Rejoignez-nous

Suisse

La BNS maintient son cap malgré l'amoncellement de nuages

Publié

,

le

(KEYSTONE/Gaetan Bally)
La Banque nationale suisse (BNS) a reconduit jeudi sans modification sa politique monétaire expansive, à l'occasion de son examen stratégique périodique. L'appréciation de la situation et des perspectives économiques a logiquement été largement revue à la baisse depuis les dernières prévisions livrées mi-mars, aux balbutiements de la crise sanitaire.

Le produit intérieur brut (PIB) devrait reculer d'environ 6% cette année, selon les indications fournies jeudi. Il y a trois mois, l'institut d'émission tablait encore sur une évolution qui "risque d'être négative".

La croissance en Suisse ne retrouvera pas rapidement ses niveaux d'avant-crise, même avec les mesures d'assouplissement entrées en vigueur à la mi-mai. La reprise ne sera que partielle et les conséquences sur le PIB seront sévères en 2020, une crise inégalée depuis le choc pétrolier des années 1970.

"Les répercussions de la récession devraient peser un certain temps sur la demande extérieure, les investissements et la consommation", a précisé Thomas Jordan, président de la BNS, devant la presse.

Un phénomène de déflation est attendu cette année (-0,7%) et la prochaine (-0,2%) en raison de l'évolution négative de l'économie suisse et la baisse des cours du pétrole. L'année 2022 doit marquer le retour à un timide renchérissement (+0,2%).

La BNS avertit toutefois que ces prévisions sont à prendre avec encore plus de précautions que d'habitude, puisque les incertitudes liées à la pandémie du Covid-19 sont nombreuses.

Inertie attendue

Nonobstant ces perspectives, le taux directeur a été reconduit à -0,75%. Le garant de la stabilité monétaire se dit encore prêt à intervenir sur le marché des devises en cas de besoin pour affaiblir un franc toujours jugé onéreux, mais plus "surévalué".

La BNS a dû intervenir sur d'importants volumes dans la foulée de l'examen de politique monétaire de mi-mars, mais la situation s'est désormais quelque peu détendue.

Responsable des marchés financiers, Andréa Maechler attribue notamment ce relâchement à l'élaboration en mai d'un plan de relance européen, qui a soulagé le franc d'une certaine pression.

Les économistes relèvent que l'interventionnisme de la BNS sur le marché des changes constitue l'essentiel de l'arsenal déployé par la BNS en matière de politique monétaire et que l'absence de nouvelles mesures était largement anticipé.

L'institution rappelle de son côté alimenter aussi le système bancaire en liquidités, destinées à soutenir l'approvisionnement de l'économie en crédits sans intérêt dans le cadre de la facilité de refinancement Covid-19 (FRC).

Cet approvisionnement est dépeint comme crucial pour une reprise rapide, suite à l'effondrement des revenus essuyé par de nombreuses entreprises. La BNS assure que sans ce programme exceptionnel, le risque aurait été nettement plus élevé d'assister à une multiplication des cas de défaut de paiement.

La BNS a jusqu'à présent fourni aux banques quelques 10 milliards de francs de liquidités à son taux directeur, soit -0,75%, en échange de titres de crédits Covid-19 garantis par la Confédération ou les cantons. Les banques n'ont ainsi pas besoin de puiser dans leurs propres réserves et jouissent de surcroît de conditions avantageuses.

Thomas Jordan souligne que presque 130'000 crédits ont été octroyés et qu'une petite ou moyenne entreprise (PME) sur cinq a contracté un tel emprunt. Le montant moyen des prêts avoisine 120'000 francs.

Options limitées

Maxime Botteron, de Credit Suisse, estime qu'effectivement la valorisation actuelle du franc face à l'euro ne pousse pas la BNS intervenir, mais que la faiblesse du dollar pourrait l'y contraindre.

"La BNS est l'unique banque centrale au sein des économies développées à n'avoir pratiquement pas réagi à la crise du coronavirus", note pour sa part Bantleon. L'établissement zougois en veut pour preuve la stabilité des taux et l'absence de programmes de rachat de dettes et en déduit que la politique monétaire actuelle a atteint ses limites.

La BNS risque d'abaisser son seuil d'interventionnisme en dessous de 1,05 EUR/CHF, plutôt que d'envisager un remaniement de son taux négatif, surenchérit Raiffeisen.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

La Suisse exprime ses condoléances à la Turquie et à la Syrie

Publié

le

La Suisse est prête à apporter une aide humanitaire aux populations touchées par le séisme en Turquie et en Syrie. (© KEYSTONE/AP/Zana Halil)

La Suisse exprime ses condoléances à la Turquie et à la Syrie, après le séisme qui a fait des centaines de morts lundi. La Confédération se dit prête à fournir une aide humanitaire d'urgence.

"Nos pensées vont aux populations de la Turquie et de la Syrie frappées par le tragique séisme. Nous présentons nos condoléances aux familles des victimes et souhaitons un bon rétablissement à tous les blessés", a écrit le président de la Confédération Alain Berset sur Twitter.

Après ce "terrible séisme" ayant frappé la Turquie et la Syrie, le ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis a également présenté à son homologue turc Mevlut Cavusoglu les sincères condoléances de la Suisse à son pays et à son peuple. La Suisse se tient au côté de la Turquie et offre une aide humanitaire, a-t-il déclaré sur Twitter.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Nouvelle carte d'identité suisse dès le 3 mars

Publié

le

Le design sera pour la première fois uniforme entre la nouvelle carte d'identité et le nouveau passeport. (© Fedpol)

Les citoyens suisses qui feront une demande de carte d'identité dès le 3 mars recevront un nouveau modèle. Comme pour le nouveau passeport suisse introduit il y a quatre mois, la carte dispose d'éléments de sécurité de pointe et d'un nouveau design.

Certains éléments de sécurité de la nouvelle carte sont insérés dans les matériaux, d'autres sont créés lors de la fabrication de la carte et d'autres encore au moment de sa personnalisation, indique lundi fedpol dans un communiqué. Quant au design, il sera pour la première fois uniforme entre la nouvelle carte et le nouveau passeport.

Toutes les cartes d'identité délivrées à ce jour conservent leur validité jusqu'à leur date d'expiration, précise fedpol. Les émoluments restent inchangés.

La procédure de rendez-vous pour l'obtention des documents d'identité reste aussi la même, ainsi que le processus de réalisation, confié à l'Office fédéral des constructions et de la logistique. Il sera toujours possible de commander de manière combinée un passeport et une carte d'identité.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

L'indicateur de l'emploi toujours solide en début d'année (KOF)

Publié

le

La situation de l'emploi en Suisse s'est améliorée notamment dans l'industrie manufacturière, après l'affaiblissement essuyé en fin d'année. (archives) (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La situation sur le marché du travail est toujours solide. L'indicateur de l'emploi compilé par le KOF s'est maintenu à un haut niveau pour le premier trimestre de l'année, indique lundi le Centre d'études conjoncturelles de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich.

Au premier trimestre, l'indicateur de l'emploi se situe à 14,8 points, toujours "nettement au-dessus de sa moyenne pluriannuelle" et après 14,3 points lors du dernier trimestre 2022.

La progression est à mettre sur le compte des perspectives en matière d'emploi des entreprises, alors que nombreuses sont celles qui estiment leur nombre de collaborateurs trop bas. La part des sociétés qui projettent d'augmenter leur effectif est également bien plus importante que la part de celles qui envisagent de le réduire, indique le KOF.

"Malgré les risques conjoncturels actuels en Suisse et à l'étranger, l'indicateur de l'emploi n'indique donc pas de détérioration rapide de la bonne situation du marché du travail", expliquent les économistes.

Par secteur, la situation s'est améliorée dans l'industrie manufacturière, après l'affaiblissement essuyé en fin d'année. L'indicateur de l'emploi a aussi progressé dans le commerce de gros et les assurances tandis que les perspectives restent stables dans l'hôtellerie et la restauration, "bien au-dessus de la moyenne à long terme", écrit le KOF.

Par contre, la situation s'est légèrement détériorée pour les banques et les autres services, seuls secteurs à essuyer une baisse de l'indicateur de l'emploi.

Cet indicateur est calculé à partir des informations fournies par environ 4500 entreprises.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Jelmoli restructuré, 850 employés touchés

Publié

le

Confrontée à des résultats en baisse, la société immobilière Swiss Prime Site (SPS), propriétaire de Jelmoli, dit avoir pris sa décision après avoir cherché en vain un repreneur. (archives) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le grand magasin zurichois Jelmoli va être restructuré. Quelque 850 collaborateurs et collaboratrices seront affectés par cette mesure d'ici fin 2024. La directrice Nina Müller démissionnera entre le printemps et fin juin.

La société immobilière Swiss Prime Site (SPS), propriétaire de Jelmoli, confronté à des résultats en baisse, a pris cette décision après avoir cherché en vain un repreneur pour Jelmoli, a indiqué lundi un porte-parole à l'agence AWP.

SPS compte ainsi "rénover" l'immeuble dans lequel se trouve le grand magasin à partir de 2025 pour y aménager également des bureaux, des restaurants et des offres sportives à côté des surfaces dédiées à la vente d'articles. SPS n'exploitera pas elle-même les magasins qui se trouveront dans l'immeuble situé à quelque pas de la Bahnhofstrasse, l'une des plus huppées de la ville zurichoise.

Les travaux de rénovation devraient prendre fin au début de 2027.

Mme Müller devrait quitter l'entreprise entre le printemps et fin juin pour passer le relais à l'actuel responsable Merchandise, Reto Braeger.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Les parlementaires en visite appellent à une solution pacifique à Taïwan

Publié

le

Le groupe de parlementaires suisses a rencontré lundi la présidente de Taïwan Tsai Ing-wen (Photo prétexte). (© KEYSTONE/AP/Chiang Ying-ying)

Les conseillers nationaux en visite à Taïwan ont appelé à une solution pacifique entre la Chine et le territoire insulaire. "Il est absolument crucial que les différences et tensions entre Taïwan et la Chine soient résolues de manière pacifique et par le dialogue".

C'est ce qu'a déclaré le président de la délégation parlementaire Fabian Molina (PS/ZH) lundi lors d'une rencontre avec la présidente de Taïwan Tsai Ing-wen. L'invasion de l'Ukraine par la Russie a montré à quel point l'ordre mondial est vulnérable. La coopération visant à renforcer la paix mondiale, la démocratie et le multilatéralisme doit être développée, a-t-il ajouté.

Le socialiste a en outre affirmé à la radio alémanique SRF que Taïwan n'est pas uniquement un important partenaire commercial de la Suisse. Il est essentiel que les démocraties se soutiennent mutuellement, a-t-il dit. "La Suisse ne devrait pas rester à l'écart dans ce domaine".

"Mieux intégrer Taïwan"

Nicolas Walder (Verts/GE) a également plaidé pour une meilleure intégration de Taïwan dans les organisations internationales. Le Genevois a en outre remercié la présidente de Taïwan sur Twitter pour son "accueil chaleureux et les 90 minutes de discussions intenses pour évoquer [un] amour partagé pour la liberté et la démocratie".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / dpa

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

L’époque présente est dynamique et permettra d’intéressantes rentrées d’argent que vous saurez gérer avec sagesse !

Les Sujets à la Une

X