Rejoignez-nous

Suisse

Pas de pression de l'UE sur la Suisse, assure son ambassadeur

Publié

,

le

L'UE a l’impression que la Suisse veut le beurre, l’argent du beurre et les faveurs de la laitière, selon Petros Mavromichalis (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

L'Union européenne (UE) ne fait pas pression sur la Suisse en l'excluant du programme de recherche "Horizon Europe", assure son ambassadeur en Suisse Petros Mavromichalis. Elle attend "qu'on lui propose des solutions crédibles" pour avancer dans les négociations.

La proposition de la Suisse de régler les aspects institutionnels de manière verticale, accord après accord, ne clarifierait pas la situation "compliquée" d'aujourd'hui, explique M. Mavromichalis dans un entretien diffusé samedi par la Tribune de Genève et 24 Heures. "Quelles exceptions veulent les Suisses? Ce n'est toujours pas très clair".

Au terme des quatrièmes discussions exploratoires avec Bruxelles au début septembre, la secrétaire d'Etat Livia Leu indiquait ne voir aucune concession de la Commission européenne. L'UE ne veut plus de l'approche sélective proposée par Berne, lui répond l'ambassadeur. "Tant que les questions institutionnelles ne seront pas réglées, nous ne progresserons pas. Nous le disons depuis des années".

"Pas de passe-droit"

Selon lui, l'UE reste ouverte à une approche sectorielle, mais "à condition que les problèmes soient résolus partout". Ce que l'UE veut est "assez simple", ajoute-t-il. "Là où la Suisse participe à notre marché intérieur, elle doit respecter nos règles. Nous ne voulons pas de passe-droit".

Il rejette les exceptions demandées par la Suisse, notamment en matière de libre circulation des personnes. "On a l'impression que la Suisse veut le beurre, l'argent du beurre et les faveurs de la laitière", lâche-t-il, rappelant que l'UE a fait des "concessions majeures" au cours des négociations sur l'accord-cadre, auxquelles le Conseil fédéral a mis fin.

Quant au programme scientifique Horizon Europe, si la Suisse n'y participe pas, au contraire de la Turquie et d'Israël, c'est parce qu'elle n'est plus candidate à l'adhésion à l'UE, comme la Turquie, et n'a pas souhaité s'associer à la politique de voisinage de l'UE, comme l'Etat hébreu, indique M. Mavromichalis.

Malgré des négociations bloquées, la Suisse pourra compter sur l'UE en cas de pénurie de gaz l'hiver prochain, assure l'ambassadeur. "Je pense que la solidarité entre voisins est importante. On l'a vu pendant le Covid".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Afrique du Sud: ABB condamné à une nouvelle amende

Publié

le

ABB a été condamné par le MPC à une amende de 4 millions de francs pour ne pas avoir "pris toutes les mesures raisonnables et nécessaires" pour lutter contre la corruption dans le cadre de ses activités en Afrique du Sud. (© KEYSTONE/MELANIE DUCHENE)

Le MPC clôt l'enquête pénale contre ABB. Le groupe a été condamné à une amende de 4 millions de francs pour ne pas avoir "pris toutes les mesures raisonnables et nécessaires" pour lutter contre la corruption dans le cadre de ses activités en Afrique du Sud.

"Différents collaborateurs d'ABB ont mis au point, à partir de 2013, un système de corruption afin d'obtenir, sous la forme de paiements surévalués aux sous-traitants, des commandes liées à la construction d'une centrale électrique à charbon en Afrique du Sud", a expliqué le Ministère public de la Confédération (MPC) vendredi dans un communiqué.

Selon le parquet fédéral, "ABB Afrique du Sud a obtenu, avec des paiements de pots-de-vin d'au moins 1,3 million de francs suisses, des commandes d'une valeur d'au moins 200 millions de dollars" (quasiment autant en francs).

Le groupe s'étant déjà acquitté d'une indemnisation de 104 millions de dollars à l'Afrique du Sud en 2020, aucun dédommagement n'est dû, mais ABB devra également s'acquitter des frais de procédure à hauteur de 50'000 francs.

Jeudi, le ministère public sud-africain avait annoncé que l'entreprise zurichoise avait conclu un accord avec la justice sud-africaine et accepté de verser au titre de réparation punitive un montant de 2,5 milliards de rands (134 millions de francs) afin de solder cette affaire de corruption.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

L’origine d’un conseiller fédéral sans effet dans son canton

Publié

le

L'élection pour la succession d'Ueli Maurer (à gauche) et de Simonetta Sommaruga au Conseil fédéral aura lieu mercredi prochain (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

L’hypothèse souvent avancée selon laquelle la représentation d’un canton au Conseil fédéral accroît l’intérêt de la population de ce canton pour la politique nationale est sans fondement. Une étude lausannoise n'a relevé que des effets minimes, voire inverses.

Le sujet est de nouveau d'actualité, alors que l’élection pour repourvoir les postes d'Ueli Maurer et de Simonetta Sommaruga est prévue mercredi prochain, a indiqué vendredi le Fonds national suisse (FNS) dans un communiqué.

Politologue à l'Université de Lausanne, Sean Müller a recueilli les données des 670 consultations populaires réalisées en Suisse entre 1848 et février 2022 et les a évaluées par canton. Ses résultats montrent que le fait qu’un conseiller ou une conseillère fédérale vienne d’un canton spécifique n’a que peu d’incidence sur le comportement électoral s’y manifestant.

Sean Müller a bien constaté certains effets, mais plutôt faibles. Ainsi, en Suisse romande, une personne de son canton au Conseil fédéral augmente de quelques points de pourcentages seulement la participation aux votations. En Suisse alémanique, ce n’est pas le cas.

Et au Tessin, un siège au Conseil fédéral peut même aller de pair avec une plus faible participation: durant le mandat de Flavio Cotti de 1987 à 1999, la participation du souverain tessinois était de 39% en moyenne, mais montait à 42% dans les années d’absence qui ont suivi jusqu’à l’entrée en fonction d’Ignazio Cassis en novembre 2017.

Résultats solides

Le politologue juge ses résultats très solides parce qu’ils se basent non sur un échantillon, mais sur un ensemble complet de données historiques. Sean Müller a également examiné si les citoyens sont plus enclins à suivre les recommandations du Conseil fédéral lorsque leur canton y est représenté. Ici également, il n’a pas constaté d’effet significatif.

En juin 2021 par exemple, la loi sur le CO2 de Simonetta Sommaruga a été rejetée aussi étroitement dans son canton de Berne que dans le reste de la Suisse, soit avec respectivement 48,4% et 48,5% de oui.

Et en février 2017, cela s’est encore plus mal passé dans son canton pour Ueli Maurer et sa troisième réforme de l’imposition des entreprises (Zurich: 37,5% de oui; Suisse: 40,9% de oui). Cette étude est publiée dans la revue Nationalities Papers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

ABB investit 150 millions dans une usine de robots à Shanghai

Publié

le

ABB a ouvert une usine de production de robots à Shanghai, en Chine, sur une surface de 67'000 m2, lui permettant de se renforcer dans ce secteur en forte croissance. (archives) (© KEYSTONE/EPA/FOCKE STRANGMANN)

Le groupe d'ingénierie ABB a ouvert une usine de production de robots à Shanghai en Chine sur une surface de 67'000 m2, lui permettant de se renforcer dans ce secteur en forte croissance. Quelque 150 millions de dollars (presque autant en francs) y ont été investis

L'industrie des robots, marché estimé actuellement à environ 80 milliards, devrait progresser à 130 milliards de dollars en 2025 , a indiqué le groupe vendredi dans un communiqué.

L'Empire du Milieu est le plus important marché et représentait environ 51% des installations globales avec plus d'un million de robots opérationnels dans ce pays l'année dernière.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse Romande

Lonza a créé 500 nouveaux emplois cette année

Publié

le

Pour un jeune biochimiste ou un jeune biologiste, l'entreprise Lonza est très attractive, estime son président (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Lonza a investi un milliard de francs à Viège (VS) rien que cette année, indique vendredi le président du conseil d'administration du groupe Albert Baehni. C'est la plus grande production biopharmaceutique d'Europe, selon lui.

Le fournisseur de l'industrie pharmaceutique a également investi un autre demi-milliard à Stein (AG), précise M. Baehni dans un entretien diffusé vendredi par les journaux alémaniques du groupe de presse Tamedia. Au cours des dix dernières années, l'entreprise a doublé le nombre de ses collaborateurs à Viège, pour atteindre 5000 personnes, ajoute-t-il. "Rien que cette année, 500 nouveaux postes ont été créés".

Pas d'impôts sur le bénéfice

Lonza verse chaque année plus de 400 millions de francs de salaires à Viège et plus de 100 millions de francs à des entreprises locales, poursuit le président du groupe. Le fait que Lonza ne paie pas d'impôt sur le bénéfice en Valais depuis six ans avait suscité des discussions dans le canton.

M. Baehni fait remarquer que l'entreprise emploie également 250 apprentis sur son site de Viège. "Il n'y a probablement aucune entreprise en Suisse qui investit autant et crée autant d'emplois que Lonza", affirme-t-il.

La commande par la société de biotechnologie américaine Moderna du principe actif de son vaccin contre le coronavirus a donné un coup de projecteur sur le groupe suisse et l'a aidé à attirer des talents du monde entier, relève le responsable. "Pour un jeune biochimiste ou un jeune biologiste, Lonza est très attractif".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Les clubs lémaniques battus en National League

Publié

le

Rajala et Bienne sont allés s'imposer à Lausanne jeudi (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

A domicile, les deux clubs lémaniques n'ont guère brillé jeudi en National League. Lausanne s'est incliné 4-2 contre Bienne, alors que Genève a été défait 4-2 par Zoug.

Lausanne est incapable d'enchaîner. La précieuse victoire acquise mardi à Ambri est déjà oubliée. Et si les hommes de Geoff Ward ont été maladroits ou malchanceux en attrapant au moins à trois reprises les montants, Bienne a été excellent.

Les Seelandais ont ouvert la marque (8e) sur une très jolie action conclue par Jere Sallinen dans une cage vide à la suite d'une très belle passe de Tino Kessler. Les Lausannois ont mis du temps à réagir, mais ils ont su égaliser à un excellent moment, à 37 secondes de la première pause grâce à un lancer lointain de Robin Kovacs.

Fautes stupides

Malheureusement pour ce fragile LHC, une bonne nouvelle est souvent suivie d'une mauvaise. Comme cette double pénalité infligée à Damien Riat pour deux fautes stupides en toute fin de période. Conséquence fâcheuse de ces erreurs, les Vaudois ont commencé le tiers médian en infériorité numérique et les Biennois ont frappé deux fois par Rajala et Yakovenko.

Si Kovacs s'est fait l'auteur d'un doublé, Jason Fuchs et Richard Panik ont touché du métal et manqué l'égalisation. Et après une nouvelle possibilité pour les Vaudois dans le troisième tiers, c'est Damien Brunner qui a jeté un froid dans les travées de Malley avec le 4-2 sur un 2 contre 1 très bien négocié avec Grossmann.

Bienne revient à six points du leader Genève, tandis que Lausanne croupit à son 12e rang.

Genève blasé

Les Vernets ne sont plus une forteresse imprenable. Quasiment imbattables à domicile, les Aigles enchaînent un troisième revers devant leurs fans. Après Berne et Rapperswil, c'est Zoug qui est reparti du bout du Léman avec la victoire 4-2.

Si Hartikainen a retrouvé le chemin des filets avec ses 14e et 15e buts, ce sont bien les joueurs de Dan Tangnes qui ont le mieux négocié les instants-clés de cette partie. Ils ont ainsi égalisé à quatre secondes de la deuxième pause avant de prendre deux longueurs d'avance en 65 secondes entre la 44 et la 46e.

Et enfin dans le derby bernois, le CP Berne a remis les choses à leur place après la défaite de mardi face aux Emmentalois. Mais les Ours, vainqueurs 5-3, étaient tout de même menés 2-0 après dix minutes. Ils ont pu relever la tête grâce notamment à trois buts inscrits en power-play.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X