Rejoignez-nous

Genève

Protections périodiques gratuites en ville de Genève et à l'UNIGE

Publié

,

le

Afin de lutter contre la précarité menstruelle, la Ville de Genève et l'Université de Genève installent des distributeurs de tampons et de serviettes hygiéniques gratuits (illustration). (© KEYSTONE/DPA/FEDERICO GAMBARINI)

Afin de lutter contre la précarité menstruelle, la ville de Genève et l'Université de Genève (UNIGE) installent des distributeurs de tampons et de serviettes hygiéniques gratuits. Ces projets pilotes seront évalués au bout d'un an.

La ville de Genève a annoncé mardi que 53 distributeurs de serviettes en coton biologique seront installés début septembre dans 30 lieux. Bibliothèques, maisons de quartier, musées, lieux dédiés aux personnes démunies, aux associations féministes et LGBTIQ+: l'accent est mis sur les espaces accueillant les jeunes et les femmes les plus à risque de précarité menstruelle.

La mesure est évaluée à 16'000 francs. Ce dispositif pilote sera évalué au bout d'un an pour décider de sa pérennisation et de son éventuelle extension. Pour le conseiller administratif Alfonso Gomez, en charge des questions d'égalité, un accès facilité et gratuit aux protections périodiques permet à la fois de lutter contre la précarité menstruelle et de promouvoir l'égalité.

Promotion de la cup

L'UNIGE a également fait savoir mardi la mise en place de 16 distributeurs de serviettes hygiéniques et de tampons en coton biologique gratuits dans ses cinq bâtiments principaux. Là aussi, il s'agit d'un projet pilote d'un an, devisé à 37'000 francs. Il sera accompagné d'événements visant à briser le tabou des règles, dont une action autour de la cup menstruelle, plus durable.

L'alma mater genevoise relève que la pandémie de Covid-19 a mis en lumière la précarité dans laquelle vivent certains étudiants parfois privés de revenus durant leur cursus académique. Alors que les personnes menstruées ne peuvent se passer de ces produits d'hygiène féminine, ceux-ci ne sont pas considérés comme des produits de première nécessité et sont soumis à une TVA de 7,7%, note-t-elle.

Le Grand Conseil genevois a adopté en mai une motion pour la mise à disposition gratuite de protections périodiques dans les écoles publiques. Des projets initiés par des élèves ont déjà vu le jour au secondaire II. Au vu de la diversité des écoles et des besoins, le Département de l'instruction publique entend agir dans une logique participative. Une évaluation sera faite au printemps prochain.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Aucune marge de manoeuvre dans l'enseignement spécialisé

Publié

le

Anne Emery-Torracinta, cheffe du département de l'instruction publique, a présenté jeudi les enjeux de la rentrée scolaire 2022-2023 depuis l'école de la Caroline au Petit-Lancy (GE), où elle avait elle-même été élève. C'était en 1963, elle avait alors 5 ans. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, la croissance des effectifs scolaires se poursuit avec plus de 80'000 élèves qui vont reprendre le chemin de l'école lundi. La pression est forte dans l'enseignement spécialisé, où il n'y a "aucune marge de manoeuvre" pour la suite de l'année scolaire.

"On arrive malgré tout à effectuer une rentrée correcte", a relevé jeudi devant les médias Anne Emery-Torracinta, cheffe du Département de l'instruction publique (DIP). Dès lundi, 2'218 élèves feront leur rentrée dans le secteur de l'enseignement spécialisé, soit une hausse de 6% par rapport à l'année précédente. Cette croissance devient réellement préoccupante, selon Mme Emery-Torracinta.

Au total, 121 nouvelles places d'enseignement spécialisé ont été créées, a ajouté la conseillère d'Etat. La quasi-totalité des demandes ont trouvé une réponse, a-t-elle ajouté. Une dizaine de situations d'élèves annoncées récemment sont toutefois en attente. Le début de l'année est ainsi assuré, mais "il n'y a pas de marge de manoeuvre pour la suite", s'inquiète Mme Emery-Torracinta qui précise qu'en moyenne 60 élèves arrivent en cours d'année.

Mesures temporaires

La cheffe du DIP comptait sur des moyens supplémentaires, notamment pour renforcer et restructurer l'office médico-pédagogique. Cette entité, qui chapeaute ce secteur, est en crise. Mais la commission des finances a refusé en juin dernier d'octroyer 55 postes supplémentaires. La magistrate compte revenir rapidement vers les députés pour décrocher des postes d'encadrement qui font défaut.

En attendant, des mesures temporaires ont dû être prises: il s'agit notamment de réaffecter des postes de soutien pédagogique de l'école régulière vers l'enseignement spécialisé et de réduire les bilans des enfants au profit des traitements. Le DIP a aussi introduit une dizaine d'assistants socio-éducatifs pour soutenir la prise en charge individuelle d'élèves présentant des troubles importants.

Imprévisible

Autre enjeu de la dernière rentrée scolaire de Mme Emery-Torracinta qui termine sa deuxième et dernière législature au printemps 2023: l'accueil des élèves qui ont fui la guerre en Ukraine. Fin juin, ils étaient 544. Ils devraient être plus de 600 en cours d'année scolaire. Ces chiffres restent toutefois nettement en-dessous des prévisions faites par la Confédération au début du conflit.

Un crédit supplémentaire obtenu en juin permet de faire face aux besoins d'encadrement de ces élèves. Depuis février, plus de douze classes d'accueil ont été ouvertes à l'école primaire, huit au cycle d'orientation et dix dans l'enseignement secondaire. La principale difficulté pour le DIP, qui a l'habitude d'accueillir des élèves allophones, sera de gérer la fluctuation des effectifs.

Nouveau découpage

Parmi les nouveautés de cette rentrée, figurent quelques innovations pédagogiques notamment à l'école primaire. L'année scolaire sera désormais divisée en deux semestres et non plus en trois trimestres. Les bulletins scolaires feront peau neuve. Il n'y aura en revanche pas de changement au cycle d'orientation, la population ayant refusé en votation une réforme portée par la conseillère d'Etat.

Au total, plus de 80'000 élèves reprendront le chemin de l'école lundi à Genève. Dans le détail, 38'329 fréquenteront l'école primaire, 13'623 le cycle d'orientation, 25'416 l'enseignement secondaire II et 2'218 l'enseignement spécialisé. Ils seront encadrés par environ 7800 enseignants. Au total, 608 nouveaux enseignants ont été engagés dans le canton qui ne rencontre pas de difficulté à recruter contrairement à certains cantons alémaniques.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Aucune marge de manoeuvre dans l'enseignement spécialisé

Publié

le

Anne Emery-Torracinta, cheffe du département de l'instruction publique, a présenté jeudi les enjeux de la rentrée scolaire 2022-2023 depuis l'école de la Caroline au Petit-Lancy (GE), où elle avait elle-même été élève. C'était en 1963, elle avait alors 5 ans. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, la croissance des effectifs scolaires se poursuit avec plus de 80'000 élèves qui vont reprendre le chemin de l'école lundi. La pression est forte dans l'enseignement spécialisé où il n'y a "aucune marge de manoeuvre" pour la suite de l'année scolaire.

"On arrive malgré tout à effectuer une rentrée correcte", a relevé jeudi devant les médias Anne Emery-Torracinta, cheffe du Département de l'instruction publique. Dès lundi, 2218 élèves feront leur rentrée dans le secteur de l'enseignement spécialisé, soit une hausse de 6% par rapport à l'année précédente.

Au total, 121 nouvelles places d'enseignement spécialisé ont été créées, a ajouté la conseillère d'Etat. La quasi-totalité des demandes a trouvé une réponse, a-t-elle ajouté. Une dizaine de situations d'élèves annoncées récemment sont toutefois en attente. Le début de l'année est ainsi assuré, mais "il n'y a pas de marge de manoeuvre pour la suite", s'inquiète Mme Emery-Torracinta.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Addex se voit désormais financé jusqu'au 2e trimestre 2023

Publié

le

Le laboratoire genevois Addex Therapeutics dit disposer d'assez de liquidités pour alimenter son fonctionnement jusqu'au 2e trimestre 2023, grâce à une augmentation de capital. Ses recettes se sont évaporées au 1er semestre avec la hausse des dépenses de recherche et développement (archives). (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Le laboratoire genevois Addex Therapeutics estime disposer d'assez de liquidités pour alimenter son fonctionnement jusqu'au 2e trimestre 2023, notamment grâce à une augmentation de capital. Ses recettes se sont évaporées entre avril et fin juin avec la hausse des dépenses de recherche et développement.

Les revenus ont chuté à moins de 200'000 francs sur le trimestre écoulé, contre encore 1,1 million de francs un an auparavant, a indiqué jeudi le rapport à mi-parcours de la société basée à Plan-les-Ouates. La facture des activités scientifiques a dans le même temps enflé de 2 millions à 5,7 millions.

Les dépenses administratives et générales ont été allégées de quelque 300'000 francs à 1,5 million. Ceci n'a pas empêché la perte nette de s'aggraver de plus de deux millions à 7,1 millions.

Fin juin, Addex disposait encore de 8,8 millions de francs en liquidités et équivalents, soit 10 millions de moins qu'un an auparavant. Ces réserves ont depuis été étoffées de 4,6 millions, fruit de l'augmentation de capital de juillet.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

La police en force autour des écoles pour la rentrée

Publié

le

Lors de la semaine de la rentrée scolaire, la police genevoise accentuera sa présence à proximité des écoles (photo d'illustration). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La police genevoise a indiqué mercredi qu'elle redoublera d'attention aux abords des écoles pendant la semaine de la rentrée scolaire, programmée lundi prochain. Des contrôles de vitesse et des contrôles des véhicules seront effectués. Les forces de l'ordre mettront aussi l'accent sur les stationnements illicites ou dangereux.

La police genevoise sera aidée dans sa tâche par la police de proximité ainsi que les polices municipales. La présence visible et dissuasive des agents vise à assurer la sécurité des enfants sur le chemin de l'école et à rappeler aux usagers de la route les bons comportements à adopter près des établissements scolaires.

Par ailleurs, la police conseille aux parents d'effectuer avec leurs enfants le trajet pour se rendre à l'école quelques jours avant la rentrée afin de les y familiariser. Le premier jour d'école est en effet souvent un moment de stress pour les élèves, font remarquer les forces de l'ordre dans un communiqué.

Enfin, la police rend les parents attentifs à leur propre comportement lorsqu'ils conduisent leurs enfants à l'école. Les voitures ne doivent pas s'arrêter dans des endroits dangereux où elles peuvent masquer la vue des élèves au même titre que celle des autres usagers de la route.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Festi'Terroir revient aux Bastions pour sa quatrième édition

Publié

le

L'importance de consommer des produits locaux afin de limiter les effets de la dérive climatique est soulignée par la Ville et le canton de Genève (image d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

De vendredi à dimanche, le parc des Bastions va se transformer en immense marché dédié aux produits du terroir genevois. Festi'Terroir se tient pour la quatrième fois. La manifestation annuelle est l'occasion pour le public de rencontrer les personnes qui font l'agriculture et l'alimentation de la région.

Festi'Terroir propose des dégustations, de la restauration et des stands où se côtoient légumes et fruits de saison, herbes locales, fleurs, fromages et vins, indiquent mardi la Ville et le canton de Genève, qui organisent ce rendez-vous avec l'association Bio Genève, aidée par l'office de promotion des produits agricoles de Genève.

De nombreuses associations en lien avec l'agriculture et l'alimentation durables seront également présentes pour parler de leurs activités. Des ateliers et des animations seront proposés afin de satisfaire la curiosité des petits comme des grands. Le vendredi soir, la manifestation débutera sous le mode apéro.

Les conditions météorologiques extrêmes de cette année, "effets visibles du réchauffement climatique, nous rappellent plus que jamais l'importance de réduire notre empreinte carbone en consommant notamment des produits locaux et de saison", expliquent dans un communiqué le canton et la Ville de Genève.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Lion

Les sphères célestes veillent et, depuis votre réveil, ce vendredi se présente bien ! Sérénité préservée, que des bonnes énergies !

Les Sujets à la Une

X