Rejoignez-nous

Économie

Le franc n'a jamais été aussi fort face à l'euro depuis 2015

Publié

,

le

La force du franc face à l'euro s'explique notamment la différence de politique monétaire entre la Banque centrale européenne (BCE), très souple, et la Réserve fédérale américaine (Fed), qui a décidé de la durcir. (archives) (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Le franc ne cesse de s'apprécier vis-à-vis de l'euro, s'échangeant par moments à moins de 1,05 EUR/CHF, un plancher plus atteint depuis l'été 2015.

Contrairement à la tendance prévalant depuis le début de la pandémie, la devise helvétique ne profite pas de son statut valeur refuge. La faiblesse de l'euro est en cause.

A 15h05, l'euro s'échangeait contre 1,0511 franc. Un peu plus tôt, la monnaie communautaire a sombré pendant un court moment 1,04975 franc. En début d'année, l'euro valait encore 1,08 franc et il a même atteint en mars un pic à 1,11525.

La devise européenne ne cédait pas uniquement du terrain face à son homologue helvétique, mais également devant le dollar. Un billet vert s'échangeait vers 15h05 contre 0,9276 franc.

Les observateurs du marché invoquent plusieurs raisons à cette faiblesse, notamment la différence de politique monétaire entre la Banque centrale européenne (BCE) et la Réserve fédérale américaine (Fed). Alors que le seconde a décidé de serrer la vis, l'établissement francfortois devrait maintenir ses dispositions ultra-accommodantes.

A cela s'ajoutent des données conjoncturelles solides en provenance des Etats-Unis et une situation sanitaire se dégradant en Europe. De plus, l'inflation sur le Vieux continent - mesurée à +4% - s'avère plus élevée qu'en Suisse, où le renchérissement s'élève à +1,2%.

A en croire les cambistes, la paire franc-euro pourrait reculer plus nettement sous la barre de 1,05. La Banque nationale suisse (BNS) veillerait au grain et empêcherait ainsi la devise helvétique de crever ce plancher, qualifié de "ligne de défense", selon ces spécialistes. La BNS considère toujours le franc comme surévalué et s'est dit prête à intervenir sur le marché des changes.

Un franc fort prétérite toutes les industries d'exportation, l'Union européenne et la zone euro étant des débouchés vitaux pour l'économie helvétique.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Un pont s'effondre où Biden va parler d'infrastructures

Publié

le

Joe Biden avec son épouse Jill étaient à Pittsburgh en novembre 2020, alors qu'il était un candidat en campagne. (© KEYSTONE/AP/ANDREW HARNIK)

Plusieurs personnes ont été blessées dans l'effondrement tôt vendredi d'un pont routier couvert de neige à Pittsburgh, ville américaine où Joe Biden est attendu ce même jour pour parler notamment de ses grands projets d'infrastructures.

Divers automobilistes et véhicules, dont un autobus à soufflet, se sont retrouvés piégés dans l'accident spectaculaire, selon des photos publiées sur les réseaux sociaux.

Trois victimes, dont le pronostic vital n'est pas engagé, ont été transportées à l'hôpital, ont précisé les services d'urgence de cette ville, la deuxième plus grande de l'Etat de Pennsylvanie (est) après Philadelphie.

Les premières informations disponibles ne mentionnaient pas de victimes. Des médias locaux évoquent eux une dizaine de blessés légers.

Le président a été informé de l'effondrement du pont et exprime sa reconnaissance aux sauveteurs mobilisés, a fait savoir Jen Psaki, la porte-parole de la Maison Blanche. Il ne modifiera toutefois pas son programme, a-t-elle ajouté.

Selon son agenda transmis par la Maison Blanche, M. Biden doit faire un discours dans l'après-midi sur sa méthode pour "renforcer les chaînes logistiques de la nation, redynamiser le secteur industriel, créer des emplois bien payés et protégés par les syndicats ainsi que bâtir une nouvelle Amérique, notamment grâce à la loi soutenue par les deux partis sur les infrastructures".

Biden et les ponts

La coïncidence est frappante: le 20 janvier, pour marquer son premier anniversaire à la Maison Blanche, Joe Biden avait justement choisi de vanter cette loi en s'exprimant devant un grand panneau où étaient projetées des photos ... de ponts en mauvais état.

Le grand plan de dépenses de 1200 milliards de dollars dans les infrastructures, voté en fin d'année dernière par le Congrès américain, et qui avait même reçu quelques voix de l'opposition républicaine, est l'un des rares grands succès à ce jour du 46e président des Etats-Unis.

Traînant une cote de confiance médiocre qui tourne autour de 40%, voyant approcher des élections législatives qui risquent de lui coûter sa mince majorité parlementaire à l'automne, Joe Biden a promis d'aller davantage à la rencontre des Américains.

Loin des préoccupations des gens

Après avoir passé une année à promettre un grand bouleversement économique et social aux Etats-Unis, la Maison Blanche a été contrainte de revoir ses ambitions à la baisse. Mais aussi d'adapter sa communication, face à des Américains qui se débattent avec une inflation historique et une nouvelle vague de la pandémie: dans ce contexte, les grands projets du président paraissent bien éloignés de leurs préocupations quotidiennes.

La confiance des consommateurs américains est tombée en janvier à son plus bas niveau depuis novembre 2011, se dégradant plus qu'attendu à cause du variant Omicron, selon l'estimation finale de l'enquête de l'Université du Michigan publiée vendredi.

Après la loi sur les infrastructures, et faute d'avoir pu faire passer une très ambitieuse loi sociale de 1750 milliards de dollars, le président cherche à sauver au moins quelques réformes, notamment des aides à la garde d'enfants, ou des dépenses pour la transition énergétique.

Pour rallier les démocrates centristes qui ne veulent pas d'une trop grande expansion de l'Etat-providence, le président parle désormais plutôt d'un plan destiné à "mettre les Américains au travail" et à doper la compétitivité du pays.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

Les saisies de faux billets d'euros ont atteint un plancher en 2021

Publié

le

Ces dernières années, la BCE a progressivement doté la zone euro de nouveaux billets avec des dispositifs de sécurité renforcés, rendant le travail des faux-monnayeurs plus difficile. (archives) (© KEYSTONE/EPA ANP/LEX VAN LIESHOUT)

Le nombre de faux billets en euros saisis en 2021, essentiellement des coupures de 20 et 50 euros, a atteint un nouveau plus bas historique au regard des coupures en circulation, selon des chiffres publiés vendredi par la Banque centrale européenne (BCE).

Au total, quelque 347'000 fausses coupures ont été retirées de la circulation l'an dernier, une baisse de près d'un quart (-24,6%) en un an.

En d'autres termes, "12 contrefaçons ont été détectées pour 1 million de billets authentiques en circulation, soit un niveau historiquement bas", souligne l'institut.

Les billets de 20 et 50 euros sont les valeurs les plus contrefaites, représentant près des deux tiers des saisies (65,9%).

"La probabilité de recevoir une contrefaçon est très faible", considère l'institut eu égard aux 28,2 milliards de billets authentiques en circulation en décembre dernier, soit près du quadruple depuis leur introduction en 2002.

Ces dernières années, la BCE a progressivement doté la zone euro de nouveaux billets avec des dispositifs de sécurité renforcés, rendant le travail des faux monnayeurs plus difficile.

Les derniers billets renouvelés ont été les 100 et 200 euros en 2019.

Seule l'émission de billets de 500 euros n'a pas été renouvelée, cette coupure étant accusée de faire le jeu des trafiquants de tous poils. En 2021, celle-ci représentait 1% du total des contrefaçons.

Toucher et regarder

Les citoyens n'ont eux "pas forcément le réflexe de bien regarder les billets pour repérer facilement les imitations", a expliqué en décembre à l'AFP Eric Languillat, expert sur la contrefaçon de billets à la banque centrale.

La BCE sensibilise depuis des années le public via la méthode consistant à "toucher, regarder, incliner" le billet.

A l'occasion des 20 ans de l'euro fiduciaire, l'institut a par ailleurs annoncé son projet de nouveaux dessins sur les billets en euros d'ici 2024, en pouvant faire figurer des personnages ou monuments célèbres.

A la place des illustrations actuelles représentent les différentes époques de l'histoire européenne de manière symbolique, Léonard de Vinci et Simone Veil "feraient de bons modèles", a plaidé la patronne de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Économie

Credit Suisse veut mieux tenir compte des risques pour les bonus

Publié

le

Secouée par de nombreux scandales, la banque veut "aligner encore plus fortement ses rémunérations aux objectifs stratégiques du groupe". (Archives) (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Credit Suisse, dans la tourmente depuis le départ de son président et embourbé dans les affaires Greensill et Archegos, veut ajuster le versement des bonus à ses employés, notamment pour mieux tenir compte de la gestion du risque.

"Notre objectif est de distribuer des compensations qui trouvent le bon équilibre entre les intérêts des employés, des actionnaires et d'autres parties prenantes", a indiqué le groupe bancaire dans une note interne transmise vendredi à l'agence AWP.

Ces versements supplémentaires "doivent renforcer une culture basée sur la responsabilité individuelle et les devoirs grâce à des primes appropriées", a ajouté l'établissement zurichois dans ce document.

Une porte-parole de Credit Suisse a souligné que la banque voulait "aligner encore plus fortement ses rémunérations aux objectifs stratégiques (du groupe), notamment en matière de gestion du risque". Les cadres supérieurs recevront ainsi une part de leur bonus en actions, qui seront seulement attribuées "si certaines directives liées à nos objectifs stratégiques sont atteints".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Les perspectives conjoncturelles restent favorables (baromètre KOF)

Publié

le

Les perspectives se sont améliorées pour la consommation, les prestataires financiers et assurances et hôtellerie-restauration. (Archives) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les perspectives conjoncturelles en Suisse restent au beau fixe. Le baromètre établi par le centre d'études conjoncturelles KOF de l'École polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) a très légèrement progressé en janvier, après un tout petit recul le mois dernier.

La vague de contaminations liée au variant Omicron n'a cependant peut-être pas dit son dernier mot.

Le baromètre conjoncturel du KOF a avancé de 0,6 point au cours du moins de janvier, pour s'inscrire à 107,8 points, contre 107,2 un mois plus tôt. Si ce niveau reste globalement élevé et en nette progression sur un an, il est inférieur à celui du printemps et de l'été derniers, écrit le KOF vendredi dans un communiqué.

Dans le détail, les perspectives se sont améliorées pour les composantes consommation, prestataires financiers et assurances et hôtellerie-restauration. Dans ce dernier cas, l'évolution est cependant suspendue à Omicron. Les indicateurs pour les composantes services, activité manufacturière et demande de l'étranger ont en revanche connu une évolution défavorable par rapport à fin décembre.

Dans le secteur de la production (industrie manufacturière et construction), les indicateurs sont en baisse pour presque tous les aspects de l'activité, en particulier aux chapitres des recettes, de la production et des capacités. Les indicateurs signalent un ralentissement de la dynamique pour les secteurs du bois, du verre, de la pierre et des machines-outils. Celle-ci reste inchangée pour la chimie, la pharmacie et les matériaux plastiques.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

L'économie française a rebondi de 7% en 2021

Publié

le

Le rebond intervient après la récession record de 2020 (-8%). Le niveau de 2019 n'a cependant pas encore été atteint. (Archives) (© KEYSTONE/EPA/Mohammed Badra)

La croissance du produit intérieur brut (PIB) français a atteint 7% en 2021, un bond jamais vu depuis 52 ans, mais qui intervient après la récession record de 2020 (-8%), selon une première estimation publiée vendredi par l'Insee.

Avec un quatrième trimestre 2021 qui a connu une croissance de 0,7%, l'activité "dépasse désormais nettement" en fin d'année son niveau d'avant crise sanitaire, souligne l'Institut national de la statistique.

La performance de l'économie française, qui s'annonce comme une des plus fortes de la zone euro, surpasse la prévision de l'Insee et de la Banque de France, qui tablaient sur une croissance de 6,7% pour l'an dernier.

Cela provient notamment d'une révision en hausse de 0,1 point de la progression du PIB lors de chacun des trois premiers trimestres de l'année, détaille l'Insee.

Toutefois, sur l'ensemble de l'année 2021 le PIB reste "1,6 % en deçà de son niveau moyen en 2019", ajoute l'institut, signe que 2021 ne marque pas totalement un retour à la normale pour l'économie, la première partie de l'année ayant encore été marquée par d'importantes restrictions sanitaires liées à l'épidémie de Covid-19.

En 2021, la croissance a été particulièrement portée par la forte progression de la production de biens et services (+7,4%, après -8,5% en 2020), même si la production de biens "reste sensiblement en retrait" par rapport à son niveau moyen de 2019.

La consommation des ménages, pénalisée au premier semestre par les restrictions sanitaires, n'a renoué avec son niveau d'avant-crise qu'à la toute fin de l'année, et enregistre une hausse de 4,8% sur l'ensemble de 2021 (-7,2% en 2020). Mais sur l'ensemble de 2021, elle reste inférieure à son niveau moyen de 2019.

L'investissement des ménages (immobilier, etc.), des entreprises et des collectivités, en rebond de 11,6%, dépasse lui largement son niveau de 2019.

Enfin, le commerce extérieur contribue légèrement positivement à la croissance, même si en moyenne annuelle "les exportations et les importations demeurent en 2021 à un niveau particulièrement dégradé, respectivement inférieures de 8,5% et 5,5% à leur niveau moyen de 2019".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

Ménagez vos nerfs et apprenez à mieux respirer pour vous détendre… Petite faiblesse digestive pour certains Natifs trop stressés…

Les Sujets à la Une

X