Rejoignez-nous

Suisse

Guy Parmelin ne rencontrera pas Emmanuel Macron en novembre

Publié

,

le

La visite de Guy Parmelin à Paris pour rencontrer Emmanuel Macron n'aura finalement pas lieu (image d'illustration). (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

La prochaine rencontre entre le président de la Confédération Guy Parmelin et le président français Emmanuel Macron n'aura finalement pas lieu. Elle était envisagée pour le mois de novembre à Paris. Paris réfute tout lien avec l'achat des avions de combat américains.

"Comme la visite n'était pas définitivement convenue, il ne s'agit pas de l'annulation d'un rendez-vous confirmé", assure dimanche la porte-parole du Département de l'économie Irène Harnischberg à l'agence Keystone-ATS. Elle confirmait ainsi des informations parues dans Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung. "Il ne s'agissait pas d'une visite d'Etat, mais simplement d'une visite de travail", a-t-elle encore précisé.

Démenti

L'Elysée a de son côté démenti dimanche avoir annulé cette rencontre. "Le président Emmanuel Macron a confirmé le principe de la rencontre début 2021, les Suisses ont rapidement proposé une date en novembre et nous avions répondu que nous regarderions."

Mais "nous leur avions dit cet été que novembre serait compliqué", a précisé une source diplomatique, en ajoutant que "la date n'a pas été calée pour le moment". Emmanuel Macron a par ailleurs vu le président suisse Guy Parmelin aux JO de Tokyo en juillet. "Cela n'a jamais été annulé et encore moins pour les raisons évoquées", assure l'Elysée.

Les deux journaux dominicaux laissent entendre que c'est la France qui aurait décidé de faire l'impasse sur le rendez-vous. L'achat par la Suisse d'avions américains F-35 plutôt que les avions français Rafale n'aurait pas plu à Emmanuel Macron. Selon des sources diplomatiques évoquées par les deux médias, Paris reprocherait au Département de la défense d'avoir continué à négocier alors que la décision d'acheter des avions américains était déjà prise.

En ce qui concerne les relations avec l'Union européenne, "les contacts avec nos pays voisins se déroulent à plusieurs niveaux, en premier lieu au niveau opérationnel et à travers nos ambassades. Ces contacts se poursuivent indépendamment des visites diplomatiques au plus haut niveau", a encore dit le département de Guy Parmelin.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Le PS Vaud désigne son candidat pour le Conseil des Etats

Publié

le

Roger Nordmann et Pierre-Yves Maillard, en discussions ici avec le président du PS suisse Cédric Wermuth, pourraient ne pas devoir à s'affronter samedi à Payerne (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Les socialistes vaudois désignent samedi à Payerne (VD) leur candidat pour la course au Conseil des Etats en 2023. Le duel attendu entre Pierre-Yves Maillard et Roger Nordmann pourrait toutefois tomber à l'eau.

La présidente du PS Vaud, Jessica Jaccoud, a indiqué vendredi à Keystone-ATS qu'une modification de l'ordre du jour sera dévoilée en début de congrès. "Une proposition largement soutenue par le comité directeur et relative aux élections fédérales sera faite", a-t-elle relevé, sans vouloir faire d'autres commentaires.

La présidente n'a pas souhaité confirmer ni n'infirmer une information du Temps, à savoir qu'un arrangement aurait été trouvé entre Pierre-Yves Maillard, Roger Nordmann et les instances dirigeantes du parti.

Selon le quotidien, Roger Nordmann serait prêt à retirer sa candidature, pour autant qu'il obtienne une deuxième dérogation pour pouvoir se représenter au Conseil national en octobre 2023. Le chef de groupe du PS au Parlement a en effet atteint la limite du nombre de mandats fixé par son parti pour la Chambre du peuple, où il siège depuis 2004.

Un siège à récupérer

Cet arrangement, s'il se confirme et est accepté par les délégués, permettrait au PS Vaud de s'éviter un duel fratricide. Il aurait aussi l'avantage pour les socialistes vaudois, et suisses en général, de conserver deux ténors du parti sous la Coupole.

Le PS vaudois n'est, en revanche, plus représenté au Conseil des Etats. Il avait perdu en 2019 un siège qu'il détenait depuis 20 ans, lorsqu'Ada Marra avait été devancée par le PLR Olivier Français et la Verte Adèle Thorens.

Nouveau président à désigner

Le congrès du PS s'ouvre samedi à 10h30 à Payerne, où entre 300 et 500 personnes sont attendues. Ce sont les délégués des différentes sections régionales qui votent, ainsi que les membre du comité directeur du parti, les députés au Grand Conseil, les élus aux Chambres fédérales ou encore les représentants de la Jeunesse socialiste vaudoise.

Outre un candidat pour le Conseil des Etats, le parti doit désigner samedi un nouveau président. Romain Pilloud et Robert Tye sont en lice pour remplacer la sortante Jessica Jaccoud.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Ignazio Cassis: coopérer "avec les pays qui partagent nos valeurs"

Publié

le

Pour le président de la Confédération Ignazio Cassis, la neutralité signifie coopérer avec les pays en phase avec les principes helvétiques (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Dans le contexte de la guerre en Ukraine, la définition de la neutralité suisse est remise en question. Pour le président de la Confédération Ignazio Cassis, la neutralité signifie coopérer avec les pays en phase avec les principes helvétiques.

"Il ne faut pas reconstruire la neutralité, mais continuer à la construire", pour que celle-ci reste crédible et reconnue auprès des pays qui partagent les mêmes valeurs que la Suisse, a indiqué celui qui est aussi ministre des affaires étrangères dans une interview publiée samedi dans les journaux ESH, La Liberté et le Journal du Jura. Selon lui, c'est un travail de longue haleine: "Il faut des décennies pour bâtir les institutions. Il ne faut pas tout changer en versant dans l'émotionnel."

"La reprise des sanctions de l'UE à l'encontre de la Russie était une décision politique orientée par les valeurs inscrites dans notre Constitution", des valeurs qui sont celles du monde occidental, a-t-il expliqué. Cette décision s'est justifiée "par une violente rupture du droit international, et par la violation de nos principes et de nos valeurs".

Conseil de sécurité de l'ONU

Il n'y a pas que la guerre en Ukraine qui a remis la neutralité au centre des discussions. L'élection de la Suisse au Conseil de sécurité de l'ONU au début du mois y a aussi contribué.

L'ONU est une organisation neutre et universelle, a souligné M. Cassis. "Elle est l'addition de toutes les visions du monde qui essayent de trouver un chemin commun." Et de poursuivre: "La Suisse aura le rôle de facilitateur, de médiateur, de bâtisseur de ponts. Le but est de faire dialoguer les pays les plus puissants de ce monde."

Le président de la Confédération a encore rappelé qu'il a demandé un rapport visant à mener une réflexion globale sur la neutralité. Le document doit être soumis au gouvernement après l'été.

Conférence de Lugano

Ignazio Cassis s'est aussi exprimé sur la Conférence de Lugano, qui se tiendra les 4 et 5 juillet. Le but de la conférence est d'ouvrir le chemin de la reconstruction de l'Ukraine, a-t-il rappelé.

Une reconstruction qui sera longue et difficile, et dont les montants se chiffreront en centaines de milliards de dollars, selon lui. Mais l'Ukraine "doit pouvoir conserver un espoir, et imaginer un futur". Et de glisser que Berne fera le nécessaire en termes de sécurité si le président ukrainien Volodymyr Zelensky décide de venir physiquement à la conférence.

M. Cassis est également revenu sur la rencontre entre les présidents américain Joe Biden et russe Vladimir Poutine à Genève il y a un an. Concédant que la voie diplomatique n'a pas suffi pour éviter un conflit, il a toutefois déclaré que "ce n'est pas une raison pour dire que nous avons eu tort de faire ce travail". "Aujourd'hui, nous referions la même chose."

Il s'est encore dit fatigué, comme tout le monde, comme le gouvernement, après deux ans de pandémie et une guerre sur le continent européen. Mais d'avertir qu'il faudra faire face à une nouvelle crise: l'inflation. "L'augmentation des prix du carburant et de l'énergie, c'est une conséquence de la guerre. Nous devrons peut-être adopter un mode de vie un peu plus frugal, et prendre l'habitude d'économiser sur le chauffage, les déplacements et l'alimentation."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Aucun joueur ne devine la bonne combinaison de l'Euro Millions

Publié

le

Personne n'a décroché le gros lot au tirage de l'Euro MIllions vendredi. Lors du prochain tirage, 179 millions de francs seront en jeu. (archives) (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante à l'Euro Millions vendredi soir. Pour gagner, il fallait jouer les numéros 10, 17, 28, 44 et 50, ainsi que les étoiles 8 et 12.

Lors du prochain tirage mardi, 179 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Un 200 m masculin déjà très relevé

Publié

le

Armand Duplantis sera de retour à Lausanne pour un concours à la perche sous chapiteau à Ouchy (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Athletissima a présenté les principaux contours de son édition à venir le 26 août. Pour l'heure, le 200 m masculin et la perche à Ouchy s'annoncent très prometteurs.

Il va de soi qu'avec les Mondiaux de Eugene en juillet et les Championnats d'Europe de Munich en août, le plateau de la 47e édition sera finalisé au plus près de l'événement. Mais la réunion de la Pontaise promet déjà beaucoup.

Sur le demi-tour de piste masculin, le champion olympique bahaméen du 400 m Steven Gardiner se mesurera à l’Américain Noah Lyles, champion du monde en titre et médaillé de bronze olympique sur la distance. Les deux hommes devraient aussi affronter le vice-champion olympique Kenny Bednarek (USA). C’est à Lausanne que Noah Lyles avait signé en 2019 le chrono canon de 19''50 qui fait de lui le 5e meilleur performer de l’histoire.

Star des stars, le champion olympique et recordman du monde Armand Duplantis emmènera un plateau de haut vol au concours de la perche qui aura lieu la veille du meeting, le jeudi 25 août, dans le décor idyllique d’Ouchy au bord du Léman. Nouveauté, l’épreuve se déroulera sous un chapiteau, de quoi permettre de grandes performances peu importe la météo.

En attendant de voir si les meilleures Jamaïcaines seront là, le 100 m féminin pourra compter sur la présence des deux flèches Ajla del Ponte et Mujinga Kambundji. On peut encore citer la présence de Femke Bol sur 400 m haies, de Pedro Pichardo au triple saut, de Ryan Crouser au lancer du poids et de Loïc Gasch au saut en hauteur pour un concours qui sera disputé avec les deux champions olympiques Barshim et Tamberi.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le bureau de médiation administrative sous le feu des critiques

Publié

le

Le Grand Conseil genevois a critiqué le fonctionnement du Bureau de médiation administrative (BMA) (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, le bureau de médiation administrative (BMA) est sous le feu des critiques. Le Grand Conseil émet des doutes sur le bon fonctionnement de cette entité indépendante au sein de l'Etat qui vise à gérer de façon simple et extrajudiciaire les conflits entre l'administration et les administrés.

Un rapport de la commission de gestion chargé d'étudier le rapport l'activité du BMA a été discuté vendredi au Grand Conseil. Ses conclusions sont sévères. Les commissaires émettent "des doutes sur le fait que l'intention du législateur soit reflétée dans l'activité du BMA et que les compétences du médiateur soient à la hauteur des enjeux".

Le Grand Conseil a refusé par 58 voix contre 22 de prendre acte du rapport d'activité en plénière, manifestant ainsi ses doutes. Le BMA a été sollicité 340 fois en 2020, ce qui est relativement peu, estime le député PLR Alexis Barbey. De plus, le BMA ne fait pas vraiment de la médiation, mais plutôt de la facilitation, a relevé le député.

Bertrand Buchs (Le Centre), a évoqué le conflit ouvert qui existe entre le médiateur et sa suppléante. "Il faut tout reprendre depuis le début", a ajouté le député. "C'est devenu un bureau d'aide sociale", a déploré le député PLR Edouard Cuendet.

Nicole Valiquer Grecuccio (PS) estime qu'il faut absolument recentrer l'activité du BMA sur la médiation. La classe salariale (31) du médiateur administratif cantonal a aussi été considérée comme trop élevée.

Certification

Un projet de loi devrait être déposé pour modifier le fonctionnement du BMA. Selon ce projet, le médiateur devrait notamment disposer d'une formation certifiée en médiation généraliste, ce qui n'est pas le cas actuellement.

Les prestations du BMA sont gratuites. Cette entité couvre l'ensemble des administrations cantonales et communales genevoises, ainsi que les établissements publics autonomes et tous les autres organismes chargés de missions de droit public.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Vous avez pris quelques kilos et l'été est là… Sans vous torturer, optez pour un peu d’exercice et des repas allégés !

Les Sujets à la Une

X