Rejoignez-nous

Culture

Le visage au coeur de la 6e biennale de l'art brut

Publié

,

le

Ce visage brodé a été retenu pour l'affiche de l'exposition que l'on peut voir dans les rues de Lausanne. On le doit à Bertha Morel, qui l'a réalisé entre 1936 et 1960, et dont le format est très petit : 8,7 x 7,1 cm. (© )

Le visage est au centre de la sixième édition des biennales de l'art brut qui se tient à Lausanne du 8 décembre au 28 avril. Le musée de l'art brut a sélectionné 330 pièces, issues de son fonds et réalisées par une quarantaine d'autrices et d'auteurs.

"Comme pour chaque biennale, l'exposition rassemble des oeuvres méconnues ou pas encore présentées, parmi plus de 70'000 pièces que le musée possède", a expliqué Sarah Lombardi, directrice du musée de l'art brut jeudi devant la presse. Elle revisite aussi des corpus déjà montrés au public, mais sous un angle nouveau.

"Il y a au moins autant de visages que de pièces que nous présentons", a relevé le commissaire de l'exposition Pascal Roman, professeur de psychologie clinique, psychopathologie et psychanalyse. Et de montrer les portraits d'Eugène Wyss sculptés dans des noyaux d'abricots ou ceux plus destructurés de Curzio Di Giovanni, qui s'inspirent de photographies de stars dans les magazines.

Le visage, intime et extérieur

Le visage est souvent une des premières choses qu'un enfant dessine. Il est aussi un sujet de prédilection pour les artistes, quelles que soient les époques ou les techniques utilisées: "le visage est à la fois le lieu le plus intime et le plus extérieur du sujet", estiment Jean-Jacques Courtine et Claudine Haroche, auteurs de "Histoire du visage" .

Outre la qualité esthétique des travaux, les critères de sélection du commissaire de l'exposition se rapportent notamment à la diversité des supports et des techniques employés : textile, bois, pierre, papier, peinture, craie, gouache, feutre ou stylo à bille.

On peut voir par exemple des visages en textile, parfois appliqués sur du courrier comme celui que Danielle Jacqui envoyait à Michel Thévoz, l'ancien directeur du musée de l'art brut. Dans un autre genre et d'une tout autre envergure, on doit à cette autrice la statue de 36 tonnes, qui culmine à 14 mètres de haut devant La Ferme des Tilleuls à Renens.

Frontières en art et art brut

Elle est une des deux invitées au vernissage de l'exposition jeudi soir. Elle sera accompagnée d'une autre autrice, Ody Saban. Et c'est là que les frontières entre artistes et autrices et auteurs d'art brut se brouillent, les seconds étant à l'origine éloignés des circuits officiels de la reconnaissance avant que des médecins psychiatres ne les fassent sortir de l'ombre.

Lucienne Peiry, historienne de l'art et ancienne directrice du musée de l'art brut, interroge le statut à octroyer à ces multitudes de visages qui peuplent les oeuvres d'art brut. "La précarité affective et sociale qui caractérise souvent l'environnement d'autrices et auteurs d'art brut (isolés, enfermés, marginalisés) peut constituer le terreau de carences ou de traumatismes que l'acte de créer va tenter de tempérer, voire de transformer et transfigurer au travers de la représentation de visages", tente Pascal Roman.

Une dizaine de films documentaire sont projetés pendant l'exposition. Un concert le 18 janvier, en collaboration avec l'Orchestre de Chambre de Lausanne, et un colloque sont encore prévus. Ce dernier rassemblera des historiens de l'art, des philosophes et des psychologues le 22 février au Vortex de l'Université de Lausanne.

Enfin une exposition de Mario Del Curto, qui a photographié des créatrices et créateurs hors normes entre 1983 et 2016, attend les visiteurs à la Grange de Dorigny du 9 février au 3 mars.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

L'humour pour faire comprendre les préjugés inconscients

Publié

le

Severin Dressen est directeur du zoo de Zurich. Dans la vidéo "In her Chair", il a répondu à des questions qui sont normalement posées à des femmes, mais qui semblent absurdes et font rire qunad elles sont posées à des hommes. (© Handout: Still aus dem Video "In her Chair")

A l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes vendredi, une vidéo aborde avec humour un sujet souvent âprement discuté : les femmes aux postes de direction. Dix patrons doivent répondre à des questions généralement posées aux femmes.

"Vous avez une allure fantastique aujourd'hui. Pensez-vous que cela soit un avantage pour votre carrière ?" Ou : "Comment s'est passée votre première journée de travail après votre congé maternité ?" Ou encore : "Vos collègues font appel à un strip-teaseur après un événement d'entreprise. Vous partez ou vous restez ?" Ce sont des questions qui peuvent paraître "normales" lorsqu'elles sont posées à une femme. Mais si elles sont posées à un homme, la situation devient grotesque et hilarante.

Jouer avec les préjugés

C'est ce qu'a voulu faire la Zuruchoise chasseuse de têtes Claire Garwacki. En janvier, elle a produit une vidéo dans laquelle des situations d'interview sont reproduites. Les personnes interrogées sont dix chefs d'entreprises suisses, tous des hommes. Ont par exemple participé Erland Brügger et Silvan Brauen de Rivella, Severin Dressen du zoo de Zurich, Richard Saynor de Sandoz, Andreas Schollin-Borg de Batmaid ou Fabrice Zumbrunnen, ex-CEO de Migros.

Le résultat est une vidéo qui joue avec les clichés et les préjugés. "Indépendamment du sexe, nous avons tous inconsciemment des idées préconçues sur les rôles de genre", a expliqué Claire Garwicki à Keystone-ATS.

Réfléchir avec le sourire

Selon elle, il était important de choisir un format humoristique. Pour ce qui est des réactions des patrons dans la vidéo, elles ont dépassé son attente. Car à plusieurs reprises, ils ne se contentent pas de sourire, un large sourire s'affiche même.

Et : "Même si je dirais de moi que je suis fondamentalement impartial, ouvert et tolérant, le projet m'a confirmé une fois de plus que je ne suis pas exempt de tout préjugé", déclare par exemple le directeur du zoo de Zurich, Severin Dressen. Cela le fait réfléchir. "Et cela montre l'ampleur du travail qu'il nous reste à accomplir", ajoute-t-il.

La réaction des patrons est révélatrice. Par exemple, à la question sur le premier jour de travail après la pause bébé, un des hommes interrogés dans la vidéo répond qu'il a assisté à la naissance "et qu'ensuite je suis retourné travailler". Lorsque la vidéaste demande à un autre interlocuteur si son physique est un avantage pour sa carrière, il répond par un rire spontané et un simple "non".

La vidéo "In her Chair" a été publiée mardi dans les trois langues nationales en vue de la Journée internationale des droits des femmes, par exemple sur YouTube.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

"Ciao-Ciao Bourbine" dans le top ten des films suisses

Publié

le

L' humoriste Vincent Kucholl joue un fonctionnaire zélé dans "Ciao-Ciao Bourbine", qui cartonne depuis novembre dans les cinémas suisses. (© Keystone/SALVATORE DI NOLFI)

"Ciao-Ciao Bourbine" a enregistré un total de 339'051 entrées depuis sa sortie en salles. La comédie fait désormais partie du club restreint du top ten des films suisses les plus populaires de tous les temps, a indiqué le distributeur DCM Film Distribution.

Le film du réalisateur Peter Luisi ("Flitzer", "Prinzessin"), avec le trio formé de Beat Schlatter, l'humoriste romand Vincent Kucholl et la comédienne tessinoise Catherine Pagani, est sorti fin novembre dans les cinémas de Suisse alémanique et du Tessin. Pendant ces quelques semaines déjà, les fans de cinéma ont été si nombreux à se précipiter dans les salles que le film est devenu le plus populaire de l'année 2023.

Mi-janvier, la comédie, dans laquelle on voit apparaître Vincent Veillon, le complice de Vincent Kucholl, a débarqué en Suisse romande. Désormais, "Bon Schuur Ticino" a dépassé "Platzspitzbaby" (2019) du réalisateur fribourgeois Pierre Monnard dans le palmarès des films suisses les plus populaires de 1976 à 2022, établi par l'Office fédéral de la statistique (OFS). La comédie s'est ainsi hissée à la dixième place de ce palmarès.

Le leader incontesté, avec 942'110 entrées, reste "Le faiseur de Suisse" (1978) de Rolf Lyssy, suivi par "Les mamies font pas dans la dentelle" (2006) de Bettina Oberli et "Je m'appelle Eugen" (2005) de Michael Steiner.

Dans"Ciao-Ciao Bourbine", le petit monde helvétique s'effondre un dimanche de votation. Les Suisses approuvent l'initiative "No Bilingue" et optent pour une seule langue nationale : le français.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Neuchâtel: 50 notices biographiques pour valoriser les femmes

Publié

le

La place Agota Kristof a été inaugurée en mai 2023 (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Ville de Neuchâtel publie, en collaboration avec l’Université de Neuchâtel, 50 notices biographiques originales consacrées à des femmes ou groupes sociaux féminins. Ce projet vise à favoriser une meilleure représentation féminine dans l'espace public.

"En attendant que de nouvelles rues soient nommées en leur honneur, les notices seront publiées chaque semaine dans le journal communal N+ avec un portrait illustré", a indiqué mardi la Ville. Le public pourra découvrir des politiciennes, artistes, militantes, écrivaines, ouvrières, migrantes ou paysannes, qui n'ont pas été retenues la plupart du temps par la mémoire collective.

Dans le cadre de réflexions entamées en 2018 avec l’attribution d’une place dédiée à Tilo Frey, la Ville a mandaté l’Institut d’histoire de l’Université de Neuchâtel pour constituer une liste de 50 personnalités féminines remarquables ou représentatives de la diversité des parcours de vie. L'an dernier, elle a attribué le nom d'Agota Kristof à une place au sud du Collège latin.

http://www.neuchatelville.ch/50-femmes

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Une affiche "surréaliste" et "foisonnante" en forme de diptyque

Publié

le

L'affiche des JO 2024 a été dévoilée lundi (© KEYSTONE/EPA AFP POOL/STEPHANE DE SAKUTIN / POOL)

Un diptyque "foisonnant" et "surréaliste": l'affiche des Jeux olympiques et paralympiques de Paris a été dévoilée lundi au Musée d'Orsay. Elle sera placardée cette semaine "partout dans Paris".

Dessinée par l'illustrateur Ugo Gattoni, coutumier des fresques et de "performances" dessinées comme il le dit lui-même, ces affiches lui ont demandé 2000 heures de travail. Elles ont été dévoilées en grand format dans la nef du Musée d'Orsay, l'un des principaux musées de Paris.

Chaque édition des JO, depuis 1912, a son affiche. Pour cette XXXIIIe édition, c'est un diptyque avec un volet olympique et un paralympique, aux couleurs de la charte graphique des JO.

Sur l'affiche de Paris-2024, figurent en bonne place la Tour Eiffel, que le Stade de France qui l'enserre telle une bouée, un terrain de tennis fauteuil au sommet de l'Arc de triomphe, et au premier plan un plongeur qui s'avance au-dessus de la Seine couleur vert clair: la fantaisie est au programme.

"J'avais envie de quelque chose d'épique, de grandiose, mais aussi d'un sentiment de fête joyeuse, qui grouille, hyper foisonnante", a expliqué le dessinateur lors d'une rencontre avec la presse en amont de la présentation officielle de son oeuvre. "Un pari surréaliste où on essaie de garder beaucoup de poésie et d'humour", résume-t-il.

Au fond, la rade de Marseille où se dérouleront les épreuves de voile et la vague de Teahupo'o, à Tahiti, qui accueillera le surf, et partout des milliers de petits personnages, "faits à la main" et "artisanalement", précise Joachim Roncin, directeur chargé du design au sein du comité d'organisation des JO, à l'heure ou l'intelligence artificielle génère images et dessins.

Les jardins de Versailles se retrouvent devant la Tour Eiffel. Huit mascottes, les "Phryges" des peluches rouges en forme de bonnet phrygien, sont cachées dans ce dessin très riche. Pas de drapeau français - contrairement à l'affiche des Jeux de 1924 où il apparaissait derrière des hommes torse nu -, mais une Marianne et le logo "Paris 2024".

Enfermé pendant quatre mois

"Pendant quatre mois, je me suis enfermé dans mon atelier, et ça été ça jour et nuit", a raconté Ugo Gattoni. "C'est une affiche qui doit fonctionner dans 100 ans", dit-il aussi.

Gattoni, dont les foulards Hermès comptent aussi au nombre de ses collaborations, a parsemé son affiche olympique d'une matière rosée "volante" qui se "multiplie": sa marque de fabrique qu'il nomme "blump" et insère dans tous ses dessins.

L'artiste, qui a fait sport étude natation et voulait être "nageur professionnel", a signé sa première fresque, 10 mètres de long dessinée au stylo rotring, en sortant de son école d'art. Son affiche officielle pour les JO (26 juillet - 11 août) et paralympiques (28 août - 8 septembre) sera proposée à la vente mais aussi en produits dérivés (affiche à colorier, puzzle...).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

L'organisation est la clé pour maintenir votre équilibre, essentiellement dans ces moments où vous êtes surchargé. Vous allez vitre reprendre le contrôle !

Les Sujets à la Une

X