Rejoignez-nous

Sport

Football : victoire suisse en Islande

Publié

,

le

Yvon Mvogo a fait un grand match (©KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

La Suisse aura droit à sa "Finalissima" le 18 novembre à Lucerne face à la Belgique. Victorieuse 2-1 à Reykjavik, elle peut toujours espérer disputer le "Final Four" de la Ligue des Nations.

Une "simple" victoire 1-0 face aux Diables Rouges lui ouvrira les portes de cette phase finale de la première Ligue des Nations. Trois jours après sa défaite 2-1 à Bruxelles, la formation de Vladimir Petkovic a pris son temps en Islande. Sauvée en première période par le néophyte Yvon Mvogo, elle a livré une seconde mi-temps plus aboutie pour signer un succès arraché finalement dans la souffrance. L'Islande a caressé, en effet, le fol espoir d'une remontada après le missile d'Alfred Finnbogason pour la réduction du score à la 81e minute. Il aura fallu un sauvetage sur la ligne de Fabian Schär à la 88e et un dernier miracle de Mvogo à la 90e pour préserver cette victoire. Une victoire synonyme de maintien en première division de cette Ligue des Nations et de rang de tête de série pour le tirage au sort du tour préliminaire de l'Euro 2020 le 2 décembre prochain à Dublin. Ce périple à Reykjavik ne fut donc pas vain.

Le brio du néophyte

Le froid, le vent et la pluie: rien n'aura été épargné à l'équipe de Suisse au Laugardalsvöllur de Reykjavik. Le piège était vraiment parfait et il aurait pu très vite se refermer sans le brio d'Yvon Mvogo. Titularisé pour la première fois, le Fribourgeois a sorti les deux arrêts qu'il fallait devant le capitaine Gylfi Sigurdsson (9e et 30e) pour maintenir son équipe à flot.

Dans l'air depuis mercredi, cette titularisation récompense un gardien de 24 ans qui témoigne d'une très grande implication en sélection depuis trois ans. Ses performances en Ligue Europa avec Leipzig ont sans doute fini par convaincre Vladimir Petkovic de lui donner sa chance. Une chance qu'il a su saisir pleinement avec deux autres parades qui ont compté après l'ouverture du score face à Traustason et Finnbogason.

Yvon Mvogo fut, pour le camp suisse, la grande satisfaction d'une première mi-temps qui ne restera pas dans l'histoire et dont le seul moment fort fut le clapping déclenché par le public à la 13e minute. Articulée à nouveau dans un schéma en 4-2-3-1 avec un Haris Seferovic préféré curieusement à Edimilson Fernandes ou à Renato Steffen pour tenir le flanc droit, la Suisse fut bien loin de convaincre. Avec un Granit Xhaka qui n'a toujours pas fait les bons choix et un Xherdan Shaqiri peu en réussite, le jeu offensif proposé fut proche du néant malgré la résolution évidente affichée par les joueurs.

Un but et une ouverture en or pour Seferovic

On ne sait pas quel discours a bien pu tenir Vladimir Petkovic à la pause. Mais son équipe a montré un tout autre visage avec un Xhaka et un Shaqiri qui sont montés en puissance pour démontrer, une fois de plus, qu'ils étaient bien les "tauliers". Après une frappe de Steven Zuber à la 51e - la première cadrée pour les Suisses -, Xhaka délivrait un centre parfait pour la tête de Seferovic. Si décevant à Bruxelles, l'attaquant du Benfica logeait le cuir sous la transversale pour sa quatorzième réussite en sélection. Ni la plus belle et ni la plus marquante mais une réussite qui vaut tout de même son petit pesant d'or.

Un quart d'heure plus tard, le Lucernois était à l'origine du 2-0. Il basculait le jeu pour Zuber dont la remise prolongée par Shaqiri permettait à Michael Lang de marquer dans le but pratiquement vide. On croyait que la messe était dite. Mais c'était sans compter sur la furia islandaise dans les dix dernières minutes. Lors de ce final bien tendu,Yvon Mvogo a pu démontrer qu'il avait vraiment l'étoffe d'un grand gardien. Sa "malchance" demeure toutefois d'occuper un poste où la concurrence est véritablement féroce.

 

(KEYSTONE-ATS / PHOTO : ENNIO LEANZA)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hockey

Genève s'impose en leader, Lausanne broie du noir

Publié

le

Deniss Smirnovs inscrit le 4-2 pour Genève face à Fribourg (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Genève est un leader légitime en National League. Les Aigles ont dominé Fribourg 5-2 aux Vernets, alors que Lausanne a subi un troisième revers de rang, 3-0 à Berne.

Très bon match proposé par les deux équipes dans ce premier derby de la saison. Les Fribourgeois sont certainement sortis de la glace avec le sentiment d'avoir été lésés par les arbitres, mais au final Genève a été un peu plus percutant que Fribourg.

L'ire de Christian Dubé et de ses hommes trouve son origine à la 42e minute lorsque Noah Rod a inscrit le 3-2 décisif. Ce qui a rendu fou le banc des Dragons, c'est la présumée position de hors-jeu d'un attaquant genevois sur l'action. Les arbitres ont passé du temps à analyser cette séquence et n'ont pas eu la certitude pour renverser leur idée de base. Sur les ralentis, on a l'impression de voir du blanc entre le patin et la ligne bleue, mais la qualité des images demeure toujours problématique dans ce genre de situation.

Les Dragons auraient toutefois pu revenir dans la partie puisqu'à la 45e, Josh Jooris a été renvoyé au vestiaire pour un coup de genou selon les directeurs de jeu. Fribourg n'a malheureusement rien fait de cette période de supériorité. Galvanisés d'avoir tenu le score, les Aigles ont pu battre à deux reprises Reto Berra par Smirnovs et Winnik. Une bonne préparation avant le derby lémanique.

Lausanne creuse encore

Lausanne continue pour sa part de proposer un spectacle difficile à regarder pour ses supporters. Après avoir subi la loi de Zurich et Rapperswil à la maison, les Lions ont été battus par Berne dans la capitale.

Les hommes de John Fust ont d'emblée senti que cette soirée ne serait pas favorable à leurs desseins. Après trois minutes, Sceviour a trouvé la faille pour ouvrir le score. Titularisé aux buts, Viktor Östlund n'a eu aucune chance sur le tir. A la 15e, c'est Scherwey qui a doublé la mise en contournant la cage. Les Ours se sont mis à l'abri d'un éventuel retour lausannois à la 29e grâce à Vermin, un ancien de la maison lausannoise.

Incapables de marquer pendant sept tiers, les Vaudois traversent une passe très compliquée. John Fust pourra compter sur le retour de suspension de Salomäki samedi soir contre Genève, mais il faudra davantage que la présence du Finlandais pour inverser la tendance actuelle. Si le LHC ne met pas d'émotions dans son jeu, cela risque bien de sentir le roussi pour l'entraîneur canado-suisse.

Bienne ou la presque remontada

Ajoie est cette fois tombé sur un adversaire plus coriace que lors des deux derniers matches à domicile. Face aux Zurich Lions, les Jurassiens ont dû s'avouer vaincus 4-0. Point de retour magnifique cette fois à Porrentruy, les Ajoulots se sont cassé les dents sur le gardien Hrubec et face à des Lions qui n'ont pas pris cette rencontre en dilettante. Les joueurs de Rikard Grönborg ont fait la différence lors du troisième tiers en marquant à trois reprises.

Bienne et Rapperswil ont offert un spectacle haletant au public saint-gallois. Les Lakers l'ont finalement emporté 6-5, mais les Seelandais ne sont pas passés loin d'une incroyable remontada. Menés 5-1 à la 37e, les Biennois ont changé de visage pour revenir sur les talons de Rappi (5-4 à la 47e) grâce à un power-play efficace. Mais les joueurs de Stefan Hedlund ont repris deux longueurs d'avance à la faveur du troisième but de l'intenable Nicklas Jensen. Le deuxième but de Yannick Rathgeb quelques secondes après ne suffisant pas.

Comme Lausanne, Lugano ne va pas bien. Et la victoire dans le derby tessinois mardi n'a rien changé. Menant pourtant rapidement 2-0 grâce à un doublé de Thürkauf, les Bianconeri se sont finalement inclinés 5-4 à domicile contre Kloten. Autant dire que là aussi, la place de Chris McSorley vacille.

Dans le dernier match de la soirée, Davos a fait le nécessaire pour dominer Langnau 3-1.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Neymar se défend après avoir affiché son soutien à Bolsonaro

Publié

le

Neymar s'est exprimé sur Twitter après avoir exprimé son soutien à Bolsonaro (© KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHE PETIT TESSON)

Neymar s'est défendu face aux critiques visant son soutien public au président sortant Jair Bolsonaro, à quelques jours d'une élection ultra-polarisée au Brésil.

L'attaquant-vedette de la Seleçao s'est exprimé dans un tweet publié vendredi. "On parle de démocratie et d'un tas de choses, mais quand quelqu'un a une opinion différente il est attaqué par ces mêmes personnes qui parlent de démocratie. Va comprendre", a tweeté le joueur du Paris St-Germain.

Dans une vidéo publiée jeudi sur Tik-Tok, Neymar avait mimé en souriant une chanson appelant à voter pour le président brésilien, candidat à sa réélection dans un scrutin dont le premier tour se déroule dimanche. Avec ses huit millions d'abonnés sur TikTok et près de 180 millions sur Instagram, il est un soutien de poids pour le chef de l'Etat sortant distancé dans les sondages par l'ex-président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva.

Jair Bolsonaro a rapidement tweeté la vidéo de Neymar, en ajoutant comme commentaire "Merci, @neymarjr!".

Critiques

Ce soutien public de Neymar a entraîné de très nombreuses réactions sur les réseaux sociaux et dans la presse brésilienne. Parmi les critiques se trouve l'ancien international brésilien Walter Casagrande, qui a jugé dans une de ses chroniques pour le média brésilien UOL Esporte que Neymar avait "montré toute son incohérence, son aliénation, et son manque de conscience sociale".

L'ancien attaquant des Corinthians de Sao Paulo note que malgré son soutien affiché envers son coéquipier Richarlison, récemment victime d'un acte raciste au Parc des Princes, "Neymar soutient le candidat avec le plus de préjugés de l'histoire politique brésilienne, qui a déjà eu des propos homophobes, machistes et manifestement racistes".

En réponse à cette chronique, Neymar a répondu par un "like" d'un tweet se moquant de Casagrande.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Inquiétude pour Tua Tagovailoa, hospitalisé après un plaquage

Publié

le

Tua Tagovailoa a été hospitalisé jeudi (© KEYSTONE/AP/Jeff Dean)

Star des Dolphins de Miami, Tua Tagovailoa a été hospitalisé jeudi, quatre jours après avoir passé un protocole commotion cérébrale lors d'une autre rencontre.

Touché à la nuque et à la tête lors d'un match de NFL à Cincinnati, le quarterback "est conscient et peut bouger ses membres jusqu'à leurs extrémités", a déclaré la franchise de Miami dans un tweet se voulant quelque peu rassurant.

Peu avant la pause, Tagovailoa a été "saqué" (plaqué) au niveau des jambes par un défenseur des Cincinnati Bengals. L'action a paru plutôt anodine, mais le QB des Dolphins a mal chuté sur ses cervicales, sa nuque et l'arrière de son crâne. L'image est apparue bien plus impressionnante au ralenti, en voyant soudainement ses doigts des deux mains se raidir de façon incontrôlée.

Le corps médical de son équipe est vite allé s'occuper de lui, une minerve a été posée et il a été évacué sur une civière.

Critiques

Cette blessure survient quatre jours après une autre subie contre les Buffalo Bills, quand un défenseur des Bills l'a plaqué, sa tête cognant violemment le sol. Tagovailoa s'était immédiatement levé mais n'avait pu marcher seul et s'était de nouveau effondré. Entré au vestiaire au deuxième quart-temps, il est revenu après la pause finir la rencontre après avoir passé sans encombre le protocole commotion cérébrale imposé dans ce type de situation.

Tagovailoa s'est alors montré décisif dans la victoire des Dolphins contre les Bills (21-19). Des critiques ont néanmoins plu sur la décision de l'équipe floridienne de le faire reprendre la partie après cette action dangereuse, bien que la franchise, par la voix de son entraîneur Mike McDaniel, a évoqué "une blessure au bas du dos" et non à la tête.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

La Suisse en finale A, un duel avec la Belgique pour les JO

Publié

le

Martin Fuchs et les cavaliers suisses qualifiés pour la finale A du Prix des Nations (© KEYSTONE/DPA/UWE ANSPACH)

La Suisse a terminé 6e et s'est qualifiée pour la finale A de la Coupe des nations à Barcelone. Elle reste ainsi en lice pour une place aux Jeux olympiques.

Sur les 14 nations engagées, huit en le droit de participer à la finale A. Avec huit points, la Suisse s'est classée 6e. Et parmi les concurrents pour le ticket olympique, seule la Belgique a également réussi à se qualifier pour dimanche. Les scores seront remis à zéro et celui qui obtiendra le meilleur classement entre la Suisse et la Belgique décrochera son billet pour les JO de 2024 à Paris.

Edouard Schmitz (Quno), qui participait pour la première fois à la finale, a commis une faute, tandis que Pius Schwizer (Vancouver de Lanlore) a réalisé un sans-faute. Niklaus Rutschi (Cardano) et ses neuf points ont été biffés, alors que Martin Fuchs (Conner Jei) a commis une faute sur le dernier saut.

"Nous avons maintenant atteint notre objectif premier, qui était de nous qualifier pour la finale A, a déclaré le chef d'équipe Michel Sorg. Je suis très satisfait de mes cavaliers et maintenant nous regardons vers l'avant. Pour des raisons tactiques, nous avons ménagé Steve Guerdat avec Venard de Cerisy lors de ce tour, il va remplacer Niklaus Rutschi."

La Suisse avait manqué sa première chance d'obtenir une place pour les Jeux de Paris lors des championnats du monde de Herning en août. L'Irlande, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la Suède et les Pays-Bas y ont obtenu leur billet. La France est également pré-qualifiée en tant qu'organisateur.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Pas de vaccination obligatoire pour les visiteurs au Qatar

Publié

le

Pas besoin de vaccination antiCovid pour entrer au Qatar pendant la Coupe du monde. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La vaccination contre le Covid-19 ne sera pas obligatoire pour les spectateurs de la Coupe du monde 2022 au Qatar.

Ils devront toutefois présenter un test négatif pour se rendre dans le pays, ont annoncé jeudi le gouvernement et le Comité suprême d'organisation.

"Les personnes arrivant au Qatar ne sont pas tenues d'effectuer une quarantaine, quel que soit leur statut vaccinal ou leur pays d'origine", précisent les organisateurs.

Au comptoir d'enregistrement de son aéroport de départ, tout visiteur âgé de six ans et plus devra par contre présenter un résultat négatif de moins de 48h avant l'heure de départ pour un test PCR et de moins de 24h pour un test antigénique.

Il ne sera pas nécessaire d'effectuer un nouveau test à l'arrivée.

Le port du masque sera obligatoire pour tous dans les transports publics et dans les établissements de santé.

Toute personne testée positive pendant le tournoi devra s'isoler pendant 5 jours puis porter un masque pendant 5 jours.

Les visiteurs de plus de 18 ans devront également télécharger l'application de traçage Ehteraz, requise pour pénétrer dans les lieux publics fermés.

Des informations supplémentaires sur l'utilisation d'Ehteraz pendant le tournoi, notamment dans les stades, "seront communiquées en temps voulu", ont indiqué les organisateurs à l'AFP.

Ils précisent également que "les soins de santé d'urgence seront fournis gratuitement dans les hôpitaux publics pour les titulaires de la carte Hayya", qui fait office de visa pour le Qatar et de billet de match.

L'ensemble des hôpitaux, centres médicaux, cliniques et pharmacies privés ou publics du pays seront ouverts aux visiteurs.

Le tournoi aura lieu du 20 novembre au 18 décembre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Pour beaucoup, crise relationnelle au sein de la famille. Faire preuve de fermeté sera utile pour remettre de l’ordre dans tout ce chaos !

Les Sujets à la Une

X