Rejoignez-nous

Suisse

"Le Jura doit revoir en profondeur son fonctionnement" (J.-F. Roth)

Publié

,

le

Jean-François Roth, ici lorsqu'il présidait Suisse Tourisme (en 2016), porte un regard critique sur son canton, le Jura. (© KEYSTONE/TI-PRESS/PABLO GIANINAZZI)

Le Jura doit se remettre en question pour rebondir, juge l'ex-conseiller d'Etat Jean-François Roth, tandis que le canton s'apprête à fêter le 23 juin les 50 ans du plébiscite ayant permis sa création. Autrefois rebelle, le Jura "a un peu perdu la flamme" des débuts.

Retiré de la vie publique, Jean-François Roth reste un observateur privilégié de son canton, dont il fut représentant au Conseil des Etats (1987-1994) et président du gouvernement (1999-2004), mais aussi candidat au Conseil fédéral en 1999.

Dans un entretien avec Keystone-ATS, il porte un regard compréhensif mais critique sur l'évolution du canton. "Le Jura s'est passablement assagi. Je ne suis pas sûr qu'il incarne aujourd'hui l'idée qu'on s'en faisait à sa création. Les signes pouvant rappeler le côté rebelle de l'époque sont devenus rares", dit-il.

Jean-François Roth déplore la situation financière très délicate du canton. Il pointe un déficit de projets, une situation particulièrement démoralisante pour la fonction publique. On assiste à des départs de plusieurs cadres de l'administration.

"Il s'agirait de réexaminer de fond en comble le fonctionnement de l'Etat sur le plan structurel et de pratiquer une introspection profonde des forces et des faiblesses de l'Etat", plaide M. Roth.

Regrouper les forces

L'ancien ministre se demande par exemple si le canton est équipé de manière adéquate au plan technologique pour bien accomplir toutes ses tâches, en matière de fiscalité notamment, vu les retards qui s'accumulent dans la prise de décisions. Il constate aussi qu'il doit s'impliquer dans des domaines dans lesquels il faudrait que les communes soient responsables, comme pour les autorisations de construire.

C'est dans cette perspective que Jean-François Roth souhaiterait davantage de fusions de communes. Dans le même ordre d'idées, il juge aussi inadapté d'entretenir une structure à trois districts (Delémont, Porrentruy, Franches-Montagnes, et bientôt Moutier), alors qu'il conviendrait de regrouper ses forces. Un seul district suffirait.

En toile de fond: les problèmes financiers récurrents du canton. "Le Jura est en passe d'avoir une fortune nette négative", s'inquiète M. Roth.

Des accomplissements, des ratés

Cinquante ans après le plébiscite du 23 juin 1974, il existe bien sûr des sujets de fierté pour le Jura. La vie culturelle et associative est riche, la création du Théâtre du Jura est une belle réussite, la Question jurassienne est apaisée, se réjouit Jean-François Roth.

Dans les ratés, "la décision unilatérale française de fermer fin 2025 la ligne ferroviaire Delle-Belfort, qu'on avait réhabilitée à grands frais avec l'aide de la Confédération, apparaît comme une mauvaise fable", estime M. Roth.

Pendant ce temps, la question de la mobilité, notamment dans les flux transfrontaliers, demeure entière. "J'observe qu'on a démantelé le service cantonal de la coopération. J'ose espérer qu'il ne faut pas y voir la cause de ce pataquès", glisse encore l'ancien ministre cantonal, qui souhaite voir émerger une nouvelle génération de politiciens et politiciennes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Le harcèlement sexuel en Ville de Genève perdure malgré les mesures

Publié

le

Le conseiller administratif de la Ville de Genève Alfonso Gomez a estimé qu'en matière de lutte contre le harcèlement sexuel au sein de l'administration municipale, des progrès restaient encore à faire (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le harcèlement sexuel demeure un problème au sein de l'administration de la Ville de Genève, malgré les efforts menés depuis de nombreuses années par la municipalité pour enrayer le fléau. Un rapport, publié mardi, révèle l'ampleur du phénomène.

Selon cette étude représentative, 21% des femmes et 9% des hommes ont déclaré avoir subi des comportements relevant de faits de violences sexuelles sur leur lieu de travail. Il s'agit notamment de regards appuyés, de propos graveleux et d'invitations insistantes. La plupart des faits n'ont pas impliqué de contact physique.

Les taux sont "sensiblement plus élevés" quand on tient compte de la notion d'exposition à un climat de travail sexiste, soit des remarques dégradantes au sujet des femmes ou des hommes en général, à l'encontre des personnes homosexuelles et des transgenres ou de plaisanteries salaces.

"Une gifle"

En englobant cette notion de climat, ce sont 40% des femmes et 30% des hommes qui sont impactés par le harcèlement sexiste et sexuel. Des chiffres que le conseiller administratif de la Ville de Genève Alfonso Gomez a pris comme "une gifle", selon ses mots. "Le constat n'est pas très positif et nous avons des progrès à faire".

Un plan d'action va être mis en oeuvre par la Ville de Genève, qui couvrira la législation en cours et la suivante, jusqu'en 2030. Il s'agira notamment de recenser plus efficacement les cas de harcèlement sexuel en développant un système de collecte centralisée et de renforcer la sensibilisation au sein des départements.

La volonté du Conseil administratif est de prévenir le harcèlement sexuel dans l'administration municipale, voire de l'éradiquer si c'est possible, a souligné M. Gomez. Mais pour y parvenir, il faudrait que la Ville de Genève mette des moyens financiers et humains supplémentaires, comme le recommande l'étude.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Neuchâtel: résultat bénéficiaire approuvé par les députés

Publié

le

Crystel Graf, conseillère d'Etat en charge des finances, a déclaré que le niveau de la dette demande de la vigilance (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les députés neuchâtelois ont accepté mardi à l'unanimité les comptes 2023, qui clôturent avec un bénéfice de près de 1,7 million de francs. La droite appelle à la prudence en raison de nombreuses incertitudes. La gauche estime qu'il faut davantage aider la population.

"C'est la quatrième année consécutive avec un résultat conséquent, sans prélèvement dans les réserves", a déclaré Crystel Graf. La conseillère d'Etat en charge des finances a précisé que le bénéfice avait été possible, malgré l'absence de versement de la BNS et un crédit supplémentaire aux institutions de santé.

La conseillère d'Etat a rappelé qu'il faut rester vigilant, en raison de la dette qui a augmenté de 24,3 millions à 1,8 milliard de francs. La dynamique d'investissements est lancée et "des arbitrages seront peut-être nécessaires", a-t-elle ajouté.

Le budget 2023 prévoyait un déficit de 13,6 millions.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Philippe Lazzarini invité d'honneur de la Ville de Lausanne

Publié

le

Le commissaire général de l’UNRWA, Philippe Lazzarini sera l'invité d'honneur de la Ville de Lausanne à l'occasion de la Fête nationale (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La Municipalité de Lausanne invite la population à venir célébrer la fête nationale à Ouchy le 1er août prochain. L'invité d’honneur sera cette année le commissaire général de l’UNRWA Philippe Lazzarini. Après la partie officielle, les traditionnels feux d’artifice seront tirés depuis le lac.

Commissaire général de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche Orient (UNRWA) Philippe Lazzarini est une personnalité suisse incontournable sur la scène diplomatique internationale. Il incarne parfaitement l’engagement pour la paix et la tradition humanitaire du pays, souligne la Ville de Lausanne mardi dans un communiqué.

La partie officielle comprendra la lecture du Pacte fédéral, une allocution du syndic Grégoire Junod et de Philippe Lazzarini. Des intermèdes musicaux et le cantique suisse seront assurés par la chanteuse lausannoise Laura Scaglia.

La Ville de Lausanne est habituée à accueillir différentes personnalités du monde politique suisse pour le 1er août. Ces quatre dernières années, elle avait reçu les présidents de la Confédération en exercice. Viola Amherd, actuelle présidente du gouvernement, avait d'autres engagements, a précisé Amélie Nappey-Barrail, responsable de la communication de la Ville.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

L'UDC Jean-François Thuillard devient président du Grand Conseil

Publié

le

Jean-François Thuillard a été élu mardi à la présidence du Grand Conseil vaudois (archives). (© KEYSTONE)

Jean-François Thuillard est le nouveau premier citoyen du canton de Vaud. Le député UDC et syndic de Froideville, agriculteur et supporter du LHC, a été élu pour une année à la présidence du Grand Conseil.

Vice-président jusqu'ici, Jean-François Thuillard était le seul candidat en lice mardi après-midi. Sur les 121 bulletins valables comptabilisés, il a récolté 104 voix. Dix bulletins blancs ont aussi été dénombrés ainsi que sept voix éparses.

L'élu de 58 ans a dit sa "reconnaissance" d'accéder au perchoir. Devant ses collègues, il a d'abord rendu hommage à son prédécesseur, le Vert'libéral Laurent Miéville. Pour le "remercier", il avait réquisitionné les Brigands du Jorat, dont il est membre, et le président sortant a quitté la salle ligoté.

Pour son année présidentielle, Jean-François Thuillard a déclaré vouloir travailler "dans la continuité" de ses prédécesseurs, en permettant "des débats vigoureux" tout en veillant "au respect" des opinions de chacun.

De Froideville à Lausanne

Cela fait douze ans que le député du Gros-de-Vaud siège au Parlement vaudois. Il s'y est fait surtout connaître en présidant durant cinq ans la Commission des infrastructures liées aux transports et à la mobilité. "Jusqu'ici, cela a été le moment fort de ma carrière de député", reconnaît-il, interrogé par Keystone-ATS.

Au sein de cette commission, il dit avoir aimé les aspects "concrets" du travail de député. "On vote un crédit pour une route et, quelques mois plus tard, on peut aller voir le résultat sur le terrain", illustre-t-il.

Outre le Grand Conseil et un bref passage comme vice-président de l'UDC Vaud (2013-2015), Jean-François Thuillard est engagé de longue date dans sa commune de Froideville. Il a rejoint le Conseil communal en 1985, avant d'entrer à la Municipalité en 2002 et de devenir syndic en 2016.

Il s'est aussi présenté plusieurs fois sur la liste UDC pour accéder au Conseil national. Sans succès toutefois, "et sans aucun regret", précise-t-il.

Voyages, hockey et euphonium

Agriculteur de profession, Jean-François Thuillard exploite un domaine qui regroupe diverses cultures et une centaine de génisses, et bientôt une halle pouvant accueillir plus de 15'000 poulets. C'est son fils, à qui il est en train de remettre l'exploitation, qui assure désormais le gros du travail. "Je m'occupe de l'administratif et lui donne des coups de main", raconte-t-il.

Marié et père de trois enfants, grand-père depuis peu, le nouveau président du Grand Conseil est aussi un fervent voyageur. "Hormis l'Océanie, je suis allé sur tous les continents", souligne-t-il. Ces dernières années, il a enchaîné les voyages exotiques, par exemple en Tanzanie ou à Sao Tomé-et-Principe, un archipel au large du Gabon. Il a aussi récemment passé une semaine sur un catamaran dans les Caraïbes.

Jean-François Thuillard est aussi un passionné de hockey sur glace, un sport pratiqué par ses fils. Il était notamment à Prague en mai dernier pour suivre l'épopée de l'équipe de Suisse jusqu'en finale du championnat du monde. Il se rend aussi "très régulièrement" à la Vaudoise aréna pour soutenir son club de coeur, le Lausanne HC. "Je n'ai pas manqué un match des derniers play-off" qui ont vu le LHC arriver jusqu'à la finale, assure-t-il.

Jean-François Thuillard adore aussi la musique même si, "faute de temps", il ne joue plus autant qu'il le souhaiterait. Il raconte néanmoins avoir longtemps pratiqué l'euphonium (ou tuba ténor) au sein d'un orchestre de bal et de la fanfare du Jorat.

Vice-présidence

Comme le veut la tradition, une réception sera organisée le 3 septembre dans sa commune pour fêter son accession à la présidence du Grand Conseil. Près de 1000 invités sont attendus à Froideville.

A noter finalement que Jean-François Thuillard sera entouré par Stéphane Montangero (PS) et Patrick Simonin (PLR), élus respectivement mardi en tant que 1er et 2e vice-présidents du Grand Conseil.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

Vous bénéficiez d'une énergie inépuisable qui vous renfonce dans la réalisation de vos ambitions. Ce que vous faites, va réussir, soyez-en sûr !

Les Sujets à la Une

X