Rejoignez-nous

Genève

Des protections périodiques gratuites dans les écoles genevoises

Publié

,

le

Dès la prochaine rentrée, à Genève, des distributeurs de protections périodiques seront installés au secondaire I et II (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Des protections périodiques gratuites seront mises à disposition dans tous les établissements scolaires publics du canton de Genève dès la prochaine rentrée. Cette mesure, prise en concertation avec les directions et les élèves des écoles, a été annoncée mardi par la conseillère d'Etat Anne Emery-Torracinta.

Dans le détail, des distributeurs de protections périodiques seront installés au secondaire I et II. A l'école primaire et dans les écoles de pédagogie spécialisée, les élèves bénéficieront d'un accès facilité aux protections par le biais du corps enseignant, indique dans un communiqué le Département de l'instruction publique.

Ce programme a été pensé en collaboration avec les élèves. Ces derniers avaient été à l'origine de nombreux projets sur lesquels le département a pu s'appuyer pour son dispositif. Les protections fournies seront toutes de "qualité biologique", et une information sur les protections menstruelles réutilisables sera aussi dispensée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Le bureau de médiation administrative sous le feu des critiques

Publié

le

Le Grand Conseil genevois a critiqué le fonctionnement du Bureau de médiation administrative (BMA) (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, le bureau de médiation administrative (BMA) est sous le feu des critiques. Le Grand Conseil émet des doutes sur le bon fonctionnement de cette entité indépendante au sein de l'Etat qui vise à gérer de façon simple et extrajudiciaire les conflits entre l'administration et les administrés.

Un rapport de la commission de gestion chargé d'étudier le rapport l'activité du BMA a été discuté vendredi au Grand Conseil. Ses conclusions sont sévères. Les commissaires émettent "des doutes sur le fait que l'intention du législateur soit reflétée dans l'activité du BMA et que les compétences du médiateur soient à la hauteur des enjeux".

Le Grand Conseil a refusé par 58 voix contre 22 de prendre acte du rapport d'activité en plénière, manifestant ainsi ses doutes. Le BMA a été sollicité 340 fois en 2020, ce qui est relativement peu, estime le député PLR Alexis Barbey. De plus, le BMA ne fait pas vraiment de la médiation, mais plutôt de la facilitation, a relevé le député.

Bertrand Buchs (Le Centre), a évoqué le conflit ouvert qui existe entre le médiateur et sa suppléante. "Il faut tout reprendre depuis le début", a ajouté le député. "C'est devenu un bureau d'aide sociale", a déploré le député PLR Edouard Cuendet.

Nicole Valiquer Grecuccio (PS) estime qu'il faut absolument recentrer l'activité du BMA sur la médiation. La classe salariale (31) du médiateur administratif cantonal a aussi été considérée comme trop élevée.

Certification

Un projet de loi devrait être déposé pour modifier le fonctionnement du BMA. Selon ce projet, le médiateur devrait notamment disposer d'une formation certifiée en médiation généraliste, ce qui n'est pas le cas actuellement.

Les prestations du BMA sont gratuites. Cette entité couvre l'ensemble des administrations cantonales et communales genevoises, ainsi que les établissements publics autonomes et tous les autres organismes chargés de missions de droit public.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Anne Emery-Torracinta en appelle à la responsabilité des députés

Publié

le

Des maltraitances envers de jeunes autistes ont été dénoncées au foyer de Mancy à Collonge-Bellerive (GE). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, Anne Emery-Torracinta ne décolère pas depuis le refus mercredi de la Commission des finances d'octroyer 55 postes supplémentaires pour l'Office médico-pédagogique (OMP). La cheffe du Département de l'instruction publique en a appelé au sens des responsabilités des députés lors d'un débat au Grand Conseil.

Le parlement traitait vendredi lors de sa séance des extraits d'une pétition qui relayait les inquiétudes du personnel de l'OMP. Ce texte muni de 1377 signatures évoquait la "dégradation des prestations", des "réformes menées sans concertation", "des méthodes RH douteuses" et de "la maltraitance institutionnelle".

Le personnel de l'OMP demandait notamment plus de transparence, un état des lieux et des moyens supplémentaires pour faire face à une hausse des besoins. La pétition a été déposée en septembre dernier, soit avant que n'éclate le scandale du foyer de Mancy. Le personnel, soutenu par les syndicats, avait déjà tiré la sonnette d'alarme.

Ces moyens supplémentaires ont précisément été demandés par la cheffe du DIP mercredi devant la commission des finances du Grand Conseil. Mais la majorité de droite a refusé d'octroyer le crédit de 2,2 millions de francs qui visait à ouvrir 55 postes. A droite, ce refus a notamment été justifié par le fait que les postes prévus étaient destinés à renforcer la hiérarchie plutôt que le terrain.

C'est faux, a relevé vendredi Mme Emery-Torracinta. Trente postes sur 55 étaient directement prévus pour le terrain. Les autres servaient à la "gouvernance de proximité" au sein de l'OMP, à engager des "référents métiers" pour former le personnel ainsi qu'à renforcer les ressources humaines qui n'arrivent plus à engager, faute de temps.

Sécurité

"J'en appelle à votre sens des responsabilités", a lancé la conseillère d'Etat à l'adresse des députés. "Nous avons besoin de ces postes. Sinon il faudra prendre des mesures urgentes pour garantir la sécurité des enfants et des jeunes", a-t-elle ajouté. Elle pourrait revenir dès la semaine prochaine devant la commission des finances pour solliciter un nouveau crédit. En attendant, la pétition a été renvoyée à l'unanimité au Conseil d'Etat.

Lundi, Mme Emery-Torracinta avait présenté un plan de mesures pour l'OMP. La magistrate de tutelle a reconnu que l'office, sous les feux des projecteurs après la révélation de cas de maltraitance au foyer pour jeunes autistes de Mancy, connaît des difficultés depuis sa création en 2010.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

La mémoire du Vicariat épiscopal de Genève remise aux archives

Publié

le

L'évêque de Lausanne, Genève et Fribourg, Mgr Charles Morerod, a assisté à la remise, à l'Etat de Genève, des archives du Vicariat épiscopal de Genève (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les Archives de l'Etat de Genève ont reçu vendredi des mains des représentants de L'Eglise catholique romaine les archives du Vicariat épiscopal de Genève. La cérémonie a eu lieu en présence de Mgr Charles Morerod, évêque du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg.

Le fonds du Vicariat épiscopal de Genève représente plusieurs milliers de documents en latin et en français qui couvrent une période comprise entre 1596 et 1926, dont la plus grande partie concerne le 19e siècle. Ce patrimoine devient ainsi accessible au public et pourra être conservé dans des conditions adéquates.

"Malgré notre volonté de mettre nos archives à disposition des chercheuses et chercheurs, nous n'avions pas (Eglise catholique romaine), dans le canton de Genève, les ressources et conditions suffisantes", a expliqué Mgr Charles Morerod, dans un communiqué diffusé par la Chancellerie d'Etat.

Parmi les pièces confiées aux Archives de l'Etat de Genève se trouvent cinq lettres authentifiées de la main de saint François de Sales, un prélat savoyard, nommé évêque de Genève en 1602, mais qui ne put jamais occuper sa fonction dans la Genève calviniste de l'époque et qui dut se résoudre à résider à Annecy.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Un entrepôt détruit par les flammes à Meyrin

Publié

le

Les pompiers du SIS sont intervenus avec 25 hommes (image d'illustration). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Meyrin (GE), un entrepôt a été ravagé par un incendie dans la nuit de jeudi à vendredi. L'endroit servait de stockage pour des produits métallurgiques et plastiques. Il y a de gros dégâts, mais personne n'a été blessé, indique vendredi le porte-parole du Service d'incendie et de secours (SIS), le lieutenant Nicolas Millot.

Alertés par des appels d'habitants qui sentaient de la fumée, le SIS est intervenu avec sept véhicules et 25 pompiers professionnels. Ces derniers ont reçu l'aide des pompiers de Meyrin, qui ont mobilisé deux véhicules et dix hommes. Le feu a été contenu grâce à trois lances. La police, de son côté, avait bouclé le périmètre.

Le feu s'est développé dans un entrepôt métallique et ce type de structure peut s'effondrer si la chaleur dilate trop l'armature de soutien, note M.Millot. L'entrepôt se trouvait à proximité d'une entreprise de boulangerie. Celle-ci n'a pas pu livrer son pain et ses viennoiseries, mais en a fait profiter les pompiers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

L'aide à la flottaison réduit les risques en eaux libres

Publié

le

Chaque année, une vingtaine de personnes perd la vie par noyade en eaux libres. Dans le cadre d'un projet-pilote, le Bureau de prévention des accidents va distribuer des sacs gonflables jaunes aux abords de dix lacs et rivières suisses, afin de permettre aux nageurs de se reposer en cas de fatigue. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Se baigner dans un lac ou une rivière n'est pas sans danger: chaque année, une vingtaine de personnes perd la vie par noyade en eaux libres. Le Bureau de prévention des accidents (BPA) recommande de s'équiper d'une aide à la flottaison.

Avec la canicule, au moins sept personnes ont perdu la vie dans des cours d'eau et piscines en Suisse entre jeudi et dimanche, a rappelé jeudi devant les média Annick Rywalski, au nom de la direction du BPA. Un chiffre élevé, alors que l'été ne fait que commencer. Afin de sauver des vies, le BPA recommande de s'équiper d'une aide à la flottaison, qui permet de se reposer en cas d'accès de fatigue.

Le BPA propose cette année des bouées en libre-service. Des sacs étanches jaunes gonflables, permettant de garder ses affaires au sec, seront distribués dans dix lieux de baignade - rivière et lac - dans toute la Suisse, a fait savoir Christoph Müller, du BPA.

La sangle du modèle d'aide à la flottaison choisi a l'avantage de se décrocher si la tension est trop forte. Au bord de la rivière, il arrive que la bouée se coince dans des branches. Emporté par le courant, le nageur a alors tendance à couler, ont expliqué des membres de la Société suisse de sauvetage (SSS) lors d'une démonstration.

Capacités surestimées

A Genève, ce projet-pilote sera mené au bord du Rhône, grâce à l'équipe de prévention des risques liés à l'alcool et à la drogue "Lâche pas ta bouée!", de l'association La Barje. Les équipes de jeunes proposeront les sacs aux baigneurs qui pourront les utiliser gratuitement, puis les rendre après utilisation.

Dans le canton, la police est intervenue une quinzaine de fois par an en 2018, 2019 et 2020 et 25 fois en 2021, pour des noyades ou des accidents liés à la baignade, selon le chef de la brigade de la navigation, Cyrille Dutheil. L'an passé, deux personnes ont perdu la vie dans le Rhône et sept sauvetages importants ont eu lieu dans le fleuve.

Consommation d'alcool ou de drogues, surestimation de ses capacités, manque d'expérience ou encore propension au risque font partie des facteurs qui peuvent expliquer la surreprésentation des hommes âgés de 15 à 44 ans dans les statistiques des victimes de noyade en eaux libres, selon le BPA. Ce dernier et la SSS conseillent de ne jamais nager seul et de se laisser flotter en cas de panique.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X