Rejoignez-nous

Sport

Football : la Suisse tient l’Espagne en échec

Publié

,

le

La Suisse a fait le plein de confiance. A Villarreal, la formation de Vladimir Petkovic a tenu en échec l’Espagne (1-1) lors de son grand oral avant la Coupe du monde en Russie.

L’égalisation de la 62e minute, qui porte la griffe de ses deux latéraux, a symbolisé le visage d’une équipe généreuse dans l’effort et solidaire comme jamais. Même si l’Espagne n’a pas évolué dans le registre étincelant qui lui avait permis de battre l’Argentine 6-1 en mars dernier, la Suisse mérite bien des éloges. Elle n’a pas refusé le jeu et elle a pu compter sur des individualités qui font la différence. A commencer bien sûr par les deux « complices » Stephan Lichtsteiner et Ricardo Rodriguez. Mais aussi sur un Yann Sommer auteur de plusieurs parades décisives et qui tient peut-être son match référence, et sur un Denis Zakaria sur la lancée du barrage aller de Dublin. Le Genevois ne mériterait vraiment pas de se retrouver sur le banc le 17 juin contre le Brésil à Rostov-sur-le-Don, même si c’est le sort le plus probable qui l’attend.

Pas à la fête

Sans Granit Xhaka, ménagé bien évidemment, et sans Johan Djourou auquel Vladimir Petkovic avait préféré Manuel Akanji pour donner un premier signal fort dans cette phase de préparation, la Suisse aura tenu le choc presque jusqu’à la demi-heure face à la Roja. Elle s’inclinait toutefois sur une volée du latéral de la Real Sociedad Alvaro Odriozola qui avait été servi par David Silva. L’ailier de Manchester City fut dans tous les bons coups sur le flanc gauche, face un Stephan Lichtsteiner qui aura manqué de résolution sur cette action décisive. Comme il en avait manqué à la 2e minute sur la première occasion des Espagnols qui fut annihilée à la fois par Denis Zakaria et par Yann Sommer.

Comme on pouvait l’imaginer, la Suisse n’était pas à la fête face à un adversaire qui n’a plus perdu une seule rencontre depuis deux ans. Elle avait toutefois le mérite de s’efforcer de sortir proprement le ballon face au pressing adverse. Mais très vite, un constat s’est imposé: il n’y avait rien à faire face à la virtuosité d’un David Silva, d’un Andres Iniesta et d’un Thiago Alcantara.

Un capitaine qui sonne la charge

Vulnérable sur le plan défensif, Stephan Lichtsteiner a eu l’immense mérite d’être à l’origine des – rares – offensives suisses avant le repos. Il offrait, ainsi, à la 24e minute une possibilité pour Blerim Dzemaili d’armer une volée. Juste après l’ouverture du score, le capitaine était cette fois lancé dans la profondeur par Xherdan Shaqiri sans que son centre au cordeau ne trouve preneur. Le butin était bien maigre. Mais pouvait-on espérer davantage avec un Haris Seferovic, un Dzemaili et un Steven Zuber un brin dépassés devant la qualité de l’opposition à laquelle ils devaient faire face ?

Ce n’est donc pas le fruit du hasard si Vladimir Petkovic lançait à la reprise Josip Drmic pour Seferovic et Breel Embolo pour Dzemaili, demandant par ailleurs à Shaqiri de jouer désormais dans l’axe. Le sélectionneur avait également introduit Djourou pour Schär, comme pour signifier qu’il n’avait pas encore arrêté son choix quant à la composition de sa charnière centrale pour la Russie.

Avec les changements qui se sont succédé non seulement à la pause mais aussi très rapidement en seconde période (avec notamment la sortie d’Iniesta à la 55e minute), le match épousait un scénario parfois étrange dû à la fois à son caractère amical et à la proximité de la Coupe du monde. Ainsi, la Suisse avait le bonheur d’égaliser à la 62e minute sans s’être vraiment ménagé une véritable occasion franche. Ricardo Rodriguez devait témoigner ainsi d’un très bel opportunisme pour exploiter une faute de main de David De Gea sur une frappe de Lichtsteiner. Encore une fois, le capitaine aux 99 sélections avait sonné la charge. Remplacé par Michael Lang juste après ce but, il pouvait regagner le banc avec le sentiment du devoir accompli.

 

(ATS / KEYSTONE – AP – ALBERTO SAIZ)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Tennis : Un Federer très moyen s’en sort

Publié

le

Roger Federer a longtemps fait la moue face à Radu Albot samedi. (©KEYSTONE/AP/LYNNE SLADKY)

Roger Federer n’a pas connu la plus calme des entrées en matière lors des Masters 1000 de Miami samedi. Au 2e tour, le Bâlois a eu besoin de trois sets pour écarter Radu Albot (ATP 46) 4-6 7-5 6-3.

Au prochain tour, Federer défiera Filip Krajinovic (ATP 103), lequel a battu 5-7 6-2 7-6 (7/5) Stan Wawrinka plus tôt dans la journée. On a donc échappé à un derby suisse en Floride, mais cela aurait pu être pire, si Federer n’avait pas rectifié le tir après un mauvais premier set.

Six jours après avoir été battu par Dominic Thiem en finale à Indian Wells, le numéro 5 mondial a été breaké d’entrée par Albot, qu’il rencontrait pour la première fois. Une bien mauvaise manière de lancer la partie, avec – déjà – trop d’erreurs directes. D’autant plus que, dans l’enchaînement, Federer a manqué quatre balles de débreak. Suffisant pour laisser la première manche à son adversaire du jour.

Le Moldave de 29 ans, qui vient de faire son entrée dans le top 50, a longtemps continué à contrarier l’homme aux 20 titres de Grand Chelem. Dans une seconde manche accrochée d’abord, où le Suisse a même dû sauver une balle de break à 3-3. Avant de s’adjuger le set sur sa première occasion à 6-5. Et puis la manche décisive n’a pas été plus évidente pour Federer, avec une nouvelle balle de break effacée (à nouveau à 3-3). La différence s’est finalement faite à 4-3, avec un jeu de retour agressif et bien mené.

Pas forcément en jambes, Federer aura alterné le moyen et le mauvais pour cette entrée en lice. Il lui faudra être plus juste dès le prochain tour.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Sport

Hockey sur glace : Lausanne en demi-finale !

Publié

le

Sous pression avant un septième acte décisif, les Lions n’ont laissé aucune miette aux Langnau Tigers, samedi, à Malley 2.0.. Place maintenant aux premières demi-finales de l’histoire du LHC dans l’élite.

Une démonstration et le Lausanne HC atteint pour la première fois les demi-finales des playoff de National League. A l’occasion du septième acte décisif l’opposant aux Langnau Tigers, la formation lémanique n’a fait qu’une bouchée de son adversaire samedi soir à Malley 2.0. Victoire 8 à 1, la plus large décrochée cette saison.

Le LHC a montré plusieurs signes de fébrilité durant cette série, notamment lors des cinquième et sixième acte. Il a donc plus que répondu présent devant son public hier. Ecoutez l’auteur du huitième but lausannois Benjamin Antonietti :

Benjamin Antonietti
Attaquant du LHC
Benjamin Antonietti Attaquant du LHC

A noter encore la sortie sur blessure du Top Scorer vaudois Dustin Jeffrey, vraisemblablement touché aux adducteurs en début de tiers médian.

Lausanne défiera donc l’EV Zoug en demi-finale , premier acte mardi en terres zougoises. L’autre série de ce dernier carré mettra aux prises le CP Berne et le HC Bienne.

 

Les highlights du match

Continuer la lecture

Sport

Hockey sur glace : Lausanne devra passer par un acte VII

Publié

le

Il avait tout pour l’éviter, il devra finalement la jouer. Samedi soir, le LHC disputera une manche décisive pour atteindre les premières demi-finales de playoff de son histoire. Deux chances sont déjà passées sous le nez des Lausannois.

Le match de tous les dangers attend le Lausanne HC. Battu jeudi soir à Langnau, le club vaudois devra passer par un septième match décisif, samedi, pour tenter d’obtenir son ticket pour les demi-finales des playoff. Défaite 4-2 à la patinoire de l’Ilfis jeudi.

Le moral a d’entrée été mis à rude épreuve pour le LHC puisque les Tigers ont trouvé la marque après 42 secondes de jeu, une réussite entachée d’une erreur d’arbitrage puisque le buteur DiDomenico a fait trembler les filets à l’aide de son patin. Menés 2-0, les Vaudois n’ont pu faire mieux que réduire l’écart à deux reprises malgré de nombreuses occasions franches.

Joël Vermin, attaquant des Lions :

Joël Vermin
LHC
Joël Vermin LHC

Le septième et dernier match de la série opposant Lausanne à Langnau, c’est samedi soir à Malley 2.0 à 20h.

Continuer la lecture

Sport

Hockey sur glace : comme une impression de déjà-vu…

Publié

le

Le scénario se répète pour Lausanne. Ecrasés mardi à domicile par Langnau, les Rouges et Blancs ont dû croire à un mauvais rêve après avoir regagné les vestiaires : ils s’étaient inclinés sur un score identique lorsqu’ils avaient accueilli les Tigers le 9 mars.

Un but, puis plus rien. Le Lausanne Hockey Club a vécu un véritable calvaire mardi soir lors de l’acte 5 des quarts de finale des playoffs l’opposant à Langnau. Défaite cinglante des Lions sur le score de 5 à 1 à Malley 2.0.

Ce sont pourtant eux qui ont ouvert la marque, comme lors du premier affrontement entre les deux équipes dans cette série. Un goal de Jeffrey a précédé une véritable débâcle collective. Joël Genazzi, défenseur lausannois :

Joël Genazzi
Défenseur du LHC
Joël Genazzi Défenseur du LHC

Lausanne manque donc une première occasion de se qualifier pour les demi-finales des playoff. Le sixième acte se disputera jeudi soir à la patinoire de l’Ilfis à Langnau.

Genève-Servette s’est pour sa part incliné à la PostFinance Arena pour la première fois en trois rencontres dans l’antre du CP Berne, non sans avoir une nouvelle fois durement bataillé. Revers concédé 4-3 en prolongations par les joueurs de Chris McSorley, ils sont désormais menés 3 à 2.

Enfin Bienne est la deuxième équipe à obtenir son ticket pour le dernier carré des playoff après Zoug. Une victoire 2 buts à 1 contre Ambri-Piotta a en effet permis aux Seelandais de remporter leur série 4 à 1.

Continuer la lecture

Sport

Tennis : pas de 101e titre pour Federer à Indian Wells

Publié

le

Roger Federer: une défaite rageante à Indian Wells. (©KEYSTONE/AP/MARK J. TERRILL)

Les finales à Indian Wells se suivent et malheureusement se ressemblent pour Roger Federer. Comme en 2018, le Bâlois a laissé filer un titre qui lui tendait les bras.

Comme l’année dernière lorsqu’il avait galvaudé trois balles de match devant Juan Martin del Potro, Roger Federer n’est pas parvenu à porter l’estocade devant Dominic Thiem. Battu 3-6 6-3 7-5 par l’Autrichien qui cueille son premier titre dans un Masters 1000, le Bâlois gardera encore longtemps dans sa tête le film du huitième jeu du troisième set. A 4-3 0-30, il ratait presque un penalty en coup droit qui lui aurait procuré trois balles de break consécutives. Il en a tout de même joué une dans ce jeu curcial, mais sans pouvoir conclure pour servir au final à 5-3 pour le gain du match.

A 5-5 après être passé à deux points de la victoire à 5-4 30-30, Roger Federer creusait sa propre tombe avec une amortie bien prétentieuse à 30-30 qui a permis à Dominic Thiem de se procurer à son tour une balle de break. Plus incisif en fond de court sur ces ultimes instants de la partie, l’Autrichien la gagnait avant d’enlever à 15 son dernier jeu de service. Après un début d’année bien médiocre, le Viennois a signé en Californie l’un des plus beaux exploits de sa carrière. Il le réalise alors qu’il bénéficie depuis peu du concours du double Champion olympique d’Athènes Nicolas Massu. Le Chilien lui a apporté peut-être cette grinta qui lui manquait encore.

Même s’il s’incline en finale devant un joueur qui a livré un grand match, Roger Federer peut nourrir bien des regrets. Il lui a manqué le relâchement nécessaire dans le « money time » pour enlever une sixième couronne en Californie. Mais il quitte Indian Wells avec la conviction qu’il demeure à 37 ans et demi parfaitement dans le coup alors que ce premier Masters 1000 de l’année a été marqué par le forfait de Rafael Nadal en demi-finale en raison d’une douleur au genou et par les errements de Novak Djokovic, battu sans gloire 6-4 6-4 au troisième tour par Philipp Kohlschreiber. Le leader du moment du « Big Three », c’est bien lui !

KEYSTONE-ATS

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Taureau

Echanges tendus et il se peut qu’une dispute éclate. Quelles qu’en soient les conséquences, vous ne retiendrez pas vos critiques !

Publicité

Les Sujets à la Une

X