Rejoignez-nous

Suisse

Les nouveaux avions de combat indispensables, selon Viola Amherd

Publié

,

le

(KEYSTONE/Peter Klaunzer)
La Suisse a besoin de nouveaux avions de combat pour protéger sa population des menaces provenant de l'espace aérien. La ministre de la défense Viola Amherd a lancé vendredi la campagne pour l'achat de nouveaux jets soumis au peuple le 27 septembre.

Augmentation des tensions, prolifération des conflits armés, menace terroriste, affaiblissement des organisations internationales, augmentation des cyberattaques ou réchauffement climatique et catastrophes naturelles à répétition: la menace évolue constamment et "mon devoir est de protéger la population contre ces attaques imprévisibles", a lancé la ministre devant les médias.

Avions nécessaires

L'armée de l'air a de nombreuses tâches pour lesquelles des avions de combat sont nécessaires. Les jets sont utilisés au quotidien pour le service de police aérienne. Les pilotes de l'armée effectuent environ 300 missions du genre chaque année, a expliqué Fanny Chollet, pilote militaire de carrière.

L'armée de l'air intervient si un avion se trouve en situation critique ou s'il viole les règles. Elle est alors le seul moyen d'intervention, a rappelé la pilote. Lorsque Genève accueille une conférence internationale sur la paix, des avions doivent en permanence être dans les airs.

L'armée doit également pouvoir contrôler de manière plus intense ses frontières en cas de tensions dans les environs et s'assurer qu'aucun appareil militaire étranger ne survole le territoire. Elle doit protéger son espace aérien en cas d'attaque directe.

Et la ministre d'avancer que les avions légers ou les hélicoptères sont inutiles face à ces menaces. Ils ne valent rien pour le service de police de l'air et encore moins pour protéger la Suisse en cas de crise. Ils ne volent pas assez haut, sont trop lents ou n'ont pas les radars ou l'armement nécessaires.

Pour remplir ses missions, 32 avions au minimum sont nécessaires aux forces aériennes, a rappelé le chef de l'armée Thomas Süssli. En cas de crise de longue durée, des avions doivent pouvoir voler en permanence. Seize sont nécessaires pour les tours de vol. Les autres servent à la formation et à l'entraînement ou doivent être entretenus ou réparés.

Trop vieux

Les avions de combat actuels arriveront à la fin de leur durée d’utilisation au plus tard vers 2030. Les 26 Tiger ont 40 ans. Ils ne peuvent servir qu'à la formation et ne volent que de jour et par beau temps. Et la ministre de comparer ces avions au premier modèle de téléphone portable créé en 1978 et qui pesait 28 kilos.

Les F/A-18 doivent également être utilisés avec parcimonie afin d'en prolonger la durée de vie, a expliqué Mme Amherd. "Ils sont aussi vieux que les premiers Nokia." "C'est déjà un défi majeur de les faire voler encore dix ans", selon Mme Chollet.

Quatre jets ont été évalués entre avril et juin 2019 à Payerne (VD) pour les remplacer. Le français Rafale (Dassault), l'européen Eurofighter (Airbus) et les deux avions américains: le successeur du FA-18, le Super Hornet de Boeing, et le F-35A de Lockheed-Martin.

Le 27 septembre, les Suisses ne se prononceront ni sur le modèle d'avion, ni sur leur nombre, mais uniquement sur le principe de l'achat. Le Conseil fédéral se prononcera sur le type de jet après le scrutin populaire. Une enveloppe de six milliards de francs est prévue pour acheter les nouveaux avions de combat.

Affaires compensatoires

Les entreprises étrangères qui obtiennent des mandats dans le cadre de l'acquisition doivent compenser 60% de la valeur du contrat en Suisse. 20% des affaires seront compensées directement et 40% indirectement dans le domaine de la base technologique et industrielle en lien avec la sécurité.

Quelque 65% des compensations reviennent à la Suisse alémanique, 30% à la Suisse romande et 5% à la Suisse italienne. Ces contrats permettront de renforcer les PME actives dans la technologie et l'industrie, a estimé Mme Amherd.

Dépense luxueuse

Le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA), le PS et les Verts ont lancé le référendum contre une dépense jugée "luxueuse". Durant l'ensemble de leur durée de vie, ces avions coûteraient jusqu'à 24 milliards de francs aux contribuables, selon l'estimation des référendaires; 18 milliards, d'après le Département fédéral de la défense.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hockey

Davos bat Rapperswil

Publié

le

Matej Stransky, buteur patenté (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Et trois points de plus pour Davos en National League. Les Grisons ont pris le meilleur sur Rapperswil 2-1 dans leurs montagnes.

La troupe de Christian Wohlwend a fait la différence au cours du tiers médian. Menés 1-0 après une réussite de Wetter (13e), les Davosiens ont tout d'abord égalisé à la 29e en infériorité numérique. Knak et Prassl ont parfaitement géré cette situation face à la défense des Lakers.

Puis sur un 5 contre 3 en fin de période, c'est l'inévitable Matej Stransky, servi par l'habituel Enzo Corvi, qui a finalement inscrit ce qui sera le but de la victoire.

Toujours privés de Cervenka, les Saint-Gallois ont eu de la peine à se montrer aussi dangereux que lorsque le Tchèque dirige le jeu.

Grâce à ce succès, les Grisons (7es) reviennent à une longueur des Saint-Gallois (4es) au classement.

A noter ce soir encore (20h) le remake de la finale du championnat avec le duel entre Zurich et Zoug.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Voie dégagée pour la réalisation du tram Nations-Grand-Saconnex

Publié

le

Des arbres seront coupés le long de la route de Ferney pour réaliser le tram Nations-Grand-Saconnex, regrettent les opposants. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, la réalisation de la ligne de tram Nations-Grand-Saconnex ne subira pas de contretemps. Un référendum avait été lancé contre la constitution, au profit de l'Etat de Genève, d'emprises sur des terrains propriété de la commune. Invités à se prononcer dimanche, les électeurs du Grand-Saconnex ont accepté ce transfert à une majorité de 51,54%.

Le taux de participation a atteint 38,84%, indique le site de l'Etat de Genève. Le nombre de oui s'est élevé à 1485, contre 1396 non. La ligne de tram Nations-Grand-Saconnex doit être mise en service en 2026. L'investissement se monte à 193 millions de francs. La Confédération subventionne 40% du budget.

Pour réaliser le projet, il est nécessaire, pour la commune du Grand-Saconnex et des privés, de céder provisoirement ou définitivement à l'Etat de Genève, des terrains leur appartenant. 29 parcelles sont concernées, représentant 2,5 hectares en tout. Le Conseil municipal de la commune avait accepté l'opération.

Un comité référendaire de citoyens et d'associations de quartier s'était toutefois constitué pour empêcher ce transfert. Ce comité ne s'opposait pas à la construction d'une ligne de tram, mais déplorait le gigantisme de l'ouvrage et le fait qu'il mettra en péril certains espaces verts et que des arbres centenaires seront sacrifiés.

Du côté des autorités, on s'est défendu en indiquant que le projet de tram et son tracé avaient fait l'objet d'une vaste consultation et que, tout au long du processus, la population a pu donner son avis. Elles rappellent que ce projet ferroviaire a été déclaré d'utilité publique cantonale et régionale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

L'assistance au suicide ancrée dans une loi en Valais

Publié

le

Les partis étant parfois eux-mêmes divisés, un comité interpartis s'était formé pour soutenir la loi. Ici Jérôme Desmeules, UDC, Sylvie Anselin Masserey, PLR, Xavier Mottet, PLR, Claire-Lise Bonvin, Le Centre, et Thomas Birbaum, PLR dans l'attente des résultats à Sion. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les Valaisans ont largement accepté dimanche une loi qui encadre la pratique de l'assistance au suicide en institution. La nouvelle loi garantit aussi l'accès aux soins palliatifs.

La loi sur les soins palliatifs et l'encadrement de la pratique de l'assistance au suicide en institution (LSPASI) a été acceptée par 76,55% des votants. La participation s'est élevée à 38,84%.

Dans le Haut-Valais, où en 2021 un seul EMS autorisait ses résidents à recourir à l'aide au suicide, l'objet a également été largement approuvé (65,47%). Le clivage géographique observé lors des débats au parlement ne s'est donc pas confirmé dans les urnes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Le Valais dit "oui" à une hausse des allocations familiales

Publié

le

Le montant des allocations familiales passera de 275 à 305 francs par mois (image symbolique/archives) (© KEYSTONE/DPA Deutsche Presse-Agentur GmbH/PETER KNEFFEL)

Le Valais a décidé dimanche d'une hausse générale des allocations familiales. Il a suivi à une large majorité le parlement et le gouvernement cantonaux.

La population valaisanne a soutenu la révision de la loi cantonale sur les allocations familiales qui octroie une hausse de 30 francs à toutes les familles, le montant passant ainsi de 275 à 305 francs par mois, par enfant. 52'227 personnes s'y sont montrées favorables, (61,94%), contre 32'094. L'objet a mobilisé 38,85% de l'électorat.

Le coût supplémentaire de la mesure est estimé à entre 22 et 25 millions de francs environ, supportés de manière paritaire entre salariés et employeurs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

L'assistance au suicide ancrée dans une loi en Valais

Publié

le

L'assistance au suicide en institution est au coeur de la loi sur les soins palliatifs et l’encadrement de la pratique de l’assistance au suicide en institution (LSPASI). (image symbolique/archives) (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Les Valaisans ont largement accepté dimanche une loi qui encadre la pratique de l'assistance au suicide en institution. La nouvelle loi garantit aussi l'accès aux soins palliatifs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X