Rejoignez-nous

Suisse

Daniel Koch s'engage pour éviter les noyades

Publié

,

le

Daniel Koch (à gauche), relève qu'avec un comportement adéquat et une bonne préparation, le risque d'accident par noyade peut être réduit "de manière significative". (©KEYSTONE/Schweizerische Lebensrettungs-Gesellschaft SLRG/SLRG)
L'ancien "Monsieur Covid-19" de la Confédération Daniel Koch rejoint la Société suisse de sauvetage (SSS) en tant qu'ambassadeur. L'ancien chef de la section "maladies transmissibles" de l'OFSP veut contribuer à la prévention des noyades - surtout cet été.

En raison des effets de la pandémie de coronavirus, la SSS s'attend à ce que davantage de personnes se baignent en eau libre et à un risque accru de noyade, indique mercredi cette dernière dans un communiqué. Daniel Koch accompagnera le projet "Covid-Eté 2020".

"Je suis très heureux de la demande de la SSS et je suis très motivé à accepter cet engagement. En tant que nageur enthousiaste de l'Aar, je sais combien un séjour en eaux libres peut être amusant. Mais je sais aussi qu'il faut être prudent", commente l'ex-responsable de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

M. Koch relève encore qu'avec un comportement adéquat et une bonne préparation, le risque d'accident par noyade peut être réduit "de manière significative". Tout comme pour une infection par le coronavirus.

Daniel Koch mènera sa première mission pour la SSS vendredi prochain. Il s'adressera à la population suisse dans une lettre avec les nageurs sauveteurs.

"Monsieur Covid-19" avait surpris au premier jour de sa retraite avec une action spéciale. Le 1er juin, il avait plongé en costume-cravate dans les eaux froides de l'Aar, en conseillant toutefois de ne pas l'imiter.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Extinction Rebellion presse Berne de déclarer l'urgence climatique

Publié

le

Cinq militants d'Extinction Rebellion (XR) se sont collé une main aux murs du Palais fédéral mardi, en signe de protestation contre la politique climatique du Conseil fédéral. Du personnel médical est intervenu pour les "libérer", sous la surveillance de la police. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Cinq militants d'Extinction Rebellion (XR) se sont collé une main à la glu mardi aux murs du Palais fédéral, en signe de protestation contre la politique climatique du Conseil fédéral. Ils appellent le gouvernement à déclarer l'urgence climatique.

"Nous demandons au Conseil fédéral de prendre ses responsabilités et de protéger la population des dangers qui l'attendent", a déclaré l'une des activistes à Keystone-ATS.

Les militants ont indiqué avoir remis une lettre au Conseil fédéral où ils lui demandent de "dire la vérité" sur le changement climatique. Ils pressent les autorités de déclarer l'urgence climatique et écologique, d'atteindre la neutralité carbone en 2025 et de mandater des assemblées citoyennes chargées d'organiser un plan pour le climat.

Extinction Rebellion demande dans son appel d'écouter les scientifiques ainsi que l'ONU. "L’humanité fait face au plus grand danger de son histoire", écrivent-ils.

En se collant littéralement au Palais fédéral, les activistes ont voulu montrer qu'ils sont prêts à mettre leur corps en jeu "pour éloigner la société du gouffre vers lequel elle se dirige", a souligné XR.

"Dernier appel"

La police avait été informée à l'avance de l'action au Palais fédéral, selon XR. Celle-ci a recueilli les données personnelles des militants sur place et a clarifié la situation avec l'Office fédéral de la police. Six personnes ont été emmenées au poste pour des vérifications supplémentaires sur d'éventuelles suites pénales, a précisé la police cantonale bernoise à Keystone-ATS.

Du personnel médical a été appelé pour évaluer l'état de santé des manifestants. Il est intervenu pour décoller les mains des activistes, a constaté un photographe de Keystone-ATS.

XR présente son action comme un "dernier appel avant la rébellion" "Sans réponse adéquate du Conseil fédéral d’ici au 20 septembre", les militants de XR "annoncent à regret être moralement contraints de paralyser pacifiquement la plus grande ville du pays à compter du 3 octobre, et jusqu’à ce que leurs trois demandes soient satisfaites", selon un communiqué. Le groupe indique avoir prévenu la police de Zurich ainsi que le Conseil fédéral de ses intentions.

Continuer la lecture

Suisse

Hausse de salaire de 400 francs pour les employés de La Poste

Publié

le

Les mesures salariales 2021 concernent au total 25'000 collaborateurs de la Poste, 2500 chez PostFinance et près de 2400 chez CarPostal (Image d'illustration © KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Les employés de La Poste recevront 400 francs de salaire en plus pour un taux d'occupation de 100%. La rémunération minimum sera relevée de 0,5%. C'est le résultat de la conciliation pour les négociations salariales 2021 entre La Poste et les partenaires sociaux.

Ces adaptations entreront en vigueur avec effet rétroactif à compter d'avril 2021, ont annoncé mardi l'entreprise et le syndicat Transfair. Les mesures salariales 2021 concernent au total quelque 25'000 collaboratrices et collaborateurs de la Poste, environ 2500 chez PostFinance et près de 2400 chez CarPostal.

Le personnel employé par les entrepreneurs CarPostal bénéficiera lui aussi d'une revalorisation équivalente, précisent les deux parties dans un communiqué commun.

La Poste, PostFinance, CarPostal et les syndicat transfair et syndicom n'avaient pas pu trouver d'accord à la table des négociations. C'est donc la commission paritaire de conciliation qui a dû prendre une décision. Celle-ci convient à tous les partenaires sociaux, souligne-t-on des deux côtés.

Satisfaction générale

Ce résultat s'appuie sur la situation économique des trois sociétés de La Poste, sur les comparaisons avec des entreprises concurrentes, sur l'évolution du renchérissement ainsi que sur celle des salaires moyens selon les groupes professionnels et les régions de rémunération.

Avec cet "accord qui convient à toutes les parties", les entreprises démontrent "leur volonté d'être et de demeurer de bons employeurs, fiables et socialement responsables, a estimé Valérie Schelker, responsable Personnel Poste, citée dans le communiqué. Selon elle, le relèvement des salaires minimums est "particulièrement favorable" aux employés aux bas salaires.

Syndicom salue pour sa part "la forme donnée aux augmentations de cette année. L'ensemble du personnel profite d'une hausse générale, et ce non seulement en 2021, mais aussi pour les années à venir", se félicite son responsable du secteur Logistique, Matteo Antonini,

René Fürst, de la branche Poste/Logistique chez transfair, se montre lui aussi satisfait: "La mesure salariale générale constitue une solution durable, raisonnable et équitable, dont quasiment tout le monde profitera", résume-t-il.

Continuer la lecture

Suisse

L'Autorité de surveillance du MPC devrait être renforcée

Publié

le

La surveillance du Ministère public de la Confédération devrait être améliorée (Archives © KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

L'Autorité de surveillance du Ministère public de la Confédération doit être renforcée. Après avoir passé à la loupe les relations de l'instance avec le MPC, les commissions de gestion du Parlement proposent de lui accorder plus de moyens et de compétences.

L'Autorité de surveillance du Ministère public de la Confédération (MPC) doit rester une entité indépendante de l'exécutif. Personne n'aspire à mettre en place une surveillance politique, indiquent les commissions de gestion dans le rapport final publié mardi.

Le Parlement devrait renforcer le rôle de surveillance de l'autorité, plutôt que de l'affaiblir, et la doter des ressources adéquates. Son droit à donner des directives devrait être mieux défini.

L'instance devrait avoir un large accès aux dossiers, y compris les procédures en cours. Elle a d'ailleurs proposé d'étendre ses droits à l'information en s'inspirant du pouvoir des autorités exerçant la haute surveillance parlementaire. Le Parlement devrait légiférer en ce sens, selon le rapport final.

Lacunes à combler

L'Autorité de surveillance du Ministère public de la Confédération devrait en outre conserver son pouvoir disciplinaire. En effet, ni l’Assemblée fédérale ni la commission judiciaire ne sont des organes qui conviennent pour conduire une procédure disciplinaire. Certaines lacunes doivent cependant être comblées et la panoplie disciplinaire complétée.

Dans le domaine du droit du personnel, les commissions n'ont identifié aucun besoin de clarification. L'autorité ne devrait pas avoir de compétences supplémentaires en la matière. Les problèmes liés à l’élection, la réélection et la révocation des personnes à la tête du MPC devraient être résolus dans le cadre de la réforme en cours de la réélection des juges de la Confédération.

L’expérience a montré que la réélection du procureur général de la Confédération peut être politisée, ce qui représente non seulement une menace pour son indépendance mais également pour trouver des personnes hautement qualifiées, relève le rapport.

Réforme législative en vue

Il faudrait aussi clarifier les rapports de travail entre le Parlement et la direction du MPC et résoudre les problèmes émanant des dispositions sur la nomination de procureurs extraordinaires. Les commissions de gestion recommandent en outre d'approfondir les propositions des experts mandatés pour évaluer la situation prônant une direction collective à la tête du MPC.

L'autorité de surveillance devrait être professionnalisée. Une indemnisation adéquate des membres ainsi qu’un étoffement des ressources à disposition devraient être prévus. Il serait aussi judicieux de la rattacher à une unité administrative ou aux services du Parlement.

La balle est désormais dans le camp des commissions des affaires juridiques des deux Chambres fédérales. Ce sont elles qui pourront lancer les réformes législatives préconisées.

Rencontres informelles

Les problèmes entre l'Autorité de surveillance et le MPC sont apparus lors de la procédure disciplinaire engagée contre l'ancien procureur général de la Confédération Michael Lauber, concernant la troisième rencontre informelle entre le président de la FIFA Gianni Infantino et M. Lauber. En mai 2019, les commissions de gestion ont lancé leur inspection pour comprendre ces divergences.

Mis en cause, M. Lauber a quitté son poste le 31 août dernier. Son successeur n'a toujours pas été trouvé.

Continuer la lecture

Suisse

Augmentation des dépenses de l'aide sociale en 2019

Publié

le

En 2019, chaque bénéficiaire de l'aide sociale économique a touché en moyenne 10'373 francs (Image d'illustration © KEYSTONE/CHRISTOF SCHUERPF)

Les dépenses de l'aide sociale ont augmenté de 1,9% en 2019 par rapport à l'année précédente. La Confédération, les cantons et les communes ont payé 8,6 milliards de francs pour ces prestations, indique mardi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Cette hausse est due aux prestations complémentaires (PC) à l'AVS et à l'AI, qui sont versées aux personnes dont la rente ne garantit pas le minimum vital. Ces prestations s'élèvent à 5,2 milliards de francs. Elles constituent la majeure partie (60,8%) de l'aide sociale au sens large.

L'aide sociale économique - à savoir l'aide sociale au sens strict - représente environ un tiers du total. Elle s'élevait en 2019 à 2,8 milliards de francs, soit 15 millions de moins qu'un an plus tôt (-0,5%). C'est la première fois depuis 2009 qu'un recul a été enregistré dans ce domaine, précise l'OFS.

Le reste se répartit notamment entre les allocations familiales, les aides aux personnes âgées ou invalides, les aides aux chômeurs, les avances sur pensions alimentaires et les aides au logement. Il ne représente que 6,3% des dépenses.

Différences cantonales

Au total, 812'520 personnes, soit 9,5% de la population, ont touché l'aide sociale au sens large et 271'419 l'aide sociale économique en 2019, selon l'OFS.

Concernant cette dernière, chaque bénéficiaire de l'aide sociale économique a touché en moyenne 10'373 francs, soit 0,04% de plus que l'année précédente. Les dépenses par bénéficiaire s'étaient accrues de 2,4% en 2018, 1,6% en 2017 et de 1,7% en 2016.

Les chiffres diffèrent selon les cantons: les prestations par bénéficiaire les plus élevées sont perçues à Soleure (12'200 francs par an) et dans les cantons de Bâle-Ville, Berne, Zurich, Genève, Tessin, Vaud et Valais, où les bénéficiaires reçoivent entre 10'241 et 11'622 francs par an.

Le montant moyen le plus bas est versé à Fribourg (5912 francs), devant Nidwald (5959 francs) et Appenzell Rhodes-Intérieures (6116 francs).

Recul dans le domaine de l'asile

Les dépenses ont fortement diminué pour l'asile et les réfugiés. Dans ces deux domaines, les coûts avaient augmenté de manière continue entre 2008 et 2017, passant de 330 à 988 millions de francs. Après une légère baisse de 2,5% en 2018, la première en dix ans, ils ont cette fois reculé de 6,8% en 2019, pour atteindre 896,3 millions de francs.

Continuer la lecture

Suisse

Orages: 20 millions de francs de dégâts

Publié

le

Les violents orages de ces derniers jours ont provoqué des dégâts évalués à 20 millions de francs, selon l'assureur Allianz Suisse (Archives © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les violents orages de ces derniers jours ont causé des dégâts évalués à 20 millions de francs, selon Allianz Suisse, qui s'attend à recevoir 7000 à 8000 déclarations de sinistre.

La région de Berne et le Plateau ont été particulièrement touchés, a souligné Allianz Suisse mardi.

L'assureur estime les dommages, notamment causés par la grêle sur les véhicules, entre 8 et 10 millions de francs pour environ 3000 déclarations.

En Suisse centrale et dans le Jura, il table sur 10 à 12 millions de francs de dégâts et 4000 formulaires. Les véhicules ont notamment souffert des inondations.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Verseau

Vous ne quittez pas Chouchou des yeux… jusqu’à vous laisser aller à quelques pointes de dépit. Attention, vous exagérez !!!

Publicité

Les Sujets à la Une

X