Rejoignez-nous

Suisse

5G: essais sur l'exposition au rayonnement

Publié

,

le

Le gouvernement tient compte des réticences exprimées par la population à la téléphonie 5G. (Image d'archive - ©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)
Le Conseil fédéral veut développer le réseau 5G en Suisse, mais il met la pédale douce compte tenu des réticences exprimées par la population. Pas question d'assouplir pour l'instant les valeurs limites visant à protéger les gens du rayonnement non ionisant.

Le Département fédéral de la communication (DETEC) devra d'abord éclaircir les choses pour les antennes. Le gouvernement l'a chargé de rédiger une "aide à l'exécution" et de réaliser d'abord des mesures d'essai afin de déterminer de manière transparente l'exposition effective de la population dues aux antennes adaptatives.

Ces antennes qui transmettent des signaux ciblés en direction de l'utilisateur sont très contestées. Les opposants à la 5G affirment que cette technologie sera imposée à l'ensemble de la population suisse sans débat démocratique.

Ils demandent un moratoire national jusqu'à ce que les conséquences à long terme de cette technologie sur la santé et l'environnement soient clairement établies. Plusieurs cantons dont Vaud et Genève ont introduit des moratoires sur la pose de nouvelles antennes.

Mesures d'accompagnement

Le Conseil fédéral veut également mettre en œuvre les six mesures d’accompagnement proposées par le groupe de travail sur la téléphonie mobile et le rayonnement en novembre 2019. La priorité devra être accordée à la poursuite du développement du monitoring de l’exposition au rayonnement et à la création d’un service de consultation de médecine environnementale sur le rayonnement non ionisant.

Il conviendra également de simplifier et d’harmoniser l’exécution, d’améliorer les informations fournies à la population et d’intensifier la recherche sur les effets de la téléphonie mobile et du rayonnement sur la santé.

Le DETEC va aussi explorer les possibilités de réseau de téléphonie mobile durable. Suite à un postulat du Conseil des Etats, il transmettra au Conseil fédéral d'ici fin 2021 un rapport présentant les possibilités d’aménager les réseaux de téléphonie mobile de manière durable. Le document devrait fournir une meilleure base de décision aussi pour les futures technologies de télécommunication.

Départ fulgurant

La 5G a connu un départ fulgurant en Suisse, l'un des premiers pays au monde à lancer cette nouvelle norme de téléphonie mobile ultra-rapide. Les trois grands opérateurs helvétiques avaient déboursé en février 2019 379 millions de francs pour acquérir les licences d'exploitation.

Les deux leaders du secteur, Swisscom et Sunrise, avaient ensuite mis les gaz. Début avril, l'opérateur zurichois avait claironné avoir déjà équipé 150 communes. Le géant bleu avait suivi deux semaines plus tard, faisant valoir un déploiement dans 54 communes et promettant de couvrir d'ici la fin de l'année jusqu'à 90% de la population.

Mais parallèlement, la résistance à cette nouvelle technologie a grandi, notamment dans la partie romande du pays. Outre Vaud et Genève, le canton du Jura a aussi décrété un moratoire sur la construction d'antennes, invoquant des risques pour la santé.

Fribourg et Neuchâtel ont décidé de soumettre l'implantation d'antennes 5G à l'octroi d'un permis de construire. Enfin, une initiative populaire intitulée "Responsabilité en matière de téléphonie mobile", visant la 5G, a été lancée l'automne dernier.

Experts pas d'accord

Quant aux experts, qui ont rendu en novembre un rapport très attendu, ils n'ont pas été en mesure de s'accorder sur la question centrale s'il fallait ajuster les valeurs limites des ondes émises par les antennes de téléphonie.

Le groupe de travail - rassemblant des spécialistes de l'environnement et des télécoms de la Confédération, des représentants des opérateurs, des scientifiques et des médecins - s'est limité à rassembler les données existantes avec comme constat qu'il n'était pas possible de prouver de manière consistante des risques pour la santé à partir d'un certain niveau de rayonnement.

Les opérateurs eux ne restent pas inactifs et continuent à installer de nouvelles antennes ou transformer des antennes 4G là où c'est possible. Sunrise affirme disposer du plus gros réseau suisse, avec plus de 300 communes et de 80% de la population couverts. Quant à Swisscom, il a annoncé en décembre en couvrir 90%.

Le canton du Tessin est à son tour monté aux barricades en janvier dernier, fustigeant le géant bleu pour avoir porté atteinte à sa crédibilité, en décidant unilatéralement de convertir "près d'une centaine" d'installations 3G en 5G.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Les Lions éliminés par Swiss Central

Publié

le

Les Lions d'Andrej Stimac ont été éliminés en 8es de finale de Coupe (© KEYSTONE/TI-PRESS/Davide Agosta)

Tenants du trophée, les Lions de Genève ont été éliminés à la surprise générale dès les 8es de finale de la Patrick Baumann Swiss Cup.

La formation entraînée par Andrej Stimac s'est inclinée 67-75 devant Swiss Central, en terre genevoise.

Les Genevois ont vécu une entame de match cauchemardesque dans leur salle du Pommier, se retrouvant menés 10-0 après 2'15'' de jeu. Ils ont certes pu revenir à égalité (39-39) peu avant la mi-temps, mais n'ont jamais été capables de prendre l'avantage face à une formation lucernoise très inspirée.

Les Lions ont manqué cruellement d'adresse mercredi, ne rentrant que 5 de leurs 24 tirs à 3 points (11/23 pour leurs adversaires dans cet exercice). En face, Swiss Central a pu compter sur ses joueurs suisses pour faire la différence: Marco Lehmann a inscrit 20 points, Joël Fuchs réussissant 16 points, 6 assists et 4 rebonds.

Battu à Massagno en championnat dimanche après-midi, Olympic a par ailleurs pris sa revanche en dominant les Tessinois 76-64 dans le choc des 8es de finale. Emmenés par un remarquable Arnaud Cotture (24 points, 8 rebonds), les triples champions de Suisse en titre ont toujours fait la course en tête dans cette partie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Un nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Swiss Loto a fait un nouveau millionnaire mercredi soir (Photo prétexte). (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Le Swiss Loto a fait un nouveau millionnaire mercredi. Un joueur a coché les six bons numéros et empoche 1 million de francs. Pour gagner le gros lot, il fallait cocher le 3, 13, 33, 38, 39 et 41. Le numéro chance était le 5, le rePLAY le 9 et le Joker le 146232.

Le gagnant a fait valider son bulletin à la Tour-de-Peilz (VD), a précisé la Loterie romande. Lors du prochain tirage samedi, 12,2 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Un chien policier sauve un vieil homme qui avait fait une chute

Publié

le

Grâce au berger allemand Jägger, l'histoire de cet octogénaire qui a fait une chute au pied des falaises de Saint-Jean s'est bien terminée. (Photo d'illustration - ©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Jägger, un berger allemand de la police genevoise, a, grâce à son flair, permis de retrouver à temps, dans la nuit de mardi à mercredi, un homme de 81 ans qui avait fait une chute au pied des falaises de St-Jean, à Genève. Le malheureux était en état d'hypothermie mais encore bien conscient quand les secours sont arrivés, à 2 heures du matin.

L'alerte avait été donnée une heure auparavant. Des appels à l'aide avaient été entendus, provenant en contrebas des falaises, explique la police genevoise dans un communiqué. Un hélicoptère a bien survolé la zone, mais le temps était exécrable. Impossible dans ces conditions de repérer une forme humaine.

Les recherches ont été difficiles à cause du terrain, pentu et glissant. Le berger allemand a conduit son maître Julien dans une dense végétation pour finalement découvrir le vieil homme d'où il est impossible de rejoindre la berge du Rhône à cause d'une falaise, indique la police genevoise.

Le vieil homme a indiqué au maître de Jägger et à un autre policier venu lui apporter des couvertures de survie, avoir fait une chute, mardi, vers 16h30. Ce sont les pompiers du Service d'incendie et secours qui ont remonté le malheureux sur une civière. L'octogénaire a été emmené à l'hôpital vers 05h30, mercredi matin.

Continuer la lecture

Lausanne

A Lausanne, le pont Chauderon a retrouvé ses habits d'antan

Publié

le

Le pont de Chauderon à Lausanne a retrouvé son allure d'antan, à une exception près: un teint bétonné plus claire que celui de l'époque. (©Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les travaux de réfection du pont Chauderon à Lausanne sont terminés. Entamés il y a quatre ans, ils ont permis de donner une nouvelle jeunesse à cet ouvrage construit au début du XXe siècle.

En 2015, des inspections avaient révélé le besoin de procéder à l'assainissement complet du pont. Avec ses 240 mètres de longueur et ses six arches, c'est le plus en aval des trois ouvrages routiers franchissant la vallée du Flon, dans la capitale vaudoise. Il relie la place du même nom, au nord et l'avenue Louis-Ruchonnet, au sud.

"Au vu de l'ampleur de l'opération à effectuer et conscients de l'importance de cet axe central pour la mobilité, nous avons opté pour une répartition des travaux en plusieurs phases, ce qui nous a permis de maintenir la circulation sur le pont", explique Florence Germond, municipale en charge de la mobilité, citée dans un communiqué diffusé mercredi par la Ville.

La première intervention réalisée en 2017 a permis de traiter la partie supérieure. La structure porteuse a été renforcée au niveau des culées (extrémités du pont). La pose de dalles de transition permet de minimiser l'apparition de fissures sur la couche de roulement, qui a également été remplacée en vue d'améliorer son étanchéité.

Restauration fidèle

Les travaux effectués cette année se sont, eux, concentrés sur la partie inférieure et ont notamment consisté au remplacement de la peinture existante ainsi qu'à l'assainissement des joints de maçonnerie. Les quatre obélisques ont également bénéficié d'une cure de jouvence.

"Chaque partie du pont a été traitée dans le respect des exigences liées à la conservation du patrimoine, ce qui a impliqué un important travail en amont en vue de garantir un résultat qui soit fidèle à l'ouvrage d’origine", indique la Municipalité. De multiples essais en laboratoire ont, par exemple, été nécessaires pour arriver à un rendu qui assure une meilleure intégration des nouveaux joints par rapport à ceux existants.

Le pont a ainsi retrouvé son allure d'antan, à une exception près: un teint bétonné plus claire que celui de l'époque.

Continuer la lecture

Vaud

Oppositions déposées contre le projet éolien de la Grandsonnaz

Publié

le

Le parc éolien de la Grandsonnaz (VD) prévoit la construction de quinze machines d'une hauteur maximale de 150 mètres. (Photo prétexte - ©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Plusieurs organisations de protection de la nature et du paysage ainsi qu'une association locale de citoyens ont fait opposition contre le projet de parc éolien de la Grandsonnaz (VD). Elles jugent son impact "inacceptable" au vu de la production d'énergie attendue.

Les oppositions sont dirigées contre un plan d'affectation valant permis de construire, explique mercredi un communiqué conjoint de Pro Natura Vaud, Paysage Libre Vaud et l'association citoyenne Vol au Vent. Elles font front commun avec Helvetia Nostra, Birdlife Suisse et la Fondation suisse pour la protection et l'aménagement du paysage.

La mise à l'enquête s'est terminée le 6 décembre, dans les quatre communes vaudoises concernées, à savoir Bullet, Fiez, Fontaines-sur-Grandson et Mauborget. Le projet prévoit un parc de 15 machines de 150 mètres de hauteur au maximum, sur les crêtes du Jura vaudois, entre le Chasseron (VD) et le Creux-du-Van (NE). Il est porté par les Services industriels de Genève (SIG) et Ennova, entreprise spécialisée dans l'éolien détenue à 100% par les SIG.

Les organisations considèrent que le parc dégraderait "significativement" le paysage, dans un secteur qui figure à l'inventaire cantonal des monuments naturels et des sites. "La visibilité des éoliennes s'étendrait sur une large portion du plateau ainsi que le Val-de-Travers neuchâtelois", écrivent-elles.

Oiseaux menacés

Elles critiquent en outre l'ampleur de l'intervention prévue, qui comprend la création de 15 kilomètres de routes d'accès et le défrichement définitif de 60'000 m2 de pâturages boisés, en plus de 120'000 m2 de défrichements temporaires. Autre grief majeur: les conséquences sur la faune ailée. Plusieurs espèces d'oiseaux et de chauves-souris apparaissant sur la liste rouge des espèces menacées fréquentent les environs, dont le grand tétras.

Il est aussi reproché aux porteurs de projet de n'avoir pas évalué les impacts cumulés avec deux autres parcs éoliens envisagés à proximité (Provence et Grandevent). Enfin, se basant sur l'Atlas des vents de la Confédération, les adversaires des hélices jugent que le site "ne présente pas des conditions de vent particulièrement intéressantes et ne s'impose donc pas pour un projet éolien".

Sur le site Internet du projet, Ennova annonce une production de 85 à 95 GWh par an, soit l'équivalent de la consommation de 24'000 ménages. Ce chiffre est mis en doute par les opposants. Selon leurs calculs réalisés avec l'aide d'un physicien, ils arrivent à 70 GWh, lit-on dans le document d'opposition. De plus, le facteur de charge (rapport entre énergie effectivement produite et énergie maximale pouvant être produite) est en dessous de la moyenne suisse, pointent-ils.

La coalition, qui avait déjà déposé une pétition contre ce projet en 2018, dit "regretter que l’Etat de Vaud l'ait maintenu dans la planification cantonale éolienne, alors même que son impact paysager et ses incidences sur plusieurs espèces protégées étaient connus de longue date".

Bien que "pleinement conscientes" des enjeux liés à la transition énergétique, les organisations estiment que celle-ci "ne saurait justifier sans conditions des impacts aussi massifs sur le paysage et la faune". Et de rappeler que le Tribunal fédéral a récemment confirmé que la protection d'espèces menacées devait dans certains cas l'emporter sur l'intérêt de la production d'électricité renouvelable, en lien avec le projet éolien de Grenchenberg (SO).

Conciliation demandée

Les oppositions ont été adressées aux quatre communes concernées ainsi qu'à l'Inspection fédérale des installations à courant fort. Les signataires demandent à être entendus dans le cadre d'une séance de conciliation. "Jusqu'ici, c'est un dialogue de sourds", a déclaré à Keystone-ATS Jean-Marc Blanc, secrétaire général de Paysage Libre Vaud. "Nous ne parlons pas le même langage."

Contactée, la Direction générale de l'environnement du canton de Vaud a répondu ne pas vouloir faire de commentaires pour l'instant. "La mise à l'enquête publique vient de s'achever. L'ensemble des oppositions déposées va maintenant être traité par les autorités communales concernées. Nous ne sommes à ce stade pas en mesure de préciser le délai prévu par les communes", a indiqué le porte-parole Denis Rychner. L'entreprise Ennova ne pouvait pas être jointe mercredi.

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Scorpion

Rien n’est simple, mais on sait que vous n’aimez pas la facilité. Il vous faudra du courage mais faire et défaire, c’est toujours travailler !

Les Sujets à la Une

X