Rejoignez-nous

International

Mathias Flückiger remporte la Coupe du monde

Publié

,

le

Mathias Flückiger est le quatrième Suisse à remporter la Coupe du monde. (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Mathias Flückiger a couronné sa saison avec la victoire finale en Coupe du monde. Aux Etats-Unis, le Bernois a pris la 5e place de l'épreuve de short race en cross-country et s'est assuré le trophée.

Pour confirmer son succès au classement général avant la course de cross-country de samedi, Flückiger devait se classer dans les douze premiers à Snowshoe dans l'Etat de Virginie de l'Ouest. Le médaillé d'argent des Jeux de Tokyo a facilement rempli sa tâche. Il s'est classé 5e au terme des huit tours.

Ainsi, Flückiger rejoint Thomas Frischknecht, Christoph Sauser et Nino Schurter dans la liste des vainqueurs suisses du classement général de la Coupe du monde. "C'est fou, je n'y aurais jamais songé il y a une année. Ce fut une saison parfaite", a résumé le Bernois de 32 ans à l'arrivée. Avec une avance de 299 points, il ne peut plus être délogé de la tête avant la dernière course, où 250 points seront attribués au vainqueur.

A l'occasion de la short race, Filippo Colombo est monté sur le podium. Le Tessinois s'est classé troisième d'une course dominée par le Français Victor Koretzky, le vainqueur de Lenzerheide. Lars Forster et Nino Schurter ont pris les 12e et 15e rangs.

Chez les femmes, Jolanda Neff a retrouvé le podium. La championne olympique n'a été battue que par la championne du monde britannique Evie Richards. Linda Indergand, Sina Frei et Nicole Koller ont souligné la force collective des Suissesses en classant 4e, 5e et 6e.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

L'Iran frappé par de nouvelles sanctions

Publié

le

Le leader iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, dirige son pays d'une main de fer. (© KEYSTONE/AP)

L'Iran s'est vu imposer de nouvelles sanctions vendredi après avoir procédé, la veille, à une première exécution liée au mouvement de contestation violemment réprimé depuis près de trois mois, entraînant de nouveaux appels à manifester.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a affirmé pour sa part que la République islamique faisait preuve "de la plus grande retenue face aux émeutes", en réponse à l'indignation de pays occidentaux face à la pendaison de ce jeune homme.

L'Iran est confronté à des manifestations déclenchées par la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans décédée après son arrestation par la police des moeurs pour infraction au code vestimentaire strict de la République islamique.

Condamnations multiples

Exécuté jeudi, Mohsen Shekari, 23 ans, avait été condamné à mort pour avoir bloqué une rue et blessé un paramilitaire au début des manifestations, à l'issue d'une procédure judiciaire dénoncée comme un procès-spectacle par des organisations de défense des droits humains.

L'annonce de son exécution a provoqué de multiples condamnations à l'étranger ainsi que de l'ONU.

Au Royaume-Uni, le chargé d'affaires iranien a été convoqué au ministère des Affaires étrangères jeudi, après cette exécution, "une action totalement disproportionnée, qui vise à intimider les Iraniens ordinaires et à étouffer les voix dissidentes", selon un communiqué du Foreign office.

Sanctions

Londres a également indiqué vendredi avoir sanctionné 30 entités ou personnalités originaires de 11 pays parmi lesquels l'Iran, incluant des responsables iraniens accusés d'infliger des "peines choquantes" à des manifestants anti-régime.

Le Canada a lui sanctionné 22 hauts responsables de la magistrature, de l'administration pénitentiaire et de la police iraniens, ainsi que des collaborateurs de haut rang du guide suprême, l'ayatollah Khamenei.

L'Union européenne s'apprête, elle, à ajouter sur sa liste noire 20 personnes et une entité iraniennes pour sanctionner les violations des droits humains commises en Iran lors de la répression des manifestations, ont indiqué vendredi des sources diplomatiques à Bruxelles.

Amnesty International s'est dite "horrifiée" par la pendaison de Mohsen Shekari, qui "met en évidence l'inhumanité" du système judiciaire de l'Iran où "de nombreuses autres personnes risquent de subir le même sort".

Mahmood Amiry-Moghaddam, directeur de l'ONG Iran Human Rights (IHR) basée à Oslo, a de son côté appelé à une forte réaction internationale pour dissuader la République islamique de procéder à d'autres exécutions.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a affirmé dans un communiqué jeudi soir que l'Iran avait fait preuve "de la plus grande retenue face aux émeutes".

"Mort au dictateur"

Mohsen Shekari a été enterré 24 heures après son exécution en présence de quelques membres de sa famille et des forces de sécurité dans le cimetière Behesht-e Zahra de Téhéran, a rapporté le site 1500tasvir.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, des manifestants sont descendus dans la rue où il avait été arrêté, en criant "Ils ont emmené notre Mohsen et ont ramené son corps", selon une vidéo publiée par ce média en ligne.

Au cours d'un autre rassemblement dans le quartier de Chitgar à Téhéran, des manifestants ont notamment scandé "Mort au dictateur", en référence au guide suprême.

Hamed Esmaeilion, un militant irano-canadien qui a organisé des manifestations de masse à Berlin, à Paris et dans d'autres villes, a annoncé d'autres rassemblements ce weekend: "Quelles que soient les croyances et les idéologies, rejoignons ces rassemblements pour protester contre l'exécution terrifiante de #MohsenShekari", a-t-il tweeté.

L'exécution de Shekari s'est produite avec une telle précipitation que sa famille attend toujours de connaître le résultat de son appel, a relevé 1500tasvir, qui a diffusé des images présentées comme le moment où sa famille a appris la nouvelle de l'exécution devant sa maison à Téhéran. Elles montrent une femme criant maintes fois "Mohsen!"

Selon l'IHR, les forces de sécurité iraniennes ont tué au moins 458 manifestants depuis le début du mouvement de contestation. Une dizaine de personnes au moins risquent également la pendaison après avoir été condamnées à mort pour leur implication dans les manifestations, ont averti des ONG de défense des droits humains.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Marc Bischofberger sur le podium

Publié

le

Marc Bischofberger (ici à Arosa en décembre 2021) a terminé 3e à Val Thorens vendredi (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Marc Bischofberger est monté sur le podium de la deuxième course de Coupe du monde de la saison vendredi à Val Thorens. L'Appenzellois a terminé 3e lors de la victoire de l'Autrichien Mathias Graf.

Le skicross helvétique a donc décroché un troisième podium en deux jours dans la station française, qui accueille la première étape de la saison. Mais il attend toujours un premier succès: jeudi, Jonas Lenherr et Tanina Gantenbein s'était également classés au 3e rang.

Chez les femmes, la Suédoise Sandra Näslund a réitéré sa victoire de la veille. La championne olympique de Pékin a triomphé pour la 30e fois au plus haut niveau et peut désormais se targuer d'être la seule à détenir le record de victoires en Coupe du monde. La meilleure Suissesse, Talina Gantenbein, s'est classée cinquième. La Vaudoise Fanny Smith est elle sortie dès les quarts de finale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Il faudra "au final trouver un accord" (Poutine)

Publié

le

"Il faudra trouver un accord sur l'Ukraine", a dit Vladimir Poutine à Bichkek, au Kirghizistan. (© KEYSTONE/EPA/IGOR KOVALENKO)

Un accord sera nécessaire "au final" pour mettre un terme au conflit en Ukraine, a affirmé vendredi Vladimir Poutine. Il a exprimé cependant des doutes sur la "confiance" que Moscou peut selon lui accorder à ses interlocuteurs.

"Comment trouver un accord ? Et peut-on s'entendre avec quelqu'un ? Et avec quelles garanties ? C'est évidemment toute la question (...) Mais au final il faudra trouver un accord. J'ai déjà dit à plusieurs reprises que nous sommes prêts à ces arrangements, nous sommes ouverts, mais cela nous oblige à réfléchir pour savoir à qui nous avons affaire", a déclaré le président russe, en marge d'un sommet régional au Kirghizstan.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Getir, actif dans la livraison rapide, acquiert l'allemand Gorillas

Publié

le

Gorillas revendique 14'000 employés dans une soixantaine de villes, parmi lesquelles Amsterdam, Paris ou New York (archives). (© KEYSTONE/DPA Deutsche Presse-Agentur GmbH/WOLFGANG KUMM)

Le turc Getir, spécialiste de la livraison ultra-rapide d'épicerie, a annoncé vendredi le rachat de son concurrent allemand Gorillas, accélérant la consolidation de ce marché en pleine expansion depuis la pandémie de Covid-19.

"Getir a racheté l'intégralité de la société berlinoise de livraison rapide Gorillas", a indiqué le "dark store" turc dans un communiqué.

Le montant de cette transaction n'a pas été précisé, mais ce rachat valorise la société Gorillas à 1,2 milliard de dollars (1,1 milliard de francs), a indiqué un porte-parole de Getir à l'AFP, en refusant d'être nommé.

Selon le quotidien économique britannique Financial Times, ce rachat valorise Getir à hauteur de 10 milliards de dollars.

Fondé à l'été 2015 à Istanbul, Getir est présent dans neuf pays sur trois continents et revendique le statut de "pionnier" de la livraison de courses ultra-rapide, via des livreurs en scooters jaune et violet qui s'approvisionnent dans des "dark stores", dont les rayons n'accueillent pas de public.

Getir emploie plus de 32'000 personnes.

Fondé en Allemagne en juin 2020, Gorillas revendique de son côté 14'000 employés dans une soixantaine de villes, parmi lesquelles Amsterdam, Paris ou New York.

Cette opération accélère la consolidation en marche dans ce secteur en plein essor depuis la pandémie de coronavirus et les divers confinements, qui ont élargi le besoin de livraisons alimentaires.

En mai, l'allemand Flink avait annoncé le rachat de son concurrent français Cajoo.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

De nouveaux échanges de prisonniers sont "possibles", selon Poutine

Publié

le

Brittney Griner a été emmenée par avion à Abou Dhabi, où elle a été échangée contre le marchand d'armes Viktor Bout. (© KEYSTONE/AP)

La star américaine du basket Brittney Griner est arrivée vendredi matin aux Etats-Unis après avoir été libérée d'une prison russe en échange du marchand d'armes Viktor Bout. Vladimir Poutine a estimé que d'autres échanges de prisonniers sont "possibles".

"Les contacts se poursuivent au niveau des services de renseignement, ils n'avaient jamais cessé", a dit le président russe en marge d'un sommet régional au Kirghizstan. "C'est le résultat de négociations et de la recherche de compromis. Dans ce cas-là, des compromis ont été trouvés et nous ne refusons pas de poursuivre ce travail à l'avenir", a-t-il ajouté.

M. Poutine a souligné que ces négociations n'étaient pas forcément un "prologue" à un dialogue sur d'autres questions, en pleine crise entre Moscou et Washington liée à la guerre en Ukraine. "Mais elles créent, c'est vrai, une certaine atmosphère", a-t-il ajouté.

Plus tôt vendredi, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a souligné que les négociations ne mettaient pas fin à la "crise" entre les deux pays, dont les relations sont "toujours dans un état déplorable". Américains et Russes s'accusent mutuellement de détenir leurs ressortissants respectifs à des fins politiques.

Images de la Guerre froide

Brittney Griner, qui avait été arrêtée en Russie en février pour des accusations de trafic de drogue, et Viktor Bout, surnommé le "marchand de mort", qui purgeait une peine de 25 ans dans une prison américaine, ont été échangés dans un aéroport d'Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis.

Sur une vidéo des services de sécurité russes publiée par l'agence TASS, une grande silhouette vêtue d'une veste rouge avance sur un tarmac, un petit homme souriant avec une moustache grise va à sa rencontre. Des hommes en costume qui les accompagnent se saluent des deux côtés puis repartent en sens inverse.

Dans une autre vidéo diffusée par la chaîne pro-Kremlin RT, on voit Brittney Griner quitter sa colonie pénitentiaire sacs en main. Une gardienne lui demande en russe "Pensez-vous revenir un jour ici?". La basketteuse afro-américaine de 32 ans, double championne olympique, a ensuite atterri au Texas vers 11h40 suisses.

"En sécurité"

"Il y a quelques instants, j'ai parlé avec Brittney Griner. Elle est en sécurité. Elle est à bord d'un avion. Elle est en route vers les Etats-Unis", avait déclaré plus tôt le président américain Joe Biden lors d'une brève allocution à la Maison Blanche. Elle a "bon moral" malgré "le traumatisme" enduré, a ajouté le président américain.

Aux Etats-Unis, l'épouse de la basketteuse, Cherelle Griner s'est dite "submergée par les émotions".

L'Arabie saoudite a également participé à la procédure d'échange, selon un communiqué conjoint avec les Emirats arabes unis, précisant que "la médiation a été menée" par le président des Emirats Mohammed ben Zayed et par le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane.

Joe Biden a remercié Abou Dhabi mais la Maison Blanche a tout de même nuancé son rôle ainsi que celui de l'Arabie saoudite. "Les seuls pays ayant participé aux négociations sont les Etats-Unis et la Russie", a déclaré sa porte-parole, Karine Jean-Pierre.

Cannabis

Un haut responsable américain a affirmé que la discussion avec Moscou était restée focalisée sur la libération de Brittney Griner et que Washington l'a fait savoir à l'Ukraine et à d'autres alliés.

Brittney Griner avait été engagée par l'équipe russe d'Ekaterinbourg pendant l'intersaison américaine, une pratique courante. Elle a été arrêtée en février dans un aéroport de Moscou avec une vapoteuse et du liquide contenant du cannabis, un produit interdit en Russie.

En août, elle avait été condamnée à neuf ans d'emprisonnement puis, après le rejet de son appel, avait été transférée en novembre dans une colonie pénitentiaire dans le centre de la Russie. Ses soutiens ont toujours dénoncé une prise d'otage pour marchander avec Washington en plein conflit en Ukraine.

"Marchand de mort"

Le nom de Viktor Bout avait été évoqué dès l'été. Célèbre trafiquant d'armes russe, arrêté en Thaïlande en 2008, il avait été condamné à une peine de 25 ans de prison aux Etats-Unis. Il a atterri jeudi en Russie.

Dans une interview à RT vendredi, cet ancien officier soviétique a accusé l'Occident de vouloir "détruire" et "diviser" la Russie. "Les Occidentaux pensent qu'ils ne nous ont pas achevés en 1990, quand l'Union soviétique a commencé à s'effondrer", a-t-il dit.

"Et le fait qu'on essaye de vivre, de n'être gouvernés par personne et de ne dépendre de personne, d'être une véritable puissance indépendante (...) C'est bien sûr pour eux une nouveauté choquante", a-t-il ajouté.

Un autre Américain détenu en Russie, l'ancien militaire Paul Whelan, n'a pas été inclus dans l'échange. Arrêté en décembre 2018 en Russie, il a été condamné à seize ans de prison pour "espionnage", une condamnation qu'il a dénoncée comme fabriquée de toutes pièces. "Même si nous avons échoué à obtenir la libération de Paul, nous n'abandonnerons jamais", a assuré Joe Biden.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Lion

C’est le moment de tirer parti des nombreuses circonstances favorables qui se présentent. Ouvrez l’œil et le bon !

Les Sujets à la Une

X