Rejoignez-nous

Sport

Football: le Sion de "CC" renoue avec le succès à Lausanne

Publié

,

le

Auto-propulsé entraîneur, Christian Constantin a pu fêter un succès avec Sion. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Avec son président Christian Constantin sur le banc, le FC Sion a retrouvé le chemin de la victoire. Les Valaisans l'ont emporté 3-1 à Lausanne lors de la 24e journée de Super League dimanche.

Est-ce un coup de maître? En tout cas, Sion a retrouvé la victoire après plus d'un mois (le 3 février contre Saint-Gall) et cela est venu avec Christian Constantin aux commandes. Et ce succès 3-1, au-delà de toutes les interprétations auxquelles il pourra donner lieu, a au moins le mérite de redonner aux Sédunois deux points d'avance sur Vaduz (qui avait obtenu le nul à Young Boys samedi). Dans la situation valaisanne, plus rien n'est négligeable.

Sur le papier, toutefois, Christian Constantin n'était pas entraîneur. C'est Pierre de Kalbermatten qui avait ce titre. Nul besoin de mentionner que celui qui a pour fonction d'être le second entraîneur des gardiens ne s'est pas risqué à se lever une seule fois du banc de touche de la Tuilière. Son président, annoncé entraîneur-assistant, a joué à fond le rôle.

Comme à quatre autres reprises dans l'histoire récente du FC Sion, Constantin a enfilé le costume du coach, avec un choix radical: la titularisation de Kevin Fickentscher au lieu de Timothy Fayulu. Globalement, le succès est relatif. S'il y a eu un effet, en plus d'être comptable, il est surtout psychologique. Les Valaisans se sont battus, peut-être galvanisés par les consignes (rudimentaires) de leur entraîneur du jour. "CC" demandait une dépense physique, une activité dans les duels et les deuxièmes ballons, et, dans ce domaine, il y avait un certain répondant.

Débuts de mi-temps réussis

Encore heureux, sachant que Sion était lanterne rouge de Super League avant son déplacement lausannois. Il y a eu de la vie dans les rangs sédunois. Et même des buts, arrivés très rapidement lors des débuts de mi-temps. Dès la 6e, un effort de Jared Khasa sur le côté gauche, une première frappe de Sandro Theler, et finalement une deuxième - la bonne - de Baltazar ont permis l'ouverture du score. Et à la 50e, c'est un assist de Theler qui a permis au même Baltazar de doubler la mise. A la 71e, Birama Ndoye a inscrit le troisième sur corner. A chaque fois, la communion dans les rangs valaisans a au moins démontré une certaine âme.

Dans une lutte contre la relégation, c'est un aspect fondamental. Mais pour ce qui est du jeu, c'est bien du côté du LS qu'il fallait regarder. Les Vaudois affichent une certaine forme et leur habileté à trouver des relations techniques, notamment entre le milieu et le remuant Hicham Mahou, offre une dose de plaisir au spectateur. Avec un arrière-goût en bouche: l'efficacité fait encore trop défaut.

Le LS à la 7e place

A vivre dans les trente mètres adverses, Lausanne aurait dû faire beaucoup mieux que ce simple but inscrit sur penalty de Stjepan Kukuruzovic à la 19e. Car maîtrise du jeu, il y avait dans l'équipe de Giorgio Contini. Des occasions aussi, à l'instar de celles de Barès, Puertas ou Bolingi. Les Vaudois auraient été bien inspirés d'en profiter: Sion, en plus de renaître, est revenu à seulement cinq points.

Au classement, le LS est 7e, à égalité de points avec son poursuivant Lugano. Les Tessinois ont perdu 1-0 contre Zurich, alors que Lucerne est passé 5e avec sa victoire 4-2 (alors qu'il était mené 2-0 après dix minutes) contre Saint-Gall. Mais tout est toujours aussi dense.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

YB une classe au-dessus du LS

Publié

le

La mine basse des joueurs vaudois après la correction reçue de la part d'YB à la Tuilière (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Young Boys a infligé une correction au Lausanne-Sport lors du premier match de la 7e journée de Super League. Le champion s'est imposé 6-1 à la Tuilière.

Que se passe-t-il quand un club champion en titre, tombeur de Manchester United en Ligue des champions, rencontre une formation qui n'a pas gagné un match cette saison et qui a péniblement éliminé Bulle en 16es de finale de la Coupe de Suisse? Eh bien le fort donne une leçon au faible.

Les Bernois ont passé un début de soirée extrêmement plaisant en montrant aux Vaudois tout ce qui leur manquait pour être une vraie force dans ce championnat.

Bons sur le terrain, bons au pressing, bons dans leurs passes, à l'aise techniquement, les joueurs de David Wagner ont fait la loi dans la capitale olympique. Et comme en face les hommes de Borenovic doutent, la sanction s'est matérialisée tout d'abord par deux buts en première mi-temps (27e et 31e). Trop naïfs, les Lausannois n'ont jamais osé regarder YB dans les yeux.

De retour des vestiaires, Fassnacht a enfoncé le clou, puis Siebatcheu a enfilé le 4e à la 62e. Totalement désorganisés, les Vaudois ont encore encaissé deux buts (85e et 88e).

Du côté bleu et blanc, il a fallu attendre la 80e (!) minute pour voir Lausanne tester les réflexes de von Ballmoos. C'est Ouattara qui a expédié une belle frappe du gauche. Rebelote quelques instants plus tard, mais le portier d'YB a encore pu dévier l'envoi. La seule minuscule lueur est finalement venue sur corner et le but de l'honneur signé Amdouni, mais cela reste pauvre pour une formation qui reste collée au fond de la classe avec trois petits points.

Dans l'autre match de la soirée, Bâle est allé chercher un précieux succès 2-0 à St-Gall. L'homme du match fut une fois encore Cabral. Le Brésilien a signé les deux réussites des Rhénans. Il compte dix buts en sept matches de championnat sur les 19 inscrits par les Rotblau...

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Les Suisses manquent le bronze pour cinq centièmes

Publié

le

Marlen Reusser, Nicole Koller et leurs quatre coéquipiers ont fini chocolat à Bruges (© KEYSTONE/AP/Olivier Matthys)

La Suisse a manqué de 5 centièmes le podium dans le contre-la-montre par équipe mixte des Championnats du monde à Bruges. C'est l'Allemagne qui l'a emporté.

En 2021, les contre-la-montre et la Suisse n'ont pas souvent été bons amis avec des centièmes rarement du bon côté. On peut notamment avoir de la peine pour Stefan Küng. Voici à peine deux mois, le Thurgovien finissait 4e du contre-la-montre olympique en manquant le podium pour quatre dixièmes. Mercredi, deux jours après sa 5e place dans le contre-la-montre individuel des Championnats du monde, le Thurgovien a connu une nouvelle désillusion en Belgique.

Le champion d'Europe de l'effort solitaire a dû lever les yeux au ciel lorsque lui, ses trois coéquipières et ses deux compatriotes masculins ont été écartés de la 3e place par l'Italie dans le contre-la-montre mixte. Pour cinq centièmes sur une course de 51 minutes! "Bien sûr que c'est frustrant, on peut chercher ces cinq centièmes partout, a souligné Küng, tout en affirmant qu'il était satisfait de la performance de l'équipe. Nous aurions aimé gagner une médaille pour la Suisse. Malheureusement, la chance n'était pas de notre côté."

La vététiste Nicole Koller surprend

Dans cette discipline naissante des Championnats du monde, organisée pour la deuxième fois, Küng, ainsi que Stefan Bissegger et Mauro Schmid, ont réalisé une solide performance dans un peloton de classe mondiale. Le trio masculin a cédé la place aux femmes en cinquième position après la moitié des 44,5 km. Emmenées par Marlen Reusser, double médaillée d'argent des Championnats du monde dans le contre-la-montre individuel depuis lundi, les femmes ont commencé à rattraper leur retard.

Alors qu'Elise Chabbey n'a pas connu sa meilleure journée et a dû lâcher prise très tôt, la spécialiste de VTT Nicole Koller s'est imposée dans le trio. La St-Galloise de 24 ans, qui avait participé aux finales de la saison aux États-Unis dimanche dernier, a suivi Reusser jusqu'au bout. C'est d'autant plus surprenant que la dernière fois que Koller a roulé sur un vélo de contre-la-montre remonte à sept ans.

Tony Martin: des adieux de rêve

Alors que les Suisses pleurent cette médaille manquée, Tony Martin doit se pincer pour y croire. L'Allemand de 36 ans, quadruple champion du monde en contre-la-montre individuel en 2011, 2012, 2013 et 2016, a fait ses adieux lors de la toute dernière course de sa carrière sur une nouvelle médaille d'or. Avec l'équipe allemande, il a relégué les tenants du titre néerlandais à la deuxième place à 13 secondes. "C'est un rêve de repartir avec l'or des championnats du monde", a lâché un Martin tout sourire sous le soleil de Bruges.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

La marathonienne Mary Keitany prend sa retraite à 39 ans

Publié

le

Mary Keitany lors de l'une de ses victoires à Londres. (© KEYSTONE/AP/Sang Tan)

La Kényane Mary Keitany, quadruple vainqueure du marathon de New York et triple vainqueure de celui de Londres, met fin à sa carrière à 39 ans après une blessure à la hanche.

Elle avait été privée de compétition ces deux dernières années.

Keitany est l'une des plus grandes marathoniennes de l'histoire, et détient le record féminin sur la distance, établi sans lièvre masculin lors du marathon de Londres 2017 en 2h17'01''. La Kényane Brigid Kosgei qui a couru les 42,195 km en 2h14'04'' lors du marathon de Chicago 2019 avait elle bénéficié de deux lièvres masculins.

"Je me suis beaucoup cherchée, et nous avons décidé avec mon manager italien Gianni Demadonna que c'était mieux pour moi d'arrêter", a déclaré Keitany, qui n'avait commencé les courses de fond qu'après la naissance de son premier enfant en 2008.

"J'ai contracté une blessure à la hanche après mon dernier marathon de Londres en 2019, qui a amputé ma capacité à m'entraîner et je n'ai pas pu concourir efficacement depuis. Je crois que j'ai rencontré le succès dans cette carrière et que c'est la meilleure décision que je puisse prendre" a-t-elle poursuivi.

En dix ans de carrière, Keitany s'est également emparée des records sur 10 miles, 20km, semi-marathon et 25km.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Genève

Daniel Vukovic annonce sa retraite

Publié

le

Daniel Vukovic a terminé sa carrière avec les Rapperswil-Jona Lakers. (© KEYSTONE/MARCEL BIERI)

Daniel Vukovic (35 ans) a annoncé son départ à la retraite sur les réseaux sociaux. Le défenseur canado-suisse n'a plus trouvé de club après deux dernières saisons passées aux Rapperswil-Jona Lakers.

Vukovic, déniché par Chris McSorley, avait débarqué à Genève-Servette en 2009. Ce robuste défenseur au sens du sacrifice aigü a passé onze saisons aux Vernets avant de prendre la direction du canton de St-Gall. Il a disputé 659 matches de National League avec une finale perdue contre Berne en 2010 et deux Coupes Spengler (2013 et 2014).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Samuel Eto'o candidat à la présidence de la fédération

Publié

le

Samuel Eto'o est prêt à postuler à la présidence de la fédération camerounaise. (© KEYSTONE/AP/DMITRY LOVETSKY)

L'ex-international camerounais Samuel Eto'o, 40ans, a annoncé sa candidature à la présidence de la fédération camerounaise de football (Fecafoot).

"J'ai le plaisir et l'honneur de vous annoncer ma candidature à la présidence de la Fédération camerounaise de football", a écrit sur son compte Twitter l'ex-attaquant star de Barcelone passé aussi par l'Inter Milan, Chelsea et le Real Madrid entre autres.

"Après mûre réflexion, j'ai pris cette liberté par amour du Cameroun et par passion pour notre football", a expliqué Eto'o, ajoutant: "il est temps de lancer le chantier de la reconstruction de notre football".

L'annonce de la candidature du jeune retraité du football intervient alors que la Fecafoot est en crise depuis plusieurs mois.

L'actuel président, Seidou Mbombo Njoya, avait été élu en 2018, mais son élection, contestée par plusieurs acteurs de football camerounais, avait été annulée à la mi-janvier par le Tribunal arbitral du sport (TAS).

Malgré tout, il est resté en poste avec pour mission de travailler à l'organisation de nouvelles élections.

Ce maintien en poste a été mal accueilli par une frange d'acteurs sportifs qui avaient alors décidé de nommer un autre président à la tête de la Fecafoot. Celui-ci n'a pas cependant bénéficié du soutien des autorités, de la Confédération africaine de football (CAF) et de la FIFA.

En 2018, Samuel Eto'o avait soutenu la candidature de M. Mbombo Njoya mais il exprime aujourd'hui sa "déception". Les promesses faites il y a trois ans par l'actuel président "me paraissaient digne d'intérêt pour l'avenir de notre pays", s'est-il justifié. "A l'heure du bilan, je n'ai pas de regrets même si les fruits n'ont pas tenu la promesse des fleurs", a-t-il constaté.

L'élection du nouveau président est prévue en décembre.

Le Cameroun accueillera du 9 janvier au 7 février 2022 la phase finale de la Coupe d'Afrique des Nations.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X