Rejoignez-nous

Suisse

Viola Amherd et Karin Keller-Sutter élues au Conseil fédéral

Publié

,

le

Les noms des personnes qui succéderont à Johann Schneider-Ammann et Doris Leuthard au Conseil fédéral seront connus mercredi (archives) (©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

L’Assemblée fédérale a élu mercredi deux femmes au Conseil fédéral. La PDC valaisanne Viola Amherd succédera à Doris Leuthard. Au PLR, Karin Keller-Sutter remplacera Johann Schneider-Ammann.

10h35: Z’graggen « très heureuse »

« Je suis aussi heureuse aujourd’hui. Je voudrais d’abord féliciter les nouvelles élues au Conseil fédéral. Je suis fière d’avoir trois femmes au gouvernement », a dit la candidate non-élue Heidi Z’graggen (PDC).

Je ne regrette pas du tout. C’était une expérience très riche, souligne l’Uranaise. Elle connaît désormais mieux les institutions de la Suisse, le Parlement et les parlementaires.

10h30: vers une valse des départements

Cette double élection au Conseil fédéral pourrait entraîner une large redistribution des départements. Le portefeuille de Doris Leuthard risque d’être très convoité et la vacance à l’Economie ouvre le jeu.

Rien n’assure à un nouveau conseiller fédéral de reprendre le dicastère laissé vacant par son prédécesseur. La tradition veut que les ministres déjà en poste puissent faire valoir leur préférence par ordre d’ancienneté. S’ils ne se mettent pas d’accord, les conseillers fédéraux votent.

Le Département de l’environnement, des transports, de l’énergie et la communication (DETEC) pourrait intéresser tous les partis. Les conseillers fédéraux socialistes pourraient vouloir laver l’affront fait au PS en 2010. Sous pression bourgeoise, le DETEC avait filé sous le nez du parti. Le département était aux mains de Moritz Leuenberger.

10h20: les compétences de Viola Amherd

« Viola Amherd sera une excellente ministre », estime Mathias Reynard (PS/VS). C’est une femme très compétente, malgré sa discrétion. Viola Amherd a su travailler avec efficacité. Cette élection est la « preuve que le travail ça paie », a souligné le Valaisan.

Le PLR valaisan Philippe Nantermod salue le « score extraordinaire » de Viola Amherd. Il a également souligné que ses excellentes relations avec le Parlement et sa prestation lors des hearings avec les groupes lui ont permis d’accumuler un nombre impressionnant de soutiens ces derniers jours.

De son côté, le conseiller national Yves Nidegger « regrette l’élection de Viola Amherd ». Selon lui, cette élection « va changer l’équilibre du Conseil fédéral. » En ce moment, entre conservateurs, pro-économie, anti-économie et progressistes, le gouvernement reflète bien l’équilibre du Parlement. Maintenant, « on va repartir vers la gauche ».

10h15: KKS prête à collaborer

En Suisse, on ne peut gagner qu’ensemble, a déclaré la nouvelle conseillère fédérale Karin Keller-Sutter, au moment d’accepter son élection. Il faut vouloir collaborer et trouver des solutions au-delà des frontières partisanes pour trouver une majorité auprès du peuple.

La politique européenne, sociale, fiscale, l’énergie ou l’environnement préoccupent les Suisses. Les solutions ne se trouvent pas en parfaite harmonie, mais par un dialogue constructif, a déclaré la libérale-radicale saint-galloise à la tribune de l’Assemblée fédérale après son élection.

« Dans notre pays, un seul être humain n’a qu’une influence limitée ». On ne peut résoudre les problèmes qu’ensemble, a-t-elle dit. Il en va de même au gouvernement. Karin Keller-Sutter a aussi relevé que son élection constitue la fin d’un chapitre difficile pour les femmes du PLR. Il aura fallu attendre près de 30 ans pour que l’une d’entre elles retrouve un fauteuil au gouvernement, la dernière étant Elisabeth Kopp.

10h15: des régions mieux représentées

Les différentes régions du pays seront désormais mieux représentées au sein du gouvernement. La Suisse orientale et l’Arc alpin ne sont plus laissés de côté. Avec le départ du PLR bernois Johann Schneider-Ammann, l' »Espace Mitteland » n’a plus que deux conseillers fédéraux: le Fribourgeois Alain Berset et la Bernoise Simonetta Sommaruga. Vaud est représenté par Guy Parmelin, Zurich par Ueli Maurer et le Tessin par Ignazio Cassis.

La Suisse orientale n’est plus laissée à l’écart, grâce à la PLR Karin Keller-Sutter. L’Arc alpin n’a pas été oublié. Pour la quatrième fois de l’histoire, le Valais est représenté au Conseil fédéral avec la démocrate-chrétienne Viola Amherd.

L’équilibre entre les langues au sein du Conseil fédéral reste quant à lui le même, soit quatre germanophones, deux francophones et un italophone.

10h05: un gouvernement rajeuni

L’arrivée de Karin Keller-Sutter, 54 ans, et de Viola Amherd, 56 ans, va légèrement rajeunir le Conseil fédéral. La moyenne d’âge va passer de 59 ans à 57 ans et 5 mois.

Ueli Maurer, 68 ans sera le doyen d’âge, Alain Berset, 46 ans, le benjamin. Simonetta Sommaruga a 58 ans, Guy Parmelin 59 ans, Ignazio Cassis 57 ans. Les démissionnaires Johann Schneider-Ammann et Doris Leuthard ont quant à eux soufflés respectivement 66 et 55 bougies.

10h00: Karin Keller-Sutter élue au premier tour

Pas de suspense pour l’élection au siège PLR. La conseillère aux Etats Karin Keller-Sutter a été élue dès le premier tour avec 154 voix sur 237.

09h40: le PLR a droit à son deuxième siège

Le groupe PLR est sans conteste la troisième force du Parlement. Notre droit à un deuxième siège est indiscutable, a déclaré Beat Walti (ZH) chef du groupe PLR avant l’élection du successeur de Johann Schneider-Ammann.

Les autres partis n’ont apparemment pas remis ce droit en question lors des auditions, s’est félicité le Zurichois. Le PLR a présenté deux candidats aux compétences confirmées, mais aux orientations politiques différentes. Tous deux s’engageront pour des institutions fortes qui fonctionnent.

09h40: quatrième fois pour le Valais

C’est la quatrième fois de l’histoire que le Valais est représenté au Conseil fédéral. La démocrate-chrétienne a la même appartenance partisane que le premier représentant du canton au gouvernement Josef Escher, qui a siégé au Conseil fédéral de 1950 jusqu’à son décès fin 1954.

Tout comme lui, Viola Amherd vient du Haut-Valais. Les deux autres ministres étaient romands: le PDC Roger Bonvin (1962-1973) et le radical Pascal Couchepin (1998-2009).

09h30: favoriser les compromis

La nouvelle conseillère fédérale Viola Amherd veut préserver la voie du compromis au sein du gouvernement. « Je suis consciente de la tâche qui m’incombe et je l’accomplirai avec sincérité et collégialité », a-t-elle dit après son élection à la tribune de l’Assemblée fédérale.

« C’est un grand honneur pour moi et mon canton », a-t-elle ajouté. La démocrate-chrétienne valaisanne s’est dite prête à relever le mandat pour lequel elle a été élue en favorisant des solutions pragmatiques et efficaces pour la Suisse et ses habitants. « Je promets que je ferai tout pour relever les défis et servir notre pays ».

09h20: Viola Amherd élue au premier tour

Viola Amherd remplacera Doris Leuthard au Conseil fédéral. L’Assemblée fédérale a élu au premier tour la conseillère nationale valaisanne par 148 voix sur 240 bulletins valables.

Heidi Z’graggen obtient 60 voix. Dix-sept voix sont allées au président du PDC suisse Gerhard Pfister. Il y a eu quinze voix éparses. L’ancienne présidente de la ville de Brigue a accepté son élection.

09h00: le PDC défend ses candidates

Le PDC tient à la formule magique et a droit à un siège au Conseil fédéral, a rappelé mercredi le président du groupe démocrate-chrétien Filippo Lombardi (TI). Il a procédé sérieusement au choix des candidats qu’il présente.

Les deux candidates sont de haute qualité et sont toutes deux aptes à occuper la fonction de conseillère fédérale, a dit M. Lombardi. Le PDC en appelle donc au respect de la concordance et au respect de son choix: la conseillère nationale valaisanne Viola Amherd et la conseillère d’Etat uranaise Heidi Z’graggen.

08h55: début de la procédure de vote

Les conseillers fédéraux ont quitté la salle du Conseil national, la procédure de vote va pouvoir débuter. Le premier scrutin concerne la succession de Doris Leuthard. L’Assemblée fédérale devra trancher entre la Valaisanne Viola Amherd et l’Uranaise Heidi Z’graggen.

08h50: plaidoyer pour le bien du pays

Honnêteté, fiabilité et courage: ces trois vertus doivent conduire l’action politique pour le bien du pays, a déclaré Johann Schneider-Ammann devant l’Assemblée fédérale. Gouverner selon ces trois qualités signifie ne pas faire de fausses promesses, agir à temps et viser le bien du pays et non des intérêts individuels.

La Suisse est un petit Paradis, a-t-il rappelé dans son discours prononcé en trois langues. Durant ses huit années au Conseil fédéral, le Bernois s’est principalement soucié d’atteindre des résultats concrets: l’emploi pour le plus de monde possible, une économie concurrentielle, la formation et la recherche et la cohésion sociale.

Les défis pour l’avenir ne manquent pas. « Nous devons encore gagner en flexibilité et libéralisme, oser au lieu de réguler », a-t-il déclaré. « La Suisse doit miser sur ses liens avec le monde plutôt que le repli ». Car la souveraineté ne signifie pas regarder en arrière. La souveraineté, c’est agir au service des intérêts à long terme du pays.

08h40: un patron ouvert au dialogue

Johann Schneider-Ammann était apprécié pour son ouverture au dialogue et au compromis. Dans son discours d’hommage, la présidente de l’Assemblée fédérale Marina Carobbio a rappelé le rôle de patron du ministre de l’économie.

C’est d’ailleurs en tant qu’entrepreneur que le libéral-radical avait été élu au Conseil national puis au Conseil fédéral. Au gouvernement, le Bernois s’est aussi intéressé à la formation et la recherche, il s’est engagé pour le système dual de formation professionnelle. Il en a été un des plus importants promoteurs à l’étranger. Le ministre de l’économie s’est aussi distingué en finalisant treize accords de libre-échange.

08h30: plaidoyer pour plus de coopération

Dans son discours d’adieu à l’Assemblée fédérale, Doris Leuthard a mis en garde contre un affaiblissement du multilatéralisme et plaidé pour plus de coopération entre les Etats. « Les problèmes globaux ne peuvent se résoudre au niveau national », a-t-elle souligné.

« Malgré sa petite taille, la Suisse joue un rôle important, car nous sommes crédibles et fiables, et nous agissons de manière indépendante », a-t-elle dit. Des qualités qui seront nécessaires pour trouver une solution indispensable, à ses yeux, avec l’Union européenne (UE).

« Plus nous mettrons de temps à trouver une solution, plus le prix à payer sera élevé. Les accords bilatéraux perdront de leur pertinence. Suspendre les relations avec l’UE est une régression », a-t-elle insisté. La ministre sortante a encore salué le système démocratique suisse, qui « constitue une des forces de notre pays », et appelé à poursuivre à l’avenir la concordance, le consensus et le compromis.

08h20: hommage à Doris Leuthard

Après lecture de la lettre de démission de Doris Leuthard, la présidente de l’Assemblée fédérale Marina Carobbio a rendu hommage à la conseillère fédérale démissionnaire. Doris Leuthard a toujours été populaire. Elue au premier tour au Conseil fédéral, elle est entrée dans l’histoire en convainquant le gouvernement de tourner le dos à l’atome.

C’était non seulement une grande dame politique, mais surtout « une grande dame », a salué Marina Carobbio. Doris Leuthard a engrangé de nombreux succès au Département de l’économie, a rappelé la socialiste dans son discours d’hommage. Mais elle restera dans les mémoires comme patronne du Département de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication, a estimé la socialiste.

Le peuple lui a toujours fait confiance, elle a gagné 16 votations populaires sur 18. La ministre pouvait répondre spontanément aux questions et a démontré au quotidien sa mémoire phénoménale et sa capacité à vulgariser des choses complexes. Dotée d’un instinct politique sûr, c’était aussi une femme de coeur, une raison de sa popularité, a estimé Mme Carobbio.

07h50: pas de recommandation de vote du PS

Le parti socialiste a décidé de laisser la liberté de vote pour le ticket PDC à l’élection au Conseil fédéral. Le chef de groupe Roger Nordmann l’a annoncé à l’issue de leur réunion tôt mercredi matin. Pour le PLR, il avait déjà annoncé soutenir la candidature de Karin Keller-Sutter.

Roger Nordmann n’a pas commenté la décision du groupe. La veille, il avait relevé que Viola Amherd et Heidi Z’graggen étaient toutes deux d’excellentes candidates, au profil politique très proche. Alors que le choix de Karin Keller-Sutter s’est imposé à la quasi-unanimité, celui pour le PDC est plus délicat.

04h30: le suspense va prendre fin

La Suisse connaîtra ce mercredi les noms des personnes qui vont succéder à Doris Leuthard et Johann Schneider-Ammann au Conseil fédéral. Karin Keller-Sutter semble bien partie pour reprendre le siège libéral-radical. Le match est plus ouvert au PDC.

Ce sera toutefois le nom de la prochaine conseillère fédérale démocrate-chrétienne qui sera dévoilé en premier. Après les hommages de rigueur aux ministres démissionnaires et les dernières déclarations des groupes, l’Assemblée fédérale élira la personne qui reprendra le flambeau de Doris Leuthard.

Il faudra peut-être plus d’un tour pour départager la conseillère nationale valaisanne Viola Amherd de la conseillère d’Etat uranaise Heidi Z’graggen. L’expérience parlementaire de la première est mise en avant par la plupart des partis. Mais Heidi Z’graggen pourrait séduire à droite et sa carte environnementale lui servir pour grappiller des soutiens à gauche. Chaque voix comptera.

Et les dernières manoeuvres de la nuit dans la Berne fédérale pèseront de tout leur poids. Jusqu’à mardi soir, le PLR, le PS et les Verts n’ont pas dit officiellement vers qui ira leur préférence. Les socialistes pourraient affiner leur stratégie mercredi matin. La majorité de l’UDC soutiendrait l’Uranaise alors que le PVL et le PBD appellent à voter pour la Valaisanne.

Les parlementaires trancheront dans un deuxième temps la succession de Johann Schneider-Ammann. Avec le soutien de l’UDC, du PS, des Verts, du PBD et du PVL, la conseillère aux Etats saint-galloise Karin Keller-Sutter part favorite. Seul le PDC ne l’a pas choisie officiellement au détriment de l’autre candidat officiel, le conseiller aux Etats nidwaldien Hans Wicki.

Karin Keller-Sutter avait échoué il y a huit ans face à Johann Schneider-Ammann. Le parti n’a pas eu de conseillère fédérale depuis Elisabeth Kopp.

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Elections et Big Data: mélange à haut risque

Publié

le

Les partis politiques sont tenus d'informer clairement et de manière complète les électeurs du traitement de leurs données (photo prétexte). (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Ce n’est plus un secret pour personne, les partis politiques suisses se sont mis au Big Data. La Confédération a rendu attentifs les partis à leurs devoirs relatifs au traitement des données personnelles des électeurs. Mais la collecte d’infos garde ses zones d’ombre.

En 2017 déjà, le Conseil de l’Europe a remis en question la légalité des bases de données permettant d’évaluer les préférences politiques des citoyens: « Elles peuvent facilement donner lieu à des violations de données massives », écrivait-il dans une étude sur l’utilisation d’internet dans le cadre de campagnes électorales. Cette préoccupation est aussi palpable en Suisse en cette année électorale.

Le préposé fédéral à la protection des données et à la transparence a rappelé début juin les partis à leurs obligations. Il a publié une check-list de dix questions et mis à jour son guide concernant le traitement numérique de données personnelles des citoyens.

Le préposé a rappelé notamment aux partis qu’ils devraient informer de manière complète les visiteurs sur le traitement de leurs données. Si les partis utilisent des Social Plugins de Facebook – des fonctionnalités permettant de récupérer des informations sur le réseau des utilisateurs -, ils sont tenus d’assurer que le pistage et la transmission des données ont reçu l’accord des personnes concernées.

Transparence

Un rapide sondage sur les sites des cinq principaux partis suisses indique effectivement leur politique de protection des données. Le lien, situé généralement dans le bandeau de bas de page, livre les outils d’analyse utilisés comme Google Analytics, quelles données sont enregistrées (adresse IP, date, heure…) et l’usage qui en est fait. L’utilisateur peut choisir de livrer ou non ses données.

Mais cette transparence n’est pas venue toute seule. Selon une recherche de Republik il y a un an et de la radio SRF fin juin, certains partis suisses n’auraient pas respecté à la lettre les règles.

Des cas d’espionnage via les outils de Facebook sont avérés pour les votations sur les détectives des assurances sociales ou No Billag, selon Adrienne Fichter, politologue et journaliste chez Republik. « La plupart des partis et des comités de soutien, à gauche comme à droite, traitent encore trop de données », affirme-t-elle.

Prudence du préposé fédéral

Interrogé sur ces pratiques illicites dénoncées par la presse, le bureau du préposé à la protection des données adopte une attitude très prudente. Il n’entend pas dénoncer publiquement des acteurs politiques en cette année électorale par crainte que son intervention ne soit instrumentalisée par d’autres partis.

Pour le préposé fédéral, il revient à chaque parti d’assumer ses responsabilités envers le public. Il attend de ces acteurs majeurs de la démocratie directe qu’ils respectent de manière exemplaire la loi.

Sébastien Fanti, préposé à la protection des données en Valais, se montre très critique sur la retenue observée à Berne: « Les citoyens ont le droit de savoir par qui et comment ils sont manipulés ». C’est le devoir d’une autorité de transparence de dénoncer les mauvais élèves, ajoute-t-il.

Moyens insuffisants

Le Valaisan juge par ailleurs clairement insuffisants les moyens à disposition du préposé fédéral pour traquer les pratiques illicites qui se limitent à des recommandations. « Le Guide élaboré avec les préposés cantonaux constitue un premier pas, mais ne permet pas de juguler les tricheries favorisées par la fulgurance du numérique », explique M. Fanti.

« Le Guide est bien mais trop général », renchérit Adrienne Fichter. Il stipule que « les données ne doivent être traitées que dans le but qui est indiqué lors de leur collecte ». Or les partis qui mandatent des agences « chassent » les données personnelles des utilisateurs pour leurs objectifs marketing qui vont bien au-delà, selon elle.

Au chapitre des droits des citoyens, l’histoire n’en est encore qu’à ses débuts. Tant Adrienne Fichter que Sébastien Fanti n’ont connaissance d’aucune procédure engagée par un citoyen contre un parti devant la justice. La marge de manoeuvre est très faible, selon le préposé cantonal. Un recours coûte en outre cher et les sanctions actuellement prévues sont dérisoires.

Pourtant, le droit de ne pas livrer ses données personnelles est essentiel à la qualité de l’information. « La confidentialité protège la liberté d’expression et facilite le débat politique en offrant aux électeurs un espace de réflexion et de choix de leurs positions à l’abri des regards », selon le Conseil de l’Europe.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Suisse

Une étude quantifie le plastique en Suisse : 5000 tonnes par an

Publié

le

Plus de 5000 tonnes de plastique se dispersent dans l’environnement chaque année (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Quelque 5000 tonnes de plastique se dispersent chaque année dans l’environnement en Suisse. Ces chiffres ont été établis par les chercheurs de l’Empa sur mandat de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV).

L’Empa a recensé les sept matières plastiques les plus utilisées. Elles couvriraient près des trois quarts de la demande des fabricants en Europe, textiles non incluses, selon PlasticsEurope, l’association des producteurs de matières plastiques.

Il ressort de l’étude de l’Empa, publiée jeudi, que la pollution par le plastique est bien plus importante sur et dans les sols que dans les eaux. D’autres matières plastiques, notamment le caoutchouc libéré dans l’environnement par l’abrasion des pneus, n’ont pas été prises en compte dans l’étude.

« L’étude porte sur les matières plastiques polyéthylène (LD-PE et HD-PE), polypropylène, polystyrène, polystyrène expansé, PVC et PET telles qu’elles sont utilisées dans les emballages, les textiles, les matériaux isolants et les films plastiques destinés à l’agriculture », précise l’Empa dans un communiqué. Les chercheurs ont suivi le chemin de ces plastiques en Suisse, de la production à l’élimination en passant par l’utilisation, et ont développé un modèle permettant de calculer ces flux.

En tout, quelque 5120 tonnes de ces sept plastiques se dispersent dans l’environnement chaque année. Cela correspond à près de 0,7% de la quantité totale de ces sept plastiques consommés en Suisse tous les ans (environ 710’000 tonnes au total).

Le reste (99,3%) demeure dans le cycle de vie « normal », et est récolté pour être incinéré ou recyclé en proportions variables selon le plastique et l’application. Une grande partie du plastique est aussi stockée. Une prochaine étude va considérer ces stocks plus en détail pour pouvoir les quantifier.

Davantage de macroplastique

D’après la modélisation de l’Empa, quelque 4400 tonnes de macroplastique se retrouvent au sol chaque année. A cela s’ajoutent environ 100 tonnes de macroplastique libérées dans les eaux. Par ailleurs, six cents tonnes de microplastique finissent sur ou dans les sols et près de 15 tonnes dans les eaux.

La quantité de microplastique est donc bien moins élevée que celle de macroplastique. Le nombre de particules qui pourraient avoir des répercussions sur les organismes est cependant nettement plus important.

Toutefois, pour obtenir un aperçu complet de la charge environnementale du plastique en Suisse, l’abrasion des pneus est également à prendre en compte. Une étude de l’Empa actuellement en cours livrera des informations complémentaires sur cette source de pollution.

Plus dans les sols que dans les eaux

L’examen des sept matières plastiques montre que la quantité de plastique libérée sur et dans les sols est près de 40 fois plus élevée que celle qui se disperse dans les eaux. L’agriculture et le secteur de la construction représentent les sources les plus importantes de microplastique dans les sols.

Les sources les plus importantes de microplastique dans les eaux sont le lavage et le port de vêtements en fibres synthétiques ainsi que les cosmétiques. Une étude de l’Empa a récemment démontré qu’actuellement le microplastique en Europe ne représente aucune menace pour les organismes aquatiques.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Suisse

Adèle Thorens et Ada Marra, ensemble pour le Conseil des Etats

Publié

le

La socialiste Ada Marra et la verte Adèle Thorens Goumaz lancent leur campagne commune pour le Conseil des Etats. (Photo : D.R.)

Les socialistes et les Verts ont lancé aujourd’hui la campagne de leur candidate respective pour le Conseil des Etats. Environnement et égalité sont au coeur du programme de la socialiste Ada Marra et de la verte Adèle Thorens Goumaz.

Elles veulent incarner un canton progressiste, social et écologiste. La socialiste Ada Marra et la verte Adèle Thorens Goumaz ont lancé aujourd’hui leur campagne pour le Conseil des Etats. Avec cette alliance rose-verte, elles espèrent conserver le siège socialiste de la démissionnaire Géraldine Savary et regagner le siège perdu par les Verts en 2015 à la faveur du PLR Olivier Français. Olivier Français qui est candidat à sa succession. Toutes deux au Conseil national depuis 12 ans, Adèle Thorens Goumaz et Ada Marra mettent l’égalité et l’environnement au cœur de leur programme. Ada Marra :

Ada Marra
Candidate au Conseil des Etats et conseillère nationale, PS
Ada Marra Candidate au Conseil des Etats et conseillère nationale, PS

Un congé parental, une politique climatique ambitieuse, un marché du travail inclusif, une agriculture durable et une société ouverte : les deux élues ont passé en revue quelques-uns des dix points de leur programme lors de leur conférence de presse. Après les grèves pour le climat et des femmes qui ont réuni plusieurs centaines de milliers de personnes dans les rues suisses ces derniers mois, leurs thèmes de campagne résonnent particulièrement avec l’actualité. Adèle Thorens Goumaz :

Adèle Thorens Goumaz
Candidate au Conseil des Etats et conseillère nationale, Les Verts
Adèle Thorens Goumaz Candidate au Conseil des Etats et conseillère nationale, Les Verts

Les deux femmes ont également annoncé vouloir amener de la modernité à la Chambre haute. Adèle Thorens Goumaz :

Adèle Thorens Goumaz
Candidate au Conseil des Etats et conseillère nationale, Les Verts
Adèle Thorens Goumaz Candidate au Conseil des Etats et conseillère nationale, Les Verts

Si dans le cas d’Adèle Thorens Goumaz, il s’agit de la reconquête du siège perdu par son parti avec Luc Recordon lors des dernières élections fédérales, Ada Marra, elle, tentera de conserver le siège de sa collègue de parti Géraldine Savary qui avait annoncé en novembre ne pas se représenter après la polémique sur les dons de campagne du milliardaire Paulsen. Ada Marra se dit prête et motivée à reprendre le flambeau :

Ada Marra
Candidate au Conseil des Etats et conseillère nationale, PS
Ada Marra Candidate au Conseil des Etats et conseillère nationale, PS

Côté finances, les Verts mettront globalement 170’000 francs pour le premier tour de cette campagne, pour le Conseil national et le Conseil des Etats. Les socialistes articulent un montant de 226’000 francs, également pour le Conseil national et le Conseil des Etats. Le premier tour des élections fédérales aura lieu le 20 octobre 2019.

Continuer la lecture

Suisse

Un label pour les vaches à cornes

Publié

le

Armin Capaul, qui avait mené le combat pour l'initiative populaire en faveur des vaches à cornes, a participé au lancement d'un nouveau label de qualité pour ces animaux (archives). (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)
Publicité

Le rejet de l’initiative populaire contre l’écornage des vaches ne doit pas empêcher le travail en faveur de la dignité des animaux. L’association Hornkuh a lancé mercredi à Berne un label pour encourager consommateurs et producteurs à s’engager pour ces animaux.

En Suisse, la vache naît naturellement avec des cornes. Pourtant seules 10% d’entre elles en ont encore car les veaux sont écornés quelques jours après leur naissance. La tendance est telle que si l’on ne fait rien, il n’y aura bientôt plus qu’une poignée de vaches qui porteront fièrement cet attribut que la nature leur a donné.

Pas question de laisser la grande distribution détourner les consommateurs. « Il est de notre responsabilité de passer à l’action pour la dignité des animaux », a expliqué le paysan Armin Capaul, Grison établi dans le Jura Bernois et qui avait mené le combat en faveur de l’initiative pour les bêtes à cornes, refusée en novembre 2018 par 54,7% des votants.

Le label de la corne H()H vise à stopper l’écornage des vaches et à soutenir les paysans qui choisissent la dignité de l’animal avant sa rentabilité. Le lait, le fromage ou la viande portant ce label proviendront de vaches à cornes.

Selon le communiqué de l’association, les producteurs obtiennent une plateforme pour trouver directement des clients, a vanté le créateur du label Michi Gehret. Les intéressés doivent devenir membres de l’association et peuvent donc influer sur l’évolution du label. La cotisation est gratuite la première année, les créateurs du label espèrent financer l’association par la vente et la promotion.

Marge de tolérance

Les paysans aspirant au label de la corne doivent s’engager à renoncer complètement à l’écornage de leur veaux, à élever leur bétail dans le respect de l’animal et de la manière la plus naturelle possible et à offrir à leurs clients des produits provenant de vaches à cornes. L’association tolère 10% mais au maximum 10 vaches écornées par élevage.

Sur le site www.hornlabel.ch, les consommateurs accèdent à un marché paysan virtuel et aux produits des fermes labellisées.

C’est simple: producteurs et consommateurs peuvent décider eux-mêmes s’ils accordent de la valeur au bien-être des bêtes et faire le choix de produits issus d’animaux à cornes. « Il faut réaliser ce qui est possible, il s’agit d’un premier pas pragmatique », a justifié M.Gehret.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Suisse

Nouveau recul du chômage en juin en Suisse, Vaud à 3,1%

Publié

le

Le taux de chômage a connu une nouvelle érosion au mois de juin, pour venir chatouiller le seuil des 2%. (Archive) (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le taux de chômage en Suisse n’en finit pas de reculer. Il s’est replié en juin de 0,1 point de pourcentage sur un mois pour se fixer à 2,1%, s’approchant des plus bas historiques atteints au tournant du 21e siècle.

A fin juin, 97’222 personnes étaient inscrites auprès d’un Office régional de placement, indique mardi le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco). Calculé sur une base désaisonnalisée (CVS), le taux de chômage s’est contracté de 0,1 point à 2,3%.

Les économistes interrogés par AWP s’attendaient à une proportion de sans-emploi de respectivement 2,2% et de 2,4% (CVS).

Jusqu’ici, le Seco prenait en considération les chiffres de la population active des années 2012 à 2014 pour calculer le taux de chômage. Désormais, ce sont les statistiques 2015-2017 qui font foi. Cette modification a entraîné une révision des chiffres de mai et juin.

Le bassin de population active en Suisse comprend désormais 4’636’100 personnes, contre 4’493’249 précédemment. Les classes d’âges ont également été adaptées.

Le chômage des seniors est désormais ramené à la catégorie 50-64 ans. Celui-ci a diminué en juin de 3,4% à 28’101 inscrits. Le Seco a également enregistré une baisse (-2,9%) pour les jeunes entre 15 et 24 ans, à 9762 personnes.

Le nombre de demandeurs d’emploi s’est fixé à 170’800, ce qui représente une baisse de 5,0%.

L’obligation d’annoncer les postes vacants dans les professions où le chômage dépasse 8% a été introduite en juillet 2018. Un léger repli mensuel a été constaté en juin, à 37’186 postes vacants, dont 22’424 étaient soumis à l’obligation d’annonce.

Le chômage partiel est reparti à la hausse en avril dernier. Ces mesures ont touché 875 personnes, ce qui représente une hausse de près d’un quart.

Toujours en avril, 3140 personnes ont épuisé leurs droits aux prestations de l’assurance-chômage, précise le Seco.

Baisse aussi dans le canton de Vaud

Le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) a adapté le calcul des taux de chômage aux nouvelles données sur la population active issues des relevés structurels cumulés des années 2015 à 2017. Cette nouvelle base de calcul reflète une image plus précise de la situation du marché du travail. Ainsi, le taux de chômage du canton de Vaud, basé désormais sur 415’714 personnes actives (et non plus sur 396’916 selon le relevé structurel 2012-2014), s’établit à la fin du mois de juin 2019 à 3,1 % (au lieu de 3,2 %).

Le nombre de chômeurs inscrits dans le canton de Vaud diminue à 12’800 en juin 2019, soit 182 personnes de moins qu’à la fin du mois de mai 2019 (-1,4 %) et le taux de chômage se fixe à 3,1 %. Avec une baisse de 497 personnes, l’effectif des demandeurs d’emploi (2) s’établit à 22’107 (-2,2 %). Depuis le début de cette année, le nombre de chômeurs a reculé de 3403 personnes, soit un repli de 21,0 % et le taux est passé de 3,9 % en janvier à 3,1 % en juin, soit une diminution de 0,8 point.

Au cours du mois de juin 2019, les ORP vaudois ont inscrit 2473 nouveaux demandeurs d’emploi et annulé 2971 dossiers. Le nombre de places de travail vacantes annoncées par les employeurs auprès des ORP vaudois s’élève à 5162, en augmentation de 8,2 % par rapport à mai 2019 et de 65,8 % par rapport à juin 2018.

 

(KEYSTONE-ATS/COMMUNIQUE)

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Cancer

Vous avez le sentiment exaspérant que tout est immobile. En fait, le ciel teste votre légendaire capacité d'endurance et votre patience !!!

Publicité

Les Sujets à la Une

X