Rejoignez-nous

Suisse

Fessenheim livre ses derniers watts

Publié

,

le

Clap de fin pour la centrale nucléaire de Fessenheim. (Image d'archive - ©KEYSTONE/dpa/Philipp von Ditfurth)
La procédure d'arrêt définitif du second réacteur de la centrale nucléaire de Fessenheim a débuté lundi à 16h30. L'arrêt est célébré comme une victoire par les antinucléaires mais vécu comme un crève-coeur par les salariés et les habitants.

L'opération, similaire à celle qui avait conduit à l'arrêt du premier réacteur le 22 février, devait commencer à 23H30 mais a finalement débuté sept heures plus tôt, a annoncé une porte-parole d'EDF à l'AFP, sans avancer de raison particulière.

La puissance de ce réacteur à eau pressurisée (la technologie qui équipe les 56 réacteurs restants du parc français) de 900 mégawatts va fléchir doucement jusqu'à atteindre 8% de sa capacité, normalement vers 23H30, la centrale étant alors définitivement déconnectée du réseau électrique. "Et voilà. La baisse de charge démarre... Quelle douleur c'est inhumain ce qui se passe", a tweeté l'antenne CGT de la centrale.

Installée en bordure du Rhin, près de l'Allemagne et de la Suisse, la plus vieille centrale de France livre ainsi ses derniers watts, point final après des années de remous, de débats et de reports de son arrêt.

"Une étape, pas un aboutissement"

"Enfin, sur 58 réacteurs, il y en a un qui ferme", s'est réjoui Jean-Marie Brom, de l'association "Stop Transports-Halte au Nucléaire", lors d'une conférence de presse d'associations anti-nucléaires à bord d'un bateau naviguant sur le Rhin, à la frontière entre la France et l'Allemagne. Un lieu "symbole de l'amitié franco-allemande dans la lutte contre les centrales nucléaires", selon André Hatz, président de Stop Fessenheim.

Les militants anti-nucléaires français et allemands ont prévu de se retrouver en fin d'après-midi sur un pont surplombant le Rhin, mais n'entendent pas se rendre à Fessenheim même, à une dizaine de kilomètres de là, pour "ne pas faire de la provocation". La députée européenne écologiste, Michèle Rivasi, a salué "une étape, mais pas un aboutissement", le calendrier de fermeture d'autres réacteurs n'étant pas fixé.

Démantèlement de 15 ans

Le démantèlement de la centrale s'annonce long : 15 ans sont prévus pour démonter les deux réacteurs, à commencer par l'évacuation du combustible hautement radioactif prévu pour s'achever en 2023. Le démantèlement proprement dit, inédit en France à cette échelle, devrait débuter à l'horizon 2025 et se poursuivre au moins jusqu'en 2040.

Victoire pour les antinucléaires français, allemands et suisses, dont certains ont milité pendant des décennies contre Fessenheim, cette fermeture suscite au contraire la colère des salariés de la centrale et de la plupart des 2500 habitants de la bourgade éponyme. Seuls soixante salariés EDF resteront pour conduire son démantèlement vers 2024. Fin 2017, ils étaient encore 750, auxquels il convenait d'ajouter 300 prestataires.

Trou d'air économique

Quant aux habitants de ce village autrefois modeste, ils ont vécu pendant des décennies grâce aux importantes retombées économiques et fiscales de cette installation et craignent un grand trou d'air économique : aucun projet n'est officiellement arrêté pour l'après-Fessenheim. Fermer la centrale, alors qu'elle "est en bon état de marche et a passé tous les tests de sécurité", est "absurde et incompréhensible", s'énerve le maire Claude Brender.

Promesse de campagne de François Hollande en 2012, cette fermeture avait été repoussée à maintes reprises, avant d'être actée en avril 2017.

Continuer la lecture
1 commentaire

1 commentaire

  1. Notification automatique: Fessenheim delivers its last watts | En24 Europe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

"Personne ne veut d'un confinement"

Publié

le

Selon Lukas Engelberger, personne ne veut d'un nouveau confinement. (©KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Un confinement n'est pas nécessaire pour briser la progression du coronavirus en Suisse, a estimé Lukas Engelberger, à la tête de la Conférence des ministres cantonaux de la santé jeudi lors d'une conférence de presse. Mais il faut ralentir et réduire les contacts sociaux.

"Nous sommes tous d'accord qu'il faut ralentir la pandémie et retrouver le contrôle de la situation. Mais cela ne doit pas passer par un confinement. Personne n'en veut", a rappelé M. Engelberger.

L'économie, l'éducation et la vie sociale élémentaire doivent se poursuivre. Mais "nous devons être prêts à renoncer à certains contacts."

"Nous n'avons pas le temps de voir si les mesures portent leurs fruits. Le risque augmente chaque jour qu'il faille prendre des mesures qui restreignent fortement les libertés individuelles".

Hôpitaux

Le directeur de la Conférence des ministres de la santé a rappelé que les hôpitaux devaient maintenant s'assurer d'avoir assez de capacités pour prendre en charge les cas de coronavirus.

Les cantons appelés à renforcer leurs mesures anti-Covid

Les cantons doivent renforcer leurs mesures contre l'épidémie de coronavirus. C'est l'appel qu'a lancé Lukas Engelberger.

Il s'agit de rendre obligatoire le port du masque au travail, imposer des restrictions sur les rassemblements dans l'espace public, mieux régler les activités de loisirs et sportives ainsi qu'imposer des mesures plus strictes à la restauration, dit M.Engelberger.

Le Valais a pris des décisions sévères. D'autres cantons suivront, a-t-il déclaré. Car la situation est "très grave". Le président de la CDS a assuré que les cantons continueraient d'assurer le traçage des contacts. C'est une nécessité.

Le conseiller d'Etat bâlois a salué l'excellente collaboration avec la Confédération dans la lutte contre la pandémie.

Continuer la lecture

Suisse

Evolution "vers le moins bon", selon Alain Berset

Publié

le

Toute la situation évolue vers du moins bon selon Alain Berset. (©KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

La situation épidémiologique en Suisse est sérieuse. La dégradation est particulièrement marquante, a souligné jeudi le ministre de la santé Alain Berset lors d'une conférence de presse.

"Toute la situation évolue vers du moins bon". Cantons et gouvernement ont déjà pris de nombreuses mesures. Le Valais a imposé mercredi des mesures drastiques, mais loin de ce qui avait été fait en mars.

D'autres seront toutefois nécessaires, a averti le conseiller fédéral. Le gouvernement consultera au cours des prochains jours les cantons, ce qui doit lui permettre de se pencher sur la situation mercredi prochain.

Continuer la lecture

Suisse

5256 cas de coronavirus supplémentaires en un jour

Publié

le

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 26'537 tests conventionnels ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 19,8%. (©KEYSTONE/MARCEL BIERI)

La Suisse et le Liechstenstein comptent jeudi 5256 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Onze décès de plus sont à déplorer et 106 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 26'537 tests conventionnels ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 19,8%. Sur les deux dernières semaines, le pays compte 434,8 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

Depuis le début de la pandémie, 97'019 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 1'701'377 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 1867 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 5721.

Le pays dénombre par ailleurs 13'513 personnes en isolement et 17'479 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 15'826 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Continuer la lecture

Suisse

La durée du service de protection civile prolongée

Publié

le

Cette décision a été prise dans la perspective d'une éventuelle deuxième vague de coronavirus. (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

En raison de la pandémie de coronavirus, le Conseil fédéral a prolongé la durée du service obligatoire pour les membres de la protection civile de 12 à 14 ans. Il s'agit de garantir des effectifs suffisants.

Cette prolongation a été décidée en étroite concertation avec les cantons, a déclaré jeudi Christoph Flury, vice-directeur de l'Office fédéral de la protection civile, sur les ondes de la radio SRF. Cette décision a été prise dans la perspective d'une éventuelle deuxième vague de coronavirus.

Cela devrait permettre à la protection civile de disposer de suffisamment de personnel pour l'année prochaine. Dans certains cantons, les astreints sont par exemple déployés pour le traçage des contacts. Les chiffres de recrutement étant en baisse depuis des années, les cantons craignent toutefois que le personnel soit bientôt trop peu nombreux.

Lors de la révision de la loi sur la protection civile, qui entrera en vigueur en 2021, la durée du service avait été réduite de 20 à 12 ans. Mais la Confédération a donc maintenant de nouveau prolongé de deux ans la durée du service obligatoire. Par mesure de précaution, le Parlement avait inclus cette possibilité dans la nouvelle loi.

L'Office fédéral de la protection civile estime qu'environ 6000 personnes par an sont nécessaires pour maintenir l'effectif prévu de 72'000 personnes. Avec l'extension de la durée du service, 10'000 personnes supplémentaires seront à disposition l'année prochaine. Beaucoup devront peut-être être réintégrées, même si elles étaient censées avoir rempli leurs obligations.

Continuer la lecture

Suisse

Alain Berset évoque la possibilité d'un "mini-lockdown"

Publié

le

Toutes les options sont possibles, y compris un couvre-feu ou un mini-confinement, selon Alain Berset. (©KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Alors que la Suisse comptait mercredi 5596 cas supplémentaires de coronavirus, Alain Berset mentionne la possibilité d'un mini-confinement. De leur côté, plusieurs cantons et hôpitaux sont montés d'un cran dans la mobilisation.

Durant les dernières 24 heures, onze décès de plus sont à déplorer et 115 malades ont été hospitalisés. Les cas doublent chaque semaine, a mis en garde le ministre de la santé Alain Berset, précisant que cela ne se limitait pas aux cas positifs, mais aussi aux hospitalisations.

"Mini-lockdown" évoqué

Toutes les options sont possibles, y compris un couvre-feu ou un mini-confinement, selon le ministre. "La situation évolue très vite". Interrogé sur le coût économique d'un "mini-lockdown", "le Conseil fédéral n'en est pas encore là". On espère ne pas devoir en passer par là, a-t-il ajouté.

Il y a de grosses disparités entre cantons, le plus touché affichant un taux d'incidence de 900 pour 100'000 habitants, le moins touché de 130 pour 100'000, soit un rapport de un à sept. Jeudi, Alain Berset a prévu de rencontrer la conférence des directeurs cantonaux de la santé.

Mesure inédite en Suisse

Les cantons ne sont pas restés inactifs mercredi. Plusieurs ont annoncé des mesures de tous ordres, dont le Valais, un des plus touchés.

"Nous en sommes à 390 cas par jour", a relevé le président du gouvernement valaisan Christophe Darbellay. Même s'il est difficile de comparer avec la première vague lors de laquelle les tests n'étaient pas aussi réguliers, "en mars au sommet de l'épidémie, nous en étions à 100 cas par jour".

Quatorze EMS sont touchés, 155 résidents et 108 membres du personnel infectés. Le gouvernement valaisan a donc aussi décidé de suspendre les visites dans les hôpitaux et EMS. Le Valais est devenu le canton suisse dénombrant le plus grand nombre de nouveaux cas au prorata de sa population.

Toujours dans ce canton, les établissements publics comme les restaurants fermeront dorénavant à 22h00 jusqu'au 30 novembre. Cette mesure, encore inédite en Suisse, fait partie d'une série de décisions prises par le Conseil d'Etat mercredi.

A Genève aussi, les autorités ont pris de nouvelles mesures. "Nous sommes très inquiets", a fait savoir mercredi la présidente du Conseil d'Etat genevois Anne Emery-Torracinta. Les HUG, comme au printemps, se transforment en hôpital dédié au Covid. Seules les opérations chirurgicales urgentes sont maintenues. Les interventions non essentielles sont suspendues.

Des unités post-opératoires passent en unités Covid. Les cliniques ont été sollicitées pour accueillir les patients des HUG. Des décisions seront prises d'ici à la fin de la semaine, a indiqué le conseiller d'Etat Mauro Poggia. Les mesures actuelles ne sont en effet pas suffisantes pour enrayer la propagation du Covid-19.

BE-BS: fini les matches à plus de 1000 spectateurs

Alors qu'en Valais toute pratique d'un sport impliquant des contacts est désormais interdite, d'autres cantons se contentent de limiter l'affluence au stade. Ainsi le nombre de spectateurs assistant aux matches à domicile du FC Bâle ou à un autre grand évènement dans la cité rhénane sera désormais limité à 1000. Une mesure déjà prise par le canton de Berne dimanche dernier, qui touche notamment une rencontre de coupe d'Europe de Young Boys.

Depuis le 1er octobre, la Confédération autorisait à nouveau la venue de plus de 1000 spectateurs pour les grands évènements disposant d'un concept strict de protection contre le Covid-19, masque obligatoire compris.

Vie sociale

Si le Valais limite à 22h00 l'heure d'ouverture des établissements publics, dans le canton de Soleure, bars, discothèques et boîtes de nuit doivent désormais fermer à 01h00. Le nombre de personnes présentes dans les clubs restera limité à 300.

Parmi les autres restrictions annoncées mercredi, à Zurich, les employés de la ville porteront un masque à l'avenir dans les bâtiments de l'administration, même dans les secteurs où le public n'a pas accès. Au Tessin, le port du masque est aussi obligatoire depuis le début de la semaine dans l'administration et les employés recevront un soutien pour le télétravail jusqu'à la mi-novembre en tout cas.

"Nous ne sommes pas encore dans une phase rouge, mais la situation est grave", a déclaré Norman Gobbi, président du gouvernement cantonal. Ainsi 255 nouvelles infections ont été signalées mercredi contre 137 mardi: le nombre de cas a doublé tous les cinq à sept jours en moyenne en octobre.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Capricorne

Ciel de plus en plus stable et les occasions pécuniaires se multiplient. Ne perdez pas de temps les actions concrètes sont pour aujourd’hui !

Publicité

Les Sujets à la Une

X