Rejoignez-nous

Lausanne

Pas d'Athletissima en août 2020

Publié

,

le

Archives (KEYSTONE/Alexandra Wey)
Athletissima n'aura pas lieu cette année. Le comité d'organisation de l'épreuve lausannoise a décidé de renoncer à la date du 20 août prochain, qui était prévue pour cette édition.

Le Conseil fédéral, qui a annoncé mercredi l'interdiction des rassemblements avant la fin de l'été, a eu raison de l'épreuve de la Pontaise. "Il est actuellement impossible de laisser se retrouver un nombre important de personnes dans un périmètre restreint d'ici à fin août", fait savoir le communiqué de presse diffusé jeudi.

Toutefois, les organisateurs ne ferment pas totalement la porte à la tenue de l'épreuve cette année: "Nous allons étudier quelles alternatives et formats pourraient être encore envisagés afin d’offrir aux athlètes une possibilité de compétition."

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Un chantier insolite à la place de l'historique Lido

Publié

le

L'ancien bâtiment abritait l'emblématique salle de spectacle et club du Lido, qui a fermé ses portes en 2016. ©Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

La rue de Bourg 17 à Lausanne, où se trouvait anciennement le Lido, accueille depuis 2018 un chantier insolite et complexe. Ce lieu emblématique en plein coeur de la capitale vaudoise fait place aujourd'hui à des structures boisées.

"C'est un chantier complexe", explique Pascal Chapuis, responsable construction pour la Suisse romande chez Wincasa. "Nous avons dû prendre en compte tous les éléments techniques et logistiques pour mener à bien ce projet et respecter les réglementations particulières du centre-ville". Selon le responsable du chantier, les travaux seront achevés dans le courant 2021.

Le chantier présente toujours un "trou" dans la rue de Bourg et offre une vue sur la cathédrale. A l'heure actuelle, les ouvriers versent notamment le béton entre les structures métalliques dans un espace très étroit. Au-dessus de leurs têtes, des butons en bois soutiennent les bâtiments voisins, pour éviter un risque d'affaissement. Le tout forme une structure boisée d'un autre temps.

L'ancien bâtiment abritait l'emblématique salle de spectacle et club du Lido, qui a fermé ses portes en 2016. Selon M. Chapuis, le site présentait "un mélange de constructions des 19e et 20e siècles". D'où la complexité des travaux.

Cette structure a été complètement démolie. Elle fera place dans quelques mois à un bâtiment moderne, qui abritera des locaux commerciaux et des logements.

Continuer la lecture

Lausanne

Label Suisse à Lausanne: une édition compliquée mais nécessaire

Publié

le

Les spectateurs avaient l'obligation de porter un masque. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Label Suisse, la fête de la musique suisse, a bravé le coronavirus ce week-end à Lausanne. Le public a répondu présent, même si les spectateurs, masqués, étaient bien moins nombreux qu'à l'accoutumée en raison des jauges réduites.

"Nous sommes très fiers d'avoir pu proposer ces 60 concerts", a expliqué dimanche à Keystone-ATS Julien Gross, président de l'association Label Suisse. L'équipe a travaillé d'arrache-pied pour donner un coup de projecteur à la scène musicale suisse et apporter un petit bol d'air à un secteur au bord de l'asphyxie.

Pour les artistes, il est important de monter sur scène. "Tous ont dit leur reconnaissance", a observé M. Gross. "Et le public est venu. Il y avait du monde partout". Les organisateurs ont émis cette année environ 12'000 billets gratuits - il fallait s'inscrire aux concerts pour assurer le traçage. Certes loin de la fréquentation estimée de la dernière édition en 2018 avec près de 90'000 personnes.

Copie à revoir

Les organisateurs ont dû revoir rapidement leur copie après les nouvelles règles sanitaires annoncées mardi par les autorités vaudoises. Les concerts ont finalement pu être maintenus, mais pas les "after-parties" prévues dans les clubs - fermés depuis jeudi.

Les spectateurs avaient l'obligation de porter un masque. "En grande majorité le public a joué le jeu. Même si au début, on avait des doutes, car on commençait vendredi avec une grande soirée hip hop. Le public, toutes générations confondues, a respecté les règles".

Les bars ont dû rester fermés, même si les Docks et le Métropole ont improvisé un service de boissons à table, comme l'impose désormais le canton. Le manque à gagner pour le festival n'est pas encore connu. "On va faire le bilan financier ces prochains jours, puis nous discuterons avec la ville et le canton", a ajouté M. Gross.

Au final, les organisateurs tirent un bilan positif de cette édition "compliquée". Mais ils se disent préoccupés quant à la faisabilité des manifestations culturelles. "Il est très difficile de construire quelque chose dans un contexte aussi instable", a observé M. Gross. Une nouvelle édition est prévue du 16 au 18 septembre 2022.

Continuer la lecture

Lausanne

L'Auberge de Sauvabelin échappe finalement à la démolition

Publié

le

Construit en bois en 1891, le "pavillon restaurant" de Sauvabelin (à gauche), appelé l'Auberge, a connu plusieurs transformations à travers les années. Il a failli être voué à la démolition. (©Ville de Lausanne)

L'Auberge de Sauvabelin sur les hauts de Lausanne ne sera pas détruite. Confrontée à de nombreuses critiques et une pétition, la Municipalité a décidé de rénover l'établissement historique. Pour ce faire, la Ville va mettre sur pied un processus participatif avec la population.

Rétropédalage sur l’avenir de l’Auberge de Sauvabelin à Lausanne. Située sur les hauts de la ville, elle ne sera finalement pas détruite, mais rénovée. En mai 2019, la Municipalité de Lausanne annonçait sa volonté de « déconstruire » ce lieu « devenu vétuste et en rupture avec le bord des berges renaturées du lac ». À la place devait naître un espace de pique-nique. Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Natacha Litzistorf reconnaît qu’il y a eu une incompréhension :

Natacha Litzistorf
Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Lausanne
Natacha Litzistorf  Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Lausanne

Ce sont les arguments patrimoniaux et émotionnels des opposants qui ont convaincu la municipale.

Natacha Litzistorf
Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Lausanne
Natacha Litzistorf  Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Lausanne

L'annonce de la démolition de l'Auberge de Sauvabelin avait créé beaucoup de remous en 2019 : recours, pétitions, interpellation urgente, alors même que la décision faisait suite à une étude citoyenne. Ce changement de plan, est-il un aveu d’échec de l’étude ?

Natacha Litzistorf
Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Lausanne
Natacha Litzistorf  Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Lausanne

Pour l’avenir de l’Auberge de Sauvabelin, rien n’est gravé dans le marbre ; une démarche participative va être mise sur pied et le Conseil communal devra se prononcer plusieurs fois encore. A l’heure actuelle, la Municipalité envisage de conserver le corps principal de l’ancien chalet, complété par une extension contemporaine en bois et verre.

Natacha Litzistorf
Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Lausanne
Natacha Litzistorf  Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Lausanne

Conséquence : la réalisation des travaux n’est pas envisagée avant décembre 2022. Quant au budget, aucun montant n’est encore avancé par les autorités. En 2019, la démolition et l’installation de la place de pique-nique avaient été devisées à 900'000 francs. C’était d’ailleurs un argument économique avancé par la Municipalité.

Natacha Litzistorf
Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Lausanne
Natacha Litzistorf  Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Lausanne

Continuer la lecture

Lausanne

La Ville de Lausanne aménage des espaces d'allaitement au travail

Publié

le

Trois espaces d'allaitement de ce type ont été aménagés dans l'administration communale lausannoise, à la Place Palud, au Flon et à Chauderon. (@Ville de Lausanne)

La Ville de Lausanne promeut l'allaitement au travail. Elle a inauguré cette semaine trois salles d'allaitement destinées à ses collaboratrices de retour de congé maternité. La capitale vaudoise met aussi à disposition du public un espace extérieur dédié à l'allaitement, signalé d'un pictogramme.

La Municipalité vient d'aménager ces trois espaces adaptés, qu'elle a voulu "intimes et confortables", indique-t-elle vendredi dans un communiqué. Ces trois pôles ont été ouverts dans l'administration communale à la Place Palud, au Flon et à Chauderon. Chaque salle est équipée d'un fauteuil confortable, d'une table à langer et d'un petit frigo, précise la Ville.

Celle-ci a également décidé de rendre sa règlementation encore plus favorable à l'allaitement au travail. Elle offre désormais à ses collaboratrices la possibilité de choisir le moment qui leur convient le mieux pour allaiter ou tirer leur lait, que ce soit en début, milieu ou fin de journée.

Par cet assouplissement, les autorités lausannoises visent à augmenter le nombre de collaboratrices qui maintiennent l'allaitement de leur enfant après leur reprise du travail, répondant ainsi à des enjeux importants de santé publique. Il s'agit aussi de favoriser leur réintégration dans la vie professionnelle.

Afin de faciliter aussi l'allaitement maternel en ville, le Bureau lausannois pour les familles met à disposition du public un espace dédié, signalé au moyen d'un pictogramme, ajoute encore la Municipalité. Différents liens ont par ailleurs été noués avec des établissements publics (bibliothèques et musées) et privés (restaurants) pour les inciter à jouer le jeu en offrant un lieu dédié et reconnaissable en affichant un pictogramme.

Continuer la lecture

Lausanne

Le premier directeur de Plateforme 10 sera Patrick Gyger

Publié

le

Plateforme 10 a trouvé son premier directeur en la personne de Patrick Gyger. (Image d'archives - ©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Patrick Gyger sera le premier directeur général de la Fondation Plateforme 10 à Lausanne. Ce Vaudois de 49 ans va diriger le nouveau pôle muséal à partir du 1er janvier prochain.

Formé en lettres à l'Université de Lausanne, M. Gyger a dirigé de 1999 à 2010 la Maison d'Ailleurs, le musée de la science-fiction à Yverdon, indique mardi l'Etat de Vaud. Il a ensuite pris la tête de Lieu Unique à Nantes en France, un centre de culture contemporaine et pluridisciplinaire.

En 2017, son travail lui a valu d'être nommé Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres par le ministère français de la culture et de la communication.

Désigné par le Conseil d'Etat vaudois, M. Gyger a été retenu parmi 50 postulations nationales et internationales. "Après plus de 22 années passées à diriger et faire rayonner des lieux culturels, il a non seulement les qualités, mais surtout l'envie de développer le site de Plateforme 10 et de lui donner une identité culturelle forte et multidisciplinaire", poursuit le communiqué.

Pour mémoire, Plateforme 10 accueille déjà le Musée cantonal des Beaux-Arts (MCBA) depuis octobre 2019. Le Musée de la photographie de l'Elysée et celui du Musée de design et d'arts appliqués contemporain (mudac) le rejoindront en 2022.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Taureau

Six planètes au moins vous gratifient de magnifiques énergies… Tout va bien, alors souriez au Ciel puisque, lui, il le fait !!!

Publicité

Les Sujets à la Une

X