Rejoignez-nous

Coronavirus

Chômage et faillites vont encore progresser d'ici l'été

Publié

,

le

image Prétexte - (KEYSTONE/Alexandra Wey).
Conséquence inévitable du Covid-19, le chômage et les faillites devraient poursuivre leur ascension en Suisse ces prochains mois, particulièrement parmi les petites et toutes petites entreprises, selon les prévisionnistes interrogés par AWP.

Tous s'accordent pour affirmer que le taux de chômage dépassera 3% d'ici fin 2020. Chez BAK Economics, le chef économiste Martin Eichler table sur une augmentation d'environ 1,2 point de pourcentage par rapport à février, soit 50'000 chômeurs de plus, ce qui porterait le taux des sans-emploi à 3,5% cet été.

Tant Gero Jung que Martin Neff, respectivement économistes en chef chez Mirabaud Asset Management et Raiffeisen, remarquent que grâce aux stabilisateurs automatiques, qui permettent le chômage partiel sur une période limitée de manière automatique, la Suisse dispose d'un coussin de protection qui n'existe pas à l'étranger ou en tous les cas pas de la même manière.

Si le confinement ne s'éternise pas, il est peu probable que le taux de chômage atteigne 4% à son pic, estime Gero Jung, alors qu'en 2009, année marquée par la plus importante récession sur le dernier demi-siècle, il avait bondi à 4,1%. Tout dépend de la durée de ce choc lié à la propagation du Covid-19.

Martin Neff précise que les stabilisateurs automatiques, qui sont normalement prévus pour une durée de trois mois, peuvent être prolongés jusqu'à 12 mois. En 2009, au pire la crise financière, le canton de Neuchâtel les avait même étendus à 20 mois. Grâce à ces stabilisateurs l'évolution de la courbe du chômage peut être considérablement atténuée.

Pour Martin Eichler, l'équation est simple: si la crise touche à sa fin cet été, le taux de chômage pourrait retomber à 2,5% une année plus tard, soit vers l'été 2021, ce qui correspond pratiquement au niveau d'avant la crise.

43% des PME au chômage partiel

Il y a un risque que le nombre de faillites d'entreprises dépasse le nombre de créations de start-ups, ce qui est inhabituel, souligne le chef économiste de Raiffeisen.

Mis à part les secteurs connus comme le tourisme et la restauration, touchés de plein fouet, il y a des domaines cachés - notamment des gestionnaires de fortune indépendants, des propriétaires de petits commerces ou des entrepreneurs tournés vers le commerce international - qui seront peut-être forcés de mettre la clef sous le paillasson, expliquent les trois économistes.

La crise économique pourrait être plus importante que celle de février 2009, avertit Gero Jung.

Selon l'Institut des jeunes entreprises de la FIJ, la pandémie du coronavirus ralentit le boom des start-up en Suisse. Au total, 11'358 nouvelles sociétés ont été créées au premier trimestre, 1,9% de moins que l'année précédente.

L'envie de fonder une nouvelle entreprise a déjà sensiblement diminué en mars: bien que 3718 nouvelles firmes soient encore en cours de création en Suisse, cela représente une baisse de 6,1% sur un an.

Les pertes les plus importantes en pourcentage ont été subies par Schaffhouse (-23%), Appenzell-Rhodes-Extérieures (-21%) et le Tessin avec une baisse de 20%, ce qui n'est guère surprenant car ce canton est le plus touché par le Covid-19.

Une enquête similaire conduite par la société Crif indique que dans la période sous revue du côté des disparitions d'entreprises, le commerce de détail affiche le plus grand nombre de radiations (733), suivi par les secteurs de la construction (702) et de la restauration (564).

L'institut allemand Ifo a calculé que si les entreprises du Vieux continent restent fermées pendant plus d'un mois, les pertes de production atteignent rapidement des dimensions largement supérieures au ralentissement de la croissance enregistré lors des précédentes récessions ou catastrophes naturelles de l'histoire de l'Union européenne.

En Suisse, Ifo anticipe qu'une diminution partielle de deux mois de l'activité des entreprises générerait des coûts de 51 à 85 milliards de francs.

En ce sens, l'enquête menée par la plateforme de services pour PME Gryps ne constitue pas une surprise. Elle montre que 34% des PME estiment qu'elles ne sont pas suffisamment soutenues par Berne. Les travailleurs indépendants, en particulier, sont mécontents du soutien limité dont ils bénéficient et estiment que leur existence est menacée.

Il ressort aussi de l'enquête de Gryps que 6,5% des PME ont licencié des employés et que plus de 8% prévoient de le faire dans un avenir proche. Quelque 43% des PME interrogées ont déjà introduit le chômage partiel et plus de 8% envisagent de le faire dans prochainement, alors que près de 54% ont été forcées de geler les embauches et un peu moins de 3 % prévoient de le faire.

Gryps signale enfin que 30% des PME ont subi une perte de chiffre d'affaires de plus de 75% au mois de mars.

En raison de la montée du chômage, les présidents de l'Union patronale suisse, de Swissmem et de l'Union syndicale suisse (USS) ont demandé à l'unisson au Conseil fédéral de présenter des scénarios. "Le Conseil fédéral doit maintenant développer une stratégie dans laquelle les risques économiques et sociaux jouent également un rôle", a indiqué le président de l'USS, Pierre-Yves Maillard, dans la Sonntagszeitung.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus - Vaccination

Google et Facebook n'accepteront que des employés vaccinés

Publié

le

Les employés de Google à Zurich devront se faire vacciner pour pouvoir retourner sur le lieu de travail (Archives © KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Les géants de l'Internet Google et Facebook ont annoncé mercredi qu'ils exigeraient de tous leurs employés amenés à se rendre dans leurs locaux qu'ils soient vaccinés contre le coronavirus. Plusieurs organismes publics aux Etats-Unis ont fait des annonces similaires.

L'obligation sera mise en place chez Google "dans les prochaines semaines" aux Etats-Unis, avant d'être étendue à d'autres régions du monde "dans les prochains mois", a indiqué le directeur général, Sundar Pichai, dans un communiqué. La mesure ne s'appliquera pas dans les pays où le vaccin n'est pas encore accessible facilement.

Google fournira prochainement des précisions sur les exceptions à cette obligation "pour les gens qui ne peuvent pas être vaccinés pour des raisons médicales ou des populations spécifiques", a indiqué l'entreprise. "Se faire vacciner est l'une des voies les plus importantes pour que nous et nos communautés locales restions en bonne santé", a insisté Sundar Pichai.

Faciliter le télétravail

De la même façon, les responsables de Facebook "demanderont que toute personne se rendant sur l'un de nos campus aux Etats-Unis soit vaccinée", a indiqué la vice-présidente Lori Goler. En juin, le réseau social a indiqué à ses salariés que ceux qui souhaitaient poursuivre le télétravail à temps plein pouvaient en faire la demande, si leurs fonctions le permettaient.

Pour les autres, il est prévu de faciliter le télétravail, mais il est conseillé de travailler au moins la moitié du temps dans les locaux de l'entreprise. Facebook prévoit de rouvrir ses bureaux à 50% de jauge en septembre et de passer à pleine capacité en octobre.

Quant à Google, il a reporté mercredi la date de retour officielle dans ses bureaux au 18 octobre, après l'avoir fixée initialement au 1er septembre. A compter de cette date, environ 80% des employés devront travailler physiquement dans les locaux de l'entreprise au moins trois jours par semaine. Le groupe prévoit qu'environ 20% des salariés continueront à rester chez eux.

Selon l'agence fédérale américaine en charge du respect des lois contre la discrimination au travail (EEOC), les employeurs peuvent obliger leurs salariés à présenter une preuve de vaccination contre le Covid-19, avec des exceptions pour raisons médicales ou objection religieuse.

Le mois dernier, la grande banque américaine Morgan Stanley et le gestionnaire d'actifs BlackRock avaient indiqué que seuls les employés vaccinés auraient accès à leurs locaux, ce qui revenait à exiger la vaccination, car ces entreprises privilégient le retour au bureau.

Continuer la lecture

Coronavirus

L'OFSP veut des tests obligatoires pour le personnel soignant

Publié

le

La Confédération propose aux cantons d'introduire des tests obligatoires pour le personnel soignant non vaccin (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le personnel soignant non vacciné contre le Covid-19 devrait se soumettre à un test obligatoire au travail. La Confédération propose aussi aux cantons d'introduire une obligation de certificat lors des visites en hôpital, dans les homes ou les maisons d'accueil.

Le conseiller fédéral Alain Berset a annoncé, après un téléphone avec plusieurs directeurs cantonaux de la santé, que la Confédération voulait renoncer à de nouvelles mesures. La situation en Suisse est bonne, mais il y a une dynamique négative et le retour des vacanciers amène une incertitude, a indiqué le ministre de la santé sur Twitter.

Tests obligatoires

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a transmis mercredi plusieurs propositions pour faire face à la propagation du virus aux cantons, indique-t-il sur sa page internet. La Confédération souhaite que les cantons prennent des mesures dans divers domaines afin de protéger les enfants, les jeunes et les personnes à risque.

Les cantons devraient notamment faire progresser la campagne de vaccination, intensifier les contrôles du respect de l'obligation de certificat et imposer des tests dans les écoles. La Confédération conseille vivement aux cantons de rendre obligatoire les tests répétitifs pour le personnel soignant non vacciné ou ayant contracté le coronavirus.

Les personnes asymptomatiques contribuent grandement à propager le virus, écrit l'OFSP. Les tests sont donc un complément nécessaire à la vaccination et au concept de protection.

Par ailleurs, une visite dans un hôpital, un home ou autre ne devrait être autorisé qu'avec un certificat. Les autorités veulent ainsi éviter que le virus ne se propage dans les établissements de santé.

Renoncer aux mesures

Malgré le nombre d'infections en hausse, la Confédération veut renoncer à un durcissement des mesures. Mais un assouplissement n'est pas non plus en vue. La situation actuelle est loin des critères de durcissement établis par le Conseil fédéral. Par ailleurs, la hausse des cas a ralenti ces derniers jours.

La situation doit toutefois être observée. En cause, les infections avec le variant Delta, les revirements dans le nombre d'hospitalisations ou encore l'incertitude liée au retour des vacanciers. Le Conseil fédéral se penchera sur la situation lors de sa première séance après la pause estivale le 11 août.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Certains vaccins ne donnent pas droit au certificat Covid suisse

Publié

le

Les personnes vaccinées n'obtiennent un certificat covid que si elles sont vaccinées avec des produits autorisés en Suisse (archives). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Certaines personnes vaccinées doivent encore subir un test avant leur entrée en Suisse ou lors de grandes manifestations. Le certificat Covid suisse n'est remis qu'aux personnes qui ont reçu un vaccin autorisé en Suisse.

SRF a rendu public le cas d'une Suissesse de l'étranger ayant été vaccinée en Jordanie avec le produit anglo-suédois AstraZeneca, mais n'ayant pas obtenu de certificat de la Suisse. Elle devra subir un test avant de participer à de grandes manifestations.

La remise d'un certificat covid par la Suisse après une vaccination à l'étranger est possible si le produit injecté est autorisé en Suisse et que la vaccination est complète, indique à Keystone-ATS l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), confirmant les informations de SRF.

Toutefois, la Suisse accepte des vaccinations avec des produits qui ne sont pas autorisés sur le territoire lorsque les personnes peuvent présenter un certificat délivré par l'UE ou l'AELE. Depuis le 9 juillet, l'UE reconnaît le certificat suisse et la Suisse reconnaît les documents émis par les membres de l'UE et de l'AELE.

181 pays

Le vaccin AstraZeneca est administré dans 181 pays. L'entreprise attend son autorisation par la Suisse depuis octobre. Il manque à Swissmedic des données indispensables pour prendre une décision.

En Suisse, trois produits sont officiellement autorisés: Pfizer-Biontech, Moderna et Johnson&Johnson. Le dernier n'a pas encore été administré en Suisse, parce que la Confédération n'a pas signé de contrat avec l'entreprise américaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 771 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Les patients Covid-19 occupent 4,40% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 68,70%. (Photo d'illustration) (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Suisse compte mercredi 771 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore trois décès supplémentaires et 17 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 18'384 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,19%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 9015, soit 104,28 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,26. Les patients Covid-19 occupent 4,40% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 68,70%.

Au total 8'915'059 doses de vaccin ont été administrées et 47,43% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 9'535'650 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 4'900'598 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 716'038 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 9'012'202 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'395 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 29'402.

Le pays dénombre par ailleurs 5131 personnes en isolement et 5917 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 881 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 853 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Les patients Covid-19 occupent 4,60% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 66,70%. (Photo d'illustration) (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Suisse compte mardi 853 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore deux décès supplémentaires et 14 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 19'271 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,43%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 8766, soit 101,4 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,26. Les patients Covid-19 occupent 4,60% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 66,70%.

Au total 8'878'473 doses de vaccin ont été administrées et 47,16% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 9'535'650 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 4'858'417 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 715'267 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 8'993'818 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'392 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 29'385.

Le pays dénombre par ailleurs 4864 personnes en isolement et 6021 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 977 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Sagittaire

Vos chances de progression sont excellentes si vous ne cherchez pas à aller trop vite et ne décidez rien sur un coup de tête !!!

Les Sujets à la Une

X