Rejoignez-nous

Suisse Romande

Après Bagnes, le parlement veut serrer la vis aux communes fautives

Publié

,

le

Toutes les démarches, procédures, et mesures menées par l'Etat du Valais pour que la commune de Val de Bagnes soit à nouveau en conformité avec le droit ont "occasionné des coûts importants pour le canton et par là pour les contribuables valaisans", estiment les auteurs du postulat (archives). (© KEYSTONE/LAURENT DARBELLAY)

Le Conseil d'Etat devra se pencher sur la création d'une base légale qui permettrait de refacturer les dépenses engagées par l'Etat pour ramener une commune à une situation conforme au droit. En toile de fond: l'affaire des constructions illicites de Bagnes.

Le Grand Conseil valaisan a largement accepté mercredi par 92 oui, 30 non et 2 abstentions un postulat allant dans ce sens. "L'affaire des constructions illicites sur le territoire de la commune de Bagnes (dont fait partie Verbier) est un cas d'école qui doit nous pousser à corriger notre façon d'appréhender ce genre de situation", souligne la motion transformée en postulat au cours des débats.

Toutes les démarches, procédures et mesures menées par l'Etat ont "occasionné des coûts importants pour le canton et par là pour les contribuables valaisans", constatent encore Nathalie Cretton (Les Verts), Alexandre Cipolla (UDC), Arnaud Schaller (PLR) et Chantal Voeffray Barras (PDCVr), auteurs du texte. Or le canton ne dispose pas de base légale permettant à ce jour de refacturer à une commune les dépenses occasionnées.

Conscient de cette lacune, le Conseil d'Etat s'était dit prêt, lors d'une interpellation précédente, à s'engager à présenter une disposition légale qui rendrait possible cette refacturation à des communes ayant bénéficié d'un accompagnement particulier en vue de leur régularisation, rappelle le texte déposé.

Punir "la négligence coupable"

Il est "inadmissible" qu'en raison d'une "bête noire que nous ne contestons pas", il faille lancer "toute une machinerie législative qui finirait par pénaliser toutes les communes", a lancé le PDC haut-valaisan Aron Pfammatter. "Nous nous y opposons par principe".

En plénum, la Verte Nathalie Cretton a répété que l'objectif de ce texte n'était pas de toucher à l'autonomie des communes ni de leur faire supporter les coûts liés à la surveillance qui sont l'apanage du canton. Mais dans un cas comme celui de Bagnes, où l'Etat du Valais a dû mobiliser d'importantes ressources humaines et financières depuis 2016, "on ne peut plus parler de simple surveillance mais d'une assistance qui fait entrer le canton dans de l'opérationnel".

Les groupes PLR et PDC ont accepté de soutenir le texte sous sa forme de postulat, appelant de leurs voeux "une base légale cohérente et proportionnée" qui manque. Toutefois, "il convient de réfléchir attentivement et en profondeur aux critères pouvant conduire à une telle refacturation", a estimé la libérale-radicale Natacha Albrecht. Et d'ajouter: "l'erreur est excusable et humaine. Ce qui doit être puni, c'est la négligence coupable et surtout la réitération des dysfonctionnements crasses".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

La 38e édition du far° à Nyon incite à "faire connivences"

Publié

le

Le far° se déroule à Nyon du 10 au 20 août (archive). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La 38e édition du far° se tient dès mercredi à Nyon, jusqu'au 20 août. Le festival d'arts vivants veut inciter à faire "faire connivences".

"Cultiver l'art de faire naître les affinités qui nous lient autant que les impulsions à agir ensemble, dans la joie et la confiance que procurent la certitude d'être portés par nos acolytes", c'est l'ambition de cette cuvée 2022, écrivent lundi les organisateurs dans un communiqué.

Le programme, qui comporte une vingtaine de projets, permettra de "réinventer notre rapport au son, à la lumière, à l'obscurité et au sommeil", s'exercer à "porter une attention renouvelée à l'autre", "se plonger en nature" ou encore "désapprendre à raconter".

Trois propositions sont gratuites: "Par la fenêtre orange", de Dream Teen, "..en jumelle · en chanté", de Laurent Pichaud et "Résilience corps fluide", un atelier de Shannon Cooney.

Le far° est dirigé depuis février dernier par Anne-Christine Liske, mais cette 38e édition porte encore essentiellement la marque de l'ancienne direction.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Sept nouveaux chiots Saint-Bernard à Martigny (VS)

Publié

le

Edène avec un de ses petits. (© Fondation Barry/Déborah Dini)

Sept petits Saint-Bernard ont vu le jour à la Fondation Barry le 31 juillet. Si tout se passe bien, il sera possible de les voir s'ébattre dès la mi-septembre dans les parcs du Barryland à Martigny (VS).

La chienne "Edène du Grand St. Bernard" et le mâle "Gin von Liebegg" ont donné naissance à cinq femelles et deux mâles. "La naissance s'est bien déroulée et la maman et ses chiots sont en très bonne santé", a indiqué lundi la Fondation Barry dans un communiqué.

Les petits Saint-Bernard porteront tous des noms commençant par la lettre M, mais ceux-ci n'ont pas encore été déterminés. La tradition veut en effet que les noms des chiens d'une même portée débutent par la même lettre et chaque portée à une lettre initiale différente en suivant l'ordre alphabétique.

Il s'agit de la première portée pour Edène, jeune chienne de deux ans née à la Fondation Barry. Il en va de même pour Gin von Liebegg. Ce mâle de trois ans est "un étalon reconnu par la Société cynologique suisse", précise la fondation Barry.

Environ 30 Saint-Bernard vivent en permanence à la Fondation Barry et une vingtaine de chiots avec pédigrée naissent en moyenne chaque année au chenil. En attendant de pouvoir voir les petits Saint-Bernard, leur évolution peut être suivie au quotidien via la webcam sur le site internet de la fondation.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Palliative Vaud organise une soirée de recrutement de bénévoles

Publié

le

Palliative Vaud recherche des bénévoles pour l'accompagnement de personnes gravement malades et de leurs proches (photo symbolique). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Palliative Vaud recherche des bénévoles pour l'accompagnement de personnes gravement malades et de leurs proches. Une soirée de recrutement collectif se tiendra au CHUV, à Lausanne, le 22 août de 17h00 à 19h00.

La réunion a pour but d'informer les participants sur l'engagement volontaire dans ce domaine et de leur permettre de trouver une activité adaptée à leurs envies et aux besoins des institutions, explique lundi l'association dans un communiqué. Trois précédentes soirées de recrutement avaient été menées entre 2018 et 2021.

Palliative Vaud est soutenue par le Département vaudois de la santé et de l'action sociale. L'association offre une formation de base de huit jours sur une année aux bénévoles. Cette formation est unique en Suisse et n'est accessible que pour les bénévoles en activité au sein d'une organisation partenaire de l'organisation.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Saint-Légier-La Chiésaz va vibrer au son du piano

Publié

le

Saint-Légier-La Chiésaz accueillera une semaine durant la fine fleur des touches noires et blanches (photo symbolique). (© KEYSTONE/DPA/A3912/_MARCUS BRANDT)

La 33e édition de la Semaine internationale de piano se tiendra à Saint-Légier-La Chiésaz (VD) du 13 au 20 août prochain. Des musiciens de renom feront le déplacement en terre vaudoise.

En ouverture, la pianiste chilienne Edith Fischer, cofondatrice du festival, interprètera un récital avec des oeuvres de Bach, de Beethoven et de Brahms, ont communiqué lundi les organisateurs. Le public la retrouvera ensuite lors de la soirée de clôture dédiée à Schubert.

Le pianiste russe Boris Berman, le violoncelliste brésilien Matias De Oliveira Pinto et le pianiste hongrois Peter Nagy seront aussi de la partie, entre autres grands noms. Du côté des artistes locaux, le Lausannois Cédric Pescia se produira au festival pour la première fois. Il présentera, en duo avec la violoniste israélienne Nurit Stark, qui n'est autre que son épouse, des oeuvres de Bartok et d'Enesco, après avoir interprété en solo douze Préludes de Debussy.

Les master class, qui n'avaient pas pu avoir lieu en 2020 et 2021 en raison de la pandémie, sont de retour. Vingt-cinq étudiants feront le déplacement des quatre coins de la planète pour apprendre des meilleurs.

www.sipiano.com

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Un deuxième squelette retrouvé en Valais sur un glacier

Publié

le

Deux alpinistes ont retrouvé des ossements sur un glacier dans le Haut-Valais (archives/image symbolique). (© KEYSTONE/POLIZEI VS/STR)

Un deuxième squelette humain a été retrouvé mercredi dernier en Valais sur le glacier Chessjen dans la région de Saas Fee. Une semaine plus tôt, un premier corps avait été découvert sur le glacier du Stockji près de Zermatt.

Des alpinistes ont retrouvé des ossements à Saas Fee le 3 août, indique lundi à Keystone-ATS un porte-parole de la police cantonale valaisanne Stève Léger, confirmant une information du Blick alémanique. Aucun autre détail ne sera donné: le dossier est désormais en main de la médecine légale.

C'est le deuxième squelette humain découvert sur un glacier cet été en Valais. Deux alpinistes français ont aussi retrouvé des ossements et du matériel sur le glacier du Stockji le 26 juillet. L'identification est là aussi en cours.

Avec des anthropologues

Sans se prononcer sur ces cas particuliers, la police cantonale explique que dans son travail d'identification elle fait face à deux grandes difficultés: la première consiste à avoir suffisamment d'informations pour se limiter à une ou deux identités présumées; la seconde à trouver le matériel de comparaison nécessaire - plus les ossements sont anciens, plus cela peut être compliqué.

A la réception d'ossements ou de corps momifiés, les enquêteurs commencent par analyser sa localisation ou encore les effets personnels retrouvés sur place, s'il y en a, afin de donner un ordre d'idée de l'époque de la disparition et restreindre les possibilités, explique Stève Léger. En parallèle, la médecine légale appuyée par des anthropologues examine le corps et fournit d'autres indications pour affiner les recherches.

"Dès qu'une identité présumée peut être établie, nous essayons de trouver du matériel de comparaison pour l'identification. Très souvent, il s'agit d'un échantillon d'ADN d'un proche, mais cela peut aussi être un dossier dentaire, si des dents ont été retrouvées", relève le porte-parole.

La police valaisanne dispose d'une liste de quelque 300 personnes disparues depuis 1925, dont la grande majorité a disparu avant l'utilisation de l'ADN. "Nous n'avons donc pas d'échantillon de comparaison pour tous les disparus, mais nous essayons de compléter les dossiers le plus possible", relève le porte-parole.

Fonte des glaciers

La fonte des glaciers provoque de plus en plus régulièrement des rejets de corps de personnes disparues depuis plusieurs dizaines d'années. Conscient que derrière ces ossements il y a des familles qui attendent une réponse, parfois depuis plusieurs décennies, la police cantonale fournit "une grande énergie et beaucoup de méticulosité dans ce travail d'identification", souligne-t-elle.

En juin 2012, le glacier d'Aletsch avait rendu des ossements de trois frères disparus en 1926. En juillet 2017, le glacier de Tsanfleuron avait rendu le couple Dumoulin de Savièse (VS) disparu le 15 août 1942.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Vierge

Journée de bilan et de préparation vers de nouveaux défis. Cependant, vous devrez rattraper du retard dans vos tâches habituelles.

Les Sujets à la Une

X