Rejoignez-nous

Sport

Mondial: la Suisse en quart de finale

Publié

,

le

Mission accomplie pour la Suisse au Championnat du monde à Copenhague.

Conformément aux attentes, la sélection de Patrick Fischer s'est imposée 5-1 devant la France et s'est qualifiée pour les quarts de finale, où elle affrontera la Finlande (jeudi à Herning).

Sans être transcendante, la Suisse a fait ce que l'on attendait d'elle. Il fallait montrer qu'elle était meilleure que son adversaire, qu'elle avait suffisamment de joueurs capables de faire la différence face au 12e mondial. Jouer en somme comme la Suède ou la Russie face aux Helvètes.

Et la formation à croix blanche a validé son ticket pour les quarts dès le premier tiers. Solides, les Suisses ont inscrit deux buts qui ont fait mal aux Français. A la 13e, Hofmann a nettoyé la lucarne de Hardy alors qu'il y avait une pénalité différée. Un peu moins de trois minutes après, Corvi a profité d'un bon travail de Niederreiter et Meier pour donner de l'air à ses couleurs.

Avec deux longueurs d'avance, la Suisse a pu et su gérer son avantage. Et Leonardo Genoni a sorti les arrêts nécessaires au bon moment, car par trois fois les Tricolores auraient pu revenir dans la partie. Si le gardien du CP Berne a disputé cette rencontre décisive, c'est en raison de la blessure du titulaire Reto Berra. Genoni a tenu la baraque et son moral a sans nul doute repris l'ascenseur.

En face, Dave Henderson avait lui aussi revu son alignement en raison des absences de son meilleur attaquant Stéphane da Costa (ex-Genève-Servette) et son meilleur défenseur Yohann Auvitu. Du coup, la France a procédé par contres pour tenter de déstabiliser les hommes de Fischer.

Pour faire mieux, il aurait été de bon ton que la Suisse profite de ses occasions en supériorité numérique. Les excellentes entrées de zone ont permis de poser des power-plays intéressants, mais les deux minutes à 5 contre 3 à la 26e auraient dû déboucher sur le 3-0. Roman Josi s'est multiplié en mitraillant Hardy. Sans succès. Le numéro 90 a en revanche servi Untersander sur un plateau à la 38e pour le 3-0 qui a mis fin aux minces espoirs français. Au passage, le défenseur bernois a inscrit son troisième but en trois matches.

Fiala a ensuite marqué le 4-0 à la 43e et Moser le 5-1 à la 54e, soit dix minutes après la seule réussite tricolore signée Leclerc.

ATS

PHOTO KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Matches de foot avec spectateurs possibles dès juillet, mais avec traçage

Publié

le

Pour retourner su stade, les spectateurs devraient laisser leurs coordonnées. (©KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Les matches de football avec spectateurs pourraient reprendre en juillet, pour autant que l'on sache qui était où, a déclaré lundi Daniel Koch. "Sinon, nous aurons bientôt une nouvelle vague" de cas de coronavirus.

"S'il n'y a pas de traçage possible, ce sera comme en Allemagne récemment"- où un rassemblement religieux a suscité une nouvelle flambée de cas, a affirmé le délégué pour le Covid-19 de l'Office fédéral de la santé (OFSP) lors d'un point de presse à Berne.

Il n'est pas possible de mettre 10'000 personnes en quarantaine, a-t-il souligné. "Si l'on sait qui était où, on peut n'y placer que dix à 20 individus".

"Il faut pour cela que les spectateurs laissent leurs coordonnées, que ça fonctionne mieux que jusqu'ici dans les restaurants où beaucoup ne donnent pas ces informations", a insisté M. Koch. Pour lui, ce n'est pas un problème: "ça marche très bien dans les avions", par exemple. Il faudrait le même système aussi pour les concerts, a-t-il ajouté.

Continuer la lecture

Sport

Du public au stade dès juillet?

Publié

le

Daniel Koch: des propos qui vont réjouir tous les acteurs du football suisse. (©KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)
On pourra très vraisemblablement rejouer au football devant du public cet été en Suisse: tel est le message réjouissant délivré par Daniel Koch.

Le délégué de l'Office Fédéral de la Santé Publique (OFSP) a rappelé lors de l'émission "Sportpanorama" de la SRF que le "sport était très important". "C'est pourquoi nous suivons un objectif très clair: permettre au public de se rendre très bientôt dans les stades", souligne Daniel Koch. Le mois de juillet est évoqué pour ce retour à une certaine normalité.

Ce mercredi, le Conseil fédéral devrait annoncer de nouvelles mesures quant à la pratique du sport qui seront appliquées dès le 8 juin lors de la phase suivante du déconfinement.

Continuer la lecture

Sport

Football - La Liga face aux défis d'une reprise

Publié

le

Les équipes du championnat de football espagnol (ici Barcelone) vont pouvoir reprendre la compétition durant la semaine du 8 juin prochain. Archives (AP Photo/Joan Monfort)
"La Liga est de retour !". Si les médias se réjouissent ce dimanche de la reprise espérée du championnat après deux mois d'arrêt, la Ligue espagnole devra relever de nombreux défis pour assurer son bon déroulement entre chaleur, huis clos, et risques de santé.

Après avoir observé de près le "crash-test" Bundesliga, premier grand championnat à redémarrer le week-end dernier, l'Espagne, durement touchée par la pandémie, va se lancer à son tour et devra prendre le pli des stades vides et des strictes mesures sanitaires pour finir la saison en sécurité.

Samedi, le gouvernement espagnol a donné son feu vert pour une reprise à partir de la semaine du 8 juin. La Ligue n'a pas encore communiqué sur la date exacte de retour ni sur son protocole de reprise, mais l'organe qui gère le football professionnel en Espagne devrait le faire dans le courant de la semaine prochaine, selon la presse.

Chaleurs accablantes

"La Liga est de retour !" se sont exclamés à leur Une le quotidien Marca, le plus vendu d'Espagne qui a orné sa première page d'un coeur formé par les vingt écussons des clubs de Liga, le journal catalan Sport ainsi que As.

Depuis plusieurs semaines, le président de la Ligue Javier Tebas pousse pour que le championnat reprenne le 12 juin, avec le derby andalou entre le Betis et le Séville FC comme lever de rideau. Tebas s'est dit "très heureux" de l'annonce de cette reprise, mais il devra désormais redoubler d'efforts pour faire face aux immenses défis qui se dressent devant lui. "Nous ne pouvons pas baisser la garde", a prévenu le dirigeant.

Car les onze dernières journées de championnat se joueront cet été sans doute à huis clos et sous des chaleurs accablantes. Lors d'une réunion de travail avec la Ligue en fin de semaine, le principal syndicat de joueurs en Espagne (AFE) a demandé à ce que des "pauses fraîcheur" soient respectées quand les températures oscillent entre 28 et 32°C, et que les entraînements et les matches soient reportés quand elles dépassent les 32°C, ce qui est courant en plein été en Espagne. Le Valence CF s'est par exemple entraîné en petits groupes sous 28°C ce samedi.

L'AFE a également demandé à ce qu'un repos obligatoire de 72 heures minimum soit respecté entre deux matches pour une même équipe, tandis que la Ligue avait annoncé avec ardeur qu'il y aurait du "football tous les jours" de la semaine.

La blessure, "tourment" des joueurs

Ce point fait débat car la Ligue et la Fédération espagnole de football (RFEF), en désaccord sur le fait de diffuser du foot le lundi, sont déjà allées devant les tribunaux les 20 et 21 février. Le jugement n'a pour l'heure pas été prononcé. Mais la Ligue pousse, car les enjeux économiques sont gigantesques: Tebas avait estimé début avril à un milliard d'euros les pertes en cas d'arrêt définitif de la saison, contre 300 millions en cas de reprise sans spectateurs.

D'ici la reprise, les joueurs, qui sont passés de l'entraînement individuel à des sessions par petits groupes le 18 mai tout en continuant à respecter de strictes mesures sanitaires, auront près de trois semaines pour se préparer. Un minimum pour l'AFE, laquelle réclamait 15 à 20 jours. "On a envie de revenir à la compétition, mais il faut y aller phase après phase pour retrouver la forme. On n'aura pas de matches pour tester nos sensations, on entrera directement dans la compétition", a craint l'ailier et capitaine de Levante, José Luis Morales, dans Marca samedi.

"Ce qui nous préoccupe le plus, c'est ce qui peut arriver au niveau physique, les blessures. (...) Ces deux mois ont augmenté le risque de blessure", a commenté le défenseur central colombien de l'Espanyol Barcelone Bernardo Espinosa vendredi aux médias de son club. "C'est ce qui tourmente le plus mes coéquipiers. Il faut retrouver la tonicité musculaire et fonctionnelle, et diminuer ce risque qui a augmenté, pas seulement en raison du temps que l'on a passé sans jouer, mais aussi à cause de cette période bizarre que nous avons traversée, et à cause des températures élevées", a-t-il ajouté.

Continuer la lecture

Sport

Le Lausanne-Sport dans l'incertitude

Publié

le

L'entraîneur du FC Lausanne-Sport Giorgio Contini, au centre, parle a ses joueurs lors de l'entraînement ouvert vendredi aux médias du Lausanne-Sport. (©Keystone/LAURENT GILLIERON)
C'est lundi que le Lausanne-Sport a retrouvé les terrains d'entraînement. Pour une première semaine qui aurait dû être celle du couronnement et de la promotion en Super League.

"J'espère que nous ne serons pas les victimes de la crise du coronavirus." Alexandre Pasche ne cherche pas à s'attarder sur le pire scénario possible. Celui qui annulerait la saison et rendrait l'inévitable montée des Lausannois caduque. "J'ose penser que le bon sens l'emporterait si le championnat devait être arrêté et que nous passerions à une formule à douze pour l'année prochaine", souffle le Vaudois.

C'est en effet mercredi que devait avoir lieu la dernière journée de Challenge League dans un monde normal. Puisque plus rien ne l'est vraiment et que l'incertitude noie les projections de chacun, Lausanne a quand même retrouvé le chemin de l'entraînement cette semaine. Au cas où.

"On est absolument conscient qu'on reprend peut-être pour rien, accepte l'entraîneur Giorgio Contini. C'est pour cela que tout ce qu'on fait à l'entraînement correspond à une mise en place pour retrouver le plaisir de rejouer au ballon. Il n'y a rien de spécifique, de tactique. Pour l'instant, la seule date dans le viseur est celle du 29 mai." Soit celle de la décision que prendront les clubs quant à la poursuite ou non de la saison.

"Pas d'appréhension"

A la Pontaise donc, l'entraînement est surtout un excellent prétexte pour réapprivoiser le ballon, après plus de deux mois à entretenir sa condition physique. "C'est comme le vélo en principe, rigole Pasche. Les cinq ou dix premières minutes, on n'est pas tous des magiciens, mais après ça revient." Et le football "n'est pas de l'athlétisme", dixit Contini. Egalement en termes de dynamique collective: "On a toujours besoin d'être poussé par ses coéquipiers, souligne le coach. Les joueurs ont fait ce qu'il fallait faire à la maison, mais ce n'est jamais la même chose que de s'entraîner avec l'équipe."

De toute façon, à Lausanne, personne n'imagine vraiment que cette reprise soit suivie du néant. Ce ne sont en tout cas pas les conditions sanitaires qui préoccupent. "Tout a été mis en place pour qu'on se sente en sécurité, confirme Pasche. La Swiss Football League a fourni les éléments nécessaires pour qu'on continue. Après ce n'est pas moi qui décide. Mais cela a été validé par la Confédération. Alors il n'y a pas d'appréhension." Le joueur aimerait reprendre, quand bien même son avis n'est pas vraiment pris en compte. "C'est vrai que nous sommes un peu dépendants du système. Mais nous ne sommes pas les seuls dans ce cas de figure. Cela est pareil pour tous les employés dans tous les secteurs."

La prolongation de Contini en question

L'entraîneur aussi plaide pour la poursuite du championnat. "Le monde recommence à se normaliser, insiste Contini. Les écoles ont été rouvertes, les restaurants aussi. Peu à peu, la vie redevient normale. Si le Conseil fédéral a dit que l'on pouvait pratiquer à nouveau notre métier, je ne vois pas pourquoi sportivement on ne pourrait pas jouer." Même si cela devrait se faire dans un premier temps à huis-clos. "C'est clair que l'ambiance va être différente, ajoute l'ancien attaquant. Mais cela ne concerne pas uniquement le foot. Même pour celui qui veut aller faire des grillades au bord du lac doit s'adapter. Il faut trouver des solutions et être positif pour retrouver la normalité." Et celle du coach se trouve généralement sur le terrain.

Même si, pour Contini, elle est également en coulisses. Le Zurichois est, théoriquement, en fin de contrat au 30 juin. Mais il dispose d'une clause de prolongation automatique en cas de promotion. Laquelle n'a donc pas encore été activée, même si un départ semble improbable. "Nous avons envie de continuer à travailler ensemble, mais nous ne l'avons pas encore concrétisé, également en raison des incertitudes actuelles, précise-t-il. Il y a encore des questions à clarifier, mais il est clair que les dirigeants et moi voulons continuer ensemble." A la Pontaise, la date du 29 mai est attendue de pied ferme.

Continuer la lecture

Sport

Swiss-Ski trace les courses du Lauberhorn de son calendrier

Publié

le

Ce litige, qui couve depuis 2016, porte principalement sur les revenus des droits de télévision et sur la manière dont Swiss-Ski indemnise les organisateurs de Wengen pour ces droits. (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)
Le conflit entre le comité d'organisation des courses du Lauberhorn à Wengen et Swiss-Ski est encore monté d'un cran. Lors de la réunion en ligne du sous-comité de la FIS, la fédération suisse a demandé à ce que les courses dans l'Oberland bernois soient retirées du calendrier de la Coupe du monde à partir de la saison 2021/22.

Le calendrier des courses pour l'hiver prochain a déjà été définitivement approuvé par le conseil d'administration de la FIS et ne peut être modifié. Le litige est de notoriété publique depuis le début de l'année. Ce litige, qui couve depuis 2016, porte principalement sur les revenus des droits de télévision et sur la manière dont Swiss-Ski indemnise les organisateurs de Wengen pour ces droits.

Ces derniers espèrent obtenir davantage d'argent et ont appelé le TAS à intervenir. Le jugement provisoire est tombé il y a deux mois, mais depuis lors, les deux parties ne sont pas parvenues à un accord et communiquent principalement via leurs avocats.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Cancer

Des projets de travail sont relancés. Prenez des initiatives et acceptez un stage dont vous tirerez grand profit.

Publicité

Les Sujets à la Une

X