiner leurs populations et à fermer leurs frontières.

La Réserve fédérale américaine (Fed) a brutalement baissé ses taux d'intérêt à zéro dimanche, tout en participant à une action mondiale concertée des banques centrales pour approvisionner le monde en liquidités. La Fed a ainsi annoncé l'achat de 500 milliards de dollars de bons du Trésor et de 200 milliards de dollars de titres hypothécaires pour soutenir les marchés.

Mais ces annonces n'ont pas suffi à rassurer et les Bourses ont plongé à l'ouverture en Europe, après avoir piqué du nez en Asie-Pacifique (-9,7% à Sydney, une chute historique). Les marchés sont tétanisés par les craintes d'une récession face à une épidémie qui semble ralentir dans son berceau asiatique mais se propage sur les autres continents.

Et ce alors que les conséquences économiques du coronavirus s'annoncent de plus en plus catastrophiques. L'Union européenne anticipe une récession en 2020 "de 2 à 2,5%", a annoncé lundi le commissaire européen chargé du Marché intérieur Thierry Breton.

Plus de 6500 morts

Le nombre de cas de Covid-19 recensés dans le monde s'établissait lundi à 10h00 à 168'250 cas recensés dans le monde, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles. La maladie a tué 6501 personnes dans le monde, dont plus de 2335 en Europe,

La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao), où l'épidémie s'est déclarée fin décembre, a dénombré au total 80'860 cas, dont 3213 décès et 67490 guérisons. 16 nouveaux cas et 14 nouveaux décès ont été annoncés entre dimanche et lundi. Ailleurs dans le monde, on recensait lundi à 10h00 un total de 3288 décès (67 nouveaux) pour 87396 cas (4301 nouveaux).

Les pays les plus touchés après la Chine sont l'Italie avec 1809 morts pour 24'747 cas, l'Iran avec 724 morts (13'983 cas), l'Espagne avec 288 morts (7753 cas), et la France avec 127 morts (5423 cas). Depuis dimanche, Bahreïn, la Hongrie, le Guatemala, le Liberia et le Luxembourg ont annoncé les premiers décès liés au virus sur leur sol. Trinité-et-Tobago a annoncé le diagnostic de premiers cas.

Les pays s'isolent

De nombreux pays cherchent à se protéger en s'isolant toujours plus, jusqu'à l'intérieur de l'Union européenne, mettant à mal le principe européen de libre circulation. L'Allemagne a mis en oeuvre lundi à 08h00 ses contrôles aux frontières avec cinq pays annoncés dimanche -France, Autriche, Suisse, Danemark, Luxembourg. Des policiers allemands ne laissaient passer que les transports de marchandises et les travailleurs transfrontaliers.

La Russie, la République tchèque, l'Argentine, la Colombie ou encore le Guatemala ont eux aussi annoncé dimanche la fermeture totale ou partielle de leurs frontières.

Pays le plus touché en Europe par la pandémie, l'Italie a enregistré dimanche un nombre record de 368 nouveaux décès en 24 heures, qui porte le nombre des morts à 1809. Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a appelé à "une coordination européenne" dans les domaines de la santé et de l'économie pour affronter le coronavirus.

Il a averti que son pays n'avait pas "encore atteint le pic" de contagions. "Le moment est arrivé de faire des choix courageux et l'Italie peut offrir une contribution significative, en tant que pays qui a connu en premier une diffusion aussi large du virus", dit-il dans un entretien lundi au quotidien Il Corriere della.

Sommet du G7 par visioconférence

M. Conte doit participer lundi à un sommet extraordinaire du G7 par visioconférence pour coordonner la lutte contre le coronavirus dans les domaines sanitaire, économique, financier et de la recherche. C'est aussi par visioconférence qu'aura lieu mardi une réunion extraordinaire des 27 dirigeants de l'Union européenne.

Deuxième pays le plus touché d'Europe, l'Espagne a confiné sa population et décrété l'état d'alerte pour 15 jours.

Aux Etats-Unis, où les nouveaux contrôles pour les Américains rentrant d'Europe ont provoqué le chaos dans les aéroports, les villes de New York et Los Angeles ont ordonné à leur tour la fermeture des bars, restaurants et boîtes de nuit. A Las Vegas, MGM a fermé ses 13 hôtels et casinos.

Le Chili, imité par le Pérou, a fermé ses ports aux navires de croisière, après la mise en quarantaine de deux d'entre eux avec environ 1300 personnes à bord. Un autre navire, avec 3700 personnes, est en quarantaine en Nouvelle-Zélande qui a également interdit toute escale aux bateaux de croisière jusqu'au 30 juin.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Le Conseil fédéral veut finalement prolonger la gratuité des tests

Publié

le

Alain Berset, le ministre de la santé, a finalement annoncé le prolongement de la gratuité des tests. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Les personnes ayant reçu une première dose de vaccin devraient pouvoir se faire tester gratuitement jusqu'à fin novembre, propose finalement le Conseil fédéral. En attendant une décision, la gratuité des tests antigéniques est prolongée.

Vu le nombre de vaccinations en hausse, le Conseil fédéral offre de financer les tests (tests rapides antigéniques et tests PCR salivaires groupés) des personnes ayant reçu une première dose de vaccin et qui n'ont pas encore de certificat. Et ce jusqu'à fin novembre, a annoncé vendredi le ministre de la santé Alain Berset lors d'une conférence de presse.

Le Conseil fédéral a aussi décidé de prolonger jusqu'au 10 octobre la gratuité des tests rapides antigéniques pour tout le monde, y compris ceux effectués pour obtenir un certificat Covid. Il avait annoncé fin août mettre fin à cette gratuité au 1er octobre.

Pressions

Presque tous les partis avaient d'abord soutenu les intentions du gouvernement. Mais le vent a tourné. L'UDC, le PS et le Centre exigent depuis le maintien de la gratuité, au même titre que les Verts. Seul le PLR soutenait encore le gouvernement sur ce sujet. La commission de la santé du Conseil national a également appelé le Conseil fédéral à maintenir la gratuité des tests.

"Le gouvernement maintient son cap. Les jours sont beaux, les terrasses sont remplies, mais la partie délicate de la pandémie automnale se profile", s'est défendu Alain Berset. En laissant du temps, on assure ainsi aux personnes qui ont besoin d'un peu plus de réflexion de ne pas devoir supporter des coûts à cause de l'extension de l'obligation du pass Covid.

Les discussions au sein du gouvernement ont été "approfondies" et parfois vives, reconnaît-il. Mais ce n'est pas à la collectivité de financer les coûts des tests pour des personnes asymptomatiques qui ne veulent pas se faire vacciner.

"Ces personnes ont eu accès à des tests gratuits pendant 3 mois et demi", a rappelé Alain Berset. "Les manifestations, on les voit", mais il y a encore du chemin à faire pour sortir de cette situation.

Facture de 280 millions

Selon le gouvernement, les coûts des tests liés à l'introduction du certificat Covid et la prolongation de la gratuité des tests au 10 octobre feraient grimper la facture à 160 millions de francs. Auxquels s'ajouteront 120 millions de francs pour les tests gratuits pour les personnes ayant reçu une première dose de vaccin d'ici fin novembre.

La semaine dernière, 600'000 tests ont été effectués pour des certificats Covid. Pendant la saison froide, ce nombre devrait passer à 1 million par semaine, pense Alain Berset. Si le financement du test était prolongé indéfiniment, il en résulterait environ 47 millions de francs par semaine à la charge de la Confédération, ou 800 millions jusqu'à fin janvier. "C'est beaucoup."

Tests groupés

La proposition est désormais en consultation auprès des cantons, des partenaires sociaux et des autres milieux concernés jusqu'au 28 septembre. Le Conseil fédéral prendra une décision définitive lors de sa séance du 1er octobre.

Il prévoit aussi de faciliter les tests PCR salivaires groupés coordonnés dans toute la Suisse à partir de la mi-octobre, en plus des programmes cantonaux existants. Cela permettra de réaliser des dépistages ponctuels dans les lieux à risques (hotspots).

Les tests répétés pour les écoles, les établissements de santé et les entreprises seront traités par des prestataires externes. Le gouvernement veut aussi offrir la possibilité aux personnes qui le souhaitent de participer individuellement aux tests PCR salivaires groupés, à leurs frais, en vue de l'obtention de certificats de test.

Des exceptions resteront prévues après le 10 octobre pour la gratuité des tests: tous les jeunes de moins de 16 ans, toutes les personnes qui ne peuvent pas se faire vacciner pour des raisons médicales, toutes les personnes qui présentent des symptômes, et aussi celles qui veulent visiter des proches dans les hôpitaux ou des homes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 1502 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

La Suisse compte vendredi 1502 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Suisse compte vendredi 1502 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 15 décès supplémentaires et 59 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 39'473 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 3,81%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 23'881, soit 276,25 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,82. Les patients Covid-19 occupent 23,90% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 75,10%.

Au total 10'312'971 doses de vaccin ont été administrées et 54,57% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 11'816'100 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 6'129'834 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 833'383 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 10'616'632 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'665 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 32'633.

Le pays dénombre par ailleurs 13'089 personnes en isolement et 13'531 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 1632 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

La Suisse compte jeudi 1632 nouveaux cas de Covid-19 (image d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Suisse compte jeudi 1632 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore cinq décès supplémentaires et 35 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 37'534 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,35%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 25'152, soit 290,95 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,83. Les patients Covid-19 occupent 27% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 77,20%.

Au total 10'276'380 doses de vaccin ont été administrées et 54,39% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 11'687'400 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 6'099'641 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 831'880 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 10'577'644 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'650 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 32'570.

Le pays dénombre par ailleurs 13'859 personnes en isolement et 14'852 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

L'importateur rappelle ses masques: protection insuffisante

Publié

le

Les masques N95/FFP2 de la marque "myfixmask" offrent une protection insuffisante. (© WBF)

Des masques de la marque "myfixmask" N95/FFP2 offrent une protection insuffisante. Comme cela représente un danger pour la santé, l'importateur Yoobopo rappelle le produit, en collaboration avec le Bureau de prévention des accidents (BPA).

Leur effet filtrant n'est pas suffisant. Le fabricant du masque est la société Elis SHPK au Kosovo. Le produit ne doit pas être utilisé car il existe un risque de "dommages irréversibles pour la santé".

Seul est concerné le produit N95 Disposable Respirator / Protective Mask de la marque "myfixmask", fabriqué par Elis SHPK. Ces masques ont été mis en vente sur le site internet www.myfixmask.ch. Ne sont pas concernés des boites/produits, marqués avec "modèle 002", "modèle 003" ou suivants.

Les consommateurs concernés sont priés de ne pas utiliser les masques de la marque "myfixmask" portant le nom "N95 Disposable Respirator/Protective Mask", et de contacter Yoobopo SA pour échanger gratuitement ces masques contre des masques conformes aux normes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Le patron de Moderna voit la fin de la pandémie de Covid dans un an

Publié

le

Moderna étudie la mise au point d'un vaccin contre la grippe et le coronavirus (archives). (© KEYSTONE/EPA/BAGUS INDAHONO)

La pandémie de Covid-19 sera terminée dans un an, estime le directeur de la société biotechnologique Moderna, Stéphane Bancel. Selon lui, les personnes âgées et à risque ayant été vaccinées contre le coronavirus au début de la crise doivent recevoir un rappel.

A la mi-2022, "il y aura suffisamment de doses pour vacciner tous les habitants de la planète", déclare M. Bancel dans un entretien diffusé mercredi par la Neue Zuercher Zeitung. Moderna planche sur le développement "d'un rappel annuel qui couvre toutes les maladies respiratoires d'origine virale", précise-t-il dans Le Temps.

La technique de l'ARN messager a un potentiel énorme, ajoute-t-il au Blick. Des combinaisons de vaccins contre le coronavirus et les virus de la grippe devraient être possibles, affirme-t-il. "Les patients recevraient une seule injection et seraient vaccinés contre plusieurs virus".

"Des mises à jour annuelles"

La vision de Moderna est de faire "comme avec l'iPhone, un produit aux applications multiples avec des mises à jour annuelles", explique M. Bancel dans Le Temps. "Chaque année, on s'adaptera aux souches de l'année" et "chaque année, on veut ajouter plus de virus comme on ajoute une application à un iPhone".

Les vaccins combinés devraient être sur le marché en 2023, précise le patron de Moderna dans le Blick. L'essai clinique de ces vaccins débutera avant la fin de l'année. L'essai pour la partie du vaccin contre la grippe est déjà en cours, ajoute-t-il.

Moderna veut renforcer son siège européen à Bâle, poursuit M. Bancel dans la NZZ. Actuellement, 50 personnes y sont employées. Les effectifs devraient doubler à la fin de l'année et tripler dans le courant de l'année prochaine. "Il n'est pas facile de recruter rapidement du personnel qualifié en Europe", déplore-t-il, soulignant qu'aux États-Unis, c'est plus rapide.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X