Rejoignez-nous

Sport

Football : la Suisse tient l’Espagne en échec

Publié

,

le

La Suisse a fait le plein de confiance. A Villarreal, la formation de Vladimir Petkovic a tenu en échec l’Espagne (1-1) lors de son grand oral avant la Coupe du monde en Russie.

L’égalisation de la 62e minute, qui porte la griffe de ses deux latéraux, a symbolisé le visage d’une équipe généreuse dans l’effort et solidaire comme jamais. Même si l’Espagne n’a pas évolué dans le registre étincelant qui lui avait permis de battre l’Argentine 6-1 en mars dernier, la Suisse mérite bien des éloges. Elle n’a pas refusé le jeu et elle a pu compter sur des individualités qui font la différence. A commencer bien sûr par les deux « complices » Stephan Lichtsteiner et Ricardo Rodriguez. Mais aussi sur un Yann Sommer auteur de plusieurs parades décisives et qui tient peut-être son match référence, et sur un Denis Zakaria sur la lancée du barrage aller de Dublin. Le Genevois ne mériterait vraiment pas de se retrouver sur le banc le 17 juin contre le Brésil à Rostov-sur-le-Don, même si c’est le sort le plus probable qui l’attend.

Pas à la fête

Sans Granit Xhaka, ménagé bien évidemment, et sans Johan Djourou auquel Vladimir Petkovic avait préféré Manuel Akanji pour donner un premier signal fort dans cette phase de préparation, la Suisse aura tenu le choc presque jusqu’à la demi-heure face à la Roja. Elle s’inclinait toutefois sur une volée du latéral de la Real Sociedad Alvaro Odriozola qui avait été servi par David Silva. L’ailier de Manchester City fut dans tous les bons coups sur le flanc gauche, face un Stephan Lichtsteiner qui aura manqué de résolution sur cette action décisive. Comme il en avait manqué à la 2e minute sur la première occasion des Espagnols qui fut annihilée à la fois par Denis Zakaria et par Yann Sommer.

Comme on pouvait l’imaginer, la Suisse n’était pas à la fête face à un adversaire qui n’a plus perdu une seule rencontre depuis deux ans. Elle avait toutefois le mérite de s’efforcer de sortir proprement le ballon face au pressing adverse. Mais très vite, un constat s’est imposé: il n’y avait rien à faire face à la virtuosité d’un David Silva, d’un Andres Iniesta et d’un Thiago Alcantara.

Un capitaine qui sonne la charge

Vulnérable sur le plan défensif, Stephan Lichtsteiner a eu l’immense mérite d’être à l’origine des – rares – offensives suisses avant le repos. Il offrait, ainsi, à la 24e minute une possibilité pour Blerim Dzemaili d’armer une volée. Juste après l’ouverture du score, le capitaine était cette fois lancé dans la profondeur par Xherdan Shaqiri sans que son centre au cordeau ne trouve preneur. Le butin était bien maigre. Mais pouvait-on espérer davantage avec un Haris Seferovic, un Dzemaili et un Steven Zuber un brin dépassés devant la qualité de l’opposition à laquelle ils devaient faire face ?

Ce n’est donc pas le fruit du hasard si Vladimir Petkovic lançait à la reprise Josip Drmic pour Seferovic et Breel Embolo pour Dzemaili, demandant par ailleurs à Shaqiri de jouer désormais dans l’axe. Le sélectionneur avait également introduit Djourou pour Schär, comme pour signifier qu’il n’avait pas encore arrêté son choix quant à la composition de sa charnière centrale pour la Russie.

Avec les changements qui se sont succédé non seulement à la pause mais aussi très rapidement en seconde période (avec notamment la sortie d’Iniesta à la 55e minute), le match épousait un scénario parfois étrange dû à la fois à son caractère amical et à la proximité de la Coupe du monde. Ainsi, la Suisse avait le bonheur d’égaliser à la 62e minute sans s’être vraiment ménagé une véritable occasion franche. Ricardo Rodriguez devait témoigner ainsi d’un très bel opportunisme pour exploiter une faute de main de David De Gea sur une frappe de Lichtsteiner. Encore une fois, le capitaine aux 99 sélections avait sonné la charge. Remplacé par Michael Lang juste après ce but, il pouvait regagner le banc avec le sentiment du devoir accompli.

 

(ATS / KEYSTONE – AP – ALBERTO SAIZ)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Tennis : Wawrinka s’en sort in extremis face à Seppi

Publié

le

Stan Wawrinka a difficilement battu Andreas Seppi en 5 sets. (AP/Andy Brownbill)

Stan Wawrinka (no 15) revient de nulle part ! Le Vaudois s’est qualifié pour les seizièmes de finale de l’Open d’Australie après un succès acquis en 3h38′ devant Andreas Seppi (ATP 85).

Cette victoire 4-6 7-5 6-3 3-6 6-4 tient presque du miracle. Andreas Seppi a, en effet, servi à 6-4 5-4 pour mener deux sets à rien. L’Italien a ensuite réussi le premier break du cinquième set à 3-3 dans le fatidique septième jeu. Mais il devait galvauder une balle de 5-3 sur son engagement avant de céder devant un Stan Wawrinka redevenu dans les dix dernières minutes de cette partie le « Stanimal » auquel rien ne résiste.

Le Vaudois voit donc pour la première fois depuis 2017 les seizièmes de finale à Melbourne. Samedi, il devra soigner ses retours de service face à John Isner (no 19), contre lequel il reste sur trois défaites. Mais face au géant américain, il conviendra en premier lieu qu’il retrouve tout son punch au service, qu’il soit capable comme lors de son premier tour face Damir Dzumhur de gagner le point en une ou deux frappes.

Face à Andreas Seppi, Stan Wawrinka avait choisi de jouer dans une filière longue. Il redoutait à juste titre les qualités de contreur du Transalpin. Au final, ce choix fut le bon, mais il s’en est vraiment fallu d’un rien pour que son Open d’Australie tourne au cauchemar.

Continuer la lecture

Sport

Tennis : Bencic se hisse en 16e à Melbourne

Publié

le

(EPA/LYNN BO BO)

Belinda Bencic (no 6) n’a pas failli. A la faveur d’une belle remontada au second set, la Saint-Galloise s’est qualifiée pour les seizièmes de finale de l’Open d’Australie.

Elle s’est imposée 7-5 7-5 devant la Championne de Roland-Garros 2017 Jelena Ostapenko (WTA 45) après avoir été menée 5-2 15-30. Fort heureusement, elle a su retrouver le relâchement nécessaire pour conclure en 1h42 ». « Ce fut un match féminin dans toute sa splendeur avec beaucoup de hauts et de bas et beaucoup de breaks, avoue-t-elle. Je n’ai jamais paniqué. Ce fut la clé. »

Souvent débordée par la puissance des coups de la protégée de Marion Bartoli et parfois en délicatesse avec son service – 8 doubles fautes -, Belinda Bencic est toujours portée par cette inspiration et cette malice qui lui permettent de s’en sortir le plus souvent. Et, également, par cette volonté de créer du jeu en permanence. « Même si face à une joueuse qui frappe aussi fort que Jelena, l’idée est de la contraindre à jouer le coup de trop », glisse-t-elle

Ce deuxième tour contre Jelena Ostapenko maîtrisé, Belinda Bencic est désormais parfaitement « lancée » dans cet Open d’Australie. Elle affrontera samedi encore une ressortissante balte en la personne de l’Estonienne Anett Kontaveit (no 28). Finaliste en 2017 des tournois de Gstaad et de Bienne, Anett Kontaveit aurait dû rencontrer l’été dernier Belinda Bencic au troisième tour de l’US Open. Malade, elle avait été contrainte de déclarer forfait. Samedi, elle devrait être d’attaque pour ce premier affrontement entre les deux jeunes femmes.

Malgré les mérites de l’Estonienne qui sort à 24 ans de la plus belle année de sa carrière avec notamment une demi-finale à Miami et une finale à Stuttgart, Belinda Bencic a toutes les cartes en main pour se hisser à nouveau en huitième de finale à Melbourne après une longue attente de quatre ans. En 2016, elle avait cédé devant Maria Sharapova qui allait être convaincue de dopage quelques jours plus tard…

Continuer la lecture

Sport

Tennis : Federer en démonstration à Melbourne

Publié

le

Roger Federer s'est facilement qualifié pour le 3e tour à Melbourne. (EPA/MICHAEL DODGE)

Tous les feux sont au vert pour Roger Federer (no 3) à Melbourne ! Le Bâlois joue un tennis de rêve, et son tableau s’ouvre joliment.

Roger Federer s’est imposé 6-1 6-4 6-1 après 1h32′ de match devant le Serbe Filip Krajinovic (ATP 41) pour accéder pour la… 21e fois en seizièmes de finale de l’Open d’Australie. Dès le deuxième point de la rencontre, l’homme aux 20 titres du Grand Chelem a touché au sublime, avec un passing merveilleux en revers le long de la ligne.

Malgré tout son talent, Filip Krajinovic a compris d’entrée de jeu qu’il ne pouvait strictement rien espérer sur la Rod Laver Arena dans une rencontre disputée de surcroît dans les conditions de l’indoor. Et pour enfoncer le clou, Roger Federer a sorti à 3-1 15-30 au deuxième set un passing – en coup droit croisé cette fois – qui a fait lever tout le stade. Le Maître est un aussi un magicien.

Vendredi, Roger Federer affrontera John Millman (ATP 47), cet Australien qui l’avait battu en 2018 à l’US Open sous une chaleur et une humidité extrêmes. « John Millman est un grand combattant. J’ai un immense respect pour ce genre de joueur », souligne-t-il. Victorieux du Français Ugo Humbert (ATP 43) et du Polonais Hubert Hurkacz (no 31) lors de ses deux premiers matches, l’Australien est vraiment un homme capable de renverser des montagnes, surtout lorsqu’il est poussé par le public comme c’est le cas à Melbourne.

Avec les éliminations de Denis Shapovalov (no 13), de Grigor Dimitrov (no 18) et de Hurkacz, Roger Federer peut se hisser en quart de finale sans rencontrer un seul joueur classé parmi les quarante premiers mondiaux. S’il s’impose contre Millman, il affrontera le vainqueur de la rencontre entre le Champion du Geneva Open 2018 Marton Fucsovics (ATP 67) et l’Américain Tommy Paul (ATP 80). A 38 ans passés, Roger Federer ne peut pas faire la fine bouche sur ce tableau qui s’apparente jusqu’à dimanche à un beau boulevard.

Continuer la lecture

Sport

Le Grand Conseil vaudois veut durcir le ton face aux hooligans

Publié

le

Le Grand Conseil vaudois souhaite un durcissement du ton à l’égard des hooligans. Il a massivement voté mardi une initiative à destination des Chambres fédérales et une résolution pour réprimer et dissuader les comportements violents lors de manifestations sportives.

Les députés ont souhaité aller de l’avant et ne pas rester passifs face à un phénomène inquiétant qui n’épargne pas le canton. « Les sanctions ne sont aujourd’hui pas dissuasives, car seules des peines pécuniaires sont possibles », a expliqué Nicolas Croci Torti (PLR).

Le dossier étant de compétence fédérale, le Parlement a donné son aval, par 96 voix contre 5 et 7 abstentions, à une initiative parlementaire. Celle-ci demande d’augmenter les peines prévues à l’article 292 du code pénal pour insoumission à l’autorité. Le Conseil d’Etat est prié d’exercer son droit d’initiative auprès de l’Assemblée fédérale.

Réserves

D’accord sur le principe, le député Raphaël Mahaim (Verts) a fait part de certaines réserves. A ses yeux, l’article 292 n’est pas la bonne cible, car il ne concerne pas seulement les manifestations sportives, mais aussi le droit du bail ou celui du travail. Une telle proposition risque d’être mal accueillie à Berne.

La résolution, pour sa part, réclame un renforcement des mesures prévues par le concordat intercantonal sur le hooliganisme. « Les patinoires sont de plus en plus sûres, le problème réside lors des déplacements des fans qui se retrouvent sur des aires de repos des autoroutes pour se battre, ou saccagent un bar que fréquentent les supporters adverses », a expliqué Nathalie Jaccard (Verts).

La conseillère d’Etat Béatrice Métraux a invité à soutenir tant l’initiative que la résolution. Elle entend faire passer le message lors des prochaines réunions de la Conférence des directrices et directeurs des départements cantonaux de justice et police (CCDJP).

Continuer la lecture

Sport

Tennis: Wawrinka passe en quatre sets le premier tour à Melbourne

Publié

le

Stan Wawrinka a battu Damir Dzumhur. (AP Photo/Andy Wong)

Stan Wawrinka a rejoint Roger Federer et Belinda Bencic parmi les qualifiés pour le deuxième tour de l’Open d’Australie. Le Vaudois a dû guerroyer durant 2h56′ pour passer l’épaule.

Tête de série no 15 du tableau, Stan Wawrinka s’est imposé 7-5 6-7 (4/7) 6-4 6-4 devant Damir Dzumhur (ATP 92), l’homme qui lui avait barré la route au Geneva Open au printemps dernier. Jeudi, son 32e de finale l’opposera au vainqueur de la rencontre entre le Serbe Miomir Kecmanovic (ATP 54) et l’Italien Andreas Seppi (ATP 85).

Le Vaudois a donc fêté son 200e match en Grand Chelem avec une victoire et une revanche. Il les doit en premier lieu à la qualité de son service. Auteur de 21 aces, il n’a concédé que deux balles de break au Bosnien sur ses 22 jeux de service. S’il témoigne de la même efficacité sur son engagement, il sera un homme qui sera vraiment très dur à battre à Melbourne. A condition toutefois de réduire sa marge d’erreur. Les 41 fautes directes commises lors de ce premier tour font un peu tache.

Stan Wawrinka aurait dû conclure en trois sets s’il avait pu totalement relâcher son bras à 7-5 4-3 15-40. Incapable de saisir sa chance lors de ce huitième jeu, il devait laisser filer cette deuxième manche au jeu décisif. Fort heureusement, il ne devait laisser aucune ouverture à son adversaire pour cueillir son 145e succès en Grand Chelem, presque 15 ans après son premier obtenu lors de l’édition 2005 de Roland-Garros face au double Champion olympique d’Athènes Nicolas Massu.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Capricorne

Vous adoucissez certains traits de votre caractère, pour montrer que vous pouvez vous intégrer… Grand moment de diplomatie…

Publicité

Les Sujets à la Une

X