Rejoignez-nous

Euro 2020

Angleterre-Allemagne affiche de rêve et match de la peur

Publié

,

le

Harry Kane (à gauche) et Jack Grealish seront des pions importants dans le camp anglais. (©KEYSTONE/EPA/Carl Recine / POOL)

Si Angleterre-Allemagne reste une affiche à part, leur choc en huitième de finale de l'Euro mardi (18h00) à Wembley est aussi un "match de la peur".

Pour les deux équipes, une élimination serait une contre-performance majeure.

Évoluant à domicile, devant plus de 40'000 supporters - moins de 2000 Allemands sont attendus, presque tous vivant en Angleterre, en raison des difficultés de déplacement liées au Covid -, les "Three Lions" ont sans conteste une pression supplémentaire.

Flatteur sur le plan comptable - sept points en trois matches et zéro but encaissé -, le bilan du premier tour reste très contrasté, avec notamment deux petits buts marqués par une attaque annoncée comme l'une des plus dangereuses du tournoi.

Mais entre un Harry Kane très discret, une animation offensive encore tâtonnante et des joueurs au temps compté, comme Jack Grealish, Jadon Sancho ou Marcus Rashford, l'impatience gagne le public anglais.

Si la fédération anglaise a clairement affirmé vouloir maintenir Gareth Southgate à son poste quelle que soit l'issue du match, une élimination, alors que les demies et la finale auront aussi lieu à Wembley, effacerait tout le crédit né de la demi-finale du Mondial 2018.

Des "agents doubles"

Dans ce contexte plus inquiet qu'enthousiaste, rien de tel qu'un duel contre le "meilleur ennemi" allemand pour remobiliser tout le monde. Chaque équipe a ses "agents doubles": Sancho et Jude Bellingham évoluent en Bundesliga, alors que Ilkay Gündogan, Kai Havertz, Timo Werner et Antonio Rüdiger jouent en Premier League, et que Jamal Musiala et Leroy Sane ont aussi une connaissance intime du football anglais.

L'historique des confrontations dans les grands tournois ne plaide pas en faveur des Anglais, malgré la finale du Mondial 1966 remportée dans le stade ancêtre du Wembley actuel.

"Nous, les joueurs, nous ne pensons pas vraiment beaucoup à l'histoire, ce qui compte pour nous c'est maintenant et ici", a balayé le milieu de terrain Jordan Henderson.

"On est concentrés sur le défi qui se présente, sur ce que l'Allemagne fait de bien, sur les secteurs que l'on peut exploiter, sur ce qu'on peut faire pour lui faire mal", a-t-il ajouté.

La perspective d'abréger la carrière de Joachim Löw comme sélectionneur n'est cependant pas pour leur déplaire. Après quinze ans de service, chaque match peut être le dernier pour Löw et une élimination en huitièmes serait une sortie peu glorieuse, après l'échec au premier tour au Mondial-2018.

Solidarité

Quadruple championne du monde et triple championne d'Europe, la Mannschaft est condamnée à viser haut. "Nous avons franchi une première étape, mais ce n'est pas encore ce que nous voulons", a déclaré le capitaine Manuel Neuer. "Nous voulons retourner jouer à Londres" pour les demi-finales et la finale.

L'ambition des joueurs tranche pourtant avec le pessimisme des commentaires. "Nous sommes passés, mais personne ne sait pourquoi!" raillait le quotidien à grand tirage Bild au lendemain de la qualification, arrachée contre la Hongrie à la 84e minute (2-2), alors que le site Sportbuzzer prédisait: "On n'ira pas loin comme ça".

Pour espérer viser plus loin, l'Allemagne va devoir résoudre des lacunes en défense, où le système à trois centraux s'est révélé peu hermétique, avec déjà cinq buts encaissés. Plusieurs anciennes gloires du foot allemand plaident aussi pour que les clés soient laissées aux joueurs du Bayern Munich, avec Joshua Kimmich en milieu récupérateur et Leon Goretzka en piston, au détriment d'Ilkay Gündogan ou Toni Kroos.

"Nous avons fait des erreurs, mais nous avons fait preuve de beaucoup de caractère, du point de vue de la mentalité, c'était formidable", s'était consolé Löw après la Hongrie, louant la solidarité et l'état d'esprit irréprochable de ses joueurs. Mais il faudra sans doute plus que cela pour faire dérailler une Angleterre qui espère éviter un énième rendez-vous raté avec l'histoire.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Euro 2020

L'Italie de retour au pays... et au sommet

Publié

le

Le capitaine italien Giorgio Chiellini et le sélectionneur Roberto Mancini de retour au pays avec la Coupe, à l'aéroport de Rome Fiumicino. (©KEYSTONE/EPA/TELENEWS)

Le souffle d'une nuit magique à peine retombé, l'Italie a célébré lundi le retour triomphal de sa "Nazionale" sacrée championne d'Europe contre l'Angleterre à Londres.

Cet Euro victorieux agit comme un pansement pour le pays après une période douloureuse.

"It's coming to Rome", comme l'a hurlé de plaisir le défenseur Leonardo Bonucci, celui qui a égalisé avant de transformer son tir au but dans une finale irrespirable au stade de Wembley (1-1 ap., 3-2 tab). Le héros italien a parodié l'inoxydable hymne pop des Anglais, "Football's coming home" ("Le football revient chez lui"), pour le plus grand bonheur des tifosi.

Et c'est son comparse Giorgio Chiellini, capitaine des Azzurri, qui a brandi le trophée dans la nuit londonienne, avant de le présenter à ses supporters à sa descente d'avion à Rome lundi à l'aube, coiffé d'une couronne face à la foule venue accueillir les vainqueurs.

Béquilles et acclamations

Leonardo Spinazzola, considéré comme le héros malheureux de cet Euro après sa grave blessure à un tendon d'Achille contre la Belgique en quarts de finale, a sauté les marches de l'avion d'Alitalia et a traversé le tarmac en s'appuyant sur ses béquilles, sous les acclamations des médias et du personnel de l'aéroport qui prenait des photos.

Les Azzurri se sont dirigés ensuite vers un hôtel pour se reposer, avant d'être reçus par le président italien Sergio Mattarella, 79 ans, qui s'était rendu à Londres pour les encourager. Le Premier ministre Mario Draghi était également présent pour un selfie avec l'équipe nationale.

"Renaissance"

A Wembley, avec des supporters à sa dévotion et un scénario favorable, l'Angleterre s'est vu trop belle et l'Italie en a profité. "On a entendu jour après jour, depuis le match contre le Danemark, que la Coupe reviendrait à Londres, à la maison. Désolé pour eux, mais en fait la Coupe va faire un joli voyage jusqu'à Rome. C'est pour tous les Italiens, partout dans le monde, pour eux, pour nous", a cinglé Bonucci.

De la Ville Eternelle jusqu'à Palerme, de Milan à Naples, les Italiens ont célébré dans la nuit le premier titre de la Nazionale depuis le Mondial 2006 dans un concert de klaxons et de cornes de brume et dans un nuage de fumigènes.

Retour en grâce

L'image de la sélection, quadruple championne du monde (1934, 1938, 1982 et 2006), avait été sérieusement écornée par son absence à la Coupe du monde 2018 en Russie, pour laquelle elle n'avait pas réussi à se qualifier. Mais le cauchemar est oublié et l'Italie du sélectionneur Roberto Mancini sera parmi les favorites du Mondial 2022 l'année prochaine au Qatar.

"C'est une renaissance pour le football italien", s'est ému Bonucci.

C'est aussi une formidable bouffée de bonheur pour un pays qui a enregistré plus de 128'000 morts depuis le début de la pandémie de Covid-19 il y a un an et demi.

Continuer la lecture

Euro 2020

Euro 2020: La Suisse veut confirmer

Publié

le

Shaqiri devra sortir le grand jeu face à l'Espagne. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT).

L'exploit signé face à la France en 8e de finale de l'Euro appartient déjà au passé.

L'équipe de Suisse doit faire fi des émotions engendrées par cette victoire retentissante pour aborder au mieux son quart de finale face à l'Espagne, vendredi à 18h à St-Pétersbourg.

La sélection de Vladimir Petkovic n'aurait peut-être pas pu rêver d'un meilleur écrin que le stade de l'ancienne Cité impériale pour exorciser un peu plus ses vieux démons. C'est là qu'elle avait subi la loi de la Suède (1-0, sur un but de Forsberg à la 66e) en 8e de finale de la Coupe du monde 2018.

L'équipe de Suisse était alors totalement passée au travers, subissant un cinquième échec consécutif à ce stade de la compétition dans un grand événement. Mais ce plafond de verre a été brisé lundi à Bucarest, où Yann Sommer a envoyé la Suisse au septième ciel en détournant le penalty de Kylian Mbappé.

"Nous devons poursuivre notre route"

Cet exploit ne doit pas rester sans lendemain. Vladimir Petkovic et ses joueurs doivent l'avoir savouré, mais doivent aussi l'avoir très vite rangé dans l'armoire à souvenirs. Car, il ne faut pas l'oublier, ils n'ont rien gagné en s'offrant le scalp des champions du monde, si ce n'est le coeur de nombreux nouveaux supporters.

"Nous savons que nous devons poursuivre notre route", pour offrir à la Suisse la première demi-finale de son histoire dans une Coupe du monde ou un Euro. "Toute l'euphorie qui règne dans le pays depuis la victoire contre la France ne vaudra rien si nous perdons le prochain match", glisse ainsi Remo Freuler.

Ne pas s'inspirer de Federer

La Suisse doit faire le plus dur: confirmer. Clin d'oeil du destin, ce quart de finale se dispute 20 ans jour pour jour après que Roger Federer avait battu le quadruple tenant du titre Pete Sampras en 8e de finale à Wimbledon. Et pour une fois, il s'agira de ne pas s'inspirer du plus grand tennisman de l'histoire.

Car le Bâlois, alors âgé de 19 ans et 11 mois, n'avait pas su gérer cet exploit. Il était sorti de sa bulle, répondant aux innombrables messages et sollicitations, et n'avait pas été capable d'enchaîner deux jours plus tard. Battu par Tim Henman en quart, il avait encore eu besoin de deux ans pour cueillir un premier titre majeur.

Des remplaçants au diapason

La troupe de Vladimir Petkovic doit tout faire pour ne pas avoir de regrets au terme de son Euro. Elle en a la maturité nécessaire. Les joueurs n'ont cessé de clamer qu'ils pouvaient réussir quelque chose de grand, qu'ils voulaient "écrire l'histoire" comme l'avait martelé Granit Xhaka après le 8e de finale face à la France lundi.

Le capitaine ne sera pas sur le terrain vendredi à St-Pétersbourg. C'est un coup dur. Mais il tiendra certainement son rôle de motivateur à merveille jusqu'au coup d'envoi. Son remplaçant, vraisemblablement Denis Zakaria, devra alors prendre le relais techniquement et tactiquement sur le terrain.

Vladimir Petkovic peut être serein. Ses choix ont été payants face à la France, les "jokers" ont su répondre présent sous la pression. "C'est un sport d'équipe. Celui qui remplacera Granit sera prêt à 100%", rappelle par ailleurs Remo Freuler, conscient qu'il aura lui-même de plus grandes responsabilités à prendre.

Shaqiri en détonateur

Mais s'il y a un homme qui devra sortir le grand jeu vendredi côté suisse, c'est Xherdan Shaqiri. Auteur d'un doublé crucial lors du match décisif de la phase de poule face à la Turquie, l'attaquant de Liverpool n'a pas eu le même impact en 8e de finale. A bout de souffle, il était sorti à la 73e minute, à 2-1 pour la France.

Promu capitaine en l'absence de Granit Xhaka, "XS" doit être le dépositaire du jeu offensif helvétique face à l'Espagne. Un jeu offensif qui a fini par faire plier la redoutable défense française, et qui devra trouver le moyen de percer une défense espagnole bien perméable en 8e de finale face à la Croatie (5-3 ap).

Le souvenir de Durban

Il s'agira aussi de se montrer solide et réaliste face à une Roja qui ne va pas se contenter d'attendre et qui a trouvé son rythme de croisière. Après des débuts hésitants (0-0 face à la Suède, 1-1 face à la Pologne), les hommes de l'entraîneur Luis Enrique ont marqué cinq buts tant face à la Slovaquie (5-0) que face à la Croatie.

"Nous nous attendons à affronter un adversaire qui attaque plus haut et qui se montre moins passif que les Français en première mi-temps", souligne à juste titre Christian Fassnacht.

Cette équipe d'Espagne est par ailleurs doublement prévenue. D'une part, elle a vu lundi ce dont cette Suisse-là était capable. D'autre part, son capitaine Sergio Busquets était déjà sur le terrain le 16 juin 2010 à Durban, où la Suisse avait battu les futurs champions du monde espagnols 1-0 sur une réussite de Gelson Fernandes.

Continuer la lecture

Euro 2020

Petkovic n'est pas encore satisfait

Publié

le

Vladimir Petkovic pas pleinement satisfait. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Avant le quart de l'Euro contre l'Espagne, Petkovic n'est pas apparu plus content que cela. "Je ne suis pas encore satisfait, a dit le coach. Nous réfléchissons à notre projet et voulons progresser."

St-Pétersbourg, Gazprom Arena. La dernière fois que Vladimir Petkovic est venu ici il y a trois ans, il a subi l'une des défaites les plus cuisantes de sa carrière. La Suisse y avait perdu les huitièmes de finale de la Coupe du monde contre la Suède. A un jour du quart de finale de l'Euro face à l'Espagne dans cette même enceinte, la déception est oubliée. Petkovic prétend en tous les cas que cette défaite ne l'affecte plus: "Ce match est terminé. Je ne me souviens même pas contre qui nous avons joué."

Mais retour au présent. Le Mister n'a pas répondu à la grande question concernant le remplacement du capitaine Granit Xhaka: "Nous sommes une équipe qui travaille bien ensemble. Quand il manque quelqu'un comme Xhaka, il est normal que tout le monde donne 10% de plus." La réponse est soit Denis Zakaria, soit Djibril Sow. Mais il est probable que c'est Zakaria qui jouera. "J'ai une idée, mais je veux la voir confirmée à l'entraînement, a lancé Petkovic. Je déciderai ensuite le jour du match."

Le jour du match, Petkovic ne se contentera pas de trancher cette question de remplaçant de Xhaka, il souhaite également mettre l'accent sur la préparation mentale: "Après la victoire contre la France, il était important d'être satisfait, de jubiler. Mais nous avons d'abord dû retrouver la force physique. Ce n'est que comme ça que le mental revient aussi. Le matin avant le match, nous allons travailler ici spécifiquement pour nous améliorer."

Face à l'Espagne, la Suisse doit montrer sur le terrain des vertus similaires à celles affichées quatre jours plus tôt face aux champions du monde. "Nous voulons jouer avec respect, mais avec beaucoup de confiance en nous, précise le sélectionneur. Nous devons défendre de manière préventive et courir davantage que l'adversaire." Pour Petkovic, il ne faut pas s'arrêter à cette seule grande victoire. "Pour le moment, je ne peux pas dire que je suis satisfait, conclut-il. Le plus important, c'est toujours le prochain adversaire, la prochaine étape. Nous pensons à notre projet et nous voulons progresser."

Continuer la lecture

Euro 2020

Prudence dans le camp espagnol avant le match contre la Suisse

Publié

le

Les Espagnols Ferran Torres (à droite) et Pedri espèrent répéter ce geste contre la Suisse. (© KEYSTONE/AP/Wolfgang Rattay)

L'Espagne aborde son quart de finale de l'Euro contre la Suisse avec prudence et respect. La Roja affiche néanmoins une confiance retrouvée grâce aux dix buts inscrits dans ses deux derniers matches.

Le bilan des confrontations entre les deux équipes incite à l'optimisme côté espagnol: 16 victoires pour la Seleccion, contre une seule pour la Suisse et cinq matches nuls. L'unique succès helvétique étant l'inoubliable 1-0 de Durban lors de la Coupe du monde 2010.

Onze années ont passé depuis. L'Espagne n'est plus ce rouleau-compresseur qui avait remporté successivement l'Euro 2008, le Mondial 2010 et l'Euro 2012. Elle se garde bien de tout excès de confiance avant ce quart de finale, ne cessant de louer les qualités de l'équipe de Suisse.

Un "match compliqué"

Les Espagnols avaient il est vrai souffert l'automne dernier lors de la double confrontation avec la Suisse dans le cadre de la Ligue des Nations, s'imposant 1-0 à Madrid avant de concéder le nul 1-1 à Bâle. "Ce furent des matchs vraiment très difficiles", se souvient Ferran Torres.

"Ils mettent beaucoup de pression et te rendent la tâche difficile", enchaîne l'ailier de Manchester City, auteur d'un but tant face à la Slovaquie que face à la Croatie. Le défenseur Cesar Azpilicueta prédit d'ailleurs un "match compliqué", vantant la force de caractère dont la Suisse a témoigné face à la France.

Pas de grande star

Les médias ibères parlent eux d'une équipe compacte et équilibrée "sans grande star", d'autant plus que la suspension de Granit Xhaka prive la Suisse de son maître à jouer. "Ce n'est pas une équipe qui sème la terreur à l'évocation des grands noms de ses joueurs. Mais elle n'a rien à perdre", écrit ainsi le journal Marca.

Malgré tout, le rôle du favori sera bien tenu par l'Espagne, même si elle-même n'aligne pas non plus de véritable star. La Seleccion a dû supporter les sifflets de ses propres fans dans ses deux premières sorties à Séville avant de se ressaisir lors de son dernier match de poule face à la Slovaquie.

Fraîcheur

Son entraîneur Luis Enrique a su effectuer les bons changements afin de mettre en œuvre avec succès sa tactique basée sur la possession du ballon. Il fait désormais confiance à Ferran Torres et Pablo Sarabia, deux ailiers apportant l'élan offensif qui avait fait défaut face à la Suède (0-0) et à la Pologne (1-1).

Tous deux buteurs lors du dernier match de poule comme en 8e de finale, Ferran Torres (Manchester City) et Pablo Sarabia (PSG) sortaient d'une saison difficile en club. Leur fraîcheur et leur énergie s'avèrent finalement des pièces essentielles du puzzle mis en place par Luis Enrique.

Continuer la lecture

Euro 2020

L'OMS appelle à un meilleur suivi des spectateurs de l'Euro

Publié

le

La sortie des spectateurs à Wembley pourrait poser problème... (© KEYSTONE/AP/Zac Goodwin)

Les villes-hôtes des derniers matches de l'Euro doivent assurer un meilleur suivi de la circulation des spectacteurs, y compris avant leur arrivée et après leur départ du stade.

C'est une recommandation de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) tombée jeudi.

"Nous avons besoin de regarder bien au-delà des stades eux-mêmes", a souligné lors d'un point-presse Catherine Smallwood, une responsable de la branche européenne de l'OMS, interrogée sur les recommandations face à la hausse des cas à Londres et Saint-Pétersbourg.

La capitale britannique doit accueillir les demi-finales et la finale du tournoi la semaine prochaine, la deuxième ville russe sera le théâtre vendredi du quart de finale entre la Suisse et l'Espagne.

Interrogé sur le risque que l'Euro ait joué ou joue le rôle de "supercontaminant", le directeur de l'OMS Europe Hans Kluge a répondu: "J'espère que non, mais je ne peux pas l'exclure".

Plusieurs centaines de cas ont été détectés chez des spectateurs de matches de l'Euro, notamment des Ecossais de retour de Londres, des Finlandais de retour de Saint-Pétersbourg ou des spectateurs dans le stade de Copenhague qui se sont avérés porteurs du variant plus contagieux "Delta".

"Ce que nous devons regarder autour des stades c'est comment les gens s'y rendent, est-ce qu'ils se déplacent dans des convois de bus bondés ou est ce qu'ils appliquent des mesures individuelles?", a souligné Mme Smallwood.

L'OMS Europe appelle aussi à mieux suivre ce que les spectateurs peuvent faire "quand ils quittent le stade, vont-ils dans des bars ou dans des pubs très fréquentés?", a-t-elle ajouté.

L'organisation onusienne a appelé à la vigilance sur tous les grands rassemblements de l'été en général, Euro de foot ou non.

"Ce que nous savons c'est que dans une situation de hausse des cas, des grands rassemblements peuvent jouer le rôle d'amplificateur en termes de transmission", a souligné Mme Smallwood.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X