Rejoignez-nous

Coronavirus

Les Suisses devront montrer patte blanche dès lundi

Publié

,

le

Déjà obligatoire dans les discothèques, le certificat sera étendu aux lieux de loisirs clos (archives). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

L'extension du certificat Covid était dans l'air depuis deux semaines. Elle sera réalité dès lundi. Les Suisses devront présenter le fameux sésame, s'ils veulent manger à l'intérieur d'un restaurant, aller au musée ou encore participer à un concert.

"C'est peut-être le moment le plus difficile de la pandémie", a lancé mercredi le ministre de la santé Alain Berset devant les médias. Presque toutes les restrictions ont été levées, mais la situation reste très instable.

Les hôpitaux sont sous tension et une nouvelle vague épidémique ne peut être exclue en raison d'une immunité de groupe encore faible. "Le virus peut actuellement circuler assez librement parmi quelque 3,5 millions de personnes", a-t-il pointé. Un réservoir constitué de personnes non vaccinées et d'enfants de moins de 12 ans ne pouvant pas tendre l'épaule.

Pour éviter une surcharge du système de santé et la réintroduction de fermetures, le Conseil fédéral a donc décidé une extension du certificat Covid pour les plus de 16 ans. C'est la meilleure option, à ses yeux. "Les alternatives sont inacceptables", a assuré le Fribourgeois. Valable jusqu'au 24 janvier, la mesure pourra cependant être levée plus tôt si la situation s'améliore.

Amendes introduites

Après la consultation, le gouvernement a mis un peu d'eau dans son vin. Les rassemblements politiques, les funérailles et autres services religieux seront exemptés de l'obligation jusqu'à 50 personnes, contre 30 initialement. Tout comme les groupes d'entraide. Les répétitions musicales ou théâtrales et les entrainements sportifs de moins de 30 personnes seront aussi autorisés sans certificat.

Le sésame sanitaire sera en revanche exigé pour tous les autres événements en intérieur, comme les concerts, les pièces de théâtre ou les mariages dans les lieux publics. A l'extérieur, il sera demandé pour les manifestations de plus de 1000 personnes.

Musées, fitness, casinos et autres centres de loisirs, devront aussi se soumettre à la nouvelle mesure. Les restaurateurs et propriétaires de bars devront exiger le certificat dans leurs salles fermées, mais pas sur leurs terrasses. Les établissements de restauration dans les zones de transit des aéroports et les cuisines populaires resteront eux accessibles à tous.

Des sanctions ont été introduites en cas de non-respect des mesures. Un client sans certificat devra débourser 100 francs. Les établissements ou organisateurs fautifs seront punis d'une amende pouvant aller jusqu'à 10'000 francs, voire d'une fermeture. Les cantons sont responsables des contrôles.

Aides toujours disponibles

L'obligation du passe sanitaire permettra le retour à plus de normalité, a salué le président de la Confédération Guy Parmelin. "Les gérants d'établissements publics pourront lever la plupart des mesures sanitaires, comme le port du masque ou la distanciation."

Le Vaudois estime que la mesure n'aura pas forcément des effets négatifs, comme certains le craignent. En cas de baisse prouvée du chiffre d'affaires, le chômage partiel, l'allocation pour perte de gain et les aides pour les cas de rigueur sont toujours disponibles.

Son département va en outre mettre en consultation un projet pour prolonger la procédure simplifiée pour le chômage partiel. "La proposition doit permettre une certaine continuité et ne pas amener de nouvelles incertitudes."

Certificat au travail

L'utilisation du certificat dans le cadre professionnel a également été précisée. "Il n'y aura pas d'obligation. Mais l'employeur pourra demander à ses employés s'ils sont vaccinés, guéris ou testés", a expliqué Boris Zürcher, chef de la direction du travail du Secrétariat d'Etat à l'économie.

Il pourra ensuite adapter son concept de protection, a-t-il poursuivi. "Les employés non vaccinés pourraient par exemple continuer à devoir porter un masque, alors que les vaccinés pourraient s'en passer." Une consultation devra toutefois d'abord être menée, et les employés informés des décisions prises.

Dans la mesure du possible, les employeurs devront opter pour la version "light" du passe, qui indique seulement si la personne dispose d'un certificat valable ou non. S'ils veulent mettre en place un dépistage, ils auront besoin de la version normale. Seuls les tests répétitifs seront pris en charge par la Confédération.

Les cantons et les hautes écoles pourront également exiger le sésame sanitaire pour les étudiants en bachelor ou master. Les limitations d'occupation des salles pourront alors être levées.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Kim Jong-un proclame une "victoire éclatante" contre le Covid-19

Publié

le

Kim Jong-un a pris personnellement en main la lutte contre le coronavirus (archives). (© KEYSTONE/AP/LEE JIN-MAN)

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a proclamé mercredi une "victoire éclatante" sur le Covid-19. Depuis le 29 juillet, Pyongyang n'a signalé aucun nouveau cas.

"La victoire remportée par notre peuple est un événement historique qui a montré une fois de plus au monde la grandeur de notre État, la ténacité indomptable de notre peuple et les belles coutumes nationales dont nous sommes fiers", a lancé Kim Jong-un, qui présidait une réunion avec du personnel de santé et des scientifiques, a rapporté l'agence de presse officielle KCNA.

La Corée du Nord, l'un des premiers pays au monde à fermer ses frontières en janvier 2020 après l'apparition du virus dans la Chine voisine, s'est longtemps vantée de sa capacité à se prémunir du virus. Pyongyang a annoncé son premier cas de coronavirus le 12 mai et Kim Jong-un a pris personnellement en main la lutte contre l'épidémie.

74 décès officiels

La Corée du Nord a enregistré près de 4,8 millions d'infections depuis la fin avril, avec seulement 74 décès, soit un taux de létalité officiel de 0,002%, selon KCNA.

Les hôpitaux du pays sont notoirement sous-équipés, avec peu d'unités de soins intensifs et aucun traitement ou vaccin contre le coronavirus n'est disponible, selon les experts.

La Corée du Sud voisine, qui dispose d'un système sanitaire performant et d'un fort taux de vaccination au sein de sa population, affiche par comparaison un taux de mortalité de 0,12%, selon les chiffres officiels.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Coronavirus

L’OFSP annonce 21'817 nouveaux cas de coronavirus en sept jours

Publié

le

En une semaine, le nombre de nouveaux cas de coronavirus a reculé de 6,6% (archives). (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé mardi 21'817 nouveaux cas de coronavirus en sept jours. On déplore 25 décès supplémentaires et 327 malades ont été hospitalisés.

Il y a sept jours, l'OFSP avait annoncé 23'348 cas sur le même laps de temps. Le même jour, il dénombrait 35 décès et 290 hospitalisations supplémentaires. En une semaine, le nombre de nouveaux cas a ainsi reculé de 6,6%. Les hospitalisations ont dans le même temps augmenté de 12,8%.

600 personnes se trouvent actuellement aux soins intensifs. Les patients Covid-19 occupent 6,30% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 75,10%.

Depuis le début de la pandémie, 3'994'386 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 22'428'503 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 13'559 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 57'014.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Le Covid-19 a fait plus de 9300 morts en Suisse en 2020

Publié

le

La quasi-totalité des personnes décédées du Covid-19 en 2020 souffraient d'une maladie concomitante (image d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Covid-19 a tué 9305 personnes en Suisse en 2020, lors de la première année de la pandémie. 96,1% d'entre elles souffraient d'au moins une maladie concomitante, qui n'était toutefois pas la cause du décès, selon l'Office fédéral de la statistique (OFS).

La principale maladie non mortelle accompagnant une infection au coronavirus était une maladie de l'appareil cardio-respiratoire (68,9%), en particulier des infections cardiaques ou pulmonaires, précise l'OFS dans sa statistique provisoire des causes de décès pour 2020 publiée vendredi.

Par ailleurs, un quart des personnes décédées (22,4%) souffraient de démence, 13,5% de diabète sucré et 9,7% d'une tumeur maligne. L'OFS précise qu'il peut y avoir plusieurs maladies concomitantes par cas de Covid-19.

Plus des deux tiers des victimes (6544) ont succombé à la maladie durant la deuxième vague, en novembre et décembre. Durant le semi-confinement de mars-avril, l'OFS a dénombré 1890 décès dus au coronavirus. La pandémie a essentiellement frappé les plus de 65 ans.

Différence avec l'OFSP

Les chiffres de l'OFS montrent une grande différence avec ceux publiés par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Ce dernier avait fait état de 6907 décès. La divergence vient de bases de données différentes.

L'OFSP se base sur le système d'annonce des cabinets médicaux et publie ses données sous la pression du temps. Les statistiques des causes de décès de l'OFS se basent pour leur part sur les données des offices d'état-civil auxquels les médecins adressent les certificats de décès mentionnant les causes principales des décès et les maladies concomitantes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

L’OFSP annonce 23'348 nouveaux cas de coronavirus en sept jours

Publié

le

L’Office fédéral de la santé publique a annoncé mardi 23'348 nouveaux cas de coronavirus en sept jours. (archives) (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé mardi 23'348 nouveaux cas de coronavirus en sept jours. On déplore 35 décès supplémentaires et 290 malades ont été hospitalisés.

Il y a sept jours, l'OFSP avait annoncé 37'738 cas sur le même laps de temps. Le même jour, il dénombrait 30 décès et 421 hospitalisations supplémentaires. En une semaine, le nombre de nouveaux cas a ainsi reculé de 38,1%. Les hospitalisations ont dans le même temps baissé de 31,1%.

601 personnes se trouvent actuellement aux soins intensifs. Les patients Covid-19 occupent 6,10% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 76,20%.

Depuis le début de la pandémie, 3'972'610 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 22'364'779 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 13'534 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 56'671.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

L'enquête continue après des éléments pointant le marché de Wuhan

Publié

le

Le marché de Wuhan est privilégié comme point de départ de la transmission du SARS-CoV-2 des animaux à l'homme (archives). (© KEYSTONE/EPA/ROMAN PILIPEY)

Des études publiées mardi ont conclu que la pandémie de Covid-19 a commencé sur le marché de Wuhan en Chine. C'est un élément à ajouter "à l'enquête scientifique" sur les origines de la pandémie mais pas une preuve définitive, a souligné l'OMS mercredi.

"Toutes les hypothèses restent sur la table", a expliqué le docteur Michael Ryan, en charge des situations d'urgence à l'OMS lors d'un point de presse à Genève.

"C'est une histoire de détective scientifique (...) chaque nouvelle pièce d'information ajoute au tableau d'ensemble et chaque nouvelle information, nouvelle science ou nouvelle étude peut faire avancer une hypothèse ou une autre", a reconnu le docteur Ryan. Mais il ajoute que "toutes les hypothèses restent sur la table jusqu'à ce qu'on puisse prouver que l'une de ces hypothèses est la bonne explication".

La première des deux études publiées mardi dans la prestigieuse revue Science est une analyse géographique montrant que les premiers cas détectés en décembre 2019 se concentraient autour du marché. La seconde est une analyse génomique du virus des premiers cas, montrant qu'il est très peu probable que le virus ait largement circulé chez les humains avant novembre 2019.

Le débat fait rage depuis le début de la pandémie entre les experts, qui cherchent encore quasiment trois ans plus tard à élucider le mystère de l'origine du virus. Outre le camp défendant la thèse du marché il y a aussi les tenants de la théorie d'une fuite d'un laboratoire de la ville.

"Comment mieux se préparer à l'avenir"

La docteure Maria van Kerkhove, en charge de coordonner la lutte contre le Covid-19 au sein de l'OMS, a souligné qu'il restait encore beaucoup à faire. "Pour nous, ce qui est vraiment critique est d'enquêter plus avant en Chine, d'enquêter plus avant à Wuhan et sur les marchés de Wuhan", a insisté la docteure.

Elle a rappelé notamment que l'OMS aimerait avoir accès à des échantillons sérologiques de gens qui travaillaient sur les marchés, de ceux qui étaient en contact avec les animaux susceptibles de transmettre la maladie, mais aussi avoir plus d'informations sur les animaux vendus sur ces marchés, les fermes où ils étaient élevés, etc.

"Nous avons besoin de faire plus d'études en Chine et ailleurs", a-t-elle martelé, alors que les autorités chinoises n'ont pour l'instant autorisé qu'une seule enquête conjointe sur place et n'ont pas donné l'accès aux données sérologiques demandées par l'OMS.

"Le but n'est pas seulement de savoir comment cette pandémie a commencé, mais c'est de savoir comment mieux se préparer pour l'avenir", a rappelé la docteure.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Au niveau sentimental, ne vous fabriquez pas de rêve inaccessible ! Reprenez contact avec les réalités du moment et faites avec !

Les Sujets à la Une

X