Rejoignez-nous

Football

Des raisons d'y croire

Publié

,

le

Le sélectionneur Murat Yakin (à dr.) et la Suisse auront besoin d'un Xherdan Shakiri XXL (à dr.) vendredi à Rome. (© KEYSTONE/TI-PRESS/Samuel Golay)

149 jours après une défaite 3-0 qui fut sans doute la plus cinglante de l'ère Petkovic, la Suisse affrontera à nouveau l'Italie ce vendredi à Rome. Objectif: se qualifier pour la Coupe du monde 2022.

Une telle performance serait au fond conforme au rang que la sélection helvétique tient en ce 21e siècle puisqu'elle reste sur quatre qualifications consécutives pour une phase finale de Coupe du monde.

Il y a quatre ans, la Suisse avait affronté le Portugal à Lisbonne dans une rencontre qui comportait le même enjeu. Elle s'était inclinée sans gloire 2-0 sur un malheureux autogoal de Johan Djourou et sur une réussite d'Andre Silva pour se retrouver contrainte de jouer - et de gagner - sa qualification pour la Coupe du monde en Russie dans un barrage bien indécis face à l'Irlande du Nord.

A Rome, une défaite enverrait à nouveau la Suisse vers la case des barrages. Et cette fois, il faudrait éliminer deux adversaires - sur un seul match à chaque fois - en mars prochain pour disputer la Coupe du monde au Qatar.

La foi du sélectionneur

Malgré le poids des absences, Murat Yakin n'en démord pas. Le sélectionneur croit son équipe capable de l'emporter à Rome face aux Champions d'Europe en titre. Il est convaincu que les Italiens pourraient être rattrapés par le souvenir de leur non-qualification pour la Coupe du monde 2018. Pour cela, il conviendra de "tenir" le 0-0 le plus longtemps possible.

Les quatre clean sheets de Yann Sommer lors des quatre dernières rencontres de l'équipe de Suisse incitent à un relatif optimisme même si l'absence de Nico Elvedi en défense centrale représente un coup très dur.

L'envol de Denis Zakaria, élu une nouvelle fois le week-end dernier dans l'équipe idéale du Kicker aux côtés notamment de Yann Sommer et de Silvan Widmer, suscite, par ailleurs, bien des promesses. Dans la forme de sa vie après avoir enfin retrouvé l'intégralité de ses moyens physiques, le Genevois peut, avec Remo Freuler, gagner la bataille du milieu.

L'heure de Shaqiri

Et devant Denis Zakaria, il y aura Xherdan Shaqiri. Promu capitaine en l'absence de Granit Xhaka, Xherdan Shaqiri n'a pas vraiment le choix. Il se doit de livrer une performance XXL. Sans un grand Shaqiri, la Suisse n'aura aucune chance de gagner à Rome. A lui donc de se démultiplier, d'être à la fois le créateur, le passeur et le buteur qu'il peut être dans les grands soirs.

Même si elle n'arrivera pas à "rivaliser" avec la Suisse dans ce domaine bien malheureux, l'Italie risque, elle aussi, de payer un lourd tribut au poids des absences. Elle se présentera vendredi sans trois titulaires indiscutables: le latéral de la Roma Leonardo Spinazzola, le demi du PSG Marco Verratti et l'attaquant de la Lazio Ciro Immobile. Les Transalpins peuvent voir le doute s'immiscer en eux.

Rien ne sera acquis...

Rien ne sera acquis vendredi soir quel que soit le résultat. Même battue, la Suisse conserverait l'espoir de remporter ce groupe C. Il serait infime et passerait à la fois par une défaite de l'Italie lundi à Belfast contre l'Irlande du Nord et par un large succès de la Suisse le même soir à Lucerne devant la Bulgarie. Un nul ne serait peut-être pas une mauvaise affaire pour Murat Yakin et ses joueurs.

Ils pourraient, après un tel résultat, devancer l'Italie à la différence de buts. Dur.

Non, le moyen le plus direct pour s'ouvrir les portes de la Coupe du monde au Qatar est bien de gagner vendredi soir. C'est le message que ne cesse de marteler Murat Yakin à ses joueurs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Euro 2024: la Belgique se reprend, gros suspense dans le groupe E

Publié

le

Kevin de Bruyne: la Belgique a retrouvé des couleurs (© KEYSTONE/EPA/RONALD WITTEK)

La Belgique a battu la Roumanie 2-0 à Cologne lors de la 2e journée du groupe E de l'Euro. Les quatre équipes de cette poule comptent ainsi trois points. Tout se décidera donc mercredi.

Une réussite de Tielemans inscrite après... 73 secondes a mis les Belges sur orbite. Le milieu d'Aston Villa a frappé sur un bon ballon en retrait donné par Lukaku. Le capitaine De Bruyne a assuré la victoire à la 80e sur un long dégagement de son gardien Casteels!

Méconnaissable lors de son entrée en lice contre la Slovaquie (0-1), la Belgique a donc retrouvé des couleurs, sous l'impulsion notamment de Kevin de Bruyne et de l'insaisissable Jérémy Doku, qui a martyrisé la défense roumaine.

Nombreuses occasions

Les Diables rouges ont livré un match plein, avec beaucoup d'intensité et d'envie. Leur seul tort a été de ne pas concrétiser davantage leurs nombreuses occasions, par maladresse, mauvais choix ou en raison des prouesses du gardien Nita.

Lors de l'ultime journée, la Belgique affrontera l'Ukraine tandis que la Roumanie sera aux prises avec la Slovaquie. Les quatre pays peuvent encore se qualifier pour les 8es de finale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Euro 2024: large victoire du Portugal contre la Turquie

Publié

le

Bruno Fernandes inscrit le troisième but portugais (© KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHER NEUNDORF)

Le Portugal a déjà assuré son passage en 8es de finale de l'Euro 2024. Mieux encore, la Seleçao est certaine de finir en tête du groupe F après sa victoire 3-0 à Dortmund face à la Turquie.

La sélection dirigée par Roberto Martinez a jeté les bases de son succès en première période. Bernardo Silva a ouvert le score après un bon travail de Nuno Mendes (21e) avant qu'un incroyable autogoal de Samet Akaydin n'assomme encore davantage les Turcs (28e).

Ceux-ci ont évolué de manière bien moins impressionnante que face à la Géorgie, peut-être aussi parce que Vincenzo Montella avait remanié son onze de départ avec quatre changements. L'absence du prodige Arda Güler (entré à la 70e), notamment, a suscité une certaine perplexité.

Grossière erreur

Les Portugais, dont la défense a fait merveille, ont encore enfoncé le clou à la 56e, après une nouvelle grossière erreur de la défense adverse. Cristiano Ronaldo, altruiste, a pu servir Bruno Fernandes pour le 3-0 qui a mis définitivement un terme aux illusions de la Turquie, malgré le bruyant soutien de ses nombreux fans présents dans le stade.

Le Portugal compte six points en deux matches et pourra donc aborder la dernière journée de la phase de groupes, mercredi contre la Géorgie, l'esprit totalement libre. Pour leur part, les Turcs (3 points), affronteront la Tchéquie (1) avec la certitude de se qualifier s'ils évitent la défaite.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Suisse - Allemagne: Murat Yakin cache ses intentions

Publié

le

Murat Yakin cache son jeu avant le match face à l'Allemagne (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Si Julian Nagelsmann reconduira le même onze que lors des deux premiers matches de l'Allemagne à l'Euro, Murat Yakin cache son jeu.

Le Bâlois n'a rien dit sur ses intentions pour le match de dimanche face à la "Mannschaft".

"Tous les joueurs sont à ma disposition. La problématique des cartons jaunes n'entre pas en ligne ce compte, a-t-il souligné samedi en conférence de presse. "Il n'y aura pas d'impasse. Tous les postes sont doublés. Nous pourrons faire face à n'importe quelle situation."

On n'est cependant pas obligé de le croire. Silvan Widmer, Ricardo Rodriguez, Remo Freuler et Vincent Sierro sont sous la menace d'une suspension pour le huitième de finale s'ils écopent d'un avertissement dimanche. Les titulariser dimanche comporte un risque qui semble démesuré.

"Je ne regarde pas au-delà du match contre l'Allemagne", affirme Murat Yakin. "Nous allons vivre un grand match. Nous l'attendons depuis des mois. Nous aimerons apporter de la fierté à nos fans qui seront présents à Francfort pour nous soutenir comme ils l'ont fait merveilleusement lors des deux matches à Cologne. Nous voulons aussi que le pays soit fier de cette équipe de Suisse. Cela sera surtout une question de prestige. Même si notre qualification n'est pas formellement acquise, notre position est enviable. Nous avons pris quatre points. Nous les avons mérités", glisse-t-il.

L'avantage du terrain...

"Nous n'avons pas l'obligation de battre l'Allemagne pour rester dans le tournoi, poursuit-il. Nous pourrons ainsi jouer l'esprit libre. Nous mesurons tous le potentiel des Allemands. Cette équipe s'est développée d'une manière remarquable ces derniers mois. Mais nous n'allons pas nous cacher. Uniquement défendre n'est pas une option. Nous avons les qualités pour perturber leur jeu."

Comme Julian Nagelsmann, Murat Yakin déplore, bien sûr, l'état de la pelouse. "Elle est mauvaise, c'est vrai. Mais comme nous nous sommes entraînés une semaine à Stuttgart sur un terrain qui était déjà loin d'être parfait, je me dis que nous avons peut-être un petit avantage", sourit-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

SUI-GER: Nagelsmann craint plus la pelouse que l'adversaire

Publié

le

Nagelsmann craint plus l'état de la pelouse que l'adversaire de dimanche (© KEYSTONE/EPA/RONALD WITTEK)

L'état de la pelouse du stade de Francfort, davantage que l'adversaire, inquiète Julian Nagelsmann avant Suisse-Allemagne. Le sélectionneur de la "Mannschaft" ne cache pas ses craintes.

"J'espère que la pelouse va tenir. Mais j'ai des doutes, a-t-il expliqué en conférence de presse. Ce stade souffre d'un manque d'ensoleillement. Et jouer des rencontres de football américain avant cet Euro n'était sans doute pas une bonne idée. Je redoute surtout le risque de blessures."

Malgré la qualification déjà acquise pour les huitièmes de finale et le "danger" d'évoluer sur une telle pelouse, Julian Nagelsmann alignera sa meilleure équipe. "L'objectif est de gagner ce troisième match. Je trouve irrespectueux de faire des impasses avant les huitièmes de finale. L'équipe a besoin aussi de travailler ses automatismes", dit-il.

"Si un joueur doit écoper d'un second carton jaune, il sera remplacé en huitième de finale par un homme qui sera à la hauteur de la situation. J'en suis pleinement convaincu", poursuit-il. Quatre de ses joueurs sont sous la menace d'une suspension: Jonathan Tah, Antonio Rüdiger, Robert Andrich et Maximilian Mittelstädt.

"Nous voulons battre la Suisse"

A la question de savoir si terminer cette phase de poules à la deuxième place du groupe pour éviter un choc contre l'Espagne dès les quarts de finale ne serait pas judicieux, Julian Nagelsmann s'est presque levé de sa chaise.

"Je n'entre pas dans ce genre de calculs, lâche-t-il. Il est sûr que l'on connait les diverses possibilités qui vont s'offrir à nous lors des rencontres à élimination directe. Mais je me vois mal aller dire à mes joueurs qu'il faut perdre dimanche. Je le répète une dernière fois: nous voulons impérativement battre la Suisse."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Relations de couple marquées par une pointe d'agressivité… Afin de prévenir toute escalade électrique, il vous est conseillé de renouer le dialogue au plus vite !

Les Sujets à la Une

X