Rejoignez-nous

Suisse

Le CICR supprime 95 postes

Publié

,

le

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) doit licencier une soixantaine de personnes au siège (archives - ©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui fait face à des difficultés, doit supprimer 95 postes à son siège de Genève. Avec les départs à la retraite et "d'autres facteurs", le nombre de licenciements atteint une soixantaine.

Partout, "les effets négatifs du Covid se sont fait sentir, y compris sur le plan financier", explique l'organisation dans une déclaration à Keystone-ATS pour annoncer l'étendue de ce dispositif. "Le CICR n'est pas épargné et prend aujourd'hui des mesures pour réduire les coûts de son fonctionnement et de ses opérations".

Pour 2020, le déficit devrait atteindre 130 millions de francs. Des économies de 25 millions sont prévues. Outre les efforts au siège, plusieurs centaines de postes seraient menacés sur le terrain. L'organisation emploie plus de 20'000 personnes.

Le CICR précise que des mesures de "responsabilité sociale" accompagneront ceux qui seront licenciés. "Ces décisions reflètent la nécessité absolue de modifier nos priorités et d'optimiser les coûts", dit l'organisation.

Les ressources seront réaménagées entre les zones les plus importantes et "celles qui le sont moins". Un effort considéré comme indispensable pour éviter "de devenir inefficaces" dans un contexte mondial "de plus en plus exigeant", estime encore l'organisation.

Outre le CICR, plusieurs autres institutions de la Genève internationale ont dû faire face à des diminutions de personnel en raison du Covid. De son côté, le Haut-Commissariat de l'ONU aux réfugiés a annoncé vendredi n'avoir reçu que 4,5 des plus de 9 milliards de dollars demandés pour cette année. Le Covid augmente largement les besoins des déplacés et des réfugiés et un manque de ressources pourrait provoquer un impact "dévastateur" pour des millions de personnes, a-t-il ajouté.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

De nouvelles mesures pour préserver le sentier des Falaises

Publié

le

Le sentier des Falaises, qui longe la rive droite du Rhône, est un endroit très apprécié de la population, notamment l'été (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, le sentier des Falaises, qui longe le Rhône, est très apprécié de la population qui peut y trouver une oasis de fraîcheur les jours de canicule. Depuis le semi-confinement de 2020, la fréquentation de l'endroit n'a pas cessé d'augmenter. Pour limiter l'emprise humaine sur le lieu, le canton et la Ville de Genève ont annoncé de nouvelles mesures mercredi.

Les poubelles encore existantes le long du sentier des Falaises seront retirées dès vendredi. Comme il est interdit de déposer des déchets en forêts, les adeptes du pique-nique devront emporter leurs détritus et utiliser les points de collecte qui ont été mis à disposition aux deux entrées du chemin depuis le mois d'avril.

Par ailleurs, dix panneaux d'information ont été installés afin de sensibiliser la population au respect des règles d'usage en forêt. Ces panneaux comprennent des données sur la faune et la flore présentes dans le secteur et une liste des comportements respectueux attendus, indiquent le canton et la Ville de Genève.

De son côté, la police genevoise, après avoir fait de la prévention, promet de sévir et d'agir "de manière plus répressive". La police municipale a également "optimisé" ses patrouilles sur place. Le conseiller administratif de la Ville de Genève Alfonso Gomez compte sur la responsabilisation du public.

En 2021, des mesures urgentes avaient été mises en oeuvre pour préserver l'endroit qui était pris d'assaut par la population. De nouvelles barrières destinées à protéger le biotope avaient été installées. Les clôtures endommagées à certains endroits avaient été réparées.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Santé financière au beau fixe pour la 75e édition du Festival de Locarno

Publié

le

C'est avec une assise financière renforcée que le Festival du film de Locarno a présenté le programme de sa 75e édition mercredi. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

"Plus fort qu'avant la pandémie", le Festival du Film de Locarno célèbre sa 75e édition du 3 au 13 août. Lors de la conférence de presse de mercredi, les organisateurs sont revenus sur les raisons du succès de la manifestation. La hausse des sponsors en fait partie.

"Les contributions de sponsoring ont augmenté de 40% par rapport à 2019", a déclaré Raphaël Brunschwig, directeur opérationnel du festival à Berne. "L'arrivée de nouveaux partenariats de renom et le maintien des anciens sont un signe de confiance", a ajouté le président de la manifestation Marco Solari.

Néanmoins, si l'événement est plus fort qu'avant la pandémie, c'est aussi grâce à la "main protectrice de la politique" et à une "force intérieure incroyable", a expliqué M. Solari en parlant de l'équipe. "Il y a une volonté indomptable de défier toute concurrence et de conserver notre position de festival mondial".

Pour y arriver, la manifestation tessinoise mise notamment sur la confrontation avec des thèmes d'actualité comme la guerre en Europe, la démocratie en danger, mais aussi la mise en perspective, l'assimilation et la promotion de débats entre les représentants du monde du cinéma et le public. Il n'y a rien de mal à ce qu'un "soupçon de mélancolie plane sur le festif" en des temps comme ceux-ci a expliqué le président du festival.

Programme basé sur l'avenir

Présentés par le directeur artistique Giona Nazzaro, les nombreux films à l'affiche sur la Piazza Grande mettent en avant des thèmes de notre époque, mais aussi les défis à relever en vue de l'avenir. Au-delà des projections classiques, le spectateur pourra aborder ces thématiques sous différentes formes. Par exemple le "24-Stunden-Talk", une discussion au long cours sur le rôle du cinéma à l'avenir, diffusée en streaming et organisée par l'Università della Svizzera italiana.

Si l'avenir occupe une place centrale dans cette édition 2022, le présent n'est pas laissé de côté. Les cinéphiles pourront notamment découvrir le film "Porlogos", la dernière ½uvre de Mantas Kvedaravičjus présentée en première mondiale. Un film poignant dans le contexte actuel sachant que le réalisateur lituanien a perdu la vie lors de la guerre contre l'Ukraine qu'il voulait documenter avec ses propres images.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Le bitcoin défend bec et ongles la marque des 20'000 dollars

Publié

le

Selon le site spécialisé CoinGecko, la valeur de marché de l'ensemble des cryptodevises s'élève à 942 milliards de dollars, soit 4 milliards de moins qu'une semaine plus tôt. (KEYSTONE/DPA/Nicolas Armer) (© KEYSTONE/DPA/NICOLAS ARMER)

Le cours du bitcoin peine à se trouver une direction. Depuis des jours, il oscille autour de la marque symbolique des 20'000 dollars. A en croire les experts, les perspectives de récession de l'économie mondiale mettent à rude épreuve le moral des entrepreneurs crypto

Mercredi à l'approche de la mi-journée, la reine des monnaies virtuelles s'échangeait autour de 20'200 dollars sur la plateforme luxembourgeoise Bitstamp, quasiment stable par rapport à son niveau d'il y a une semaine. Pendant ce laps de temps, le cours a évolué dans une fourchette comprise entre 18'600 et 20'900 dollars.

Le marché se montre plutôt pessimiste quant à l'évolution future de la cryptodevise de référence. Une analyse de la société d'investissement CoinShares, spécialisée dans cette catégorie d'actifs, révèle que le flux de capitaux dans les "Short Bitcoin ETF" (produits de placement misant sur une dépréciation) a atteint un niveau record.

Rien que la semaine dernière, quelque 51 millions de dollars ont été placés dans de tels véhicules, ce qui tend à démontrer, à en croire les observateurs du marché, que les investisseurs institutionnels ne croient pas à un redressement rapide du cours. A court terme, il faut donc s'attendre à voir persister la volatilité et l'incertitude, entend-on dire dans les milieux crypto.

Les principaux rivaux du bitcoin s'en tiraient mieux que leur "grand frère" après avoir été encore plus malmenés que ce dernier au cours des dernières semaines. C'est le cas notamment du solana, utilisé pour de nouvelles applications dans le domaine de la finance décentralisée (DeFi) ou encore des jetons non fongibles (NFT), qui affiche une progression de 2% en rythme hebdomadaire.

La part de la principale monnaie cryptographique s'est également érodée. Alors qu'à mi-juin, elle se montait encore à plus de 48%, elle ne représente actuellement plus que 43%.

Selon le site spécialisé CoinGecko, la valeur de marché de l'ensemble des cryptodevises s'élève à 942 milliards de dollars, soit 4 milliards de moins qu'une semaine plus tôt.

sta/an/buc/al

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Le nombre d'interruptions de grossesse reste stable

Publié

le

Le taux d'interruption de grossesse reste stable en Suisse. (Image. d'archives) (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Quelque 11'000 grossesses ont été interrompues l'année dernière en Suisse. Le taux de 6,7 IVG pour 1000 femmes est donc resté pratiquement inchangé par rapport à 2020. Nonante-cinq pourcents des avortements ont eu lieu avant la douzième semaine de grossesse.

En 2020, le taux était de 6,8 IVG pour 1000 femmes âgées de 15 à 44 ans, rappelle mercredi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

En 2021, 10'869 interruptions de grossesse ont été pratiquées sur des femmes résidant en Suisse. Chez les femmes âgées de 15 à 19 ans, l'OFS a enregistré 745 IVG, ce qui correspond à un taux de 3,7 pour 1000 femmes de cette catégorie d'âge, contre 3,5 en 2020.

Les interruptions de grossesse des femmes de plus de 30 ans ont augmenté au cours des dix dernières années. En 2010, 45% des femmes ayant subi une IVG avaient plus de 30 ans, en 2020 et 2021, leur proportion était de 52%. La proportion de femmes âgées de 25 à 30 ans a peu évolué depuis 2010 (23%).

Alors que les avortements chez les femmes de moins de 25 ans représentaient 33% des cas en 2010, cette proportion est tombée à 25% en 2020 et 2021. La part de celles âgées de 15 à 19 ans a elle baissé de 9% en 2010 à 7% en 2021.

Plus d'avortement médicamenteux

Par rapport à 2020, les avortements médicamenteux ont augmenté. Au niveau national, ils représentent 80% des cas, contre 20% pour les chirurgicaux. L'augmentation des interruptions médicamenteuses depuis 2019 a pu être observée dans tous les cantons.

Des différences ont toutefois été remarquées: alors qu'en 2021, 60% des IVG étaient médicamenteuses dans les cantons de Fribourg et de Genève, elles représentaient plus de 90% à Bâle-Ville, dans le Jura, à Neuchâtel, à Soleure, à Nidwald et à Uri.

La proportion d'avortements pratiqués avant la douzième semaine de grossesse, par analogie avec le régime du délai, est restée stable au fil des ans, avec de faibles différences entre les cantons. En 2021, 77% ont même eu lieu avant la huitième semaine. Les interruptions après la douzième semaine sont restées inchangées depuis 2007, avec 5%.

Différences cantonales

Dans certains cantons, le taux d’interruptions de grossesse était supérieur à la moyenne suisse. C'est à Genève qu'il a atteint la valeur la plus élevée, avec 10,1 avortements pour 1000 femmes, suivi de Vaud avec 9,1. Les valeurs n'ont cependant guère changé par rapport à l'année précédente.

Une augmentation des taux a été observée à Neuchâtel (de 7,4 à 8,8) et à Zurich (de 7,4 à 8). En revanche, le taux a baissé de 9,1 à 7 à Bâle-Ville, de 7,2 à 5,8 à Bâle-Campagne et de 8 à 6,1 à Schaffhouse.

Dans l'Espace Mittelland (BE, FR, SO, NE, JU), le taux d’IVG (6,3) était inférieur à la moyenne nationale. La Suisse orientale (SG, TG, AI, AR, SH, GR, GL) et la Suisse du Nord-Ouest (BS, BL) avec 5,6, la Suisse centrale (NW, OW, LU, UR, SZ, ZG) avec 5,2 et le Tessin avec 4,3 ont enregistré des taux inférieurs à la moyenne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Route cantonale entre Cugy et Bottens: réouverture avancée

Publié

le

Une piste cyclable de 800 mètres a été aménagée entre Bretigny-sur-Morrens et Bottens dans le canton de Vaud (photo symbolique). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Dans le Gros-de-Vaud, la route cantonale entre Cugy et Bottens rouvrira le 15 juillet avec trois mois d'avance, a indiqué mercredi le Canton. Les importants travaux de réaménagement avaient débuté au printemps 2021 afin d'améliorer la sécurité des usagers et les déplacements.

La route a été élargie, des courbes ont été améliorées et un revêtement phonoabsorbant a été posé. Une piste cyclable de 800 mètres a été aménagée entre Bretigny-sur-Morrens et Bottens, précise le Conseil d'Etat vaudois dans un communiqué. Les travaux auront ainsi duré treize mois au lieu des seize planifiés.

Le canton, les communes de Cugy et Bretigny-sur-Morrens ont investi 10,3 millions de francs dans ces travaux. Si le retour à la normale est prévu dès le 15 juillet dans l'après-midi pour les usagers de la route, la circulation de la ligne de bus tl 60 restera, elle, déviée jusqu'au 29 juillet compris, le temps nécessaire aux Transports lausannois d'adapter l'organisation de l'exploitation de la ligne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Prenez le temps de démontrer à l’être que vous aimez, que vous croyez en lui ou elle. Avoir votre soutien lui est indispensable…!

Les Sujets à la Une

X