Rejoignez-nous

Sport

Hockey sur glace : pas de playoffs avant au moins deux semaines

Publié

,

le

SSamedi 29 fevrier 2020, le LHC a reçu le CP Berne dans une patinoire orpheline de ses supporters. (©KEYSTONE/Laurent Gillieron)

La Ligue nationale a décidé de suspendre les championnats de National League et de Swiss League en raison des risques de propagation du coronavirus COVID-19. Un point de la situation sera fait le 13 mars.

Le coup est dur, mais la décision était attendue. Après avoir disputé les deux dernières journées de National League et les actes V des play-off de Swiss League à huis clos, la Ligue nationale a préféré suspendre les compétitions jusqu'au 15 mars plutôt que de les jouer sans public. Ce qui demeure obligatoire depuis l'interdiction prononcée par la Confédération de toutes manifestations appelées à réunir au moins 1000 personnes.

Une interdiction qui peut être prolongée par le Conseil fédéral. Les 24 clubs des deux premières divisions se réuniront donc à nouveau, le 13 mars, pour analyser la situation et prendre de nouvelles dispositions. En revanche, si l'interdiction était levée, les compétitions reprendraient dès le lundi 16 mars, selon un calendrier qui sera établi et communiqué ultérieurement.

"On veut absolument disputer les play-off devant nos fans", a martelé Denis Vaucher, le président de la Ligue nationale. "J'ai assisté au derby des Zähringen vendredi et au derby tessinois samedi à Lugano, les joueurs se sont battus mais il n'y avait aucun plaisir. Jouer des séries éliminatoires dans ces conditions serait grotesque. Les joueurs ont besoin des fans et les fans des joueurs."

La Ligue s'est réunie en assemblée extraordinaire lundi matin pour gérer une situation de crise. Et il a été décidé de jouer la montre. Parce que le spectre d'une annulation hante les esprits et qu'elle aurait de très sérieuses conséquences financières, en plus des aspects sportifs et potentiellement juridiques. Sans articuler de chiffres, Denis Vaucher évoque des possibles pertes de l'ordre de plusieurs millions de francs.

Un calendrier resserré?

Dans le scenario le moins défavorable, les play-off commenceraient donc le 16 mars. Et, bien que le rythme traditionnel des séries soit de jouer le mardi, le jeudi et le samedi, il se pourrait que l'on bouleverse les habitudes et que les matches aient lieu par exemple les lundis, mercredis, vendredis et dimanches. On jouerait alors tous les deux jours pour rattraper le temps perdu.

Membre du conseil d'administration du HC Bienne et ancien ponte de la Ligue, Ueli Schwarz estime cette solution faisable. Cela permettrait de jouer les trois tours (quarts, demies et finale) en best of 7. D'autres scénarios sont bien sûr à l'étude, comme des séries en best of 5 ou best of 3, dans le pire des cas.

Le gel des matches entraîne immanquablement des questions quant aux possibles pertes financières des diffuseurs MySports ou SSR. Là encore, Denis Vaucher ne souhaite pas extrapoler et se borne à renvoyer ces questions, et les impacts juridiques, à la prochaine rencontre du 13 mars. Sans doute que les télévisions auront davantage d'impact dans onze jours quant à la suite à donner aux deux championnats.

Dans le cas où les matches ne pourraient plus se dérouler se pose aussi la question de l'attribution du titre. Zurich sera-t-il désigné champion pour avoir fini la saison régulière au premier rang? "Ce sera discuté en assemblée, prévient Denis Vaucher. Il faudra comme toujours une majorité des trois quarts des participants (NDLR: les clubs de National League et de Swiss League) pour entériner une éventuelle décision." Même chose concernant la relégation.

A noter que ces mesures ne touchent que les deux premières divisions. La question de la finale de MSL entre Red Ice et Bâle est en suspens, puisque les deux clubs attirent plus de 1000 spectateurs par match, qui plus est au moment de disputer une série finale.

Continuer la lecture
1 commentaire

1 commentaire

  1. Notification automatique: Ice Hockey: no playoffs for at least two weeks | En24 News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux olympiques - Tokyo 2020

L'or du 100 m pour Marcell Jacobs

Publié

le

Marcell Jacobs, la sensation de la ligne droite. (© KEYSTONE/EPA/DIEGO AZUBEL)

Le nouveau roi du 100 m est l'Italien Marcell Jacobs. Ce natif du Texas a dominé contre toute attente la finale olympique en réussissant la course de sa vie, en 9''80, record d'Europe.

Jacobs a devancé à Tokyo l'Américain Fred Kerley, ancien coureur de 400 m et médaillé d'argent en 9''84, et le Canadien Andre de Grasse, bronzé en 9''89.

L'Italien, tout en puissance, le buste bien relevé, succède au triple champion olympique Usain Bolt. Une nouvelle ère est ouverte sur le sprint masculin, en quête de leader après la suspension du champion du monde Christian Coleman (USA) et l'absence totale des Jamaïcains dans cette finale olympique.

La très maigre assistance - ça sonnait creux dans le stade aux 68'000 places - a vu l'un des triplés les plus improbables de l'histoire du sprint olympique. Marcell Jacobs (26 ans) n'était jamais passé sous les dix secondes avant cette saison.

Il s'est révélé l'hiver passé en salle, avec un titre européen sur 60 m, et ensuite au petit meeting de Savone (ITA) en battant le record d'Italie en 9''95. A Tokyo, coup sur coup, celui qui est rentré jeune en Italie, le pays de sa mère, après avoir été abandonné par son père a porté le record d'Europe de 9''84 à 9''82 en demi-finale, puis à 9''80.

Il a approché de 0''03 la meilleure marque mondiale 2021 de l'Américain Trayvon Bromell, éliminé en demi-finale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Yulimar Rojas pulvérise le record du monde du triple saut

Publié

le

Yulimar Rojas plus que jamais impressionnante. (© KEYSTONE/AP/David J. Phillip)

La Vénézuélienne Yulimar Rojas a battu le "vieux" record du monde du triple saut grâce à un bond phénoménal en finale à Tokyo. Elle a réalisé son exploit à son ultime essai, avec 15m67.

L'ancien record était détenu depuis 1995 avec 15m50 par l'Ukrainienne Inessa Kravets et avait été établi aux Mondiaux de Göteborg. Déjà détentrice de la meilleure marque en salle, Rojas flirtait avec ce record absolu depuis plusieurs saisons.

L'athlète âgée de 25 ans, double championne du monde et vice-championne olympique à Rio 2016, a lâché les chevaux dès son premier essai (15m41), à 2 cm de son record personnel, avant de s'envoler à sa dernière tentative.

Elle apporte à son pays meurtri par une crise économique et humanitaire sans précédent un premier sacre olympique en athlétisme.

Rojas a depuis quelques années quitté son pays pour s'entraîner à Guadalajara, en Espagne, au sein d'un groupe cosmopolite de sauteurs et sauteuses de très haut niveau, sous la houlette du Cubain Ivan Pedrodo, champion olympique de la longueur en 2000 à Sydney.

Avant ces JO, Rojas avait déjà franchi à 17 reprises la marque des 15 m en carrière, dont six fois cette saison.

Il s'agit du sixième record du monde établi cette année (plus un septième en marche athlétique), marquée par une floraison de performances incroyables, comme souvent en saison olympique. A son troisième essai, mordu, elle s'était même approchée des 16 m.

La médaille d'argent est revenue à la Poirtugaise Patricia Mamona (15m01) et le bronze à l'Espagnole Ana Peleteiro (14m87).

Rojas concourra à Athletissima à Lausanne le 26 août.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Records d'Europe pour Jacobs et d'Asie pour Su

Publié

le

Su Bingtian, la sensation des demi-finales du 100m (© KEYSTONE/AP/Charlie Riedel)

Grand chambardement sur 100 m à Tokyo. Le Chinois Su Bingtian a dominé les demi-finales en 9''83, record d'Asie pulvérisé, tandis que l'Italien Marcell Jacobs battait le record d'Europe en 9''84.

Aucun Jamaïcain ne s'est qualifié pour la finale olympique, à 14h50 ce dimanche. Autre coup de tonnerre, le no 1 de l'année, l'Américain Trayvon Bromell, peu à l'aise dès les séries, a été éliminé (10''00).

Mais les Américains placent quand même deux hommes en finale, Ronnie Baker (9''83, record personnel) et l'ex-coureur de 400 m Fred Kerley (9''96).

La sensation est venue du Chinois Su, 31 ans, qui a amélioré de 8 centièmes le record d'Asie qu'il co-détenait, en 9''83, pour remporter la 3e demi-finale, de loin la plus relevée. Dans son sillage, Marcell Jacobs a raboté deux centièmes au record d'Europe, en 9''84, un record co-détenu jusqu'alors par le Français Jimmy Vicaut (éliminé dimanche) et le Portugias Francis Obikwelu.

Jacobs, Transalpin d'origine texane, a ainsi réalisé le même temps... que le Bâlois Alex Wilson il y a quinze jours en Gérogie (USA), 9''84, un chrono qui n'avait bien sûr pas été homologué en raison de plusieurs défaillances, notamment dans le chronométrage.

Su, Jacobs, Baker et le Sud-Africain Akani Simbine s'annoncent comme les favoris de la finale. Jamais un Chinois n'a remporté de médaille en sprint aux JO.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Heidrich/Vergé-Dépré gagnent le derby suisse

Publié

le

La joie de Heidrich/Vergé-Dépré, tombeuses de Hüberli/Betschart (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Joana Heidrich et Anouk Vergé-Dépré ont remporté le derby suisse programmé en 8e de finale du tournoi olympique de Tokyo.

La Zurichoise et la Bernoise se sont imposées 21-12 19-21 23-21 face à Tanja Hüberli et Nina Betschart au terme d'une partie au scénario complètement fou.

Heidrich/Vergé-Dépré ont conclu cette rencontre à leur cinquième opportunité, sur une attaque de la Zurichoise, après avoir elles-mêmes dû effacer cinq balles de match. Les championnes d'Europe 2020 ont joué à se faire peur, elles qui avaient mené 14-12 dans le tie-break avant de concéder trois points consécutifs.

Nettement dominées dans le set initial, Hüberli/Betschart ont su élever leur niveau de jeu pour recoller à une manche partout. La Schwytzoise et la Zougoise ont même certainement pensé avoir fait le plus dur en revenant de 14-12 à 14-14 au tie-break. Mais elles n'ont pu convertir aucune de leurs cinq balles de match.

Joana Heidrich et Anouk Vergé-Dépré affronteront mardi en quart de finale Ana Patricia Silva Ramos/Rebecca Silva, 9es des Mondiaux 2019 et finalistes à Gstaad il y a quelques semaines. Elles feront figures d'outsiders après avoir perdu les deux précédents duels livrés face aux Brésiliennes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Alexander Zverev: le premier grand titre

Publié

le

Alexander Zverev intouchable dimanche en finale. (© KEYSTONE/AP/Patrick Semansky)

Alexander Zverev est le nouveau Champion olympique du simple. "Tombeur" de Novak Djokovic vendredi, l'Allemand s'est imposé 6-3 6-1 en finale devant Karen Khachanov.

A 24 ans, le joueur de Hambourg succède à Rafael Nadal (2008) et à Andy Murray (2012 et 2016) pour cueillir le plus grand titre de sa carrière. Victorieux du Masters 2018 et finaliste l'an dernier à l'US Open, il a peut-être franchi à Tokyo un palier décisif.

En finale, l'Allemand a livré un véritable cavalier seul face à Karen Khachanov. Dépassé par la puissance de son adversaire au service et en coup droit, le Russe ne marchera pas sur les traces de Yevgeny Kafelnikov, titré en 2000 à Sydney après sa victoire sur Tommy Haas.

Il est vrai qu'Alexander Zverev abordait cette finale dans la peau du grandissime favori. Vendredi, il avait signé un authentique exploit face à Novak Djokovic. Il a accusé, en effet, un set et un break de retard face au no 1 mondial avant de gagner dix des onze derniers jeux de la demi-finale. Cette remontada s'explique en premier lieu par la métamorphose dans le jeu d'Alexander Zverev. Il a su forcer son tempérament pour jouer franchement un tennis d'attaque. Il a naturellement évolué dans le même registre dimanche.

Le grand tournant ?

Cette demi-finale des Jeux olympiques constituera-t-il le grand tournant de l'année ? En quête d'un Grand Chelem que seule Steffi Graf a réussi à ce jour, Novak Djokovic a perdu gros à Toyko. Samedi, il fut presque méconnaissable face à Pablo Carreno Busta lors de la petite finale. Battu 6-4 6-7 6-3 par l'Espagnol, le Serbe a frôlé la disqualification par ses gestes d'humeur. Il est apparu entamé sur le plan physique comme rarement au point de déclarer forfait pour le match de la troisième place du double mixte.

La question désormais est de savoir si Novak Djokovic aura retrouvé tous ses moyens dans un mois à New York. Le prochain US Open comporte deux enjeux historiques pour lui: devenir le seul recordman de victoires dans les tournois majeurs et réussir le premier Grand Chelem depuis Rod Laver en 1969.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Cancer

Des rencontres amusantes, des déplacements riches en échanges puis une soirée intéressante vous attendent. Bon dimanche !

Les Sujets à la Une

X