Rejoignez-nous

Sport

Hockey sur glace : le LHC domine des Flyers un peu « légers »

Publié

,

le

Le Lausanne HC s'est imposé 4-3 face aux Philadelphia Flyers. (Photo : Lausannehc.ch)

Une victoire de prestige pour le LHC. En match amical et dans un style très “nord-américain”, le Lausanne Hockey club a battu les Philadelphia Flyers lundi soir à la Vaudoise aréna.

Victoire des Vaudois 4 à 3 face à une équipe de NHL, dont les stars ont joué “léger”. En face, les Lausannois ont inscrit 4 buts sur leurs 10 premiers tirs cadrés. Herren, Emmerton, Genazzi et Vermin ont ainsi permis au LHC de mener de 4 longueurs et de voir venir. Malgré un retour aux affaires des Flyers en fin de rencontre, la formation de Ville Peltonen a tenu bon. Elle s’offre ainsi sa toute première victoire dans sa nouvelle enceinte, 2 jours après la déroute vécue face à Davos en championnat.

La réaction de Christoph Bertschy, attaquant du LHC :

Christoph Bertschy
Attaquant, LHC
Christoph Bertschy Attaquant, LHC

Mais le public de Malley a eu peur en fin de rencontre. Philadelphie a clairement haussé le niveau de son jeu et mis le LHC en grande difficulté.

Joël Genazzi, défenseur lausannois :

Joël Genazzi
Défenseur, LHC
Joël Genazzi Défenseur, LHC

Notez que Lausanne devient la première équipe européenne à battre une franchise de NHL lors d’un match de pré-saison depuis 2011.

Après cette parenthèse “gala”, le retour au championnat ce sera mercredi pour le LHC. Il recevra Rapperswil à la Vaudoise aréna.

 

Le résumé de cette rencontre :

Lausanne HC 4-3 Philadelphia Flyers

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Ligue des champions: le LHC face à Plzen

Publié

le

Les Lausannois en découdront avec les Tchèques de Plzen (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Il n’y aura pas de duel suisse en 8e de finale de la Ligue des champions, dont les matches aller se joueront les 12/13 novembre et les matches retour les 19/20 novembre.

Lausanne en découdra avec les Tchèques de Plzen et Bienne avec les Allemands d’Augsbourg tandis que Berne et Zoug seront à l’heure nordique.

Le SCB affrontera les Suédois de Lulea, vainqueurs de la compétition en 2015. L’EVZ, lui, jouera contre les Finlandais de Tampere. Ce tirage au sort, effectué à Helsinki par l’ex-footballeur et ancien entraîneur du FC Zurich Sami Hyypiä, laisse entrevoir la possibilité d’un match Lausanne – Berne en quart de finale. Bienne figure dans la même moitié du tableau.

Seul Berne recevra au match aller, les trois autres représentants suisses ayant tous l’avantage de la glace pour le retour. La date précise des rencontres sera fixée la semaine prochaine.

Continuer la lecture

Sport

Tennis : Wawrinka élimine Lopez à Anvers

Publié

le

Stan Wawrinka n'avait plus rejoué depuis l'US Open (archives). (©KEYSTONE/FR171690 AP/SARAH STIER)

Stan Wawrinka (ATP 18) a réussi sa rentrée lors du Tournoi ATP d’Anvers. En huitièmes de finale, il a battu l’Espagnol Feliciano Lopez (ATP 62) 6-7 (4/7) 6-4 7-6 (7/4).

Wawrinka n’avait plus rejoué depuis sa défaite contre Medvedev en quarts de finale de l’US Open. Il a réussi une rentrée convaincante face à joueur qui reprenait la compétition lui aussi après une longue pause au sortir du tournoi américain.

Longtemps gêné par les services de l’Espagnol, le Vaudois a perdu le gain du tie-break au premier set. Mais dès le premier engagement de la deuxième manche, il a pris le service de son adversaire pour ne plus le lâcher, réussissant deux jeux blancs pour commencer. Dans le premier jeu du troisième set, il a disposé de trois balles de break mais Lopez est parvenu à les effacer. Finalement emmené dans un deuxième tie-break, Wawrinka a su saisir sa chance quand Loepz s’est fait l’auteur d’une double faute à 2-1 pour le Vaudois. Il s’est finalement imposé après 2h20 d’un match intense.

En quarts de finale, Wawrinka retouvera vendredi le Français Gilles Simon (ATP 47), vainqueur en deux sets de son compatriote Jo-Wilfried Tsonga. Le Vaudois mène 4-3 dans les face à face l’opposant au Français. Ce dernier a remporté la dernière rencontre entre les deux hommes à Shanghai en 2016.

Continuer la lecture

Sport

Hockey sur glace : le LHC poursuit l’aventure en Champions League

Publié

le

Dans la douleur, les joueurs de Malley ont battu Trinec. D’autant que leur second but aurait dû être annulé. Dans le camp adverse, un sentiment d’injustice se faisait ressentir après la sirène.  

Le LHC obtient son billet pour les huitièmes de finale de la Champions Hockey League. Mardi soir, les Lions sont péniblement venus à bout de l’Ocelari Trinec  5 à 3, mais leur qualification fut assurée avant la fin de la rencontre grâce au Yunost Minsk.

En effet, les Biélorusses venaient de battre les Lahti Pelicans dans l’autre match du groupe D, après un premier tiers déjà disputé à Malley.

Trinec pouvait lui encore espérer se qualifier mais un hors-jeu sur le 2-1 lausannois n’a pas été sanctionné par le corps arbitral, malgré sa diffusion sur les écrans de la Vaudoise aréna.

Etienne Froidevaux, capitaine de la formation lémanique :

Etienne Froidevaux
Capitaine du LHC
Etienne Froidevaux Capitaine du LHC

Lausanne connaîtra son adversaire en huitième de finale vendredi vers midi. Sur un système de match aller-retour, les Lions joueront le 12 ou 13 novembre puis le 19 ou le 20 novembre.

 

 

Continuer la lecture

Sport

Football : Suisse – Irlande, la peur du vide

Publié

le

Il s'agira de ne pas avoir peur du vide mardi soir contre l'Irlande à Genève (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Peut-être était-ce là le décor qu’il fallait à cette équipe de Suisse, au pied du Salève et de sa face droite et menaçante comme un mur, pour prendre la mesure du vertige.

Le vertige de ces nuits sans lendemain, où les destins, collectifs et individuels, se mêlant dans l’urgence d’un Euro 2020 paraissant insaisissable, se forgent ou s’évaporent.

Nul besoin d’insister sur la signification de ce match contre l’Irlande à Genève (20h45), quatre jours après une défaite 1-0 au Danemark ayant épaissi les frustrations ainsi que les contours du doute et de la peur. Troisième de son groupe des éliminatoires, la Suisse a encore la chance d’avoir une totale mainmise sur son avenir. Trois succès, contre les Irlandais puis, en novembre, face à la Géorgie et à Gibraltar, et l’affaire sera pliée.

Dans la douleur, certes, mais une douleur qui serait partiellement noyée dans un flot de joie et, surtout, de soulagement. Parce que l’équipe nationale, cette équipe nationale, ce qu’elle est devenue, ne peut pas envisager de ne pas prendre part à un Euro réunissant vingt-quatre sélections, soit près de la moitié du continent.

L’heure sera aux choix, mardi au Stade de Genève. Tactiques et humains, s’agissant de Vladimir Petkovic. Quel système? Quels joueurs? Quel discours, à même de galvaniser un effectif dont il est légitime d’interroger l’esprit de révolte? Quel coaching, durant la rencontre, en particulier dans ces dernières minutes si souvent désolantes depuis quelques mois?

Ce match sera un moment de vérité pour ce Mister dont le besoin d’amour et de reconnaissance ne saurait être exaucé qu’au travers du prisme des mathématiques – le résultat et rien d’autre -, et sûrement pas à grands coups d’appels à l’union nationale. Aussi vains que, parfois, pathétiques.

Quelle image, quel soutien?

Aux joueurs également – surtout même – de choisir quelle image d’eux et de l’équipe nationale ils souhaitent renvoyer. Parce qu’en définitive, si les options et la ligne du sélectionneur sont centrales dans l’écriture d’une histoire, elles ne le seront jamais autant que les prestations des acteurs. Et c’est justement du score de mardi que dépendra la lecture de ce récit au grand cours.

On sait les internationaux, nonobstant quelques lacunes qu’il serait important de combler, capables de belles choses. Mais est-on convaincu de leur volonté commune? De leur aptitude à la souffrance pour l’intérêt général? De leur faculté à s’extirper de leurs schémas trop scolaires – et donc prévisibles – pour prendre le risque d’oser le cambouis et l’efficacité sale?

Le public devra lui aussi choisir. Il pourra siffler, conspuer et rabrouer à la première occasion (manquée). Ou alors pousser, encourager, réconforter. Pour accompagner l’équipe nationale sur la route du seul résultat qui vaille vraiment mardi: la victoire. Car un succès, accompagné de deux autres le mois suivant, on l’a dit, ouvrirait les portes de l’Euro. Un succès offrirait même à la Suisse une moitié de joker supplémentaire, puisque si l’Irlande ne bat pas le Danemark lors de son dernier match, Vladimir Petkovic et ses hommes pourraient se contenter de deux nuls en novembre.

Hic et nunc

En fait, même un point mardi face aux Irlandais (dans l’idéal un 0-0) ne serait pas rédhibitoire, pour autant que les Boys in Green ne s’imposent pas à Dublin contre les Danois. La défaite est en revanche interdite, pas par les chiffres mais par l’évidence: pour que Xhaka et Cie restent en course, il faudrait que le Danemark ne fasse plus aucun point, y compris lors de la réception de… Gibraltar le 15 novembre.

La Suisse est donc à l’heure du choix. Les internationaux suisses sont donc à l’heure du choix. Les plus anciens, promus guides depuis le départ de plus anciens qu’eux, et les plus jeunes, porteurs d’espoirs qui doivent éclore hic et nunc. Au coeur de cette campagne où la possibilité d’un bonheur est disputée par l’imminence d’un crash, le vertige. Celui de destins, collectifs et individuels, qui se décideront en 90 minutes et des poussières.

Continuer la lecture

Sport

JO 2020: Federer sera de la partie

Publié

le

Le seul titre olympique de Roger Federer en 2008 à Pékin en double avec Stan Wawrinka. (©KEYSTONE/AP/ELISE AMENDOLA)

A l’occasion d’une exhibition au Japon, Roger Federer a rendu public qu’il participerait aux prochains Jeux olympiques de Tokyo en 2020.

Pour le Bâlois, il s’agirait d’une cinquième participation aux JO. Il avait manqué les Jeux de Rio de Janeiro en 2016 en raison d’une opération au genou.

En 2000 à Sydney, il avait rencontré Mirka celle qui est sa femme aujourd’hui et avait atteint les quarts de finale à l’âge de 19 ans. En 2004 et 2008, il avait porté le drapeau suisse lors des cérémonies d’ouverture. En 2008, il avait gagné l’or en double avec Stan Wawrinka et l’argent en simple en 2012.

« J’ai débattu avec mon équipe pendant plusieurs semaines, plusieurs mois même, sur ce que je devais faire à l’été 2020, après Wimbledon et avant l’US Open. Au final, mon coeur a décidé de disputer les Jeux olympiques une nouvelle fois », a-t-il déclaré en marge d’une exhibition pour l’un de ses sponsors.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X