Rejoignez-nous

Suisse

Le rejet de l'EEE était une "décision erronée", estime Grossen

Publié

,

le

Rejeter l'EEE en 1992 était une décision historique erronée, estime Jürg Grossen (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Le président des Vert'libéraux, Jürg Grossen, veut relancer l'accord sur l'Espace économique européen (EEE). "L'EEE est bien vivant", remarque-t-il, soulignant que la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein, membres de l'accord, s'en sortent très bien.

"Le 'non' du peuple suisse il y a 30 ans a été une décision historique erronée", déclare M. Grossen dans un entretien diffusé dimanche par la SonntagsZeitung.

Si l'accès au marché intérieur de l'Union européenne (UE) a pu être ensuite assuré partiellement grâce aux accords bilatéraux, ces derniers s'érodent de plus en plus, remarque le conseiller national. "Les relations avec l'UE sont comme une chaudière pleine de trous. La Suisse ne peut plus se contenter de la rafistoler". Il préconise d'en racheter une neuve, ce qui correspond, pour les Vert'libéraux, à l'EEE.

"Nous sommes dans une impasse"

M. Grossen doute des plans du Conseil fédéral, qui veut prolonger la voie bilatérale par de nouvelles négociations après avoir mis fin à celles sur l'accord-cadre. "Le Conseil fédéral sonde Bruxelles, s'embrouille dans les détails et n'avance pas", souligne-t-il. "Nous sommes dans une impasse".

Avec l'EEE, la Suisse disposerait d'une solution rapide et stable à long terme, assure le Bernois. "Il a été négocié et couvre, au-delà des bilatérales, l'ensemble du marché intérieur". M. Grossen reconnaît que tout le monde peut faire des erreurs. "Mais on doit être prêt à les corriger le moment venu".

Un sondage, réalisé auprès de 1010 personnes entre le 6 et le 17 octobre, a révélé vendredi que 71% des Suisses approuveraient actuellement l'accord sur l'EEE. Le 6 décembre 1992, une faible majorité de 50,3% l'avait rejeté.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

La Comco ouvre une enquête dans le domaine des livres en français

Publié

le

Payot dénonce une surmajoration du prix des livres et une distorsion de la concurrence de la part du groupe français Madrigall (image d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Commission de la concurrence (Comco) a ouvert une enquête à l’encontre du groupe éditorial français Madrigall. Elle va examiner s'il limite de façon illicite la possibilité pour les libraires suisses de se fournir en France à de meilleures conditions.

Le groupe Payot avait déposé en septembre une plainte contre Madrigall pour prétendu abus de pouvoir de marché relatif, rappelle la Comco dans un communiqué publié mardi. Il lui reprochait d’empêcher les libraires suisses de se procurer en France des livres au prix du marché français et aux conditions usuelles françaises.

Dans le cadre de l’enquête, "la Comco va examiner si Madrigall détient effectivement un pouvoir de marché relatif envers le dénonciateur et si la société s'est comportée de manière abusive au sens de la loi sur les cartels", précise la commission.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

La rue Centrale à Lausanne bientôt piétonne ?

Publié

le

Fermée durant les deux semaines des Jeux Olympiques de la Jeunesse 2020, la rue Centrale est également laissée aux piétons le samedi matin pour le marché depuis la pandémie de Covid. (Archives © KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Plusieurs textes ciblant la rue Centrale au coeur de Lausanne sont sur la table des débats du Conseil communal. Gauche et droite veulent donner plus de place aux piétons sur ce tronçon.

La rue Centrale à Lausanne a connu plusieurs dispositions ces dernières années. Fermée à la circulation deux semaines durant pour les activités en marge des Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2020, elle est désormais close aux véhicules tous les samedis matins lors du marché.

Plusieurs textes déposés aux Conseil communal de Lausanne par des élus, de gauche comme de droite, espèrent pouvoir pérenniser cette accessibilité grandissante aux piétons sur ce tronçon du centre-ville. Parmi eux, deux postulats : un socialiste de Louis Dana, conseiller communal, et un autre PLR, du désormais député au Grand Conseil Xavier de Haller. Il était encore à l'échelon communal lors du dépôt de son texte.

Louis Dana a déposé son postulat après les JOJ. Durant cette manifestation, la rue centrale avait été fermée deux semaines. Une bonne expérience selon le socialiste lausannois.

Louis DanaConseiller communal socialiste à Lausanne

Xavier de Haller souligne lui aussi un consensus politique sur le thème général de l'évolution de la ville. Il y a cependant, selon lui, un désaccord sur les véhicules individuels motorisés :

Xavier de HallerDéputé PLR au Grand Conseil (VD)

Si les conseillers communaux lausannois débattront ce mardi de plusieurs textes, on rappelle déjà que l'idée de fermer un tronçon aux véhicules individuels motorisés a déjà été discutée, pour le Grand Pont, il y a quelques semaines. Des commerçants de la zone avaient haussé la voix pour éviter que les voitures ne puisse plus franchir le pont. Ils arguaient le risque d’une perte d’activité économique.

Louis DanaConseiller communal socialiste à Lausanne

Plus de voiture sur la place

La Ville a déjà pris une décision : celle de rendre la place Centrale, au pied du Grand-Pont, piétonne et donc de faire disparaître une quarantaine de places de parking voitures et une trentaine pour les motos. Un changement qui interviendra à l'horion du printemps prochain.

Un premier pas qui ravit le socialiste Louis Dana :

Louis DanaConseiller communal socialiste à Lausanne

Xavier de Haller regrette lui la suppression des places de parcs au centre-ville :

Xavier de HallerDéputé PLR au Grand Conseil vaudois

Les postulats de Louis Dana et de Xavier de Haller ont été traités en commission en décembre 2020. Les deux textes ont été acceptés, avec 8 voix pour, 2 contre et 2 abstentions pour le texte du socialiste ; 10 voix pour, un contre et une abstention pour celui du député PLR.

Contactée, la municipale en charge de la mobilité, Florence Germond, n'a pas souhaité prendre la parole sur le dossier avant les débats du Conseil communal, expliquant notamment que la Municipalité ne s'est pas encore prononcée.

Continuer la lecture

Économie

Le bénéfice net d'UBS accélère en 2022

Publié

le

La banque aux trois clés a brillé l'an dernier, dans des conditions difficiles. (archive) (© KEYSTONE/DPA/SEBASTIAN GOLLNOW)

UBS a vu son bénéfice net augmenter l'année dernière, malgré la volatilité des marchés et dans un contexte géopolitique tendu. Les actionnaires verront leur dividende relevé et profiteront d'un nouveau programme de rachat d'actions.

En 2022, le numéro un mondial de la gestion de fortune a enregistré un résultat avant impôts en hausse de 1,3% à 9,6 milliards de dollars. Le bénéfice net attribuable aux actionnaires s'est quant à lui établi à 7,63 milliards, en progression de 2%, a-t-il annoncé mardi dans un communiqué.

Le produit d'exploitation s'est par contre contracté de 2% à 34,6 milliards, alors que les charges ont baissé de 4% à 24,9 milliards.

La banque a par ailleurs profité de la confiance de ses clients, encaissant dans son coeur de métier, la gestion de fortune mondiale, pas moins de 60 milliards de dollars d'afflux nets générant des commissions sur l'exercice écoulé.

Les actionnaires profiteront d'un dividende de 0,55 dollar par action, après avoir reçu 0,50 dollar au titre de 2021. L'établissement zurichois va par ailleurs lancer un nouveau programme de rachat d'actions à hauteur de 5 milliards de dollars, après en avoir acquis pour 5,6 milliards l'année précédente.

Au seul quatrième trimestre, la banque aux trois clés a vu son bénéfice d'exploitation accélérer de 12% sur un an à 1,94 milliard, tandis que le profit net a bondi de 23% à 1,65 milliard.

Ces chiffres sont clairement supérieurs aux prévisions des analystes consultés par l'agence AWP.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

La Suisse stagne en matière corruption dans le secteur public

Publié

le

L'ancien conseiller d'Etat Pierre Maudet devra être condamné pour son voyage à Abu Dhabi, selon le Tribunal fédéral. Une affaire qui illustre la corruption dans le secteur public (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

L'an dernier, la Suisse n'a à nouveau pas progressé en matière de lutte contre la corruption dans le secteur public. Dans son dernier rapport, Transparency International critique "le népotisme largement répandu".

Selon l'Indice de perception de la corruption (IPC) 2022, publié mardi, la Suisse atteint 82 points sur 100, contre 84 en 2021. En pointant au 7e rang, elle reste toutefois dans le top 10 des pays les mieux placés, écrit Transparency.

La Suisse s'éloigne ainsi un peu plus des meilleurs. Pour faire mieux, Transparency estime qu'elle devrait interdire le népotisme, améliorer le traitement des conflits d'intérêts et mieux réglementer le lobbying.

Cantons et communes

Il faudrait aussi agir au niveau des cantons et des communes. La plupart n'ont en effet toujours pas de dispositions sur la transparence du financement de la politique.

Transparency International exige également des "améliorations significatives" dans les domaines de la lutte contre la corruption dans le secteur privé, de la poursuite des entreprises, de la lutte contre le blanchiment d'argent et de la protection des lanceurs d'alerte. Ces points n'ont toutefois pas été pris en compte dans le rapport de l'IPC.

Corruption largement répandue

L'IPC recense la perception de la corruption dans le secteur public de 180 pays sur la base d'estimations d'experts scientifiques et économiques. Le rapport confirme que la corruption est toujours largement répandue dans le monde, écrit Transparency International. Deux tiers des pays examinés n'auraient même pas atteint la moitié des points.

Le Danemark reste en tête du classement avec 90 points. Le pays a amélioré son score de deux points par rapport à l'année précédente. Derrière suivent la Finlande et la Nouvelle-Zélande avec 87 points. Le Sud-Soudan, la Syrie avec 13 points et la Somalie avec 12 points se retrouvent en queue de peloton.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Dons records pour la Chaîne du Bonheur en 2022

Publié

le

Autour de l'incontournable Jean-Marc Richard, la Chaîne du Bonheur fait régulièrement appel à des bénévoles, parfois soutenus par des personnalités, pour récolter les promesses de dons au standard téléphonique (Archives), (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La Chaîne du Bonheur n'avait récolté qu'une seule fois dans son histoire davantage de dons que l'an dernier. En 2022, année touchée notamment par la guerre en Ukraine et les inondations au Pakistan, les Suisses ont versé 154 millions de francs.

Seule l'année suivant le tsunami de 2004 en Asie du sud-est avait permis à la Chaîne du Bonheur de faire mieux, soit 227 millions de francs, a précisé l'oeuvre d'entraide à Keystone-ATS. Quant à l'année dernière, elle a été marquée par des crises humanitaires majeures, une collecte historique et un élan de solidarité exceptionnel, écrit la Chaîne du Bonheur mardi dans un communiqué.

Plus de 56 millions de francs ont été investis par la fondation dans 326 projets de ses organisations partenaires suisses dans 42 pays du monde entier, précise-t-elle. Il s'agit notamment de projets pour les enfants ainsi que l'aide en Afghanistan après la prise de pouvoir des talibans ou de projets pour les personnes réfugiées en Europe.

Ukraine

L'Ukraine a représenté une grosse part de l'activité. Ainsi, la Chaîne du Bonheur a reçu plus de 130 millions de francs jusqu'à fin 2022 pour l'aide en Ukraine et dans les pays voisins. Avec ces dons, elle a financé des projets d'aide de ses organisations partenaires suisses sur place, immédiatement après le début de la guerre le 24 février.

Plus de 11,5 millions de francs ont été utilisés en Suisse, entre autres, pour soutenir les personnes sans abri, les réfugiés de la guerre en Ukraine ainsi que les jeunes et les enfants en détresse.

Après les inondations de grande ampleur au Pakistan fin août, la Chaîne du Bonheur a reçu plus de 5,3 millions de francs de dons, selon le communiqué. L'argent récolté a permis de financer rapidement l'aide d'urgence des organisations partenaires suisses.

Le 23 novembre, la Chaîne du Bonheur a organisé, avec le soutien de la SSR, une journée nationale de solidarité pour les personnes touchées par la sécheresse en Afrique de l'Est. Jusqu'à la fin de l'année, 13,8 millions de francs ont été récoltés pour l'aide en Somalie, au Kenya et en Ethiopie, a précisé l'oeuvre d'entraide.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

Dès ce matin, vous jouerez la carte du bon sens. Vos actions mûrement pensées, vont trouver le chemin de la réussite !

Les Sujets à la Une

X