Rejoignez-nous

Climat

La grêle de juin coûtera plus cher que les crues de juillet

Publié

,

le

Tuiles cassées, vitres brisées, panneaux solaires endommagés: la grêle du 28 juin a causé d'importants dégâts en Suisse (archives). (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Les dégâts dus à la grêle et les fortes pluies des mois de juin et de juillet coûteront des millions de francs. Dans plusieurs régions, la grêle a entraîné de plus grands sinistres que les crues des lacs et des cours d'eau.

A Neuchâtel, environ 100 sinistres ont été annoncés à l'Etablissement cantonal d'assurance et de prévention (ecap) suite à la montée du lac. Les dégâts sont actuellement estimés à 500'000 francs.

Il faut toutefois être prudent avec les chiffres. Tous les dommages ne sont pas couverts par l'ecap, explique à Keystone-ATS Eric Magnin, secrétaire général de l'ecap. L'impact de la montée du lac est délicat à évaluer.

Les nappes phréatiques se sont remplies et ont entraîné des dommages dans plusieurs maisons. Mais ces dégâts sont couverts par des assurances privées, et non pas l'ecap. Ainsi, sur les 100 sinistres déclarés pour montée des eaux, l'ecap en traitera moins. Il faudra attendre 2 ans avant de connaitre le coût de l'opération.

L'établissement reste serein face aux orages annoncés pour ce week-end. De leur côté, les autorités bernoises ne peuvent exclure une brève remontée du niveau du lac de Bienne. Le degré d'alerte pour ces deux lacs reste de 4 sur 5.

Le lac de Thoune ne devrait pas fortement augmenter. Selon l'Office fédéral de l'environnement, les précipitations pourraient surtout toucher les petits et moyens cours d'eau, indique-t-il vendredi à Keystone-ATS.

65 millions

Les crues et les inondations de juillet entraînent des coûts de 65 millions de francs dans le canton de Berne, selon l'assurance immobilière Berne (AIB). Dans le Jura bernois, les détériorations se montent à quinze millions. A Thoune, ce sont onze millions de dégâts suite aux crues.

Grâce aux mesures préventives mises en place après les inondations de 2005 et de 2007, les dégâts ont été moins importants que ne le craignaient les assureurs.

Des propriétaires de maison à proximité des cours d'eau ou des lacs ont installé leur infrastructure technique au rez-de-chaussée plutôt qu'au sous-sol. Le canton et les communes ont aussi pris des mesures préventives au cours des dernières années en réalisant par exemple des galeries d'évacuation au lac de Thoune.

Grêle ravageuse

Les épisodes de grêle peuvent causer des dégâts importants en peu de temps, notamment aux véhicules et au mobilier extérieur. Selon l'assureur AXA, 15'500 sinistres ont été annoncés après le 28 juin pour un montant de 75 millions de francs. La Mobilière recense 20'000 dégâts à des voitures pour un montant de 90 millions de francs.

Pour certaines régions, la grêle du 28 juin coûtera plus cher. Ainsi, 4000 cas ont été annoncés dans le canton de Neuchâtel pour un coût estimé à 27 millions de francs. C'est surtout le haut du canton qui a été frappé par cet événement.

L'ecap doit également faire face à la catastrophe naturelle qui a dévasté une partie du village de Cressier le 22 juin au soir. Les dégâts sont estimés à 12 millions pour 350 cas.

Evénement naturel le plus important

La grêle est également plus déterminante dans le canton de Lucerne. Selon l'assurance bâtiment cantonale, 12'000 sinistres ont été annoncés suite au 28 juin. L'estimation des dégâts se monte à 150 à 200 millions de francs. Il s'agit du plus important événement naturel depuis 2005.

Dans le canton de Berne, c'est surtout la région du Seeland qui a subi les conséquences des intempéries. La grêle a entraîné des coûts à hauteur de quatorze millions, contre six millions pour les crues et les inondations. A Zurich, 70% des annonces concernent l'épisode de grêle, contre 8% pour les inondations.

50 millions à Fribourg

L'Etablissement cantonal d’assurance des bâtiments (ECAB) fribourgeois a reçu depuis le mois de juin plus de 8800 annonces de sinistres. Cela correspond à des dégâts pour un montant estimé à plus de 50 millions de francs.

De violents orages de grêle ont frappé les régions du Lac noir, de Charmey, de Bulle et d'Estavayer-le-Lac. A cela s'ajoutent des inondations qui ont frappé l'ensemble du canton.

"A ce jour, nous avons enregistré 2634 dossiers relatifs aux événements survenus depuis le 16 juin pour une estimation de dommages d'un peu plus de 16 millions de francs", a indiqué vendredi l'Etablissement cantonal d'assurance vaudois à Keystone-ATS. Ces chiffres incluent les dommages consécutifs au ruissellement des eaux, aux débordements des rivières, au vent, à la grêle et à la montée des eaux des lacs.

Dans la région de Soleure, quelque 2800 sinistres ont été annoncés auprès de l'assurance cantonale entre le 1er juin et le 21 juillet. Les crues et les inondations ont causé des dégâts à hauteur de 8,8 millions de francs, les tempêtes à hauteur de 3,1 millions de francs et la grêle à hauteur de 840'000 francs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Climat

Le niveau du lac de Constance commence à baisser, le danger aussi

Publié

le

Des pontons de fortune ont été installés le long du lac Inférieur, à Berlingen (TG). (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Les eaux du lac de Constance ont commencé à baisser. Conséquence, la Confédération a réduit mercredi le niveau du danger de crues le long du lac Inférieur, de "très fort" à "fort". Ce niveau 4 sur 5 vaut désormais pour l'ensemble du lac.

La situation autour du lac de Constance reste tendue, mais le niveau des eaux ne va guère remonter, écrit l'Office fédéral de l'environnement dans son bulletin quotidien de vigilance. Les communes de la région ont pris les mesures nécessaires en cas d'inondations.

Mardi, le danger autour du lac Inférieur, situé à l'ouest de Kreuzlingen et de Constance (D), était maximal (niveau 5). Il n'est désormais plus que "fort". Promenades, parkings et terrasses de restaurants longeant le rivage restent toutefois inondés.

A Berlingen (TG), la route cantonale qui traverse le village reste bouclée, car un tronçon de 50 mètres est inondé. Des pontons de fortune y permettent aux piétons de se déplacer sans se mouiller les pieds. Les entrées des bâtiments y sont protégées par des sacs de sable et des briques.

La Confédération n'attend "pas de précipitations significatives" d'ici à vendredi. Une phase pluvieuse élargie est, en revanche, attendue dans la région pour la nuit de vendredi à samedi. La semaine prochaine s'annonce, elle, plus estivale, avec quelques orages en fin de journée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Canicule: L'Acropole d'Athènes partiellement fermée aux visiteurs

Publié

le

Comme à l'été 2023, durant deux semaines, l'Acropole d'Athènes a été fermée durant 5 heures à cause de la canicule, qui n'est encore jamais arrivée si tôt que cette année (Archives). (© KEYSTONE/AP/PETROS GIANNAKOURIS)

L'Acropole d'Athènes, monument emblématique antique et site le plus visité de Grèce, a fermé au public mercredi en milieu de journée pour cinq heures en raison de la canicule qui sévit dans le pays, a constaté l'AFP.

"Le ministère de la Culture informe qu'aujourd'hui, le site archéologique de l'Acropole sera fermé de 12h00 à 17h00 locales" (11h00 GMT à 16h00 suisses), avait indiqué auparavant ce ministère, alors que des températures pouvant atteindre 43°C sont attendues en Grèce mercredi et jeudi pour la première canicule de l'année.

Le site, classé au patrimoine mondial de l'Unesco et pris d'assaut par les touristes, pourrait également voir cette mesure s'appliquer dans les prochains jours.

La Grèce, pays méditerranéen coutumier des canicules, connaît de fortes chaleurs depuis plusieurs jours avec un pic attendu mercredi et jeudi.

Les températures devraient largement dépasser les 40°C dans de nombreuses régions du pays, selon les services météorologiques.

A Athènes, ville densément peuplée et à la circulation automobile intense, le thermomètre voit rouge avec 40°C attendus mercredi et 42°C jeudi.

Dans la nuit de mardi à mercredi, vers minuit, il faisait 30°C dans le centre de la capitale grecque, selon les services météorologiques.

Historique

"Cette vague de chaleur entrera dans l'histoire", a estimé le météorologue Panagiotis Giannopoulos sur la chaîne de télévision publique ERT.

"C'est la première fois qu'elle survient si tôt" dans ce pays méditerranéen pourtant coutumier des températures estivales élevées.

"Depuis 2000, nous avons connu plusieurs vagues de chaleur en juin (...) mais aucune avant le 15 juin", a-t-il également assuré.

Le ministère de la Crise climatique et de la Protection civile a parlé mercredi d'un risque d'incendie "très élevé" dans huit régions, notamment dans l'Attique qui entoure la capitale grecque et dans une partie du Péloponnèse.

Les autorités ont pris ces derniers jours de nombreuses mesures pour faire face à cette vague de chaleur, la première cette année en Grèce.

Dans plusieurs régions, les écoles resteront fermées mercredi et jeudi, notamment à Athènes, tandis que le ministère du Travail a recommandé le télétravail aux employés du secteur public.

Une salle climatisée est également ouverte dans la station de métro Syntagma, en plein centre de la capitale, afin que les Athéniens qui le souhaitent puissent se rafraîchir, selon la régie des transports urbains.

La Croix-Rouge a distribué près de 12'000 bouteilles d'eau dans le centre d'Athènes et sur le site archéologique de l'Acropole.

L'ONG est intervenue "dans des dizaines d'incidents (blessures légères, écorchures, essoufflement, évanouissements, etc.) survenus aux visiteurs".

Fréquentation record

L'Acropole d'Athènes, au sommet duquel se trouve le temple du Parthénon, avait déjà dû fermer ses portes en juillet 2023 lors d'un épisode caniculaire de deux semaines, inédit dans sa durée.

La Grèce avait alors été frappée par des incendies ravageurs qui ont détruit quelque 175'000 hectares durant l'été 2023.

L'Acropole d'Athènes a enregistré l'an dernier un nombre record de visiteurs, avec près de 4 millions, soit une hausse de plus de 31% en un an.

Sa fréquentation ne cesse de croître en raison notamment des touristes embarqués à bord de navires de croisière qui font escale au Pirée, le grand port proche de la capitale.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Inondation à Chavornay: le dépotoir des ruisseaux était propre

Publié

le

Une pluie abondante avait entraîné la crue de deux ruisseaux dans la région de Chavornay, le 30 mai dernier (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La crue de deux ruisseaux dans la région vaudoise de Chavornay, le jeudi 30 mai, n'est pas due à un manque d'entretien. Le dépotoir, soit l'ouvrage destiné à piéger les matériaux charriés par les crues, venait d'être contrôlé.

La Direction générale de l'environnement (DGE) a visité ce dépotoir les 9, 21 et 24 mai. Il était alors "propre et dégagé", a indiqué mardi le conseiller d'Etat Vassilis Venizelos devant le Grand Conseil, répondant à des questions orales de Pierre Dessemontet (PS) et Théophile Schenker (Vert-e-s).

Le ministre de l'environnement a toutefois indiqué que la DGE allait "analyser" si l'entretien de ce dépotoir devait être réévalué, afin "de prendre éventuellement des mesures correctrices". Il en sera de même pour la herse à bois, destinée, elle aussi, à empêcher les crues.

Pour mémoire, le ruisseau des Combes a débordé le 30 mai sur les voies de chemin de fer sur 350 m entre Chavornay et Ependes. Le passage de l'eau sous les voies a été bloqué par des troncs et branches emportés par la crue.

Le trafic ferroviaire a été interrompu jusqu'au lendemain. Non loin de là, c'est le ruisseau de Sadaz qui a inondé un quartier de Chavornay, son passage sous la route étant également obstrué.

Ces événements du 30 mai ont été "exceptionnels", tant au niveau de la pluie tombée qu'en matière de débit des cours d'eau, a rappelé M. Venizelos.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Danger de crues maximal le long du lac Inférieur de Constance

Publié

le

Le long des rives du lac Inférieur, les communes installent désormais des digues mobiles (archives). (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Le danger d'inondations le long de la partie inférieure du lac de Constance devient maximal. Il va passer au niveau 5, ce qui correspond à un danger "très fort", selon la Confédération. Les communes concernées installent des digues mobiles sur leurs rives.

Le niveau du lac de Constance va continuer à monter, écrit la Confédération mardi dans son bulletin de vigilance. Son lac Inférieur est en passe d'atteindre "vraisemblablement" le niveau de danger 5 (danger très fort).

Rivages inondés

Entre lundi et mardi, les eaux du lac de Constance ont grimpé de nouveau de quatre centimètres. Le long de sa partie inférieure, promenades, places de parc et terrasses de restaurants sont inondées sur le rivage de plusieurs communes.

Un système de digues mobiles remplies d'eau doit permettre désormais aux communes de retenir les eaux du lac, indique à Keystone-ATS un représentant de l'état-major régional de Kreuzlingen (TG). Des sacs de sable complètent le dispositif le long du rivage. La Protection civile thurgovienne exploite actuellement une installation de remplissage des sacs.

Pic à venir dans les prochains jours

Le niveau du lac de Constance devrait atteindre son maximum dans les jours à venir avant de baisser lentement, selon les prévisions de la Confédération qui n'attend plus de précipitations significatives.

Le long de la partie supérieure du lac de Constance, soit à l'est de Kreuzlingen (TG), le danger de crues reste "fort", soit de niveau 4 sur 5. Le long du Rhin, entre le lac Inférieur et l'embouchure de la rivière Thur, le danger reste "marqué" (niveau 3 sur 5).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Un mélange astral dynamique donne à votre vie amoureuse un caractère tumultueux, passionné et intense, voire même bouleversant.

Les Sujets à la Une

X