Rejoignez-nous

Suisse Romande

10 ans de solidarité pour la Fondation Compétences Bénévoles

Publié

,

le

La « Fondation Compétences Bénévoles » fête cette année ses 10 ans.

Cet organisme vient en aide aux fondations et associations à but non lucratif. L’objectif : leur mettre à disposition des bénévoles avec certaines compétences. La fondation aide des entités qui agissent dans les secteurs de la santé, du social, de la culture, de l’environnement ou du sport. Caroline de Palézieux, chargée de communication de la fondation, nous explique le fonctionnement :

Caroline de Palézieux
Chargée de communication de la fondation
Caroline de PalézieuxChargée de communication de la fondation

La Fondation possède un réseau d’environ 140 bénévoles. L’animateur radio et télé Jean-Marc Richard, bien connu pour ses engagements, se mobilise lui aussi :

Jean-Marc Richard
Animateur radio et télé
Jean-Marc RichardAnimateur radio et télé

L’idée est avant tout de transmettre des compétences, pour de l’association demandeuse puisse ensuite se développer par elle-même. Caroline de Palézieux :

Caroline de Palézieux
Chargée de communication de la fondation
Caroline de PalézieuxChargée de communication de la fondation

10 ans, et encore de belles années à venir selon la chargée de communication de la fondation :

Caroline de Palézieux
Chargée de communication de la fondation
Caroline de PalézieuxChargée de communication de la fondation

Un bel avenir pour la solidarité, c’est aussi l’avis de Jean-Marc Richard. L’animateur radio et télé nous donne un exemple :

Jean-Marc Richard
Animateur radio et télé
Jean-Marc RichardAnimateur radio et télé

PHOTO : Séance de travail (Comité de sélection) copyright Stéphane de Trey createur.c

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Loups dans le canton de Vaud: un feu de solidarité pour soutenir les éleveurs à Mollens

Publié

le

Mollens se voulait le rendez-vous principal en Suisse romande cette année pour les "feux d'alerte et de solidarité" avec les agriculteurs touchés par des attaques de loups. (© Keystone/MAGALI GIRARDIN)

Inquiets pour leurs troupeaux, des éleveurs et bergers du Jura vaudois tirent la sonnette d'alarme face à l'expansion du loup. Un "feu d'alerte et de solidarité" avec les agriculteurs touchés par des attaques a été allumé vendredi soir à Mollens (VD).

Comme pour faire peur au carnassier, les flammes ont crépité dès 20h30 devant la halle des fêtes du petit village du pied du Mont-Tendre. Environ 250 personnes étaient présentes. D'autres feux rougeoyaient simultanément ailleurs en Suisse, ainsi que dans différents pays d'Europe confrontés à la même problématique.

Mollens se voulait le rendez-vous principal en Suisse romande. "Il y a deux ans, nous avions choisi Vionnaz, en Valais, mais cette année nous avons opté pour le Jura vaudois à la suite du carnage provoqué par le loup dans les élevages de bovins de la région", a expliqué à Keystone-ATS Eric Erb, président de l'Association romande pour la régulation des grands prédateurs, qui initie ces actions venues d'Allemagne depuis désormais cinq ans.

Trois dangers

Les participants à la manifestation demandent une meilleure régulation du loup et davantage de soutien des autorités. "Nous voulons sensibiliser le grand public et les décideurs au fait que la récente explosion de la population de loups met en péril non seulement le pastoralisme, mais aussi la bonne gestion du gibier ou la sécurité des randonneurs", indique pour sa part Claude-Alain Gebhard, éleveur bio de vaches allaitantes à Vaux-sur-Morges, impliqué dans la promotion de l'événement.

Lui-même a perdu cinq petits veaux ces dernières années et il suspecte le loup d'être derrière ces disparitions. A ses yeux, les réponses proposées par le canton sont difficilement applicables. "Les chiens de garde coûtent cher et ne font pas bon ménage avec les bovins", relève le député vert'libéral au Grand Conseil. Quant aux clôtures, elles sont peu adaptées aux alpages, selon lui.

Les indemnisations qui sont versées aux éleveurs dont des animaux ont été victimes de prédation ne constituent pas une solution en elles-mêmes, souligne encore M. Gebhard. D'autant que si le canton de Vaud est prompt à payer, l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) a tendance à se montrer bien plus restrictif, déplore-t-il. Les indemnisations sont versées à 80% par la Confédération et à 20% par le canton (indépendamment des mesures de protection mises en place).

Des ânes plutôt que des chiens

Pour l'agriculteur, des "solutions efficaces et bon marché" existent. En premier lieu, le loup doit être davantage régulé, que ce soit par des tirs, des captures ou autres. Il propose aussi de "remettre des humains dans le système" pour surveiller les alpages.

Plus inattendu, il suggère l'utilisation d'ânes au lieu de chiens de garde, comme il l'expérimente lui-même. "L'équidé est un bon protecteur de troupeau, mais comme il reste auprès de celui-ci, il ne peut rien pour les veaux tout juste nés qui aiment se tenir à l'écart après leur venue au monde et sont donc vulnérables".

Les attaques de loups sur des bovins se sont multipliées ces derniers mois dans le Jura vaudois. Une douzaine d'individus seraient présents dans la région, selon le canton et la fondation spécialisée Kora. Début août, les autorités ont sollicité le tir de régulation de deux jeunes de la meute du Marchairuz, une première.

En mars dernier, le Département de l'environnement et de la sécurité (DES) avait décidé de renforcer le dispositif d'accompagnement et de soutien aux éleveurs. Analyse de la vulnérabilité des alpages du Jura vaudois, renforcement du conseil aux agriculteurs ou encore engagement d'aides-bergers sont venus s'ajouter à d'autres démarches déjà engagées par le DES, comme la mise en place d'un service d'alerte informatique. L'utilisation de chiens de garde et de clôtures est aussi étudiée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le projet de budget 2022 fâche les communes genevoises

Publié

le

Le projet de budget 2022 du canton de Genève, présenté jeudi par la conseillère d'Etat Nathalie Fontanet, fait grincer des dents les communes genevoises. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le projet de budget 2022 du canton de Genève hérisse les communes genevoises. Le Bureau de l'Association des communes genevoises (ACG) a dit vendredi s'opposer fermement à la ponction fiscale sur les communes à laquelle souhaite procéder le gouvernement cantonal.

Selon l'ACG, les communes regrettent "amèrement" que le Conseil d'Etat, plutôt que de s'investir dans le dossier de la répartition des charges et des compétences entre les communes et le canton, préfère capter une partie des recettes fiscales des communes les plus aisées, dans un projet de loi appelé "écrêtage".

Ce projet devrait rapporter à l'Etat 41,7 millions de francs. Pour l'ACG, "il porterait un coup fatal" à la péréquation financière intercommunale en diminuant drastiquement les contributions des communes les plus riches en faveur des communes les plus pauvres. Ce projet ne respecterait pas non plus la Constitution cantonale.

Les communes sont prêtes, souligne l'ACG, à reprendre des charges cantonales "à la condition que celles-ci soient accompagnées de compétences". En revanche, elles s'opposeront "par tous les moyens au projet de loi "écrêtage", car ce projet, à leurs yeux, représente une ponction fiscale "aux conséquences désastreuses".

Continuer la lecture

Suisse Romande

Dix-huit femmes ambassadrices à Neuchâtel

Publié

le

Dix-huit ambassadrices ont été accueillies à Neuchâtel, par le Conseil communal de la ville (photo) et une délégation du Conseil d'Etat. (© Lucas Vuitel)

Le canton et la Ville de Neuchâtel ont reçu vendredi un groupe de 18 ambassadrices en poste en Suisse. Cette visite d’agrément d’une journée visait à leur faire découvrir les beautés patrimoniales et les atouts technologiques de la capitale cantonale.

Mené par Doris Frick, ambassadrice du Liechtenstein en Suisse, les "women ambassadors", un groupe de 18 femmes cheffes de mission accréditées auprès de la Confédération, ont été accueillies à l’Hôtel de Ville de Neuchâtel par les autorités communales. Après une montée au Château en train électrique, les ambassadrices ont été accueillies par une délégation du Conseil d'Etat.

Les ambassadrices, représentantes de 17 pays sur les cinq continents ainsi que de la cheffe du protocole fédéral à Berne Beatrice Schaer, se sont rendues ensuite au siège de Travizory Border Security. Cette entreprise neuchâteloise est spécialisée dans l'application de la biométrie et de l'intelligence artificielle, de l'évaluation des risques sécuritaires et sanitaires avant un voyage afin de simplifier le passage aux frontières.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Noyade d'une fillette à la piscine de Bienne

Publié

le

La fillette s'est noyée à la piscine du Palais des Congrès de Bienne (Archives © KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Une fillette de huit ans s'est noyée jeudi vers 14h55 à la piscine du Palais des Congrès de Bienne (BE). L'enfant a été sortie inanimée d’un bassin et est décédée le lendemain à l’hôpital.

Pour une raison qui doit encore être déterminée, la fillette "a été trouvée inanimée dans l’eau d’un bassin. Sur place, les personnes présentes ainsi que le garde-bain ont commencé des mesures de réanimation qui ont ensuite été poursuivies par une équipe d’ambulanciers immédiatement dépêchée sur place", ont indiqué vendredi la police bernoise et le Ministère public régional Jura bernois Seeland.

La fillette a enfin été transportée dans un état critique par un hélicoptère de la Rega à l’hôpital. Malgré les soins fournis, elle y est décédée vendredi. La défunte habitait dans le canton de Berne.

Le Care Team du canton de Berne a été engagé afin de s'occuper des personnes impliquées. Une enquête a été ouverte afin de clarifier les circonstances et causes de l’accident.

Continuer la lecture

Vaud

La Tour-de-Peilz: rénovation du château soumise au vote populaire

Publié

le

La population de La Tour-de-Peilz aura son mot à dire pour la rénovation du château estimée à 10 millions de francs (Archives © Keystone/VALENTIN FLAURAUD)

A La Tour-de-Peilz, la population aura le dernier mot sur la rénovation du château estimée à 10 millions de francs. Le Conseil communal a à la fois voté le crédit pour les travaux et décidé de le soumettre à la votation populaire, via la procédure de référendum spontané. Le scrutin aura lieu le 28 novembre prochain.

Le législatif de la commune a approuvé le crédit de construction de 10 millions de francs soumis par la Municipalité pour la rénovation du château, la valorisation des vestiges et l'aménagement d'un restaurant dans l'ancien donjon. La décision a été prise par 44 voix pour, 27 contre et 4 abstentions, a indiqué vendredi la Municipalité.

Dans la foulée, il a décidé par 37 voix pour, 33 contre et 4 abstentions de soumettre sa décision au vote populaire. La loi sur les communes permet en effet de convoquer le corps électoral sur décision du Conseil communal, sans qu'une récolte de signatures ne soit nécessaire, rappelle l'exécutif de La Tour-de-Peilz.

Validé par les autorités cantonales, le scrutin se tiendra le 28 novembre prochain, date de votation fédérale.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X